En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

02.

Et l'attaché parlementaire d'Aurélien Taché dénonça les "exhibisionistes"...

03.

Ramzan Kadyrov estime qu'Emmanuel Macron pousse les musulmans "vers le terrorisme"

04.

Puisque nous sommes partis pour des reconfinements, que faire pour éviter une violente crise de santé mentale ?

05.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

06.

Alerte aux vampires : comment des cadavres en décomposition ont provoqué la première crise de panique collective en 1720

07.

Virginia Raggi, la maire de Rome, révèle être menacée par la mafia

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

04.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

05.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

06.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Vers un nouveau confinement ?
Covid-19 : Emmanuel Macron annoncera de nouvelles restrictions ce mercredi à 20 heures
il y a 11 heures 3 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La Chambre des dupes" de Camille Pascal : Louis XV et les soeurs Mailly-Nesle : amours, intrigues, courtisans... Un roman brillant et bien documenté

il y a 12 heures 9 min
pépites > Politique
Campagne sous tension
Virginia Raggi, la maire de Rome, révèle être menacée par la mafia
il y a 13 heures 4 min
pépites > France
Tchétchénie
Ramzan Kadyrov estime qu'Emmanuel Macron pousse les musulmans "vers le terrorisme"
il y a 14 heures 53 sec
pépites > Justice
Décision
La justice administrative valide la fermeture temporaire de la mosquée de Pantin
il y a 15 heures 41 min
décryptage > Culture
Septième art

Les banalités subversives de Maïwenn

il y a 18 heures 17 min
pépites > Santé
Choix cornélien : épidémie ou économie
Coronavirus : le reconfinement n'est plus tabou, couvre-feu élargi, confinement général ou local ?
il y a 19 heures 51 sec
pépites > Politique
Relations humaines
Tensions internes dans la cellule diplomatique de l'Elysée et rapports tendus avec le Quai d'Orsay
il y a 19 heures 37 min
décryptage > Société
Dangers des nouveaux outils

Les objets connectés, des armes redoutables aux mains des auteurs de violences familiales

il y a 20 heures 13 min
décryptage > Economie
Réindustrialisation

Et pendant ce temps là, sur le front de l’industrie, on continue à faire des âneries

il y a 21 heures 3 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les Gaulois réfractaires demandent des comptes au Nouveau Monde" de Philippe de Villiers : La Vendée se prend pour Bibracte. La révolte gronde. Les 2 Villiers sont à la manoeuvre

il y a 11 heures 57 min
light > Media
Bon rétablissement
Michel Drucker ne sera pas de retour sur France 2 avant 2021 après son opération
il y a 12 heures 42 min
Pollution
Réchauffement climatique : des gisements de méthane se décongèlent dans l'océan Arctique relâchant du gaz à effet de serre
il y a 13 heures 26 min
pépites > Education
Education Nationale
Rentrée du 2 novembre : un hommage à Samuel Paty sera organisé dans les écoles
il y a 14 heures 56 min
décryptage > Histoire
Identifier la menace

Guerre des civilisations ou guerre au sein de l’islam ?

il y a 18 heures 8 min
décryptage > France
Vocabulaire

Ensauvagement : une fois encore, Laurent Mucchielli parle trop vite…

il y a 18 heures 43 min
pépite vidéo > Europe
Paris - Ankara
L'Union européenne apporte son soutien à la France après l'appel au boycott des produits français
il y a 19 heures 4 min
décryptage > Histoire
Origines du mythe

Alerte aux vampires : comment des cadavres en décomposition ont provoqué la première crise de panique collective en 1720

il y a 19 heures 58 min
décryptage > Santé
Hiver de la dépression

Puisque nous sommes partis pour des reconfinements, que faire pour éviter une violente crise de santé mentale ?

il y a 20 heures 41 min
décryptage > Politique
Sondage pour 2022

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

il y a 21 heures 29 min
Donald Trump
Donald Trump
Une bromance

Ce que “l’amitié” entre Donald Trump et Bernard Arnault révèle de la manière dont l’Europe a échappé au pire de la guerre commerciale. Sans que rien ne soit gagné...

Publié le 19 janvier 2020
L’Europe a réussi à échapper au pire de la guerre commerciale entre les USA et la Chine. Voici l'une des raisons qui l'a maintenu en dehors de ce conflit.
Philippe Waechter
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Philippe Waechter est directeur des études économiques chez Natixis Asset Management.Ses thèmes de prédilection sont l'analyse du cycle économique, le comportement des banques centrales, l'emploi, et le marché des changes et des flux internationaux de...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L’Europe a réussi à échapper au pire de la guerre commerciale entre les USA et la Chine. Voici l'une des raisons qui l'a maintenu en dehors de ce conflit.

Atlantico : Faut-il voir dans la proximité entre Bernard Arnault et Donald Trump, une entorse au shift commercial vers l'Asie voulu par les Etats-Unis depuis Obama ?

Philippe Waechter : Trump est favorable à toute évolution qui sera perçue comme positive pour les Etats-Unis. Lorsqu’une entreprise étrangère installe une unité de production dans un état américain, il n’y a aucune raison de la pénaliser. Il faut l’encourager et limiter son risque au moins à court terme. Les entreprises européennes bénéficient de ce traitement. L’usine ouverte par LVMH au Texas est un exemple.

