En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Rachida Dati souhaite supprimer l’acquisition automatique de la nationalité française par mariage

03.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

04.

La dette européenne s’arrache comme des petits pains. Mais il y a une très mauvaise nouvelle derrière la bonne

05.

Et le vilain petit secret des athlètes des épreuves d'ultra-endurance n'est pas de savoir mieux supporter la douleur

06.

"Jérémy Breaud on va te décapité" : l'odeur du sang attire toujours les hyènes...

07.

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

01.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

02.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

05.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

06.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

01.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

02.

Islamisme : la République de la complaisance

03.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

04.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

05.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

06.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

ça vient d'être publié
pépites > Justice
Justice
Conflit d'intérêt : Eric Dupond-Moretti écarté de l'enquête visant le PNF
il y a 3 min 28 sec
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Inhumain" : De la bande dessinée à grand spectacle, mais...

il y a 1 heure 23 min
décryptage > France
Faut que ça saigne

"Jérémy Breaud on va te décapité" : l'odeur du sang attire toujours les hyènes...

il y a 4 heures 7 min
rendez-vous > Société
Zone Franche
Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit
il y a 4 heures 22 min
décryptage > Education
Témoignages

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

il y a 4 heures 37 min
décryptage > International
A l’insu de son plein gré ou non

Donald Trump a un bilan majeur en matière de politique étrangère et voilà pourquoi

il y a 4 heures 50 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Oubliez astéroïdes et guerres nucléaires : au XXIe siècle, le principal danger pour l'humanité est les pandémies et maladies infectieuses

il y a 5 heures 28 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

Comment l'idéologie du droit à la différence a fait basculer les banlieues dans le ressentiment identitaire et racial

il y a 5 heures 32 min
décryptage > Politique
On y pense à l’Elysée

Etrangers fichés S : vers un Guantanamo à la française ?

il y a 5 heures 37 min
décryptage > Economie
Phénoménale dette

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

il y a 5 heures 37 min
décryptage > Politique
Indirect

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

il y a 23 min 45 sec
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Les entrepreneurs de légende français" : les trajectoires d’une large palette d’entrepreneurs français retracées avec brio

il y a 1 heure 29 min
décryptage > Education
D'un autre temps

Non assistance à institution en danger ? Le discours lunaire d’Emmanuel Macron sur l’école

il y a 4 heures 14 min
décryptage > Santé
Danger

Notre cerveau préfère les histoires qui finissent bien, nous devrions pourtant nous en méfier

il y a 4 heures 25 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite
il y a 4 heures 46 min
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

L’influence de la fonction publique et des fonctionnaires sur la vie politique : aux racines d'un mal français

il y a 5 heures 25 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Conseil à l’usage des gens “normaux” en couple avec un surdoué

il y a 5 heures 32 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

L’Occident : un coupable idéal aux yeux de la pensée décoloniale

il y a 5 heures 36 min
décryptage > Economie
L'impossible Budget 2021

Récession Covid : le grand écart s'accentue entre ceux qui vont bien et ceux qui coulent

il y a 5 heures 37 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Sublime royaume" de Yaa Gyasi : de la relation mère-fille entre science et spiritualité, un roman qui ne peut laisser indifférent

il y a 18 heures 29 min
© GEORG HOCHMUTH / APA / AFP
© GEORG HOCHMUTH / APA / AFP
Point de vue

Petit cynisme entre amis: Davos attend plus de Greta Thunberg que de Donald Trump pour protéger le système libéral capitaliste

Publié le 21 janvier 2020
Davos va fête ses 50 ans avec deux invités vedettes : Greta Thunberg et Donald Trump. La première va prêcher pour que les grandes entreprises s’attaquent au réchauffement climatique et le second va parler à ses électeurs. Les participants de Davos comptent plus sur l’égérie de l’écologie que Donald Trump pour protéger le système libéral.
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Davos va fête ses 50 ans avec deux invités vedettes : Greta Thunberg et Donald Trump. La première va prêcher pour que les grandes entreprises s’attaquent au réchauffement climatique et le second va parler à ses électeurs. Les participants de Davos comptent plus sur l’égérie de l’écologie que Donald Trump pour protéger le système libéral.

Après un demi-siècle, le Forum économique de Davos n’a rien perdu de sa capacité à traiter les grands problèmes du monde. Plus de 3000 dirigeants d’entreprises, des chefs d’Etat et de gouvernement, des ministres, des dirigeants d’organisations internationales - BCE, FMI, Commission européenne, se retrouvent cette semaine dans cette petite station de ski des Alpes suisses qui fut chère à Thomas Mann. Tous les participants savent que « la montagne magique » surplombe la station de ski, mais la plupart ignore que cette œuvre de l’écrivain allemand lui valu d’obtenir le prix Nobel en 1929. 1929, l’année catastrophe pour le système mondial. 

Au départ, il y a 50 ans, l’élite mondiale pensait pouvoir trouver des solutions pour prévenir les catastrophes et régler les disfonctionnements du système économique à l’abri des caméras et des micros. Aujourd’hui, l’ élite mondiale utilise la résonnance médiatique pour convaincre les opinions des changements nécessaires.

Pourquoi ?  Parce qu’avec le succès et la notoriété, Davos est devenu la cible de critiques parfois violentes, parce que Davos était vécu comme l’incarnation d’un club réservé à l’élite du capitalisme mondialisé. Il est toujours consideré comme le centre du pouvoir mondial où tous les dirigeants se côtoient et peuvent se parler. C’est à Davos que les Israéliens et les Palestiniens avaient commencé à écrire les premiers accords de paix. C’est à Davos où Bill Gates a présenté son premier micro-ordinateur et plus tard, les premières liaisons internet qui allaient accoucher d’une révolution digitale aussi importante que la découverte de l’électricité au début du 19e siècle. C’est à Davos que les dirigeants occidentaux ont convaincu les Chinois de rentrer dans l’économie mondiale puis dans l’OMC au début du 21e siècle. 

Davos a été imité dans beaucoup de régions du monde, mais Davos a surtout suscité des contre-pouvoirs organisés par les ONG et dont le principal aura été le Forum social Mondial qui se tient le plus souvent à Porto Allègre au Brésil. 

Ces contre pouvoirs se sont essoufflés en participants directement aux travaux de Davos. Cette année, les représentants du capitalisme vont recevoir un nombre hallucinant d’ONG pour débattre et qui sait trouver des solutions de compromis. 

 A partir de demain, les organisateurs du Forum de Davos vont célébrer la cinquantième édition en présence d’Ursula Von der Leyen, la présidente de la Commission européenne mais accueillera aussi Donald Trump et Greta Thunberg. 

Les participants à Davos ne sont pas tombés sur la tête. Ils savent bien que Donald Trump n’aime pas les valeurs portées par la mondialisation, telle qu‘elle est façonnée par Davos. Donald Trump a été élu avec un discours anti-libéral, anti-libre échange et protectionniste. Donald Trump va donc aujourd’hui faire un grand discours pour rappeler que son job est de protéger l’Amérique. Mais ils savent bien aussi que le président américain est en campagne électorale. Il va donc parler haut et fort à ses électeurs. Et en coulisses, il va rencontrer les dirigeants chinois, russes et européens. Du networking pendant lequel se forgent les compromis et les politiques. 

Si l’objectif de Donald Trump est de parler à ses électeurs, il sait aussi qu’il faut que sa machine économique fonctionne à plein régime. Et pour qu’elle fonctionne à plein régime, il a besoin d’un système mondial en bonne santé. Il sait donc parfaitement bien jusqu’où ne pas aller. Pour Trump, Davos représente le mur des réalités qu’il n’a pas le droit de franchir. C’est cette évidence qu’il est venu rappeler. 

L’invitation de Greta Thunberg est beaucoup plus importante, plus perverse et plus cynique encore, parce que beaucoup disent qu’elle est récupérée par des mouvements d’extrême gauche. Greta Thunberg est devenue une vedette mondiale auprès de sa génération en dénonçant les risques du réchauffement climatique. Par son audace, par son allure et par un marketing très sophistiqué, Greta Thunberg a pris la tête du mouvement mondial de la lutte pour le climat. Elle a fustigé tous les acteurs et tous les consommateurs en demandant à chacun de faire des efforts au niveau de son propre comportement. 

Mais jamais Greta Thunberg n’a accusé le système libéral, capitaliste d’être à l’origine du réchauffement climatique. Greta n’est pas antisystème, Greta demande à ce que le système trouve des solutions. Greta met en cause les responsabilités individuelles. 

C’est exactement le discours dont a besoin Davos. Un discours qui ne condamne pas la croissance économique, un discours qui ne refuse pas l’innovation. Mais un discours qui revendique une prise de responsabilités des différents acteurs. Les consommateurs d’abord, les producteurs ensuite. 

Tous les chefs d’entreprise aujourd’hui sont sur la même longueur d’onde. Ils savent qu’ils doivent trouver des solutions pour mettre en place des fonctions de production propres et pérennes. Pour tenir compte de la raréfaction des matières premières et des énergies. 

Ce qui est important dans la présence de Greta Thunberg à Davos, c’est qu’elle vient couper l’herbe sous le pied des écologiques politiques. De tous les militants qui préconisent un changement de modèle économique ou un abandon de cette course à la croissance, un abandon du système capitaliste libérale au profit d’une économie solidaire et de partage.

Pour Greta Thunberg, la lutte contre le réchauffement climatique est totalement compatible avec la poursuite d’un modèle de croissance et de progrès, à condition que les logiciels de production n’émettent plus de gaz carbonique. 

Dans un pays comme la France par exemple, les mouvements écologiques sot devenus nombreux mais ils se partagent en deux parties difficilement conciliables. Incapables de former des majorités pour gouverner. On va le mesurer lors des prochaines élections municipales.D’un coté, les écologistes radicaux antisystème qui promettent une lutte (parfois violente) contre le système capitaliste. De l’autre coté, des écologistes réformateurs, qui promettent des changements de mode de consommation mais qui ne réclament pas un abandon du système. La plupart des associations de consommateurs, d’actionnaires ou de salariés demandent à ce que les entreprises travaillent autrement mais continuent de travailler et de produire.

Le succès de Greta Thunberg tient au fait qu’elle bouscule les habitudes, mais rarement le système sur lequel fonctionne la mondialisation. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (13)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
clo-ette
- 22/01/2020 - 19:31
pardon
apparue
clo-ette
- 22/01/2020 - 19:11
je ne comprends pas
par quels biais, dans quelles circonstances, elle est soudain apparut sur le devant de la scène : l'immense majorité de la population la trouve sans intérêt, personne ne l'écoute pérorer, et elle fait la une de Match !
Alain Briens
- 22/01/2020 - 12:18
A l'imprécateur
Comme je l'ai dit dans un post plus bas, cet article est à côté de la plaque et Thunberg est à l'évidence une création de l'internationale gauchiste dont le but avoué est de mettre à bas le capitalisme et la civilisation occidentale. Vous posez une bonne question sur son voyage à Davos. A ma connaissance, l'info n'est pas sortie à ce jour, peut-être pour nous empêcher de rigoler autant qu'à l'occasion de son déplacement aux USA dont le bilan carbone est comparable à celui d'un porte-avions.