En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Regardez bien cette affiche : Auschwitz est de retour…

02.

Ce que le nouveau record atteint par le Bitcoin préfigure pour l’avenir du système bancaire

03.

Michel Onfray a contracté la Covid-19

04.

Et maintenant les skieurs... Qui arrêtera le gouvernement dans sa folle (et sanitairement vaine) dérive sur les libertés publiques ?

05.

Les 5 plus grosses fortunes mondiales préfigurent ce que sera notre mode de vie sur la planète au cours du 21e siècle

06.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

07.

Crise économique : l'OCDE prévoit que la planète va se redresser en 2021... sauf l'Europe qui restera à la traîne. Mais pas par hasard

01.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

02.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

03.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

04.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

05.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

06.

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

01.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

02.

Covid-19 : Et si la première cible à convaincre de l’efficacité du vaccin étaient les médecins et soignants eux-mêmes ?

03.

Noël : Emmanuel Macron envisage des « mesures restrictives et dissuasives » pour les Français qui voudraient skier à l'étranger

04.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

05.

Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus

06.

Socle citoyen : l’Assemblée nationale vote pour l’exploration d’un revenu universel qui ne dit pas son nom mais demeure une très bonne idée

ça vient d'être publié
décryptage > France
Gardiens de la paix

Police, une institution à bout de souffle… républicain ?

il y a 1 min 5 sec
décryptage > Science
Recherche scientifique

Cette découverte du programme d’intelligence artificielle de Google qui révolutionne la biologie et la médecine

il y a 23 min 1 sec
décryptage > Europe
Vision européenne

Valéry Giscard d'Estaing : « Brexit ou pas, l'Europe à 28 n’est pas gouvernable sans réformes profondes... »

il y a 1 heure 26 min
pépites > Finance
L'après coronavirus
Coronavirus et économie : la fin du «quoi qu’il en coûte» divise l'entourage présidentiel
il y a 1 heure 57 min
décryptage > International
En avant-première pour vous

Le dernier film du Mossad : « Bons baisers de Téhéran »

il y a 2 heures 22 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Crise économique : l'OCDE prévoit que la planète va se redresser en 2021... sauf l'Europe qui restera à la traîne. Mais pas par hasard

il y a 2 heures 32 min
pépites > Politique
Disparition
Mort de l'ancien président de la République Valéry Giscard d'Estaing à l’âge de 94 ans
il y a 11 heures 42 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Voir le jour" de Marion Laine : si le quotidien du personnel hospitalier m’était conté…

il y a 16 heures 5 min
pépites > Société
L’amour aux temps du Coronavirus
Covid-19 : un Français sur trois serait sur un site de rencontres depuis le premier confinement
il y a 16 heures 48 min
pépites > Santé
« The Wuhan files »
La rédaction de CNN dévoile le contenu de documents chinois confidentiels qui révèlent les erreurs commises par la Chine lors de l’apparition du Covid-19
il y a 18 heures 20 min
décryptage > Justice
Suites judiciaires

Attaque contre un producteur de rap : mais à quoi servira vraiment l'emprisonnement de deux des quatre policiers violents ?

il y a 15 min 4 sec
décryptage > France
Ministre de l'Intérieur

Petit monde parisien contre M. et Mme Toutlemonde en province : l’opinion se construit-elle vraiment comme le défend Gérald Darmanin ?

il y a 49 min 36 sec
décryptage > Politique
Mort de l'ancien chef de l'Etat

Valéry Giscard d’Estaing, le plus grand président de la Ve République après De Gaulle

il y a 1 heure 54 min
décryptage > Politique
Restrictions et nouvelles mesures

Et maintenant les skieurs... Qui arrêtera le gouvernement dans sa folle (et sanitairement vaine) dérive sur les libertés publiques ?

il y a 2 heures 4 min
décryptage > Sport
Ligue des Champions

Manchester United - PSG : 1-3 Paris s'impose dans le théâtre des rêves et reprend la tête de son groupe

il y a 2 heures 24 min
décryptage > Politique
VGE

Valery Giscard d’Estaing aura donné son dernier grand entretien à…

il y a 2 heures 37 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Mindhunter" de David Fincher : entretiens avec des tueurs en série

il y a 15 heures 46 min
light > Culture
Monuments parisiens
Déconfinement : la Tour Eiffel va rouvrir dès le 16 décembre
il y a 16 heures 21 min
pépites > Santé
Endiguer la pandémie
Vaccin contre la Covid-19 : Boris Johnson attendra son tour
il y a 17 heures 17 min
light > Santé
Etat de santé
Michel Onfray a contracté la Covid-19
il y a 19 heures 33 min
© LUDOVIC MARIN / AFP
© LUDOVIC MARIN / AFP
Atlantico Business

Macron est content, Martinez ronge son frein et Berger engrange les adhésions. Mais la France va mieux ou pas ?

Publié le 23 janvier 2020
Les trains et les métros roulent, les investisseurs étrangers « choose » Versailles, le made in France est invité à l’Élysée, Édouard Philippe a retrouvé son humour potache. Laurent Berger engrange les adhésions et Martinez est en colère contre ses gars. Macron est content et s’il se met en colère, c’est contre les flics israéliens.
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les trains et les métros roulent, les investisseurs étrangers « choose » Versailles, le made in France est invité à l’Élysée, Édouard Philippe a retrouvé son humour potache. Laurent Berger engrange les adhésions et Martinez est en colère contre ses gars. Macron est content et s’il se met en colère, c’est contre les flics israéliens.

La France va donc mieux. À peine croyable.

La France va mieux d’ailleurs tout le monde le dit.  Les trains et les métros roulent normalement, les investisseurs étrangers sont invités à se regarder dans la Galerie des Glaces à Versailles, les chefs de petites et moyennes entreprises sont, eux conviés à l’Élysée et on se passe en boucle les indicateurs macro-économiques pour bien se convaincre que tout va bien.

Tout se passe comme si le climat socio politique était soumis à des variations aussi brutales que la météo. 

La France sort à peine d’une grève des transports publics qui a été la plus longue de son histoire. Elle sort à peine d’une dépression au cours de laquelle une majorité de citoyens étaient prêts à protester contre tout et parfois même n’importe quoi, on sort à peine d’un moment où beaucoup se sont crus au bord d’une éruption quasi insurrectionnelle.

Et voilà qu’aujourd’hui, tout va bien ou mieux. Depuis le début de la semaine, la France est entrée dans une séquence d’autosatisfaction incroyable qui, si elle ne se nourrissait pas de faits et de chiffres, se résumerait à un très grand exercice de communication.

Alors de la communication, il y en a bien sûr, mais pas que. La réalité, c’est que la situation de la maison France n‘a pas changé du tout au tout, en une semaine au lendemain de l’arrêt d’une grève des transports qui s’étalait tellement qu‘elle s’est perdue.

La réalité, c’est que la lecture que l‘on fait de l’état du pays a changé parce que la situation économique du pays, elle, n’a pas été bouleversée. La situation économique du pays n’est pas mauvaise. Elle est objectivement meilleure aujourd'hui qu’il y a 3 ans à l’arrivée d’Emmanuel Macron.

La croissance économique est molle, mais elle se tient. Le chômage régresse lentement, mais surement avec des créations d’emplois industriels qu’on n’attendait plus (500 000). Restent 9 millions de chômeurs, dont beaucoup sont structurels (un terme affreux qui signifie que beaucoup d’entre eux sont inemployables à vie), une balance extérieure qui se redresse, ce qui signifie que les produits français sont plus compétitifs qu’auparavant. D’ailleurs, les investisseurs étrangers sont séduits par l’attractivité de l’hexagone puisqu'ils vont encore engager 10 milliards cette année. La France peut les célébrer à Versailles, nous sommes en tête de l’attractivité européenne devant la Grande Bretagne et devant l’Allemagne.

Les étrangers ne tarissent pas d’éloges sur le modèle français, sur ses équipements collectifs, le transport, la santé, l’éducation supérieure et même sur le modèle social. Alors ils reconnaissent que ce modèle est parfois difficile à gérer et à financer, mais pour décider des cadres étrangers à s’expatrier, la sécurité sociale et la qualité des lycées d’Etat sont des atouts aussi importants que la géographie qui met les ports bretons ou les stations de ski à quelques heures de Tgv. II n’y a pas un pays en Europe où l’offre d’attractivité soit aussi large.

Quand en plus, les investisseurs et les chefs d’entreprise constatent que le président ne vieillit pas, malgré le stress, l’agitation, l’impopularité , qu’il continue à moderniser et à expliquer souvent en  « anglais » ce qu’il croit bon d’être fait pour l’avenir. Les milieux d’affaires sont plus optimistes, mais pas naïfs .

Ils savent bien que l’amélioration n’est pas le résultat de la seule action du président de la République. Ils savent que le changement a commencé avant, ils savent que la France comme tous les grands pays développés s’inscrit dans des cycles économiques.

Enfin que dans la course mondiale, la France va plutôt mieux que ces deux principaux partenaires européens. Le Royaume-Uni n’a toujours pas écrit sa feuille de route pour l’après Brexit, et le monde entier a compris que Boris Johnson est beaucoup moins pressé maintenant qu'il a gagné l'accès au pouvoir, qu’avant. L'Allemagne souffre du surpoids de son industrie automobile ; de son incapacité à produire de l’énergie propre, malgré ses armées d’ écologistes et surtout de sa démographie qui va l'obliger à accepter une immigration massive, à la fois pour occuper les emplois et pour solvabilité son marché intérieur.

