En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

02.

Producteur tabassé : Agnès Pannier-Runacher estime que les policiers "ont franchi la ligne rouge"

03.

Donald Trump a déclaré hier qu'il partirait de la Maison Blanche après l'intronisation de son rival mais il aura du mal car il y a eu une "fraude massive"

04.

Un archéologue britannique fouille les décombres d'une maison, située sous un couvent de Nazareth, qu'il croit être celle où le Christ a vécu enfant

05.

70.000 euros par mois en 2019, une Bentley, un bateau, des appartements et maisons, le ministre de la Justice dévoile son patrimoine

06.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

07.

Les premiers indices d'un baby krach sont-ils là ?

01.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

02.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

03.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

04.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

05.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

ça vient d'être publié
pépite vidéo > Politique
Déplorable
Manon Aubry (LFI) choque en déclarant que l'insulte "sale macaroni" n'est pas raciste envers les immigrés italiens
il y a 25 min 50 sec
décryptage > International
Chasse ouverte

Iran : assassinat d’un haut scientifique iranien spécialiste du nucléaire

il y a 1 heure 3 min
décryptage > Environnement
Bas-carbone

Énergie nucléaire : l’Union européenne au risque de l’incohérence ?

il y a 1 heure 19 min
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

Le Covid-19 est-il un laboratoire d’expérimentation pour accélérer la transformation des métiers ?

il y a 1 heure 21 min
décryptage > Société
Pas de bébés confinement

Les premiers indices d'un baby krach sont-ils là ?

il y a 1 heure 21 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)
il y a 1 heure 21 min
décryptage > Politique
Baroque

Commission sur l'article 24 de la loi "sécurité globale" : le symptôme du grave déficit de culture démocratique du quinquennat Macron

il y a 1 heure 21 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Les perdants magnifiques : Pierre Mendès France, ou la vertu du renoncement

il y a 1 heure 21 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le pouvoir de la destruction créatrice" de Philippe Aghion, Céline Antonin et Simon Bunel : le capitalisme ? Une formidable capacité à créer de la croissance grâce à son pouvoir de destruction… Remarquable démonstration

il y a 12 heures 32 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L'historiographe du royaume" de Maël Renouard : à la cour d'Hassan II, les caprices d’un roi et le sort du courtisan malgré lui. De belles pages romanesques mais quelques digressions sans intérêt pour le récit

il y a 13 heures 14 min
décryptage > Santé
Ils en ont vu d'autres

Ultra Covid Solitude : A la cuisine ou pas, papi et mamie semblent mieux résister à la dépression que les jeunes générations

il y a 56 min 31 sec
décryptage > Société
Visitez avec nous le XVIIIème arrondissement de Paris

A cause de l’insécurité la bibliothèque de la Goutte d’Or a fermé ses portes. Tiens, il y avait une bibliothèque à la Goutte d’Or ?

il y a 1 heure 18 min
décryptage > Culture
Bonnes feuilles

Monstres sacrés : Alain Delon, l’éternel enfant blessé

il y a 1 heure 21 min
décryptage > High-tech
Bonnes feuilles

Monde de demain : la vague de l'intelligence artificielle en action

il y a 1 heure 21 min
décryptage > Atlantico business
Mauvais arguments

La 5G se déploie mais beaucoup d’édiles locaux la refusent au prix de l’isolement qu’ils reprocheront ensuite à l’Etat

il y a 1 heure 21 min
décryptage > Nouveau monde
Concurrence déloyale

Black Friday et soldes en ligne : voilà pourquoi des Bots rafleront vraisemblablement les meilleures affaires sans vous laisser le temps de réagir

il y a 1 heure 21 min
décryptage > France
En roue libre

Violence contre un producteur : qui saura reprendre en main l’encadrement de la police ?

il y a 1 heure 21 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Clint et moi" de Eric Libiot : à la fois amusante et érudite, l’exploration d’un géant du cinéma américain par un critique de grande notoriété

il y a 12 heures 23 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Exposition "Voyage sur la route du Kisokaidō, de Hiroshige à Kuniyoshi" au Musée Cernuschi : les relais-étapes de la route emblématique du Kisokaidō par les maîtres de l'estampe japonaise du XIXe siècle, 150 œuvres magnifiques

il y a 12 heures 46 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Je ne vis que pour toi" de Emmanuelle de Boysson : le Paris saphique, littéraire et artistique du début du XXe siècle. Un mélange subtil de fiction et de réel

il y a 13 heures 27 min
© CHRISTOPHE SIMON / AFP
© CHRISTOPHE SIMON / AFP
Difficultés du monde de la "Tech"

