En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Rachida Dati souhaite supprimer l’acquisition automatique de la nationalité française par mariage

02.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

03.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

04.

La dette européenne s’arrache comme des petits pains. Mais il y a une très mauvaise nouvelle derrière la bonne

05.

Et le vilain petit secret des athlètes des épreuves d'ultra-endurance n'est pas de savoir mieux supporter la douleur

06.

"Jérémy Breaud on va te décapité" : l'odeur du sang attire toujours les hyènes...

07.

La Corée du nord craint que des nuages de sable venant de Chine ne soient porteurs du coronavirus

01.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

02.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

05.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

06.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

01.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

02.

Islamisme : la République de la complaisance

03.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

04.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

05.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

06.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Inhumain" : De la bande dessinée à grand spectacle, mais...

il y a 53 min 51 sec
décryptage > France
Faut que ça saigne

"Jérémy Breaud on va te décapité" : l'odeur du sang attire toujours les hyènes...

il y a 3 heures 37 min
rendez-vous > Société
Zone Franche
Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit
il y a 3 heures 52 min
décryptage > Education
Témoignages

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

il y a 4 heures 7 min
décryptage > International
A l’insu de son plein gré ou non

Donald Trump a un bilan majeur en matière de politique étrangère et voilà pourquoi

il y a 4 heures 20 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Oubliez astéroïdes et guerres nucléaires : au XXIe siècle, le principal danger pour l'humanité est les pandémies et maladies infectieuses

il y a 4 heures 58 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

Comment l'idéologie du droit à la différence a fait basculer les banlieues dans le ressentiment identitaire et racial

il y a 5 heures 2 min
décryptage > Politique
On y pense à l’Elysée

Etrangers fichés S : vers un Guantanamo à la française ?

il y a 5 heures 7 min
décryptage > Economie
Phénoménale dette

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

il y a 5 heures 7 min
light > Politique
"Make America Great Again"
L'expert en sécurité Victor Gevers serait parvenu à se connecter au compte Twitter de Donald Trump en devinant son mot de passe
il y a 18 heures 57 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Les entrepreneurs de légende français" : les trajectoires d’une large palette d’entrepreneurs français retracées avec brio

il y a 59 min 14 sec
décryptage > Education
D'un autre temps

Non assistance à institution en danger ? Le discours lunaire d’Emmanuel Macron sur l’école

il y a 3 heures 44 min
décryptage > Santé
Danger

Notre cerveau préfère les histoires qui finissent bien, nous devrions pourtant nous en méfier

il y a 3 heures 55 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite
il y a 4 heures 16 min
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

L’influence de la fonction publique et des fonctionnaires sur la vie politique : aux racines d'un mal français

il y a 4 heures 55 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Conseil à l’usage des gens “normaux” en couple avec un surdoué

il y a 5 heures 2 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

L’Occident : un coupable idéal aux yeux de la pensée décoloniale

il y a 5 heures 6 min
décryptage > Economie
L'impossible Budget 2021

Récession Covid : le grand écart s'accentue entre ceux qui vont bien et ceux qui coulent

il y a 5 heures 7 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Sublime royaume" de Yaa Gyasi : de la relation mère-fille entre science et spiritualité, un roman qui ne peut laisser indifférent

il y a 17 heures 59 min
pépites > Santé
IHU Mediterranée
Covid-19 : l’Agence du médicament refuse d’autoriser massivement l’hydroxychloroquine
il y a 19 heures 32 min
© CRISTINA QUICLER / AFP
© CRISTINA QUICLER / AFP
Nouvelle tendance

Succès du lait d’amande : les abeilles ne disent pas merci aux bobos bio

Publié le 16 janvier 2020
La production d'amandes en Californie provoquerait d'importants dégâts environnementaux, selon certaines études. La nouvelle mode du lait d'amande pourrait avoir des effets néfastes notamment pour les abeilles.
Bruno Parmentier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bruno Parmentier est ingénieur de l’école de Mines et économiste. Il a dirigé pendant dix ans l’Ecole supérieure d’agronomie d’Angers (ESA). Il est également l’auteur de livres sur les enjeux alimentaires :  Faim zéro, Manger tous et bien et Nourrir l...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La production d'amandes en Californie provoquerait d'importants dégâts environnementaux, selon certaines études. La nouvelle mode du lait d'amande pourrait avoir des effets néfastes notamment pour les abeilles.

