En direct
Best of
Best of du 12 au 18 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Arrestations massives sur le DarkWeb à travers la planète : coup d’arrêt... ou d’épée dans l’eau ?

02.

Et si la nouvelle la plus importante pour l’avenir du climat de la planète venait de passer quasi inaperçue

03.

Un militant communiste assassiné à Saint-Ouen *

04.

Covid : les épargnants devront payer la facture; Bayrou trouble la coordination gouvernementale; Les bonnes affaires d’Édouard Philippe : payé 50 000€ pour se former au numérique...; La fraude sociale sert (aussi) à financer le terrorisme islamiste

05.

Sauver la Seine-Saint-Denis, mission impossible ? Non... mais l’Etat n’est pas le "héros" qu’il pense être

06.

La France, paradis des squatteurs et qui entend bien le rester

07.

J’aime les sapins de Noël : je suis un facho

01.

Comment les industries pétrolières nous ont fait croire que le plastique serait recyclé

02.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

03.

Séparatisme : LREM pris dans les phares de la voiture de l’islam politique

04.

Journée mondiale d’Alzheimer : comment nos rythmes de sommeil peuvent prédire le moment de l'apparition de la maladie

05.

Ce que la dernière photo prise par la NASA nous révèle de Jupiter

06.

Non, les adhérents de LREM ne méritent pas Macron ! Il est trop grand, trop beau, trop génial pour eux.

01.

Névrose collective : l’Europe pétrifiée face à la crise des migrants qui se noue à ses portes

02.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

03.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

04.

Édouard Philippe ou le vrai-faux espoir de la droite : radioscopie d’un malentendu idéologique

05.

Nouvelles mesures face au Covid-19 : Gribouille gouvernemental à la barre

06.

J’aime les sapins de Noël : je suis un facho

ça vient d'être publié
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand la ballerine pousse quelques notes et quand on doit se replonger dans la dolce vita : c’est l’actualité automnale des montres
il y a 14 min 41 sec
Environnement
Pendant le confinement les oiseaux ont chanté de manière différente
il y a 2 heures 11 min
pépites > Politique
Justice
Le Rassemblement National face à un ex-salarié devant le tribunal de Nanterre
il y a 3 heures 37 min
décryptage > Société
Impact pour les entreprises

Un congé paternité à côté de la plaque ?

il y a 4 heures 24 min
décryptage > Politique
Mesures concrètes ?

Sauver la Seine-Saint-Denis, mission impossible ? Non... mais l’Etat n’est pas le "héros" qu’il pense être

il y a 4 heures 48 min
décryptage > High-tech
Plaque tournante des trafics

Arrestations massives sur le DarkWeb à travers la planète : coup d’arrêt... ou d’épée dans l’eau ?

il y a 5 heures 11 min
décryptage > Justice
Succession de Ruth Bader Ginsburg

Cour suprême : ce que la démocratie et l’état de droit américains doivent aussi aux juges conservateurs

il y a 5 heures 32 min
décryptage > Economie
Crise sanitaire

COVID-19 : et maintenant, quel impact économique ?

il y a 6 heures 40 min
light > Santé
Des propos "à l'emporte-pièce"
Olivier Véran répond à Nicolas Bedos suite à son appel sur l'arrêt du port du masque et des gestes barrières
il y a 20 heures 58 min
pépites > Santé
Désengorger les SERVICES
Covid-19 : les Hôpitaux de Paris vont reporter 20% des opérations chirurgicales dès ce week-end
il y a 23 heures 1 min
pépite vidéo > Politique
Enquête en cours
Jean Castex confirme qu'une attaque s'est produite "à proximité" des anciens locaux de Charlie Hebdo
il y a 24 min 28 sec
pépites > France
Onzième arrondissement
Paris : attaque à l'arme blanche près des anciens locaux de Charlie Hebdo
il y a 2 heures 16 min
pépites > Santé
Politique
Le Premier ministre n'a pas téléchargé l'application «StopCovid» comme la quasi totalité des Français
il y a 4 heures 5 min
light > Economie
Economie
La Chine va lancer la version numérique de sa monnaie officielle le yuan
il y a 4 heures 39 min
décryptage > France
Faut voir

