En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

03.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

04.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

05.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

06.

Les Chinois pensent que l’ère de la super puissance américaine est terminée. Ont-ils raison ?

07.

Les surdoués demandent-ils l’impossible en amour ?

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

04.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

05.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

06.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Suits : Avocats sur mesure" : une série souvent haletante, mais un peu irrégulière, quelques épisodes sont décevants, en particulier la saison 7

il y a 4 heures 19 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Et Maintenant ?" de Eirin Forsberg et Gilles La Carbona : comment devient-on une femme battue alors que tout semblait si parfait ?

il y a 4 heures 45 min
pépites > Politique
Liberté d'expression
Les propos de Clémentine Autain contre l'islamophobie ont été récupérés et détournés par un média proche des Frères musulmans
il y a 6 heures 15 min
décryptage > International
Les entrepreneurs parlent aux Français

Covid, Chine, USA et l’absence d’Europe de l’investissement et de l’entrepreneuriat

il y a 10 heures 9 min
pépite vidéo > International
Liberté d'expression
Caricatures de Mahomet : les appels au boycott de produits français se multiplient
il y a 11 heures 13 min
décryptage > International
Paris - Ankara

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

il y a 11 heures 31 min
décryptage > Economie
Taxes

Dépenses publiques et fiscalité : plus ça change, moins ça change…

il y a 11 heures 50 min
décryptage > Economie
Panorama de la crise

COVID-19 : comment dire de faire attention ?

il y a 12 heures 16 min
décryptage > High-tech
12 CYBER-MENACES PRÉOCCUPANTES

Quand les cyberattaques menacent de faire dérailler les prochaines élections présidentielles, et pèsent au même titre que la pandémie de coronavirus sur nos démocraties

il y a 13 heures 12 min
décryptage > Politique
Crèdul*

Vous avez aimé les raffarinades de Raffarin ? Vous adorerez les lapalissades de Castex

il y a 13 heures 41 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L'Aiglon - le rêve brisé de Napoléon" de Laetitia de Witt : un portrait du fils de l'Empereur, historiquement fiable et chaleureusement humain

il y a 4 heures 33 min
pépites > France
Appel au calme
Le CFCM considère que les "musulmans ne sont pas persécutés" en France
il y a 5 heures 33 min
pépites > International
Attentat de Conflans-Sainte-Honorine
La Turquie sort du silence et condamne officiellement "l'assassinat monstrueux" de Samuel Paty en France
il y a 7 heures 20 min
décryptage > Education
Samuel Paty

Vous avez dit liberté d'expression ?

il y a 10 heures 40 min
light > Economie
Transport
Le vélo de fonction payé par l'entreprise va-t-il devenir à la mode ?
il y a 11 heures 18 min
pépites > Politique
Elections
Présidentielle 2022 : près de huit électeurs inscrits sur dix affirment envisager l’abstention, le vote blanc ou le vote antisystème selon un sondage Opinion Way
il y a 11 heures 48 min
pépites > Economie
Diplomatie
Appel au boycott de produits français : "Pas question de céder au chantage" Geoffroy Roux de Bézieux, solidaire du gouvernement français
il y a 12 heures 10 min
décryptage > Politique
Disraeli Scanner

Etats-Unis : ce n'est pas seulement une élection présidentielle. C'est un choix de civilisation

il y a 12 heures 55 min
décryptage > International
Guerre commerciale

Les Chinois pensent que l’ère de la super puissance américaine est terminée. Ont-ils raison ?

il y a 13 heures 24 min
pépites > Santé
Coronavirus
"Autour de 100.000 cas" de Covid-19 par jour, en France selon Jean-François Delfraissy, président du Conseil scientifique
il y a 13 heures 58 min
© Reuters
© Reuters
Coup de froid

Cette très chère Ségolène Royal

Publié le 21 janvier 2020
Avec H16
Notre ambassadrice des pôles, Ségolène Royale, va être remerciée par le gouvernement. La faute à ses petites sorties médiatiques contre le président, qui sont loin d'avoir ravies en Macronie.
H16
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
H16 tient le blog Hashtable.Il tient à son anonymat. Tout juste sait-on, qu'à 37 ans, cet informaticien à l'humour acerbe habite en Belgique et travaille pour "une grosse boutique qui produit, gère et manipule beaucoup, beaucoup de documents".
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Notre ambassadrice des pôles, Ségolène Royale, va être remerciée par le gouvernement. La faute à ses petites sorties médiatiques contre le président, qui sont loin d'avoir ravies en Macronie.
Avec H16

Il s’en passe des choses aux pôles ! Bien avant leur fonte qui n’arrive toujours pas, bien avant la récupération d’un Mike Horn transi de froid et coincé dans des glaces à cause d’un réchauffement décidément fort taquin, c’est leur ambassadrice française qui défraye actuellement la chronique.

