En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Rachida Dati souhaite supprimer l’acquisition automatique de la nationalité française par mariage

03.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

04.

La dette européenne s’arrache comme des petits pains. Mais il y a une très mauvaise nouvelle derrière la bonne

05.

Et le vilain petit secret des athlètes des épreuves d'ultra-endurance n'est pas de savoir mieux supporter la douleur

06.

"Jérémy Breaud on va te décapité" : l'odeur du sang attire toujours les hyènes...

07.

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

01.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

02.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

05.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

06.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

01.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

02.

Islamisme : la République de la complaisance

03.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

04.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

05.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

06.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

ça vient d'être publié
pépites > Justice
Justice
Conflit d'intérêt : Eric Dupond-Moretti écarté de l'enquête visant le PNF
il y a 4 min 30 sec
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Inhumain" : De la bande dessinée à grand spectacle, mais...

il y a 1 heure 25 min
décryptage > France
Faut que ça saigne

"Jérémy Breaud on va te décapité" : l'odeur du sang attire toujours les hyènes...

il y a 4 heures 8 min
rendez-vous > Société
Zone Franche
Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit
il y a 4 heures 23 min
décryptage > Education
Témoignages

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

il y a 4 heures 38 min
décryptage > International
A l’insu de son plein gré ou non

Donald Trump a un bilan majeur en matière de politique étrangère et voilà pourquoi

il y a 4 heures 51 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Oubliez astéroïdes et guerres nucléaires : au XXIe siècle, le principal danger pour l'humanité est les pandémies et maladies infectieuses

il y a 5 heures 29 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

Comment l'idéologie du droit à la différence a fait basculer les banlieues dans le ressentiment identitaire et racial

il y a 5 heures 33 min
décryptage > Politique
On y pense à l’Elysée

Etrangers fichés S : vers un Guantanamo à la française ?

il y a 5 heures 38 min
décryptage > Economie
Phénoménale dette

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

il y a 5 heures 39 min
décryptage > Politique
Indirect

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

il y a 24 min 47 sec
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Les entrepreneurs de légende français" : les trajectoires d’une large palette d’entrepreneurs français retracées avec brio

il y a 1 heure 30 min
décryptage > Education
D'un autre temps

Non assistance à institution en danger ? Le discours lunaire d’Emmanuel Macron sur l’école

il y a 4 heures 15 min
décryptage > Santé
Danger

Notre cerveau préfère les histoires qui finissent bien, nous devrions pourtant nous en méfier

il y a 4 heures 26 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite
il y a 4 heures 47 min
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

L’influence de la fonction publique et des fonctionnaires sur la vie politique : aux racines d'un mal français

il y a 5 heures 26 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Conseil à l’usage des gens “normaux” en couple avec un surdoué

il y a 5 heures 33 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

L’Occident : un coupable idéal aux yeux de la pensée décoloniale

il y a 5 heures 37 min
décryptage > Economie
L'impossible Budget 2021

Récession Covid : le grand écart s'accentue entre ceux qui vont bien et ceux qui coulent

il y a 5 heures 38 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Sublime royaume" de Yaa Gyasi : de la relation mère-fille entre science et spiritualité, un roman qui ne peut laisser indifférent

il y a 18 heures 30 min
© Andy Buchanan / AFP
© Andy Buchanan / AFP
Trompe l’oeil

Pourquoi le classement Oxfam sur la concentration des richesses entre les mains de milliardaires ne nous dit quasiment rien de la réalité de celle des pauvres

Publié le 21 janvier 2020
Le dernier rapport d'Oxfam annonce cette année encore nouvelle hausse des inégalités en France : 7 milliardaires posséderaient autant que 30% des Français les plus pauvres. Quelles sont les limites de ce dernier et quel est l'enjeu véritable d'une lutte contre les inégalités ?
Jean-Philippe Delsol
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Philippe Delsol est avocat, président de l’Institut de Recherches Economiques et Fiscales, IREF, essayiste. Dernier ouvrage paru : Eloge de l’Inégalité, chez Manitoba/Belles Lettes, Novembre 2019.
Voir la bio
André Babeau
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ancien directeur du CREDOC (1978-1984) et du Centre de Recherche sur l'Epargne (CREP), il a été conseiller scientifique du BIPE de 2002 à 2011. Il est administrateur de l'Institut d'Éducation Financière du Public (IEFP) auprès de l'Autorité des marchés...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le dernier rapport d'Oxfam annonce cette année encore nouvelle hausse des inégalités en France : 7 milliardaires posséderaient autant que 30% des Français les plus pauvres. Quelles sont les limites de ce dernier et quel est l'enjeu véritable d'une lutte contre les inégalités ?