Un militant communiste assassiné à Saint-Ouen *

il y a 4 heures 59 min
pépites > Société
Politique
Louis Aliot maire RN de Perpignan protégé par trois gardes du corps
il y a 5 heures 14 min
décryptage > Société
Angoisse face au Covid-19

Petits conseils pour rester un parent serein quand la pandémie fait flamber votre stress

il y a 5 heures 52 min
light > Santé
Sport
Pas plus de 1.000 spectateurs par jour pour le tournoi de Roland Garros
il y a 6 heures 55 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Comédies françaises" de Eric Reinhardt : un magnifique roman d’initiation, itinéraire d’un millénial gâté

il y a 21 heures 45 min
light > Culture
Ministère de la Culture
Gabriel Matzneff est définitivement privé d'aide publique
il y a 23 heures 33 min
© Reuters
© Reuters
LES ENTREPRENEURS PARLENT AUX FRANÇAIS

« Plus c’est jeune, moins cela veut travailler, plus c’est vieux plus cela veut toucher » !! Analyse d’une France non entrepreneuriale, celle de la rente

Publié le 20 janvier 2020
La marée descend. Ce n’est pas une observation météo, mais celle des effets de la grève. De toutes façons les grévistes, même en fausse maladie, doivent, un jour ou l’autre, retourner travailler pour toucher un salaire souvent « mal mérité ». Quand on a autant de jours de repos que je jours travaillés, d’ailleurs, est-ce un travail ou un passe-temps ?.
Denis Jacquet
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Denis Jacquet est entrepreneur (Edufactory), investisseur (Entreprise et conquête) et président de Parrainer la croissance, une association d'aide aux PME pour rechercher la croissance, et cofondateur de l'observatoire de l'Uberisation. 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La marée descend. Ce n’est pas une observation météo, mais celle des effets de la grève. De toutes façons les grévistes, même en fausse maladie, doivent, un jour ou l’autre, retourner travailler pour toucher un salaire souvent « mal mérité ». Quand on a autant de jours de repos que je jours travaillés, d’ailleurs, est-ce un travail ou un passe-temps ?.

Même si la grève cesse, elle laisse en filigrane, sur la plage, le contour cartographique d’une France malade, mais d’une France qui est simplement le reflet du sort qui s’offre de plus en plus brutalement à l’intégralité de ses petits camarades des pays occidentaux. La fin d’un modèle. Dur à accepter, pour les plus fragiles, c’est vrai, mais qui ne se soigne pas en se débarrassant d’un simple rhume. Le plus dur est à venir. Cela ne risque pas d’arriver aux entrepreneurs. L’avantage de n’avoir rien à attendre, c’est qu’on n’a pas rien à défendre. Ceux qui tentent de tout gagner en risquant tout, vont s’opposer un peu plus intensément, dans l’avenir, à ceux qui ont tout à perdre en ne risquant rien, sauf leur temps bien entendu. Leur travail.

Pour tous ceux qui se sont livrés pendant les grèves à des gesticulations inutiles, à courte vue, estimant que l’on pouvait attendre, arguant, comme le suicidé passant devant le 30ème étage, que « jusqu’ici, tout va bien », et qu’il y avait donc urgence à attendre. C’est en partie vrai. Les réformes essentielles auraient dû précéder dans l’ordre de la bienséance politique, celles plus importantes des institutions, de l’État, le l’Éducation, du travail, du digital et de la santé. Mais c’est largement faux également, sur le fonds, car la question qui mine le monde occidental et particulièrement la France et l’Europe, comme la lèpre dévore la peau et les os, plus que partout ailleurs (à part le Japon et bientôt la Chine), c’est l’âge et la démographie. C’est pour cela que la retraite, et les mesures de coordination entre les pays Européens était et reste, si urgente.