Méfiez vous des bulles tech : 20 ans après, les rémunérations décevantes de la génération internet 1.0

Publié le 16 janvier 2020
Selon une étude réalisée par des universitaires, un écart de salaire de 7% a été constaté entre les individus travaillant dans l’industrie des nouvelles technologies françaises qui ont commencé leur carrière à la fin des années 1990 et ceux qui ont rejoint les nouvelles technologies plus tard.
Michel Ruimy
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michel Ruimy est professeur affilié à l’ESCP, où il enseigne les principes de l’économie monétaire et les caractéristiques fondamentales des marchés de capitaux.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Selon une étude réalisée par des universitaires, un écart de salaire de 7% a été constaté entre les individus travaillant dans l’industrie des nouvelles technologies françaises qui ont commencé leur carrière à la fin des années 1990 et ceux qui ont rejoint les nouvelles technologies plus tard.

Atlantico.fr : D’après une étude réalisée par deux universitaires français et américains, on note un écart de salaire de 7% entre les individus travaillant dans l’industrie des nouvelles technologies françaises qui ont commencé leur carrière à la fin des années 1990 et ceux qui ont débuté dans d’autres secteurs et ont rejoint les nouvelles technologies plus tard.

Comment expliquer que les personnes ayant débuté leur carrière dans ce secteur soient, à présent, nettement moins payées que celles qui l’ont rejoint plus tardivement ?

Michel Ruimy : La digitalisation accrue des entreprises, avec notamment l’émergence de plus en plus rapide de nouvelles technologies telles que l’intelligence artificielle, le machine learning…, continue, de nos jours, à avoir un impact sur les recrutements.

Déjà, depuis quelques années, les entreprises anticipent la transformation progressive des métiers. Elles créent, de ce fait, une demande sur des profils techniques capables de les accompagner dans leur évolution. Les métiers IT (Information Technology) sont ainsi de plus en plus techniques et de plus en plus spécialisés. Du coup, les salaires reviennent au cœur des enjeux d’attractivité et de rétention des talents.

Certains profils prisés, comme les spécialistes de Progiciels de Gestion Intégré (PGI ou ERP en anglais), des données (data) et de la sécurité, tirent profit, à la fois, de ce marché du travail sous tension et d’un phénomène persistant de surenchère sur les salaires devant la pénurie des talents.Dans ce contexte, le salaire est l’instrument de la recherche des talents du numérique.

À l’avenir, si vous ne possédez pas un solide bagage technique, une vraie compréhension des enjeux « business » et une employabilité avérée, il ne vous reste qu’une seule stratégie : changer d’entreprise pour vous tourner vers les compétences qui feront de vous un « mouton à cinq pattes » sur le marché du recrutement. Car la mise à niveau sur des compétences pointues est vraisemblablement une des raisons qui expliquent la dichotomie des rémunérations à 20 ans d’écart. La complexification des langages notamment, a contraint de nombreux métiers à relever le niveau minimal d’études requis à l’embauche.

On retombe là sur la problématique des salariés : l’importance de rester employable et non d’être employé. Il convient d’être relativement agile et ouvert aux nouvelles opportunités d’autant qu’avec la numérisation, le développement continu et rapide des nouvelles technologies, les évolutions démographiques et les préoccupations écologiques transforment les métiers actuels. Ces mutations sociétales contribuent à l’apparition de nouvelles compétences portées par la « génération Y » et à la formation en devenir de métiers inédits que pratiqueront, dans la prochaine décennie, les purs « digital natives ».

Ce phénomène tient-il principalement au fait que les compétences requises aujourd’hui sont plus spécialisées et variées ou montre-t-il un certain déclin du monde de la « Tech », du moins en termes de prestige et d’attractivité des salaires ?

Pas seulement. La quasi rareté de compétences spécifiques l’explique aussi alors que les nouvelles technologies envahissent notre quotidien.

Les PME et ETI amorcent ou poursuivent leur prise de conscience sur l’importance d’avoir des directions de Technologie et Information (IT) performantes. Si la digitalisation est souvent le sujet le plus au cœur des thématiques traditionnelles, la refonte des infrastructures ou le déploiement de PGI restent au cœur des préoccupations, symbole du retard parfois accumulé sur les dernières années. De même, le Règlement General de Protection des Données (RGPD), au-delà de son impact sur les sujets sécurité et audit IT, a été l’occasion de remettre à plat des organisations IT et de les repenser. Les entreprises qui auront réussi leur travail de fond sur l’architecture technique et data seront donc les mieux dotées pour faire face à la transformation numérique. C’est pourquoi, elles sont en quête de profils, rares, experts en « Internet des objets » (Internet of Things - IoT), ou d’analyse des données… afin de porter la transformation de leur modèle économique.