Atlantico: La méthode de calcul des inégalités fait-elle aujourd'hui consensus ? Quelles sont les limites du calcul proposé dans le dernier rapport publié par Oxfam ?

Jean-Philippe Delsol : OXFAM est atteint d’obsession égalitariste. Pourtant, l’important est moins l’inégalité que la pauvreté. La question est de savoir si la pauvreté recule plutôt que de vouer les plus riches aux gémonies. Une autre question fondamentale est d’ailleurs de savoir si la pauvreté aurait autant reculé, ou moins ou plus, si les plus riches s’étaient moins enrichis sur la même période. Cette question reste sans réponse définitive, mais il ne fait guère de doutes que la liberté favorise la croissance de l’économie et l’enrichissement, différencié, de tous. La misère se résorbe mieux par l’échange que par l’assistance qui amollit au mieux et pervertit au pire. Il y aurait moins de corruption dans le tiers-monde si les pays riches favorisaient le commerce et l’industrie de ces pays plutôt que de leur distribuer des aides qui renforcent les mauvaises gouvernances et donnent trop d’opportunités de détournement.

Le raisonnement d’OXFAM est statique et tout à fait contestable. Les riches ne sont pas les mêmes d’une année à l’autre. Guillaume Nicoulaud a analysé le parcours des dix plus riches du monde depuis 1987 et a constaté que 30 ans plus tard seuls deux héritiers de l’un de ceux qui était dans les dix premiers vingt six ans auparavant s’y trouvaient encore. Il constate aussi que les survivants ou leurs héritiers ne se sont enrichis dans cette période, globalement, que de 1,3% par an en moyenne et non de 6,4% comme Piketty le dit. Et encore, si on exclut du panel les héritiers de Sam Walton (Walmart), les neuf autres familles se sont appauvries de 3% par an (en moyenne). Quant à la fortune des pauvres, OXFAM ajoute des carottes et des navets pour comptes ses poireaux. Dans ses rapports annuels successifs, OXFAM réutilise des données et études du Crédit suisse dont la méthodologie est discutable en matière de définition du patrimoine, et largement rejetée par le cercle des économistes. En effet, l’approche qui consiste à prendre le patrimoine net pour mesurer la richesse conduit à retenir qu’un jeune étudiant américain qui s’est endetté pour financer ses études à Harvard, Stanford ou Princeton est plus pauvre que n’importe quel sans-abri, chômeur d’Afrique subsaharienne ou réfugié syrien ayant perdu la totalité de son patrimoine. Et cette méthode retient des situations statiques alors que la richesse est dynamique, un cadre dirigeant fort endetté auprès de sa banque étant potentiellement plus riche que le retraité propriétaire de sa petite maison dont le capital a déjà été remboursé ou que le petit salarié propriétaire de quelques actifs financiers. Plus généralement, la mobilité sociale est plsu importante que la richesse. Ce qui permet de dynamiser une société, c’est qu’elle puisse offrir à tous ceux qui le souhaitent la possibilité de s’enrichir. Les Etats-Unis créent plus de richesses que les Français parce que les pauvres y sont moins envieux des riches qu’admiratifs de leurs réussites qu’ils voudraient imiter, à l’inverse de la France où la jalousie l’emporte sur la reconnaissance des mérites.

