En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

02.

Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus

03.

Haro sur le nucléaire et l'hydraulique: l’Europe frappée d’imbécillité énergétique ?

04.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

05.

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

06.

70.000 euros par mois en 2019, une Bentley, un bateau, des appartements et maisons, le ministre de la Justice dévoile son patrimoine

07.

À la veille du Black Friday, des employés d'Amazon Allemagne se mettent en grève

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

05.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

05.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

06.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

ça vient d'être publié
décryptage > High-tech
Usage d'Internet

Nos e-mails sont-ils vraiment une menace pour l'environnement ?

il y a 24 min 24 sec
pépite vidéo > Politique
"Images insoutenables"
Producteur tabassé : Agnès Pannier-Runacher estime que les policiers "ont franchi la ligne rouge"
il y a 1 heure 25 min
décryptage > Justice
Législation

Haine en ligne : à Bruxelles comme à Paris, une réponse législative pas à la hauteur du défi sociétal

il y a 1 heure 39 min
light > Culture
Star
Isabelle Huppert meilleure actrice du monde au XXIe siècle selon le New York Times
il y a 2 heures 11 min
décryptage > Terrorisme
Justice

Procès de l’attentat de Villepinte : l’Iran en ligne de mire

il y a 2 heures 47 min
pépites > International
Petit pas
Donald Trump a déclaré hier qu'il partirait de la Maison Blanche après l'intronisation de son rival mais il aura du mal car il y a eu une "fraude massive"
il y a 3 heures 7 min
décryptage > Europe
Wirecard, Volkswagen...

Peut-on encore avoir confiance dans le capitalisme allemand ? Une série de scandales laissent planer le doute

il y a 3 heures 42 min
décryptage > Economie
Solutions pour sauver les emplois

Voilà comment le Covid-19 a exacerbé la fracture entre travailleurs qualifiés et non qualifiés malgré les dispositifs de chômage partiel

il y a 4 heures 8 min
décryptage > Santé
Lutte contre la pandémie

Recul du Covid : ces (mauvais) chiffres qui relativisent le satisfecit que décerne Olivier Véran à la France

il y a 4 heures 51 min
light > Insolite
Aux décibels
Si le comptoir vous manque, vous pouvez toujours écouter le brouhaha des cafés en streaming
il y a 20 heures 58 min
décryptage > Politique
Stratégie de lutte contre le virus

Pour protéger mamie du Covid, le gouvernement veut la pousser dans les orties

il y a 59 min 38 sec
pépites > Politique
Couac
Article 24 : le ministre des Relations avec le Parlement déclare que les députés auront le dernier mot
il y a 1 heure 38 min
décryptage > France
Appel aux autorités

Dans la peau d’un autiste

il y a 2 heures 3 min
pépites > Politique
Police
Emmanuel Macron aurait été choqué par la vidéo montrant un producteur de musique frappé, et aurait recadré Gérald Darmanin
il y a 2 heures 36 min
décryptage > International
Opérations américaines en Afrique

Un Officier de la CIA mort au combat en Somalie

il y a 3 heures 2 min
rendez-vous > International
Géopolitico-scanner
Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?
il y a 3 heures 19 min
pépites > Société
Couac
A peine voté, l'article 24 de la loi sécurité globale va être réécrit par une commission indépendante : la majorité est énervée
il y a 4 heures 6 min
décryptage > France
Forces de l'ordre

Violences contre un producteur : ce problème d’encadrement de la police nationale auquel doit absolument s’attaquer le gouvernement

il y a 4 heures 33 min
décryptage > International
Attractivité

Shanghai remplace Londres comme ville la plus connectée au reste du monde : l’Asie a-t-elle définitivement supplanté l’Occident avec le Covid ?

il y a 5 heures 16 min
pépites > Politique
Bien installé
Selon un sondage, Laurent Wauquiez remporterait largement les régionales en Auvergne-Rhône-Alpes
il y a 21 heures 47 min
© GUILLAUME SOUVANT / AFP
© GUILLAUME SOUVANT / AFP
La vérité (et le problème) sont ailleurs

Pourquoi les hôpitaux ont moins de problèmes de moyens qu’on le croit

Publié le 20 janvier 2020
L'hôpital public français serait en manque de moyen. Pour le sauver, un seul moyen, répété en boucle par des praticiens hospitaliers grands défenseurs de la sécurité sociale et de toutes les vertus humanistes: augmenter les budgets. Le problème est que, quand on gratte, la réalité est un peu différente...
Éric Verhaeghe
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Éric Verhaeghe est l'ancien Président de l'APEC (l'Association pour l'emploi des cadres) et auteur de Faut-il quitter la France ? (Jacob-Duvernet, avril 2012). Son site : www.eric-verhaeghe.fr ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'hôpital public français serait en manque de moyen. Pour le sauver, un seul moyen, répété en boucle par des praticiens hospitaliers grands défenseurs de la sécurité sociale et de toutes les vertus humanistes: augmenter les budgets. Le problème est que, quand on gratte, la réalité est un peu différente...

