En direct
Best of
Best of du 15 au 21 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

02.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

03.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

04.

Voyeurisme, une addiction contemporaine : il y a ceux qui filment...et ceux qui regardent

05.

La réaction de la femme de Griveaux

06.

Elections législatives en Iran : une abstention record et un avenir inquiétant

07.

"Mâles et blancs". Vous avez aimé la saison 1 ? Vous adorerez la saison 2 !

01.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

02.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

03.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

04.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

05.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

06.

Les gros salaires de plus en plus gros... Mais qu'est ce qui peut justifier de telles extravagances ?

01.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

02.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

03.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

04.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

05.

La réaction de la femme de Griveaux

06.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

ça vient d'être publié
pépites > France
Drame
Suicide des agriculteurs : un député LREM chargé de faire un état des lieux
il y a 3 heures 24 min
décryptage > Economie
Négociations

Brexit : vers une bataille de poissonniers

il y a 9 heures 45 min
décryptage > Media
En route vers les César de la connerie

"Mâles et blancs". Vous avez aimé la saison 1 ? Vous adorerez la saison 2 !

il y a 10 heures 15 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Pourquoi la pollution automobile aurait quand même baissé (et peut-être même plus) sans la politique anti-voitures d’Anne Hidalgo
il y a 10 heures 41 min
décryptage > International
Bonnes feuilles

La colère du peuple algérien face au règne d'Abdelaziz Bouteflika

il y a 10 heures 48 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

La philosophie : ce sentiment premier de l’existence

il y a 10 heures 49 min
décryptage > International
Un homme averti n’en vaut toujours pas deux

Nouvelles ingérences électorales (de Russie ou d'ailleurs) en vue : les démocraties occidentales toujours pas vaccinées

il y a 11 heures 7 min
décryptage > Société
M'as-tu vu

Voyeurisme, une addiction contemporaine : il y a ceux qui filment...et ceux qui regardent

il y a 11 heures 33 min
pépites > Société
Profilage
Le PDG de Rynair fait polémique en expliquant que les terroristes sont souvent des hommes seuls musulmans, pas des familles
il y a 1 jour 4 heures
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Le Serpent et la Lance Acte 1" : Un thriller Aztèque comme vous n'en avez jamais vu !

il y a 1 jour 7 heures
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
L'Agence spatiale européenne vous propose de passer des mois dans un lit en apesanteur ; Seti met en ligne deux pétaoctets de données pour la recherche extraterrestre
il y a 8 heures 51 min
décryptage > France
Kafkaïen

Ces fautes de l’administration française

il y a 10 heures 2 min
décryptage > International
Désaveu

Elections législatives en Iran : une abstention record et un avenir inquiétant

il y a 10 heures 24 min
décryptage > Europe
Bonnes feuilles

L’Europe face aux défis migratoires

il y a 10 heures 48 min
décryptage > Environnement
Bonnes feuilles

Agriculture : l’élevage, l’allié de la planète

il y a 10 heures 49 min
décryptage > Education
Mal adaptés

Pourquoi les plus introvertis sont injustement traités par le système scolaire

il y a 10 heures 50 min
décryptage > High-tech
Menace

Ransomware : radioscopie d'un méga risque économique sous estimé en France

il y a 11 heures 20 min
light > People
Reconversion
L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)
il y a 1 jour 3 heures
pépites > International
Enquête
L’association L’Arche révèle des abus sexuels qu'aurait commis Jean Vanier, son fondateur
il y a 1 jour 4 heures
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Une histoire d’amour" : Intensité discutable

il y a 1 jour 7 heures
© JOEL SAGET / AFP
© JOEL SAGET / AFP
Atlantico Litterati

Daniel Pennac, rêveur sacré

Publié le 19 janvier 2020
Daniel Pennac, ex prof de lettres devenu auteur à (grands) succès publie aujourd’hui «La loi du rêveur » (Gallimard). Une réflexion sur l’art et la création littéraire, assortie d’un superbe hommage à Federico Fellini.
Annick Geille est une femme de lettres et journaliste française, prix du premier roman 1981 pour Portrait d'un amour coupable et prix Alfred-Née de l'Académie française 1984 pour Une femme amoureuse. Elle est également la cofondatrice, avec...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Annick Geille
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Annick Geille est une femme de lettres et journaliste française, prix du premier roman 1981 pour Portrait d'un amour coupable et prix Alfred-Née de l'Académie française 1984 pour Une femme amoureuse. Elle est également la cofondatrice, avec...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Daniel Pennac, ex prof de lettres devenu auteur à (grands) succès publie aujourd’hui «La loi du rêveur » (Gallimard). Une réflexion sur l’art et la création littéraire, assortie d’un superbe hommage à Federico Fellini.