André Babeau : Le rapport d’Oxfam de ce mois est intitulé contient des suggestions intéressantes et fournit des références originales, mais il est dommage qu’en distinguant insuffisamment les différents problèmes en cause, en passant trop rapidement sur des questions difficiles et en formulant des conclusions trop abruptes, notamment pour notre pays, il perde de son pouvoir de persuasion. Dans l’ensemble des développements, on peut souhaiter isoler trois types de problème : la prise en compte de l’activité non rémunérée des femmes, l’évolution du taux de pauvreté, enfin, la concentration des patrimoines.

S’agissant de la prise en compte du travail non rémunéré des femmes (travail domestique, soins aux enfants), on a affaire à une vraie difficulté que les économistes ont identifiée depuis plusieurs décennies : les comptables nationaux ne tiennent effectivement aucun compte de ce travail dans leur mesure de la production nationale marchande. Des recherches sont menées sur ce sujet dans d’assez nombreux pays et on peut espérer que, d’ici peu, les comptables nationaux seront capables de publier régulièrement, dans ce domaine, des informations solides.

Cependant, la conclusion des auteurs du rapport Oxfam frise clairement le ridicule en stigmatisant la France « qui (en termes d’inégalités) maintient son statut mortifère alors qu’elle est traversée {…} par la plus longue grève générale ( ?) de la Vème République ». En cause notamment, le fait que Bernard Arnault soit monté avec LVMH à la quatrième place du classement mondial des milliardaires. En 2012, le nombre de salariés de LVMH était de 106 mille, il est passé à 156 mille en 2018 : moi, des entreprises dont les effectifs croissent régulièrement à près de 7% par an, je prends tout de suite. Mais les plus de 55 ans n’y représentent encore que moins de 7%. C’est évidemment trop faible, il faut donc demander à LVMH d’accroître aussi rapidement que possible cette proportion : ce sera sa contribution à l’équilibrage de notre système de retraite en permettant à ses salariés de travailler plus longtemps.

On pourrait signaler nombre de détails qui font défaut dans le rapport d’Oxfam : pour les inégalités de patrimoines, par exemple, s’agit-il des patrimoines bruts ou des patrimoines nets d’endettement ? La différence pourrait, dans certains pays, ne pas être de l’épaisseur du trait. En ce qui concerne la proportion de patrimoines hérités dans le patrimoine total, tous les spécialistes savent que, dans ce domaine, les résultats obtenus dépendent largement des hypothèses faites en cours de calcul. En matière de revenus enfin, a-t-on affaire au revenu global du ménage ou à une mesure du revenu tenant de sa composition ? Là encore, il ne s’agit pas d’une précision superflue.

La hausse des inégalités est-elle toujours un problème ? Y-a-t-il des inégalités plus graves que d'autres ? Sur lesquelles faudrait-il se concentrer en priorité ? 

Jean-Philippe Delsol : L’inégalité est toujours mauvaise quand elle est le fruit de la corruption, de la tromperie, de la connivence entre les entrepreneurs et les pouvoirs en place comme elle l’est si souvent dans les pays socialistes parce que l’Etat y est plus étendu et plus puissant que dans les autres. Ceux qui veulent imposer l’égalité absolue n’obtiennent jamais que la médiocrité universelle et nourrissent les apparatchiks. Mais l’inégalité ne doit pas non plus conduire les hommes à ne plus savoir vivre ensemble. La bonne vie est dans la recherche incessante d’équilibres toujours instables plutôt que dans la volonté d’imposer la mise en œuvre d’un modèle parfait et inaccessible. Cet équilibre ne peut s’atteindre que dans la liberté et le respect d’un état de droit qui est d’abord le respect des autres. Au cours des trente dernières années, dans le monde, la grande pauvreté a été réduite de plsu de 40% de la population à moins de 10%. Cette réduction de la grande pauvreté, encore insuffisante, est due à la libération des échanges mondiaux  beaucoup plus qu’aux politiques de redistribution.