Les hôpitaux publics manquent de moyens. On en pleurerait dans les chaumières. Chacun y va de son petit chiffre pour prouver qu’il faut absolument dépenser plus pour nos hôpitaux, victimes, paraît-il, du néo-libéralisme qui voudrait nous faire ressembler aux États-Unis, où la santé est la plus chère du monde, c’est bien connu. Le problème est évidemment que toutes ces affirmations occultent sciemment le problème de fond du système hospitalier français: sa sur-administration par des bureaucrates qui en épuisent les ressources et les moyens. 

Les hôpitaux publics manquent de moyens ? Les chiffres disent le contraire

Comme toujours, rien ne vaut une bonne comparaison de l’OCDE pour remettre l’église au milieu du village. Et, en matière de comparaison, l’OCDE donne tous les outils nécessaires, avec son Panorama annuel de la Santé, qui documente parfaitement les sujets. 

On en retirera deux tableaux particulièrement éloquents qui détruisent le mythe d’un hôpital public français qui serait sous-doter par rapport à ses voisins industrialisés. 

Ce premier tableau est bien connu. Il rappelle que la part des dépenses de santé dans le PIB en France est supérieure de 2 à 3 points à la moyenne de l’OCDE. Depuis 2003, elle suit d’ailleurs assez fidèlement l’ensemble de l’évolution internationale et conserve globalement son écart à la moyenne de façon constante. Il est intéressant de comparer son évolution à celle des Pays-Bas : ces derniers sont dans la « roue » de la France mais conservent assez rigoureusement leurs distances avec elle. 

Ces chiffres ne disent pas que la France a un bon niveau de dépenses pas plus qu’ils ne valident ou condamnent ses choix sanitaires. En revanche, ils démentent la théorie selon laquelle la santé en France manquerait de moyens, ou selon laquelle les budgets santé en France se dégraderaient. La France consacre plus de moyens que ses voisins industrialisés à la santé, et ces moyens progressent au même rythme que l’ensemble industrialisé.

Les hôpitaux français sont bien dotés

Bien entendu, les statistiques globales sur la dépense de santé rapportée au PIB ne disent rien sur les moyens des hôpitaux. Pour comparer ceux-ci, il faut plutôt regarder attentivement cet autre graphique produit par l’OCDE, qui est particulièrement parlant :

Ce graphique récapitule la ventilation des dépenses de santé selon les grands postes : hôpital, médecine de ville, etc. En France, l’hôpital représente 32% des dépenses, pour 28% dans le reste des pays industrialisés. La France « sur-performe » donc de 15% ses petits camarades. Et, en l’espèce, ce n’est pas forcément bon signe. Rappelons que les recordmen mondiaux de la dépense hospitalière avec 42% des dépenses de santé sont les Grecs, directement suivis par la Russie avec 36%…

On remarquera aussi que les soins ambulatoires en France ne représentent que 27% des dépenses, contre 32% dans l’OCDE. On retrouve ici la préférence française (en l’espèce celle des médecins français) pour l’hospitalisation, et son aversion pour les soins de ville. 

Là encore, chacun lira ces statistiques à sa manière. Mais l’évidence commune s’impose : non, les hôpitaux publics français ne souffrent pas d’un manque criant de moyens, quoi qu’en disent les médecins démissionnaires des hôpitaux publics, dont les salaires sont par ailleurs souvent complétés par des cadeaux généreux des laboratoires pharmaceutiques ou de différentes industries.