Eh oui, Ségolène Royal va être remerciée.

Enfin, « remerciée », c’est une expression tant on se garde bien, généralement, de congratuler quelqu’un pour avoir déclenché catastrophes sur catastrophes. Ici, la Reine des Neiges a été libérée, délivrée de ses servitudes diplomatiques car le Président de la République a décidé de se séparer d’elle.

Et si un léger étonnement est palpable chez les journalistes, ce n’est pas tant devant le débarquement de l’ambassadrice des Pôles en ce début d’année, mais plutôt pour le temps qu’il a fallu au Président avant d’en arriver là : cela faisait en réalité un bon moment que Ségolène Royal donnait fort clairement son avis sur les directions prises par le gouvernement et le Chef de l’État et faisait preuve, à son égard, d’une réserve dont le microdosage aurait agacé plus d’un.

Jugez plutôt : si, en début de quinquennat, celle qui jadis réussit à vaillamment détruire les finances de la Région Poitou-Charentes trouvait régulièrement les bons mots pour flatter Emmanuel Macron, l’année 2019 a vu s’accumuler ses petites phrases assassine à son encontre. 

En 2017, Macron était pour elle aussi « pragmatique » que « dans la modernité ». Pensez donc : dès 2016, sentant le vent tourner en faveur du jeune énarque, elle lui donne accès à ses vieux réseaux de « Désir d’Avenir » (pas le site internet loufoque, mais les restes de sa campagne de 2007), et enchaîne dès lors les compliments et les flatteries à l’égard de celui qui deviendra le président de la République. 

Manque de bol et comme on s’en souvient, malgré les incessants appels du pied de Ségolène au désormais chef de l’État, aucun maroquin, aucun poste prestigieux ne viendra récompenser tous ces beaux discours, ces belles paroles et ces cadeaux somptueux (pensez donc, un réseau électoral et un carnet d’adresses presque neufs, très peu servi !). Pire : devant l’insistance de l’ancienne candidate à la présidentielle, l’Élysée doit la placer à un poste dont l’intitulé, jusque là sagement resté secret – et on comprend pourquoi – fera rire un peu partout.

Rapidement, l’aigreur prend le dessus : comment peut-on ainsi traiter une faible femme, pourtant figure de proue de la politique française (au minimum), qui a tant fait pour son pays (à tel point que les Picto-charentais achètent maintenant la préparation H par palette chez Lidl) et qui, malgré son âge (66 ans) lui ouvrant pourtant droit à une solide retraite, veut continuer à sévir œuvrer ? Et c’est ainsi qu’à partir de septembre 2018, sentant le soufre s’accumuler autour de Macron qui devra bientôt se dépêtrer des Gilets Jaunes, la Royal change de pied et charge l’ancien « iconoclaste ». 

L’année 2019 sera donc logiquement consacrée, pour l’ambassadrice, à exprimer ses opinions sur un peu tout (mais rarement le climat et encore moins les pôles), à commencer par les actions gouvernementales qu’elle juge incohérentes.

Avec son absence d’entregent caractéristique, elle ne comprendra pas les « messages » qui lui seront ensuite adressés de façon plus ou moins subtile : les révélations qui s’accumulent à son sujet, rappelant qu’elle bénéficie dans son poste actuel de facilités somptueuses, ne suffiront pas à l’alerter qu’à trop tirer sur la corde, elle pourrait bien vexer celui qui l’avait finalement mis dans cette sinécure pour y terminer tranquillement sa carrière. 

Non, la Royal ne se laissera pas intimider par quelques ragots et quelques insinuations : elle le sait, un destin sinon cosmique au moins national l’attend dans les prochaines années, les prochains mois sans doute et ce n’est pas un petit blanc-bec qui va l’en empêcher. Autant, donc, en remettre une couche en pleine réforme des retraites. Cela semble une excellente idée qu’elle ne tarde pas à mettre à profit avec quelques déclarations supplémentaires qui sont autant de grains de sel dans les plaies ouvertes du moment.