Par ailleurs, la question n’est pas la même lorsqu’il s’agit de l’Asie ou de l’Europe. Depuis les années 60, l’Asie est un rival des américains sur le plan technologique alors qu'il y a plutôt la perception d'une complémentarité avec l'Europe. L'Asie est un concurrent, l'Europe un allié qui peut néanmoins être concurrent mais l'esprit n'est pas le même. L'Europe est au cœur de l'histoire des USA, pas l'Asie.
Sur la situation vis-à-vis de l'Asie, c'est le Japon puis la Corée du Sud et quelques autres qui ont bousculés les Etats-Unis. Aucun de ces pays ne disposait cependant d’une taille et d’un poids politique suffisant pour bousculer les USA dans la durée. Ces phénomènes sont facilement identifiables dans le passé. La rupture de croissance au début des années 90 au Japon et la crise asiatique de 1997/1998 n’ont pas eu une incidence durable sur l’économie des pays occidentaux. L’échelle de ces questions, concernant la Chine, n’est pas comparable. Depuis l’adhésion de la Chine à l’organisation mondiale du commerce (OMC) en décembre 2001 les Etats-Unis s’en méfient. Aux attaques sur la parité du yuan a suivi une période d’accalmie, celle de l'accélération de la globalisation, durant laquelle les comportements économiques ont été plus complémentaires puisqu'il y avait de la place pour tous. Cette vision a changé avec la croissance plus lente aux USA et le sentiment que les Chinois avaient pris une part des revenus qui, par le passé, étaient dévolus aux travailleurs américains. La concurrence chinoise n'a pas été neutre sur l'économie globale et américaine en particulier. La réponse excessive de Trump reflète ce sentiment. Jamais une telle situation n'a pu être observée dans les relations entre les US et l'Europe. Jamais les travailleurs américains n'ont eu la perception que la dégradation de leurs revenus venait de l'Europe. C'est une sacrée différence qui explique les choix de Trump. Cela ne l'empêche pas néanmoins de se méfier des européens mais c'est le reflet de sa conception excessive de l'économie selon laquelle celle-ci est un jeu à somme nulle et que l'objectif est de tout faire pour favoriser les gains américains.

Malgré la bonne entente de ses grands hommes d'affaires avec le président américain, l'Europe représente-t-elle toujours un intérêt économique majeur pour les Etats-unis ? 

Philippe Waechter : L'Europe est la deuxième puissance économique du monde. Elle n'est pas la région où la croissance est la plus rapide mais elle dispose d'une grande diversité et d'une grande densité tant dans son activité productive que dans celle de sa recherche. C'est aussi une économie dont le pouvoir d'achat est très élevé. Il serait très curieux, pour les entreprises, de ne concentrer leur activité que sur l'Asie en laissant de côté l'Europe. On voit d'ailleurs cet intérêt par les flux toujours importants d'investissements en Europe ou les montants considérables des émissions financières faites en euros. L'économie n'est pas binaire, elle est multiple. L'Asie ne dispose pas encore du degré de maturité des européens, notamment dans la dimension sociale et financière, laissant ainsi toute la place nécessaire au vieux continent. La sortie des britanniques de l'Union Européenne pourrait, cependant, rebattre en raison du risque que fait prendre le Brexit à la place de Londres qui est la plus grande du monde. Cela mis à part, les Européens disposent d'atouts.

L'Europe est-elle condamnée à accueillir à bras ouverts les routes de la soie pour tirer son épingle du jeu sur le marché économique mondial ?

Philippe Waechter : Pourquoi ce déterminisme défaitiste lorsque l'on parle de l'Europe. Selon votre question, elle passerait d'une domination américaine à une domination chinoise sans avoir le choix. Heureusement, la dynamique n'est pas aussi simple. L'Europe a un socle fort et ancien qui lui donne une grande puissance que l'on a tendance à minimiser lorsque l'on se situe en Europe.

Dans une économie qui n'est plus en phase d'accélération de la globalisation, les challenges sont cependant importants et pas simplement pour l'Europe. Jusqu'à présent, le développement global permettait de croître sans se soucier trop des questions de localisation. Cela s'est traduit par une très grande interdépendance qui peut être déstabilisante. La hausse des revenus des travailleurs chinois au détriment des travailleurs occidentaux est un facteur qui crée des interrogations et peut expliquer une partie du vote populiste en occident, notamment le vote de Trump aux Etats-Unis. Le repli rapide de l'activité manufacturière allemande depuis plusieurs mois est une autre illustration des problèmes posés par cette globalisation. Cette phase est probablement terminée. 

Dans ce monde qui se polarise davantage, chaque région ne pourra plus attendre que l'impulsion d'activité vienne du reste du monde et du commerce mondial. Il sera nécessaire de recentrer davantage son activité sur sa région afin de gagner en autonomie. La globalisation sera toujours là mais elle aura une autre forme. L'Europe dispose des moyens de basculer vers une croissance plus autonome. Cela passera par une dynamique de pouvoir plus cohérente, notamment sur le plan budgétaire afin de pouvoir se comporter comme une économie bien articulée. Cela passe aussi par une meilleure dynamique de son marché intérieur en abaissant les barrières qui existent encore entre chaque pays sur le plan juridique. Le marché unique est encore à construire.
Cela lui donnera alors davantage de puissance. C'est une action en devenir mais à laquelle on croit car plus personne n'imagine que l'Europe ira mieux uniquement si le monde va mieux. C'est un vrai changement qu'il faut désormais mettre en œuvre. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Liberte5
- 19/01/2020 - 21:51
Article trop optimiste pour une Europe n'ayant aucune boussole
pour faire face à la concurence chinoise et pour arrêter de se faire entuber. L'UE est incapable d'imaginer une nouvelle politique qui laisse de l'autonomie aux pays et aux régions.