André Babeau : En ce qui a trait à l’évolution du taux de pauvreté dans le monde, quelle que soit la mesure retenue (60% du revenu médian ou un revenu minimum en dollars), toutes les statistiques disponibles font apparaître, depuis les dernières décennies du XXème siècle, une baisse de ce taux dans le monde et non pas une hausse : cette baisse résulte de la croissance de plusieurs pays à revenus faibles. Mais il est vrai que, dans ces mêmes pays et également dans plusieurs pays avancés, les inégalités de revenus se sont creusées. Cela n’a pas été le cas en France : le taux de pauvreté y a connu une nette réduction, passant de 18% des ménages en 1980 à 14% maintenant (si on prend comme référence 60% de notre salaire médian). Les inégalités de revenus ont eu, d’autre part, tendance à refluer : en utilisant le coefficient de Gini, qui est la mesure la plus globale de ces inégalités (égal à 0 en cas d’égalité parfaite et à 1 si un individu concentre tout le revenu), notre pays est passé d’une valeur de 0,33 en 1970 à 0,28 en 2016, contre 0,39 dans un pays comme les Etats-Unis.

D’importants efforts restent certainement à faire dans ce domaine, en matière de mobilité sociale d’une génération à l’autre. On ne peut ici que conseiller à nos dirigeants de s’inspirer des travaux de notre prix Nobel d’économie 2019, Ether Duflo, qui, avec un laboratoire de 200 chercheurs aux Etats-Unis, calcule avec précision l’efficacité des différentes mesures permettant, notamment en matière d’éducation, de lutter contre la pauvreté et d’accroître la mobilité.

La focalisation sur les inégalités de revenus n'est-elle pas même contre-productive parfois quand il s'agit de lutter contre la pauvreté ? 

Jean-Philippe Delsol : En effet! Par exemple une hausse excessive du salaire minimum exclut les employés les plus pauvres de l’emploi. Aux États Unis, la hausse du salaire minimum pratiquée en 2007-2009 a généré une augmentation de 2,8 % du chômage des jeunes. D’ailleurs, les trois pays de l’OCDE les moins inégalitaires, la Finlande, le Danemark et la Suède, n’ont pas de salaire minimum. Aux Etats-Unis, la politique de baisse des prélèvements fiscaux et de dérèglementation de Donald Trump a porté ses fruits. Elle a enrichi des entrepreneurs, mais elle a permis de créer  473 000 emplois dans l’industrie manufacturière en seulement deux ans quand sous les deux mandats d’Obama, ce secteur avait détruit 210 000 emplois. En même temps, les salaires augmentent régulièrement depuis deux ans. Le salaire horaire moyen a augmenté de 3.2 % en 2018. C’est la hausse la plus importante depuis la crise de 2008. Et ce sont les salaires les plus bas et ceux des populations de couleur qui ont le plus profité de la hausse : + 4.6 % dans le commerce et + 4.3 % dans les loisirs. La liberté de s’enrichir permet l’éclosion de grandes fortunes, mais elle favorise d’abord la croissance qui est le meilleur moyen de sortir les gens de la pauvreté.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
lexxis
- 22/01/2020 - 06:57
UNE IMPASSE COUPABLE SUR L'INCORPOREL
Ce n'est pas parce que le recensement et l'évaluation des éléments incorporels de richesse ou de revenu sont difficiles qu'il faut systématiquement les passer sous silence. Nos experts sont arrivés en effet à retenir pour quelques milliers d'euros la valeur d'une médiocre bicoque de banlieue sans se soucier du tout de la valeur de la rente que représente la garantie de l'emploi à vie d'un jeune Conseiller d'État qui se chiffre sans peine à plusieurs millions d'euros (retraite comprise)..

Et le reproche vaut en particulier pour Piketty à qui cet aspect des choses échappe complètement .Il manque tout simplement à la plupart de nos experts et à bon nombre d'économistes le sens du relatif et même tout simplement un peu de bon sens: rechercher en priorité le plus important même peu connu et s'attacher à le prendre correctement en compte, même si c'est bien plus difficile que d'évaluer précisément ce qui est mineur et parfaitement connu.
Bobby Watson
- 21/01/2020 - 18:16
Indécent
Dans l'Hexagone, sept milliardaires possèdent autant que les 30% les plus pauvres. L'année dernière, ce rapport était de huit milliardaires contre 30%. Les commentateurs peuvent s'acharner à défendre cette inégalité de fait, l'injustice est patente.