En direct
Best of
Best of du 9 au 15 janvier
En direct
ça vient d'être publié
pépites > Politique
« Cher Tayyip »
Emmanuel Macron et Recep Tayyip Erdogan s'écrivent pour apaiser les tensions
il y a 1 semaine 4 jours
pépites > Justice
Révélations de Mediapart
Justice : enquête ouverte contre Nicolas Sarkozy pour « trafic d’influence » dans le cadre d’activités de conseil pour le groupe russe Reso-Garantia
il y a 1 semaine 4 jours
pépites > Politique
Jupiter
Nouvelle colère d'Emmanuel Macron, cette fois contre certains ministres
il y a 1 semaine 4 jours
décryptage > International
Démocratie américaine en danger

Assaut sur le Capitole : autopsie de trois jours de folies américaines

il y a 1 semaine 4 jours
pépite vidéo > Santé
Eviter la pénurie
Le PDG de Moderna, Stéphane Bancel, alerte sur la question de l'approvisionnement des vaccins pour l'hiver prochain
il y a 1 semaine 4 jours
décryptage > International
Université de Bogazici

Révolte étudiante à Istanbul ou les prémices d’un printemps turc

il y a 1 semaine 4 jours
pépites > Santé
Coronavirus
Bruno Le Maire et Gabriel Attal indiquent qu'un confinement est toujours possible
il y a 1 semaine 4 jours
décryptage > Santé
Espoir

Une étude démontre que les crises cardiaques pourraient être détectées des années à l’avance en surveillant le niveau de calcium dans les artères

il y a 1 semaine 4 jours
décryptage > Environnement
instrumentalisation judiciaire

Procès contre l’inaction de l’Etat : l’affaire du siècle est aussi la pire imaginable pour... le climat lui-même

il y a 1 semaine 4 jours
décryptage > Santé
Urgence sanitaire

Face à la Covid-19, finissons-en avec l’amateurisme public ! Le diagnostic implacable de fonctionnaires de la santé

il y a 1 semaine 4 jours
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand les billes précisent le moment et quand les disques détournent les heures : c’est l’actualité hivernale des montres
il y a 1 semaine 4 jours
pépites > Santé
Pénurie
Le maire de Neuilly-sur-Seine déplore que les quantités de vaccins annoncées ne soient pas au rendez-vous
il y a 1 semaine 4 jours
pépites > Santé
Coronavirus
La présence du virus dans les eaux usées de l'Ile-de-France en forte augmentation
il y a 1 semaine 4 jours
pépites > Santé
Bug
Après avoir été volontairement fermé hier le site Santé.fr de rendez-vous pour les vaccinations est ouvert en version simplifiée aujourd'hui
il y a 1 semaine 4 jours
décryptage > France
Couvre-feu à 18h

La fatigue de l’épidémie, cet élément historiquement documenté, qu’ignore superbement le gouvernement français

il y a 1 semaine 4 jours
décryptage > International
Guerre de l'information

A propos d’infox : la tentation de Joe Biden de suivre la politique des néoconservateurs

il y a 1 semaine 4 jours
décryptage > Santé
Mesures efficaces contre le virus

Covid-19 : les modèles d’efficacité sanitaire asiatiques, impossibles à reproduire en Europe ? 5 arguments pour démonter une imposture intellectuelle

il y a 1 semaine 4 jours
décryptage > Economie
Impact économique de la pandémie

Records à l’export : la Chine est-elle en train de gagner une bataille... ou la guerre des puissances commerciales ?

il y a 1 semaine 4 jours
décryptage > France
"Je ne livre pas les Juifs"

Il paraît qu'on ne peut pas accueillir toute la misère du monde. Mais qui est responsable de toute la misère du monde ?

il y a 1 semaine 4 jours
pépites > Politique
Voile
Aurore Bergé dépose un amendement interdisant le port du voile aux petites filles
il y a 1 semaine 4 jours
© Reuters
Illustrations
© Reuters
Illustrations
En solo, rien que ça...

Excédent budgétaire record en Allemagne : derrière l’apparence de la bonne gestion, la même stratégie du cavalier solitaire menée au détriment de la zone euro

Publié le 14 janvier 2020
L'Allemagne a annoncé ce lundi avoir dégagé un nouvel excédent budgétaire record de 13.5 milliards de dollars. Une annonce à propos de laquelle le ministre allemand des Finances s'est réjouit, déclarant : "Nous avons un peu de chance, et un bon management".
Philippe Waechter
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Philippe Waechter est directeur des études économiques chez Natixis Asset Management.Ses thèmes de prédilection sont l'analyse du cycle économique, le comportement des banques centrales, l'emploi, et le marché des changes et des flux internationaux de...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'Allemagne a annoncé ce lundi avoir dégagé un nouvel excédent budgétaire record de 13.5 milliards de dollars. Une annonce à propos de laquelle le ministre allemand des Finances s'est réjouit, déclarant : "Nous avons un peu de chance, et un bon management".

Atlantico : Si l'excédent budgétaire de l'Allemagne semble à prime à bord être une bonne nouvelle et attester d'une bonne gestion de l'économie du pays, cet excédent budgétaire ne dénote-t-il pas d'un manque d'investissements publics sur le territoire allemand ?

Philippe Waechter : C’est un peu plus complexe que cela car l’excédent budgétaire n’est pas un gage de bonne gestion. 

Il faut avoir à l’esprit la dynamique de l’économie allemande au sein de laquelle deux points sont à souligner. Le premier est que l’économie allemande est très dépendante des échanges avec le reste du monde. C’est une source d’expansion majeure qui est relayée par de l’investissement productif pour répondre à cette demande de façon efficace. La demande domestique n’a pas exactement le même rôle que dans un pays comme la France. 

Le deuxième point est de s’interroger sur l’opportunité de faire une relance budgétaire alors que le taux de chômage est au-delà du plein emploi. Cela n’aurait pas beaucoup de sens de vouloir à tout prix relancer l’économie allemande. Elle a besoin d’investissement public pour ses infrastructures afin d’avoir une situation sur les routes ou ailleurs qui soit satisfaisante. Mais en aucun cas cela peut être une source de relance budgétaire dans une économie au plein emploi. 

Par ailleurs, la philosophie de la politique économique en Allemagne est de n’intervenir que lorsque le secteur privé ne dispose plus des capacités à s’ajuster notamment après un choc négatif. Cela avait été clairement le cas après le choc de septembre 2008. Ce n’est pas la question aujourd’hui. 

L'excédent budgétaire ne démontre-t-il pas également que l'Allemagne fait cavalier seul ? En d'autres termes, elle se porte bien car elle ne participe à aucun plan de relance de la zone euro ?

Philippe Waechter : La question posée de longue date est celle d’un budget européen qui aurait des vertus contracyclique dans la gestion du cycle. C’est une construction que Mario Draghi, le président de la BCE, a longtemps appelé de ses vœux mais sans succès. Christine Lagarde qui lui a succédé a adopté la même vision. On comprend bien la raison des banquiers centraux. La politique budgétaire est restrictive depuis 2011 car il n’y a pas de coordination globale qui permettrait d’être le contrepoids de la politique menée par la BCE. Ce n’est pas ce cadre qui a été choisi collectivement à l’échelle européenne. Cela se traduit par la recherche d’équilibre budgétaire pour chaque pays comme le veut la réglementation européenne. Cela s’est traduit aussi par un sur-ajustement de la politique monétaire. Celle-ci est obligée d’être encore plus accommodante que nécessaire afin de compenser le caractère restrictif de la politique budgétaire et limiter ainsi le risque sur l’activité économique.

L’Allemagne s’inscrit dans le cadre européen qu’elle a modelé. Elle considère qu’en dehors des cas de chocs forts et persistants l’ajustement se fait à l’échelle privé et que l’état n’a pas à intervenir. C’est un choix de modèle. 
Ce dont on souffre ce n’est pas d’une sorte d’égoïsme allemand mais de l’incapacité qu’ont eu les européens, gouvernements et commission, à construire dans la durée un cadre de politique économique efficace à l’échelle européenne tout en contrebalançant le rôle de la BCE. Rien de tout cela n’existe car chacun veut conserver sa souveraineté budgétaire. Le talon d’Achille de la zone euro est ici puisque chaque pays peut agir sans avoir de comptes à rendre sauf lorsqu’il est en déficit budgétaire. 
Tout cela n’est pas très efficace. 

Pourquoi l'Allemagne fait-elle "bande à part" ?

Philippe Waechter : L’Allemagne n’a pas une économie qui fonctionne comme les autres grands pays. Tous, après la crise de 2008, ont perdu en potentiel de croissance, pas l’Allemagne. Sa croissance moyenne depuis 2010 est un peu plus forte que celle observée sur la période précédent la crise Lehman. La France, l’Angleterre ou les USA ont une croissance tendancielle plus faible après la crise, pas l’Allemagne. Sa dépendance au commerce mondial est plus fort que n’importe lequel des grands pays développés. C’est ce qui l’a aidée dans la reprise mais c’est peut être sa fragilité aujourd’hui puisque les échanges mondiaux se contractent. Faut il pour autant mettre le modèle allemand à la poubelle ? Il est trop tôt pour le dire. 

Ce que l’on peut regretter est que l’Allemagne, depuis de très nombreuses années, ne joue pas complètement le jeu européen. Le leader devrait avoir pour mission de faire le nécessaire pour que les autres pays sortent des difficultés. Cela aurait pu passer par le mécanisme d’un vrai budget européen que les allemands ont rejeté car non conforme à leur philosophie de non-interventionnisme. 

Ce qui est préoccupant sur ce point n’est pas l’Allemagne mais le fait que les successions de crises ou de tensions depuis une dizaine d’années ne se sont pas traduites par une vraie amélioration du fonctionnement de l’UE alors que c’était la recette systématiquement évoqué. L’Europe s’intégrait davantage dans les périodes de crise. Pas sûr que ce soit le cas en ce moment. L’étape d’intégration supplémentaire semble difficile à franchir. Il n’y a pas que la politique budgétaire qui n’est pas à la hauteur. On pourrait aussi évoquer l’union bancaire ou l’union des marchés de capitaux dont les progrès sont trop lents. Les initiatives ne sont pas relayées suffisamment pour aboutir à une construction globale et homogène au sein de l’UE et plus encore au sein de la zone euro. Ces choix collectifs qui n’aboutissent pas sont un coût considérable qui fragilise la notion d’Europe dans la durée. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
ajm
- 16/01/2020 - 01:49
Dette et dette
Le problème de la dette française c'est que la dette ne résulte pas d'investissements pour l'avenir mais sert à payer des dépenses de fonctionnement ou sociales. L'Allemagne a elle une politique mercantiliste non coopérative avec une demande intérieure structurellement contrainte. Elle est d'ailleurs dans la ligne de mire de Trump encore occupé par le cas chinois. S'agissant du mépris allemand pour ce qui n'est pas allemand cela ne leur a pas porté chance dans un passé pas si lointain: six millions de morts et la perte de la Prusse orientale, le reste de leur pays divisé pendant 45 ans.
salamander
- 15/01/2020 - 14:21
la Suède a une dette sous les 35% du Pib.
/
salamander
- 15/01/2020 - 14:20
pas très bon d'un point de vue...
/