Tous les pays sont lassés des effets indésirables des relations sexuelles, à savoir les enfants ! Laïques, hédonistes et libérés des préceptes des religions qui apparentent le plaisir au pêché, ils ont pris le sens inverse de la montre religieuse (je n’ai pas dit la Mante !), en conservant le plaisir et en abandonnant le reste. Le manque de confiance a fait le reste. Pourquoi faire des enfants si c’est pour leur offrir le cadeau empoisonné d’un monde en décroissance, une planète polluée et détruite, une productivité stagnante, une croissance molle ou nulle, un emploi menacé, une éducation en berne, des déficits toujours plus hauts qui se traduisent par une dette au berceau, suffisante pour dégoûter le fœtus de sortir du ventre de sa mère. Devant un tel spectacle, on est clairement mieux au chaud.

Les pays sont tous ou presque (la France), passés sous la barre des 2,1 enfants par personne. La moyenne d’âge a augmenté de 4 ans depuis 2000 et augmentera encore de 5 ans, au moins, d’ici 2050. Et contrairement aux USA, qui en auront encore 3, l’Europe aura 2 personnes de plus de 65 ans pour 4 en âge de travailler. Nous serons en moyenne plus âgés de 4 ans que les américains, mais leur espérance de vie diminue depuis 4 années consécutives. Nous avons passé, depuis un long moment (2008) le pic du nombre de personnes en âge de travailler, et désormais la pente du toboggan devient aigue. Le refus de travailler plus longtemps n’est donc pas seulement une petite question d’équilibre des comptes, n’en déplaise aux vendeurs de court terme, c’est une question d’équilibre de la société, de cohésion de ce qui soutient notre système dans son intégralité. Plus il sera difficile de trouver des travailleurs, et plus l’automatisation gagnera rapidement du terrain, pour compenser, et quand, éventuellement, la croissance et la productivité, hospitalisées depuis plusieurs années, seront en situation de sortir du plâtre, il n’y aura plus d’emploi à proposer aux hommes et femmes. Nous aurons donc une population âgée, pas de cotisants, plus d’emplois, qualifiés ou non, et nos yeux pour pleurer. Il est temps de travailler plus longtemps, en relançant la machine à former, afin que le travail se maintienne. A moins de préférer une société d’indigents, de « sans dents » auraient dit certains « grands esprits », plus fort sur les jeux de mots que sur le soin des maux.

Écoutons le Japon, et retenez cet exemple, apparemment insignifiant. Au Japon, on a fini par trouver (et là on parle de robotisation, qui n’est rien face à l’automatisation) un robot capable de plier un T-shirt et le mettre sous plastique. Cela parait ridicule ? Cela représente plusieurs centaines de milliers d’emplois, et en Chine, des millions. La réponse des inventeurs du logiciel quand on leur demande l’impact sur l’emploi ? Très simple : « Nous ne supprimons pas d’emplois, nous n’avons personne pour les occuper » !!!! L’âge et la démographie ont tué le nombre d’employables, et l’automatisation et la robotisation vont gagner du terrain grâce à cela. Plus grave encore, même dans les pays qui pourraient occuper ces emplois, l’Europe notamment, les chômeurs existent mais ne veulent pas prendre ces emplois (c’est dégradant !!), mais de toutes façons, les entreprises, pour rester compétitives, seront, elles aussi, obligées d’utiliser ce robot, et priveront ainsi le monde de millions d’emplois qui auraient été bien utiles quand l’hiver sera venu.

Les entrepreneurs, notamment Chinois et Américains, cumuleront une valeur insolente, sans créer d’emplois, et finiront pas être riches, sans avoir à se soucier des salariés, qui à force de tourner le dos au travail, tourneront le dos à leur avenir. Il n’y a pourtant aucun problème à travailler 2 ou 3 ans de plus, quand l’espérance de vie passe à plus de 80 ans, et bientôt 90, et surtout, en bonne santé, grâce aux prochains progrès de la médecine.

Qui supportera cette situation ? Personne. La classe moyenne une fois disparue ou fauchée et précipitée vers le bas, ne servira plus de voile pudique entre le pauvre et l’immensément riche, et la jalousie deviendra la denrée la plus abondante au monde, et elle ne sera certainement pas soignée à coup de revenu universel.