En outre, la nature et la taille d’une entreprise sont déterminantes dans les critères de recrutement et d’évolution de carrières et de niveau salarial. Les grands groupes et les PME vont hésiter à embaucher un jeune sans expérience et lui préférer les « profils confirmés ou ayant fait leurs preuves », donc un niveau de rémunération élevé tandis que les startups se montrent moins frileuses et embauchent « principalement des jeunes diplômés ». Ayant peu de moyens financiers, le salaire d’embauche est bas. Toutefois, il s’agit d’un pari payant puisque qu’elles rencontrent moins de difficultés à embaucher que les PME.

Ce phénomène s’observe-t-il uniquement en France où constate-t-on un schéma similaire à l’étranger ?

Nous le retrouvons, en grande partie, chez les partenaires commerciaux de la France. 

Certaines entreprises étrangères apprécient les candidats français en raison d’une part, de la bonne réputation du système d’enseignementfrançais et d’autre part, de leurs compétences, a fortiori s’ils ont fait un stage à l’étranger.D’ailleurs, elles y mettent le prix. Il faut bien comprendre qu’une des raisons de la pénurie de développeurs en France résulte des départs des jeunes talents à l’étranger où ils sont, en moyenne, mieux payés. Aux États-Unis, le salaire moyen d’un développeur est de l’ordre de 100 000 dollars, en Allemagne, il se situe à un peu moins de 70 000 dollars alors qu’en France,il s’établit autour de 55 000 dollars.

Mais, on observe fréquemment, dans la plupart des pays de l’OCDE, que l’expérience professionnelle apparaît de plus en plus comme le critère le plus valorisé dans le processus d’embauche car elle est un indicateur du potentiel d’adaptation du candidat. Si elle est réussie, elle devient, en quelque sorte,un signal stratégique de la compétence qui devance le diplôme, tant pour les techniciens que pour les professionnels et les cadres.

D’autant qu’aujourd’hui, avec le développement rapide notamment des nouvelles technologies, de nombreuses compétences en vogue ne font l’objet pour l’instant d’aucun diplôme reconnu. Plus qu’un cursus, la capacité à démontrer certains ressortsseraun atout crucial à l’embauche dans les années à venir. En raison de cette « révolution des métiers », des compétences, à la fois techniques et comportementales, pourraient prendre le pas sur les critères d’embauche traditionnels. En d’autres termes, elles rendront, peut-être, bientôt obsolète le duo diplômes – expériences.Ayant conscience de cette situation, certains établissements d’enseignement supérieur se sont déjà engagés dans cette voie en développant des « soft skills » (résolution de problèmes complexes, intelligence émotionnelle…).

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
ajm
- 16/01/2020 - 23:18
Black Block et Rock.
Les Black Blocks sont bien plus populaires en France que les Blackrock. Les premiers sont diplômés de sociologie de fac poubelles labellisées Bourdieu, ne produisent et ne font rien, cassent tout ce qui est visible dans la ville, entretenu à grand frais par des travailleurs " bouseux" de base, genre commerçants, serveurs et restaurateurs, les seconds diplômés de filières prestigieuses ( et coûteuses) US ou assimilées, font gagner de l'argent à leurs millions de clients directs et indirects.
evgueniesokolof
- 16/01/2020 - 17:36
Très intéressant
car d'une part à mettre en parallele avec ce qu'évoque Ph Alexandre sur la révolution numérique et sur l'inemployabilité future d'une masse de gens avec les conséquences sur la ....démocratie....Dans un monde où des gens ne servent à rien quelle est leur légitimité à voter?Non je ne rêve pas! Des ordures bien en vue au sein de l'oligarchie , des merdias et du monde des logues se demandent s'il est bien raisonnable de donner la parole à des Gilets jaunes.....Il est vrai que, charité bien ordonnée commençant par soi même ils devraient être les premiers servis: ce ne sont pas les tarés de Lyon II ou des universités pourries fabriquant des diplômes de black blocks ou de défenseurs de la planete qui doivent s'arracher sur le marché! Reste l'Etat pour les entretenir !