En revanche, on doit s’interroger sur l’utilisation qui est faite des moyens alloués par le contribuable et l’assuré social aux hôpitaux, car c’est ici que le bât blesse. Nous poursuivons ici une réflexion parallèle à celle que nous avions eue sur l’éducation

Deux fois plus d’administratifs dans les hôpitaux publics que dans les cliniques privées 

Les chiffres les plus officiels, pour peu qu’on les lise, illustrent parfaitement le problème dont souffre l’hôpital public, qui n’est pas un problème de moyens, mais d’allocation de moyens. Et ce problème porte un nom bien connu de nos lecteurs : la suradministration et la bureaucratisation des hôpitaux, phénomène également connu dans le service public de l’éducation.

Pour illustrer l’ampleur de ce cancer qui ronge les hôpitaux publics, nous reproduisons ici un tableau de la DARES, service du ministère de la Santé, paru en juin 2019:

Comme on le voit, l’addition de tous les emplois dans les établissements de santé en France, qu’il s’agisse d’hôpitaux publics, de cliniques privées ou d’hôpitaux privés sans but lucratif, représente 1,3 millions de salariés. Dans cet ensemble, 67% des médecins sont employés dans les hôpitaux publics (soit 130.000 personnes) et 21% d’entre eux sont employés dans des cliniques privées (40.500) sur un total de 192.000 médecins environ. 

Il est intéressant de rapporter cette ventilation à celle des personnels non-médicaux. Ceux-ci représentent 73% des emplois dans l’hôpital public, et 13,5% dans les cliniques privées lucratives. On mesure déjà ici la différence de taux d’encadrement selon les structures. 

Surtout, la proportion de personnels administratifs selon les structures est édifiante. Les hôpitaux publics emploient plus de 260.000 non-soignants, présentés par la DARES comme des « personnels administratifs, éducatifs et sociaux, médico-techniques et techniques ». Autrement dit, les hôpitaux publics comptent deux fois plus d’administratifs et autres non-soignants que de médecins.  

Dans les cliniques privées, la proportion est deux fois moindre : on compte moins d’administratif que de médecins : 35.742 non-soignants, très exactement, pour plus de 40.000 médecins comme on l’a vu. 

Comment trouver 5 milliards € tout de suite dans les hôpitaux

Si les hôpitaux publics se contentaient d’une règle simple (donnant plus de souplesse que dans les cliniques privées) en partant du principe qu’il faut un administratif pour un médecin, 130.000 emplois administratifs (aujourd’hui consacrés à une gestion obsolète digne de l’Union Soviétique à ses grandes heures) seraient immédiatement supprimés. Ce choix managérial permettrait de dégager environ 5 milliards € de financement (un emploi public moyen coûtant environ 40.000€ chargés par an).

On voit bien, une nouvelle fois, que la solution aux problèmes des hôpitaux publics ne passe pas par une augmentation des moyens : chaque poste de médecin créé débouche sur la création de deux postes administratifs. La solution passe par une guerre éclair contre la suradministration et par l’éradication de la bureaucratie. 

Mais pour y arriver, il faut effectivement taper dans le dur du « système de santé français », c’est-à-dire son fantasme jacobin d’un dispositif unique géré depuis Paris et ses succursales de région appelées les ARS.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
JG
- 21/01/2020 - 23:55
Et il n'y a pas que le problème du nombre
Mais aussi le coût des administratifs : ils coûtent beaucoup plus cher qu'une aide-soignante et une infirmière et dans le bateau , sont plutôt assis à l'arrière sur la chaise longue en vociférant leur ordre à ceux qui rament....
cmjdb
- 21/01/2020 - 09:28
ADMINISTRATIFS
Pour la santé, comme pour le reste des services publics français, le "mammouth a trop de graisse" ! Et pire les petits chefs, demi-chefs, contrôleurs, grands chefs coûtent généralement 10 fois le salaire du bas de l'échelle, sinon davantage et démobilisent d'autant les opératifs qui seraient censés travailler !
C'est le management à la française, jusque dans les mairies où les technocrates ont pris le pouvoir aux politiques ! Bravo l'oligarchie !
zen-gzr-28
- 21/01/2020 - 07:58
cet article confirme une réalité criante.
le premier problème de gestion : les 39 h, les RTT, les journées de 12 h de travail du personnel soignant selon le choix de ce dernier très souvent L'autre réalité à revoir : l'organigramme structurel. Combien de postes intermédiaires non productifs ont été créés ? L'AME et la CMU dont les abus sont difficilement contestables. Et comme dans l'éducation nationale...à force de répéter les mêmes contestations, les grèves, on finit par faire croire au public qu'il y a un problèmes de moyens, les soucis de gestion, d'organisation sans contrôle étant mis sous le tapis.