Atlantico.fr : Des études de plus en plus alarmistes détaillent les dégâts environnementaux considérables causés par le développement très rapide de la production d’amandes en Californie. Quel est le prix exact de cette nouvelle mode du lait d’amande ?

Les ventes de lait d'amande ont énormément augmenté récemment aux Etats Unis, comme dans le reste du monde, et particulièrement en Europe. Comment expliquer cet engouement ?

Bruno Parmentier : Le marché des laits végétaux a en effet explosé dans la dernière décennie, passant de 7,4 à 16,3 milliards de dollars américains entre 2010 et 2018, et cette croissance ne s’essouffle pas. Les consommateurs qui commençaient à se méfier du lactose contenu dans le lait de vache, ou voulaient passer à une alimentation végétarienne et sans OGM ont commencé par passer au lait de soja, de riz et d’avoine, puis au lait de coco, pour se diriger finalement vers les fruits à coque, principalement le lait d’amande, dont le goût est agréable et se rapproche le plus de celui du lait de vache, et qui représente dorénavant les 2/3 de la consommation de laits végétaux. Il bénéficie en plus d’une image de super-aliment, source de protéines, de fibres et de magnésium, etd’antioxydant (la vitamine E), alors que le nom « soja » est maintenant trop associé aux OGM, et aux isoflavones.

En fait le terme « lait » est très impropre : il s’agit de quelques amandes (à peine 2 à 8 % !) broyées et mélangées à beaucoup d’eau… et de sucre (souvent plus de sucre que d’amande !), et vendu nettement plus cher que le « vrai » lait. L’industrie laitière a d’ailleurs tenté d’empêcher l’emploi du mot lait pour ces concurrents de plus en plus dangereux pour elle, mais n’a pas réussi : c’était trop tard et la Cour de justice de l’Union européenne a décidé d’accepter le mot lait pour le lait d’amande et le lait de coco. Heureusement il lui reste les laitages et fromages, dans lesquels ces produits végétaux n’ont pas (encore) réussi à percer.

Attention ! Ces boissons végétales grand public ne sont pas indiquées en remplacement exclusif du lait chez les très jeunes enfants, car elles risquent d’entraîner une malnutrition. Il vaut donc mieux les positionner comme aliments plaisir d’adultes que comme alternatives au lait… et continuer inlassablement à rappeler que, dans les six premiers mois de la vie d’un humain, absolument aucune boisson ne peut vraiment concurrencer le lait maternel !

Mais le lait ne constitue pas la seule manière de consommer les amandes : elles se picorent aussi grillée ou salée à l’apéritif, se tartinent sous forme de beurre, s’intègre à des confiseries (comme les nougats), des gâteaux (comme les galettes des rois à la frangipane) et de la cuisine (comme la célèbre truite aux amandes), ou à des cosmétiques, etc. Toute cela ne cesse d’augmenter !

Cette forte croissance de la demande mondiale a surtout bénéficié aux arboriculteurs californiens, qui consacrent dorénavant plus de 4 000 Km2 à cette monoculture, et produisent à eux seuls 80 % des amandes consommées dans le monde, soit près d’un million de tonnes (contre à peine 800 tonnes en France !).

Cette culture, du coup, est devenue extrêmement intensive. Les rendements atteignent 3 tonnes à l'hectare, contre deux fois moins il y a une quinzaine d'années, et largement trois fois moins en Provence. Tout celan’est pas sans conséquences évidemment, en particulier en matière de consommation d’eau, d’utilisation de pesticides et d’abeilles pollinisatrices.

Comment les californiens vont-ils pouvoir irriguer durablement de telles surfaces ? Utilisent-ils beaucoup de pesticides ?

L’amande est très gourmande en eau, six fois plus que les céréales : il faut carrément utiliser 4 litres d’eau pour produire une seule amande, contre 1,5 litres pour une fraise par exemple. Or la Californie commence à manquer sérieusement d’eau douce et, avec le réchauffement climatique, cette situation ne peut que s’aggraver. Les amandiers consomment actuellement à eux seuls 10 % de toute l’eau douce de cet état ! Les conflits locaux ne peuvent donc que se multiplier dans cette région. Entre les différents agriculteurs (par exemple les maraîchers, les cotoniers ou les céréaliers contre les arboriculteurs, même si progressivement ces derniers passent au goutte à goutte), et entre les agriculteurs et les urbains (les américains n’ont pas encore l’habitude de rationner l’eau d’arrosage de leurs gazons ou pour le nettoyage de leurs voitures !).