Alors oui, la France va mieux globalement. Mais les Français eux,  ont-ils le sentiment de mieux aller ? Sans doute pas. Seuls, ils se désolent. Dès qu’ils se comparent, ils se consolent mais ne le disent pas.

Comme souvent en France, le ressenti des faits est très différent des faits eux-mêmes. C’est comme la température en hiver. Il y a la température réelle telle qu’elle est mesurée au thermomètre et la température ressentie. Ça dépend du vent, de l’humidité ou du vêtement que l’on porte...

Deux phénomènes qui en disent plus que de longs discours.

1er phénomène, Le mouvement des gilets jaunes, contrairement à ce que beaucoup de responsables politiques de gauche ont essayé d’expliquer,  ne se composait pas des représentants les plus déshérités de la société française. Il n’y avait guère de chômeurs en fin de droit, de sdf ou d’immigrés de la deuxième génération sans emploi et sans famille. Assez peu de gens très malheureux que l’on peut voir au secours catholique ou dans « les Restos du cœur » . Il y avait sans doute beaucoup de Français en difficulté sur les rond- point, mais il y avait aussi beaucoup de retraités, de petits patrons dont l’horizon leur paraît trop souvent bouché.

Quant à tous ceux qui ont manifesté contre la réforme des retraites, il y avait une majorité de ceux qui défendaient leur propre régime de retraite, il y avait beaucoup de fonctionnaires.

Le résultat de cette effervescence sociale, c’est qu’elle s’est éteinte progressivement sans avoir fait reculer le gouvernement sur l’essentiel à savoir la retraite par points.

Le résultat, c’est que la CFDT, qui était déjà le premier syndicat de France est le seul aujourd'hui à engranger des adhésions alors qu’à la CGT, les dirigeants se déchirent sur la stratégie à suivre et vont s'en doute s'entretuer avant de la définir. 

2e phénomène, c’est la masse d’épargne liquide conservée par les Français depuis un an. Les comptes courants, les livrets d’épargne et les plans d’épargne n’ont jamais été aussi remplis. L'appétit des Français pour l'épargne ne se dément pas. Ils investissent dans la pierre, quelques fois dans les actions, surtout dans les placements « sécurisés » (livrets d'épargne réglementée, dépôts à vue, assurance-vie avec fonds en euros) même s'ils ne garantissent pas de rendement. L'encours du livret A a progressé de 13 milliards d’euros en 2019,  à près de 300 milliards d'euros. Si on ajoute à ces 300 milliards de la caisse d’épargne, les 600 milliards sur les comptes courants, les 700 milliards sur les livrets d’épargne retraite ou d’épargne logement et les 1700 milliards d’assurance vie, on arrive à un total de 3200 milliards d’euros, qui donne l’image d’une France profonde très riche. France profonde parce que les riches, les vrais, sont investis ailleurs.

Alors c’est un signe évident de richesse, mais c’est aussi le marqueur d’une France inquiète qui se protège parce qu’elle a peur. Cette épargne liquide disponible ne produit pas de valeur, elle ne dégage aucun rendement.

Quand on a cru que la revendication première en France depuis un an était une revendication de pouvoir d’achat, on se trompait. Le pouvoir d’achat existe, il est considérable, mais les Français l’ont stérilisé.

La France va mieux, c’est vrai. Mais les Français ne veulent pas l’admettre. Les gesticulations politiques n’y changeront rien.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (9)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
gerint
- 24/01/2020 - 20:49
Le problème....
Le pays a â sa tête un personnage au psychisme problématique sans la moindre valeur humaine, sans respect pour la culture ni le peuple de son pays qu’il rabaisse et qu’il tabasse jusqu’au crime
REAGAN
- 24/01/2020 - 12:27
CROISSANCE
incroyable la France va mieux alors que les médias nous ont abreuvés de discours sur la perte de points de croissance du au gilets jaunes.
maintenant on nous dit que nous avons perdu 0.1 % de PIB mais que les 17 milliards bidons d ailleurs on donné un coup de fouet a la croissance ( tout et son contraire)
en attendant on baisse les impôts mais on augmente les taxes ce qui fait que la pression fiscale ne diminue pas.
en attendant la dette française ainsi que le déficit augmentent ce qui signifie que cela ne va pas mieux.
on nous balade
ex Ce matin Pascal Praud découvre que l exonération des cotisations retraites des cadres ( au dessus de 120 000 euro) va coûter 3.7 milliards d euro a la collectivité pendant 30 ans ,ce qui pourtant était évident car qui va payer les retraites des cadres supérieurs a la retraite ???? eh bien l employé
encore un cadeau aux électeurs de Macron et un cadeau aux amis de Macron les fonds de pension

clo-ette
- 24/01/2020 - 07:52
Macron n'est pas content du tout
Il s'est plaint dans l'avion (du retour d'Israel) que Mélenchon l'ait traité de dictateur !