… Ce qui, fort logiquement, finit par embarrasser le gouvernement qui décide donc de la rappeler à l’ordre en lui donnant son congé, en arguant que, compte-tenu de sa position officielle, elle devrait se modérer un tantinet.

Et voilà donc notre future ex-ambassadrice rapidement renvoyée à ses études. Cependant, une fois libérée de son poste et donc du devoir de réserve qui s’y attachait – et même si Royal s’asseyait manifestement dessus – on imagine mal que notre politicienne, ajoutant ainsi un « ex- » à la très (trop) longue liste de ses précédents postes, va s’en tenir là. 

Il y a même fort à parier qu’elle se déchaîne véritablement, d’autant que s’approchent les élections de 2022, point de focale d’une part croissante de la presse française. Pour Ségolène, c’est évident : elle a sa chance (et s’il n’en est rien, sa foi quasi mystique dans ses capacités tient lieu de feuille de route, d’objectif et de programme politique). 

Macron, en la désignant ambassadrice d’un bidule inconnu, essayait de ménager celle qui pouvait s’avérer encombrante politiquement, et jugeait probablement qu’il valait mieux s’en faire sinon une amie, au moins une alliée plutôt qu’une ennemie. Et si s’en séparer maintenant apparaissait indispensable tant elle jouait de plus en plus une partition personnelle acide, on comprend aussi qu’elle redevient plus qu’un caillou dans la chaussure du Marcheur.

Le timing de l’ouverture d’une enquête du Parquet National Financier à son sujet – en novembre dernier – donne à l’ensemble de la séquence un nouveau parfum de scandale politico-financier que certains, Mélenchon en tête, n’ont pas tardé à exploiter.

Compte-tenu de la transparence inexistante qui préside aux auto-saisissements de ce Parquet et compte-tenu de son passé avec l’affaire Fillon, il est logique ou en tout cas assez peu hardi de voir cette nouvelle péripétie comme un nouvel avatar de la politisation de la justice. 

Cependant, s’en tenir là serait pour le moins un peu court : soyons clair, cela fait des années que ce genre d’enquêtes pendait au nez de Ségolène Royal qui a parsemé tout son parcours politique de catastrophes financières consternantes dont elle n’a, jusqu’à présent, jamais eu à répondre.

Depuis sa gestion de la région Poitou-Charentes, en passant par la prise de participations de l’État dans Heuliez qui s’est terminé en fanfare, les traces mémorables qu’elle a laissées à la BPI où le népotisme hollandesque l’avait propulsée, jusqu’à son fameux poste d’ambassadrice des Pôles, tout indique chez la politicienne une vision assez personnelle des finances qui lui sont confiées et encore plus personnelle des missions dont on la charge. 

Ne doutons pas que l’enquête ne manquera pas d’éclaircir les soupçons qui planent sur l’utilisation des fonds dédiés au départ à sa mission d’ambassadrice et apparemment utilisés au profit de la fondation de Ségolène Royal. Quoi qu’il en soit, gageons que cette enquête l’occupera quelque peu pendant les mois qui viennent et moduleront probablement ses velléités de ne pas se retirer de la vie politique. 

Macron a déjà choisi ses adversaires, et elle n’en fait décidément pas partie.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
assougoudrel
- 22/01/2020 - 13:40
Pardon
"moin sé" (grosse faute d'orthographe).
assougoudrel
- 22/01/2020 - 13:38
"Moin sè an fanme douboutt"
l'une des célèbres phrases de l’ânesse du Poitou en déplacement aux Antilles (je suis une femme debout); maîtresse femme aux Antilles-Guyane. Elle finira allongée comme un phoque. Je n'ose imaginer les fruits de leur amour, elle et le pygmée de Tulle, surnommé granulé (gras, nul et laid) par les habitants de cette région.
evgueniesokolof
- 22/01/2020 - 10:51
Cette créature est tellement à vomir
que le jour où Dieu l'a commise, c'est la Brinvilliers qui a du fournir les ingrédients:
http://kelenborn.e-monsite.com/pages/nouvelles-1/pictafesse-royal-duchesse-de-la-poititude/la-brinvilliers-du-poitou.html