« J’aime admirer, c’est chez moi une autre façon de lire », dit le narrateur de Daniel Pennac- double de l’auteur-, dans « La loi du rêveur ». Cette formule résonne longtemps en nous, du haut de sa simplicité. Elle résume le concept du livre. L’entreprise romanesque est ainsi nommée, avec une économie de moyens caractérisant la forme qu’a choisie Daniel Pennac pour ce conte philosophique. Admirer. Lire. Ces deux paradigmes « tiennent » les personnages et l’intrigue de la Loi du rêveur, roman assez loufoque au premier degré, dans le style de Lewis Carrol. Daniel Pennac a beaucoup écrit pour la jeunesse : l’ex prof cultive une complicité affectueuse- donc éclairée- avec l’élève allergique à la raison cartésienne. (cf. « Chagrin d’école »- Prix Renaudot), et « Comme un roman » (Gallimard/Folio), œuvres dédiées à cette chance qu’est l’enthousiasme partagé.

C’est à la lecture que Daniel Pennac doit la vie, et ce qu’il a (brillamment) fait de la sienne. L’ex pensionnaire qui, en son dortoir glacé, lisait en cachette Alexandre Dumas ou Victor Hugo, « lampe de poche cachée sous les couvertures », se souvient de cet éblouissement, à la minute près. L’écrivain qu’est devenu ce lecteur transporté considère sa dette morale à l’aune de son plaisir d’être écrivain. il se doit de transmettre à chaque livre un peu de son trésor à d’autres rebelles, aussi moqueurs qu’il le fut, quoique moins chanceux, de sorte qu’ils puissent prendre, eux aussi, leur envol. Avec « La loi du rêveur », Daniel Pennac nous offre à la fois sa vision de la lecture- un exercice d’admiration (autrement, le lecteur ne lit plus), et sa définition de la vie : entraîné par son enthousiasme de lecteur, l’auteur a « besoin » de ressentir de l’admiration pour plus « grand » que lui dans la vie. L’amateur d’art et/ ou de littérature finit toujours par rencontrer ses « héros dans la vie réelle », (cf. Le questionnaire dit « de Proust », popularisé par Bernard Pivot) ; il provoquera ces rencontres capitales- donc romanesques- dans la réalité, puis les écrira.« L’écriture procède de la lecture », rappelle l’auteur de « La loi du rêveur ». Cet instant précis, ce moment que nous vivons, tellement étrange et qui nous bouleverse, rêve ou réalité ? Lequel d’entre nous, un jour, ne s’est posé la question ?

« Qu'est-ce donc la vie? Une illusion,
une ombre, une fiction.
Le plus grand bien est peu de chose,
car toute la vie n'est qu'un songe,
et les songes rien que des songes »
nous répond Pedro Calderón de la Barca (1600 -1681, « La vie est un songe »). 