Ce que viennent de faire nos grévistes, c’est de prouver que l’avenir ne les intéresse pas. Seul leur avenir les intéresse. Ils exigent une solidarité dans la grève pour mieux alimenter l’égoïsme dans l’avenir. 

C’est terrible, et encore plus terrible de voir la province les soutenir. Ces régions, certes abandonnées par la République, comme dans la plupart des pays, qui confondent la concentration des camps urbains avec le bonheur du pays, pensant que la masse de certaines villes masquera la misère du reste des pays. 

Néanmoins, leur ignorance économique, leur refus de voir la réalité en face, ne leur évitera pas de prendre le seul train qui roule encore dans ce pays, celui de la stagflation, de l’âge et de la fin de l’emploi. On va enfin réaliser, mais brutalement, qu’une entreprise est faite pour réaliser un rêve, au départ, puis un objectif économique ensuite, mais pas des emplois. L’emploi est une conséquence, un moyen, en aucun cas un objectif. Et je crains que cette leçon douloureuse de compréhension de ce qu’est une entreprise, ne se fasse, dans les 30 prochaines années, au prix d’un réveil désastreux, qu’une bonne préparation et le rétablissement d’un dialogue en lieu et place d’une éternelle confrontation, auraient permis d’éviter. Le triste spectacle français nous prouve que l’histoire de l’avenir est malheureusement écrite. Dommage. La France, l’Europe, méritaient mieux.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Thématiques :
Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Ganesha
- 22/01/2020 - 13:00
Durée du travail
Beaucoup de vérités dans cet article.
Il n'en reste pas moins que la seule solution raisonnable, c'est de stopper l'Immigration.
Cela permettra d'offrir le plein emploi par une diminution de la durée hebdomadaire du travail, et un départ en retraite à un âge réaliste.
ajm
- 21/01/2020 - 18:33
Rente et risque.
En creusant un peu la question, il n'est pas aussi pertinent que cela d'opposer rente et entrepreneuriat. Un entrepreneur cherche toujours à capturer une niche de marché, plus profitable et moins concurrentielle, en montant dans la chaîne de valeur dans un " haut de gamme" qui le met en situation de moindre concurrence, une forme de rente, relative. De même, l'inventeur prend des risques pour développer son innovation mais la protège après en déposant un brevet qui lui donne une exclusivité d'exploitation pour une durée importante. L'entrepreneur, de surcroît, est éminemment rationnel, il calcule toujours en investisseur ses risques , le coût/ opportunité / profit potentiel de chacune de ses options possibles, ce calcul étant au coeur de son métier. Enfin, l'entrepreneur âgé voudra légitimement profiter de sa réussite et se retirer en " vivant de ses rentes" avant de quitter notre terre et/ ou en faire profiter ses proches. Dans la vraie vie, on est jamais complètement preneur de risque ou, à l'opposé, rentier. Cette opposition est caricaturale et on ne peut d'ailleurs pas fonder une société uniquement sur la prise de risque, même calculée.
Audois
- 21/01/2020 - 13:07
Une vision myope ?
Votre article reprend une antienne sur les vertus de l'esprit d'entreprise qui s'opposerait à l'esprit de rente supposé dominant en France. Comme tel, il suscitera de la sympathie chez les entrepreneurs, mais il me semble que sur le fond il participe d'une myopie très répandue sur l'évolution des sociétés industrialisées. On peut en effet être entrepreneur dans l'âme, et souhaiter l'émergence d'une société combinant une ++baisse++ démographique, une frugalité des consommations matérielles (frugalité dans l'usage de l'énergie, des matières premières non renouvelables, et de tous les produits industriels qui en dérivent), et une croissance concomitante de la culture générale, scientifique, artistique, philosophique... des populations humaines. Bref on peut souhaiter voir se développer une croissance plus qualitative que quantitative. Dans cette perspective anthropologique, les applications de l'IA (robotique notamment), sont nos meilleures alliées et la démographie positive notre plus grand risque !