De plus, comme toute activité de monoculture, l’usage de pesticides est absolument indispensable, et encore plus s’agissant d’arbres. D’autant plus que l’opinion publique est là-bas beaucoup moins sensibilisée à ces questions que les européens. On cultive les amandiers sur un sol nu, nettoyé avec force glyphosate, et on répand énormément de fongicides et d’insecticides, beaucoup plus que dans les vergers de pommes, qui pourtant sont réputés pour cela ! Les conséquences environnementales sont de plus en plus désastreuses évidemment.

Une récente étude, réalisée auprès d'apiculteurs californiens, montre qu'en raison de la forte augmentation de ventes de lait d'amande, près de 50 milliards d'abeilles sont mortes au cours de l'hiver 2018-2019. Ce taux ne cesse de croître depuis 2016. Quels liens entre lait d'amande et mort des abeilles ? 

La quasi-totalité des arbres fruitiers (et de plantes à fleurs) ont besoin de pollinisateurs pour que leurs fleurs produisent du fruit. Si on conjugue la quasi disparition des abeilles et autres pollinisateurs, et la création de grands vergers pour produire assez de fruits pour satisfaire la demande des urbains, les arboriculteurs passent évidemment des accords avec les apiculteurs pour qu’ils installent des ruches au milieu de leurs vergers au moment crucial de la floraison, qui ne dure que quelques semaines. C’est d’ailleurs comme ça qu’on trouve à la vente des dizaines de miels aux goûts fort différents : miels de citronniers, d’orangers, de tilleul, de châtaigner, de caféier, d’avocatier, d’amandier, de pommier, de lavande, d’eucalyptus, de thym, etc.

Les apiculteurs sont donc de grands déménageurs. Une ruche peut ainsi être installée successivement dans 5 ou 6 emplacements au cours d’une année. On les transporte évidemment de nuit, issues fermées, et on laisse un moment de repos avant de rouvrir la ruche. Des ouvrières partent immédiatement en exploration, reviennent illico expliquer à leurs collègues où sont les sources de pollen les plus proches, et le travail commence. Une abeille peut visiter 250 fleurs par heure, quand elles sont proches l’une de l’autre. Avec des dizaines de milliers d’abeilles, une ruche peut « traiter » 30 millions de fleurs en une journée !

Dans le cas spécifique de l’amandier, la floraison est très précoce, en même temps que les dernières gelées (il a toujours annoncé le printemps et fait rêver les poètes), mais elle peut donc être très brève en cas d’intempéries. Donc il faut absolument intensifier au maximum cette pollinisation. En Californie, on estime que, pour être efficace, il faut implanter six à dix ruches –soit quelque 300.000 abeilles–pour polliniser un hectare ; ils en sont à 400 000 hectares et ils ont donc besoin de 3 millions de ruches en même temps sur une période très brève ! Inutile de dire qu’ils vont les chercher de plus en plus loin, sur tout le territoire des USA et même au Canada ! C’est une véritable noria de camions qui traverse ainsi le pays.

La concurrence est telle que la plupart des apiculteurs américains tirent maintenant davantage de revenus de la location de leurs ruches que de la vente de leur miel. Il s’agit donc dorénavant d’élevage hyper intensif : chacun se doute que transporter les ruches sur des milliers de kilomètres pour les mettre à travailler un à deux mois plus tôt dans l’année que ce à quoi elles sont accoutumées, dans des champs en monoculture arrosés de pesticides, sans aucune biodiversité, sans champs en jachère autour qui fassent barrière naturelle avec les autres productions de la région (comme le coton ou le raisin), elles-mêmes arrosées d’autres pesticides, et transport retour juste après, au mieux fragilisent considérablement ces pauvres insectes hyménoptères !

Les parasites comme les acariens, et en particulier le tristement célèbre Varroa destructor, se servent sans compter, mais aussi les abeilles tueuses et les frelons. Les maladies profitent de l’hyper concentration des ruches pour passer facilement de l’une à l’autre. Au total, on déplore donc une mortalité annuelle épouvantable, soit sur place, soit, plus fréquemment, au cours de l’hiver suivant. Elle est passée de 5 % des ruches à 35 à 50 % en quelques années !

On se scandalise avec raison des conditions d’élevage cruelles de nombre d’animaux que nous mangeons, veaux, cochons, poules, lapins, canards, etc. On se trouve exactement dans la même situation, cette fois-ci avec l’élevage des abeilles ! Il s’agit bien de travaux forcés et de maltraitance !

La dépendance des Etats-Unis aux méthodes d'agriculture industrielle, qui exigent une mécanisation à grande échelle, est-elle à remettre en cause ?

Ce n’est pas parce qu’un aliment se retrouve soudain à la mode, et paré de plein de vertus diététiques, qu’il n’est pas produit avec les méthodes du monde d’aujourd’hui ! Tant que la consommation est faible, la production peut rester artisanale, même si le transport de produits tropicaux sur de longues distances, souvent en avion, reste un désastre pour le climat. 

Mais quand la consommation européenne d’avocats augmente de 65 % entre 2016 et 2018 pour atteindre environ 650 000 tonnes, et qu’en particulier les parisiens se mettent à en consommer chacun près de 3 kilos par an, on passe évidemment à l’agriculture industrielle, avec tous ses travers. C’est pareil pour le quinoa, ou le goji par exemple. Et on voit ici que le cas de l’amande est particulièrement emblématique. Mais que faire ? 

Les Français consomment deux fois plus d'amandes qu'il y a dix ans, mais seulement 4 % d'entre elles proviennent de France. La Provence n’arrivera jamais à produire suffisamment, même si ses amandes haut de gamme, peuvent parfois coûter jusqu'à deux fois le prix de celles importées des États-Unis.

Faut-il revenir vers la seule consommation de productions locales, artisanales et de saison ? C’est une vraie question de société !

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Marie Esther
- 17/01/2020 - 14:39
je bois du lait (du vrai avec lactose)
et je bois du lait vegetal (lait de soja, amandes, coco,...
je ne suis pas bobo mais ici on ne mange pas la viande et le lait. Donc si on mange de la viande, on prend forcement du lait vegetal pour certains plats
De plus ici avec tous les Vegan, on a l'embarras du choix
guzy1971
- 17/01/2020 - 09:51
Epargnez-nous les obsessions anti-bobo ridicules
Que le "lait" d'amande devienne à la mode, ce n'est pas en soi répréhensible. Les gens ne peuvent pas savoir ce que ça implique, on n'est pas des spécialistes de l'agronomie.

De toute façon, toute production dès qu'elle prend une dimension industrielle et productivistes aboutit à ce genre de catastrophe écologique.
pierre marie
- 16/01/2020 - 14:59
article pipo (2)
le Varroa destructor est, c'est vrai, un parasite de l'abeille qui est LA CAUSE n° 1 des pertes d'abeilles dans les ruchers.

Si ce parasite colonise nos ruches, c'est parce que les apiculteurs ont joué aux apprentis sorciers à partit des années 70. Pour augmenter la productivité de leur abeilles, ils les ont croisé avec des abeilles étrangères, de pays plus chauds. Ok, le rendement est meilleur mais nos abeilles ont du coup chopé ce parasite qui était collé sur ces abeilles importées.
Nos "nouvelles abeilles" ne savent pas comment s'en débarrasser.

On dit "les pesticides, les pesticides, les pesticides".
C'est du flan. la cause première du déclin de certains ruchers, c'est ce parasite.

Ceci dit, un apiculteur compétent et sérieux gère très bien ce parasite, avec un taux de perte tout a fait acceptable (15% environ). Pour cela il traite ses ruches tout le ans (ne pleurez pas, il y a aussi un traitement bio).

Pour conclure, contrairement à la légende urbaine, il n'y a jamais eu autant d'abeilles domestiques au monde qu'aujourd'hui... Si, si, si...
La raison en est toute simple : il n'y a jamais eu autant d’apiculteurs professionnelles et le miel est un enjeu économiqu