Ce pourquoi Daniel Pennac songe au sens de la vie, ainsi qu’à la fonction de l’art. Presque sec, à force de travail sur la phrase, le roman avance à reculons. Il semble débuter dans la gaieté rassurante des prolégomènes propres à l’autofiction, mais il s’agit d’une fausse piste ; l’intrigue est battue en brèche dans la seconde partie. Celle-ci détricote ce que nous lisions la veille, tout en révélant des vérités que nous n’avions pas vues. L’auteur chérit la fantaisie et nous entraîne parmi les nodules -très étudiés- d’une savante construction littéraire. Le récit procédant par saynètes- apparemment limpides-, sert une intrigue que nous croyions transparente, elle aussi, alors qu’il s’agit d’un leurre, un trompe-l’oeil. Daniel Pennac veut rendre perceptible la réalité du rêve contrastant avec ce côté-parfois- irréel de nos vies. Il y parvient si bien qu’il nous joue des tours. Nous marchons, que dis-je nous courrons ! Prouesse littéraire accomplie sans que nous le percevions pendant que le récit se déploie. Tout à coup, la narration se contredit, revient sur ses fondamentaux, si bien que, stupéfaits et ravis, nous découvrons que nous avons pris pour argent comptant ce qui n’était que chimères. Sacré tour de force de l’auteur, en pleine possession de ses moyens. « Raconter un rêve c’est l’imaginer autant que s’en souvenir. C’est transformer la sensation en récit », note Daniel Pennac. Par la magie du verbe de Pennac, nous devenons rêveurs nous aussi. Nous rêvons éveillés. Nous voyons littéralement ces bourgs engloutis, cette maison du Vercors dans laquelle la famille du narrateur se réunit chaque été. Ces statuaires qui n’existent pas. Nous observons ces nageurs bronzés, fiers de leurs peaux tatouées :« Tous tatoués, s’interroge le narrateur, « à quoi rime un si uniforme désir de singularité » ? L’auteur adore la prestidigitation, il nous offre au fil des pages ses tours de passe-passe avec ses souvenirs et révèle en fin d’ouvrage comment et pourquoi nous avons tort de croire ce que disent « les raconteurs d’histoires ». Nous sourions, le cœur serré, il s’agit en effet, nous le pressentions, mais l’auteur et son narrateur le confirment sans en faire des tonnes, d’envisager l’âge qui vient, le temps, la vieillesse en somme. Sans oublier ces accidents domestiques qui permettent au narrateur distrait d’entrer davantage encore et dans son rêve fellinien et dans sa vérité d’homme qui n’est plus jeune mais le semble pourtant. Le sens de la vie ? La beauté. CAD l’art. Celui de Fellini en particulier donne aux inquiets que nous sommes en secret les clefs du coffre.

La mère du narrateur a-t-elle -ou pas- travaillé jadis et naguère pour Federico Fellini, le génial créateur de « La dolce –Vita », « 81/2 », « La Strada », « Amarcord » (« qui signifie « je me souviens » « en dialecte romagnol », précise Daniel Pennac) ? «Fellini était habité par ses personnages », avant qu’il ne tourne ses films, poursuit le narrateur. « Il en rêvait ou les dessinait (…) Avant chaque tournage, il passait une annonce dans les journaux : Federico Fellini est prêt à recevoir tous ceux qui veulent le voir. Alors débarquaient au studio 5 de Cinecittà la foule de ceux qui, de leur côté, voulaient devenir une image fellinienne(…) »

« Je n’ai jamais rencontré Fellini, mon cinéaste préféré. Vu tous ses films, plutôt vingt fois qu’une mais rencontré jamais », regrette Daniel Pennac. Sa littérature répare l’injustice et ressuscite le plus grand cinéaste onirique de toute l’histoire du cinéma : le rêveur sacré.

Il y a dans « La loi du rêveur » le côté énigmatique des très bons livres. Ils ne se donnent jamais complètement ; ils offrent plusieurs entrées et niveaux de lecture. Ils ne nous quittent jamais tout à fait. Ils ont l’air autobiographiques, mais l’universel, en eux, nous chavire. Le narrateur de Daniel Pennac esquive nos questions pour nous offrir des réponses essentielles.

« Un écrivain, même bourré d’imagination, ça n’invente pas grand chose », conclut l’auteur, avec une modestie non feinte. Nous applaudissons le « faiseur d’histoires ».Un rêveur sacré, lui aussi.

« Peuple ! Ecoutez le rêveur sacré,

Dans votre nuit sans lui complète,

Lui seul a le front éclairé », commande le roi des rêveurs, Victor Hugo.

« La loi du rêveur »/DANIEL PENNAC/170 p/17 e

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Mots-clés :
DANIEL PENNAC, livre, critique
Thématiques :
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

02.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

03.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

04.

Voyeurisme, une addiction contemporaine : il y a ceux qui filment...et ceux qui regardent

05.

La réaction de la femme de Griveaux

06.

Elections législatives en Iran : une abstention record et un avenir inquiétant

07.

"Mâles et blancs". Vous avez aimé la saison 1 ? Vous adorerez la saison 2 !

01.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

02.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

03.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

04.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

05.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

06.

Les gros salaires de plus en plus gros... Mais qu'est ce qui peut justifier de telles extravagances ?

01.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

02.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

03.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

04.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

05.

La réaction de la femme de Griveaux

06.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires