En direct
Best of
Best of du 27 juin au 3 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Un commissariat au plan, c’est la cerise sur le gâteau... Pour les chefs d’entreprise, le comble du ridicule

02.

Le graphique qui fait peur: de moins en moins de Français travaillent depuis 1975

03.

Catherine Deneuve achète tout en liquide, Laura Smet encaisse le cash de Laeticia, Patrick Bruel dépense le sien pour Clémence; Paris Hilton pour son chien; Jean-Michel Blanquer quitte sa (2ème) femme, Johnny Depp cassait les affaires de Vanessa Paradis

04.

Quand la novlangue de la Mairie de Paris se traduit en réalité cauchemardesque

05.

EPR / éoliennes : le match des dépenses incontrôlées entre la filière nucléaire et les énergies renouvelables

06.

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

07.

Energie : l’Allemagne prend le risque mal maîtrisé de l’hydrogène

01.

Après avoir massivement accepté le télétravail, les Français commencent à en ressentir les perversions...

02.

Hydroxychloroquine et remdésivir : petits repères pour tenter d’y voir plus clair dans le "match" des traitements contre le coronavirus

03.

Souveraineté numérique : le choix inquiétant fait par la BPI pour l’hébergement des données sur les prêts des entreprises françaises affaiblies par le Covid-19

04.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

05.

Jacqueline Eustache-Brinio : "La France est confrontée à une pression de l’Islam Politique"

06.

Plus fort qu’Ali Baba et les 40 voleurs : Anne Hidalgo et ses 37 adjoints !

01.

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

02.

Le président algérien réclame (encore) des excuses à la France. Quand sera-t-il rassasié ?

03.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

04.

Et le ministre (Dupond-Moretti) brûla ce que l'avocat (Dupond-Moretti) avait adoré !

05.

Reformator ? Quitte à jouer à l’éléphant dans un magasin de porcelaine, que changer pour une justice plus efficace ET plus respectueuse des libertés ?

06.

Un nouveau Premier ministre pour rien ? Pourquoi la France a plus besoin d’une vision assumée que d’un En-Même-Temps au carré

ça vient d'être publié
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Elections municipales 2020 : comment la candidature de Rachida Dati a assuré la survie de la droite à Paris

il y a 2 heures 56 min
décryptage > International
Bonnes feuilles

Comment le coronavirus a bouleversé et totalement relancé la course à la Maison Blanche entre Joe Biden et Donald Trump

il y a 4 heures 9 min
décryptage > Environnement
Stratégie gouvernementale

La récession économique n’empêchera pas le gouvernement de mettre en oeuvre son programme (de punition) écologique

il y a 4 heures 56 min
décryptage > Environnement
Carburant du futur ?

Energie : l’Allemagne prend le risque mal maîtrisé de l’hydrogène

il y a 5 heures 51 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Un commissariat au plan, c’est la cerise sur le gâteau... Pour les chefs d’entreprise, le comble du ridicule

il y a 7 heures 3 min
décryptage > Environnement
Gaspillages

EPR / éoliennes : le match des dépenses incontrôlées entre la filière nucléaire et les énergies renouvelables

il y a 7 heures 30 min
pépites > Justice
Le retour de la justice
Le parquet de Paris enquête sur les fraudes au "chômage partiel"
il y a 23 heures 48 min
pépites > France
Rénovation vintage
C’est officiel : la flèche de Notre-Dame de Paris sera reconstruite à l’identique
il y a 1 jour 1 heure
pépites > France
Fin de partie
L'état d'urgence sanitaire prend fin aujourd'hui, qu'est ce que cela signifie ?
il y a 1 jour 2 heures
pépite vidéo > France
Reconnaissance
Lors du défilé du 14 juillet, l'armée de l'air rendra hommage au personnel soignant
il y a 1 jour 4 heures
décryptage > Société
Bonnes feuilles

L’instinct de survie : cet atout majeur de l’espèce humaine pour surmonter ses peurs, les obstacles et les accidents de la vie

il y a 3 heures 26 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

Retour de l’Etat de droit : la difficile et délicate mission de la lutte contre le narcobanditisme

il y a 4 heures 33 min
décryptage > Economie
Marché du travail

Le graphique qui fait peur: de moins en moins de Français travaillent depuis 1975

il y a 5 heures 19 min
décryptage > Santé
Lutte contre la Covid-19

Hydroxychloroquine et remdésivir : petits repères pour tenter d’y voir plus clair dans le "match" des traitements contre le coronavirus

il y a 6 heures 33 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Catherine Deneuve achète tout en liquide, Laura Smet encaisse le cash de Laeticia, Patrick Bruel dépense le sien pour Clémence; Paris Hilton pour son chien; Jean-Michel Blanquer quitte sa (2ème) femme, Johnny Depp cassait les affaires de Vanessa Paradis
il y a 7 heures 15 min
007
L'espion égyptien qui travaillait dans l'entourage d'Angela Merkel a été démasqué
il y a 22 heures 46 min
light > Science
Une vie de chien
Non, l'âge humain de votre chien ne se multiplie pas par sept
il y a 1 jour 18 min
pépites > Economie
L'euro fort
L'Irlandais Paschal Donohoe prend la tête de l'Eurogroupe
il y a 1 jour 2 heures
pépites > France
Sécurité
En déplacement à Dijon, Jean Castex dénonce des comportements "inadmissibles"
il y a 1 jour 3 heures
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand le rouge se met à fumer et quand la cible a du plomb dans l’heure : c’est l’actualité caniculaire des montres
il y a 1 jour 6 heures
© Reuters
Illustrations
© Reuters
Illustrations
Grève insurrectionnelle

Attention danger ? Ce risque de violence qui émerge lorsque l’alternance dans une démocratie paraît bloquée

Publié le 14 janvier 2020
Le manque d’alternatives possibles dans la démocratie actuelle crée bien souvent le basculement de celle-ci. Cette situation génère une escalade de la violence chez certains citoyens. Explications.
Sylvain Boulouque
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Sylvain Boulouque est historien, spécialiste du communisme, de l'anarchisme, du syndicalisme et de l'extrême gauche. Il est l'auteur de Mensonges en gilet jaune : Quand les réseaux sociaux et les bobards d'État font l'histoire (Serge Safran éditeur) ou...
Voir la bio
Paul-François Paoli
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Paul-François Paoli est l'auteur de nombreux essais, dont Malaise de l'Occident : vers une révolution conservatrice ? (Pierre-Guillaume de Roux, 2014), Pour en finir avec l'idéologie antiraciste (2012) et Quand la gauche agonise (2016). En 2018, il...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le manque d’alternatives possibles dans la démocratie actuelle crée bien souvent le basculement de celle-ci. Cette situation génère une escalade de la violence chez certains citoyens. Explications.

Aujourd'hui la France fait face à une violence extrême de la part de certains militants dans et hors du cadre des manifestations. Ces épisodes violents ne sont pas sans rappeler les prémices des exactions de la bande à Baader dans l'Allemagne des années 70.

Atlantico : Peut-on faire un lien entre l'absence claire d'alternance politique crédible dans notre pays et la violence sociale actuelle?

Sylvain Boulouque : Non la violence actuelle n’a rien à voir avec ce qui s’est passée en Allemagne dans les années 1970, ne serait-ce que par le nombre et l’ampleur des actions. Le cadre dans lequel s’exerce la violence aujourd’hui est symbolique. Panneaux dégradés, banques tagées, vitrines fracassées… Nous sommes très loin des formes de la violence des années 1970. Le fond idéologique n’est plus le même. De plus aucun des groupes anticapitalistes aujourd’hui en fait l’apologie de la lutte armée. Pour mémoire, deux dirigeants maoïstes Serge July et Alain Geismar dans les années 1970 publiaient Vers la guerre civile. Les militants maoïstes se prenaient pour les Nouveaux partisans. L’absence d’apologie de la lutte armée, même au sein de groupes radicaux en est la preuve. Il s’agit aujourd’hui d’une culture émeutière plus proche de celle du modèle syndicaliste révolutionnaire du début du siècle. Il dénie à l’Etat le monopole de la violence légitime.

De plus, d’une manière générale, une partie de la population importante de la population considère que la violence peut être légitime (environ 20%). De plus en plus de personne murmurent que c’est par ce rapport de force ce rapport de force que les choses peuvent changer. Les Gilets Jaunes l’ont démontré. L’absence de solutions politiques pousse certaines personnes vers ce recours.

Paul-François Paoli : Slogans extrémistes, casse, groupuscules marginaux… Entre la crise sociale des années 70 et aujourd’hui, on retrouve en effet les mêmes ingrédients d’un cocktail explosif. Avec une différence notable: l’absence totale aujourd’hui de débouché idéologique, d’utopie. Et en cela, les actions de cette minorité violente marginalisée trouvent une dimension suicidaire. Ces individus vont à l’encontre d’un modèle sociétal dans lequel ils sont engoncés jusqu’au cou. Exactement comme les étudiants de mai 68, qui rejetaient un modèle de société consumériste, et qui pourtant sont partis sans difficulté en vacances au mois de juin. Il y a cette forme de schizophrénie dans les mouvements sociaux actuels qui empêche toute projection concrète. Cette violence sociale, provoquée par le désespoir démocratique, est aggravée pas ce que l’on peut appeler une « carence d’avenir ». 

A vos yeux, le gouvernement Macron est-il à même de gérer cette crise sociale et politique que traverse le pays ? 

Sylvain Boulouque : Non, pas jusqu’à présent. Emmanuel Macron se contente de mettre un couvercle sur la marmite. Il tente bien parfois d’éteindre la colère sociale là où se trouve son électorat et pratique par ailleurs le saucissonnage des réponses. Mais les techniques de ce gouvernement reste le refus de la négociation dans le sens d’un accord commun entre les parties, dans un certain nombre de cas, le mépris parfois et la répression de tout mouvement de contestation. Les paroles d’Edouard Philippe au 20 heures de France 2 lundi dernier vont dans ce sens. En encourageant les forces de l’ordre à continuer à exercer leur méthode de répression violente, il perpétue le cycle de la violence sociale et exhorte les manifestants à durcir leur mouvement. 

Paul-François Paoli : Je ne le crois pas. Aucun gouvernement ne le peut. A mes yeux, la politique n’est pas faite pour donner de l’espoir, mais pour résoudre des problèmes. Le propre de la démocratie libérale, c’est de permettre à chacun d’avoir sa vision, sa définition du bien commun. Celle d’Emmanuel Macron est différente de celle de Jean-Luc Mélenchon ou de Marine Le Pen par exemple. Mais aujourd’hui, dans notre société, cette notion de bien commun a été remplacée par une capacité individuelle d’accès aux biens. C’est de l’absence de cette capacité d’achat que vient le désespoir social. La crise est métapolitique. La solution ne peut être apportée par le gouvernement. 

Cette situation peut-elle être encadrée? Quelles solutions le gouvernement doit-il mettre en place pour éviter que cette violence ne s'étende d'avantage?

Sylvain Boulouque : Historiquement, il y deux manières de mettre fin à un conflit social : soit par la répression soit par la concertation. Si le gouvernement veut résoudre ce conflit, il faut une grande concertation. Mettre tout le monde autour de la table, syndicats, société civile, pour retrouver ensemble les conditions d’une paix sociale. Pour l’instant le gouvernement choisit l’essoufflement et parfois la répression. Pour l’instant, il est difficile de voir une issue si ce n’est par épuisement complet des grévistes ou par des formes répressives. Mais nous sommes face à deux modèles de société qui semblent difficilement compatible. L’un plus ou modèle inspiré du keynésianisme et de l’Etat social de marché et l’autre fondé sur une société libérale et individualiste, plus fondée sur la réussite individuelle et expliquant comme Margaret Thatcher dans les 1980 qu’il n’y a pas d’alternative. De fait, l’exécutif a choisi de marginaliser une partie de la population et semble être prête à tenir le temps qu’il faudra pour arriver à ses fins.

Paul-François Paoli : Malheureusement je n’en vois pas aujourd’hui. Comme l’a montré Jérôme Fourquet dans son livre «  L’archipel français: naissance d’une nation multiple et divisée », nous avons un tel degré d’agressivité et de haine dans notre société, qu’elles sont devenues presque ontologiques. Emmanuel Macron est haï par beaucoup de ceux qui n’ont pas voté pour lui. Depuis la fin du gouvernement Giscard, à l’avènement de la gauche en 1981, aucun gouvernement n’a réussi à apaiser le corps social. Même au sein des syndicats, à la CGT ou à la CFDT, on ne trouve aucune alternative au système libéral. Philippe Martinez, Laurent Berger ne proposent rien hormis une voix contestataire. C’est bien trop peu pour faire changer une société où s’affrontent, en plus des conflits sociaux, des antagonismes religieux et ethniques .

Paul François Paoli à un livre à paraître ce mercredi intitulé : « Au source de mal-être identitaire français ». 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (12)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
ajm
- 15/01/2020 - 12:42
Extrême gauche.
La violence de nature politique (donc en dehors de la violence islamique qui est etchnico- religieuse) est à 99% une violence qui vient de l'extrême gauche, même si elle s'habille parfois de jaune pour égarer les esprits. Elle doit être réprimée sans ménagement. Le problème c'est que le laxisme accumulée depuis des décennies à leur égard va finir par provoquer du terrorisme comme dans les années 70.
guzy1971
- 15/01/2020 - 11:11
Kennedy
disait je crois "si vous empêcher les révolutions pacifiques, vous aurez des révolutions violentes"
Monde2Bestfriend
- 14/01/2020 - 22:56
Ce sont les gauchistes qui depuis 40 ans bloquent la société!
S'ils veulent la guerre civile, ils l'auront un jour, mais pour l'instant les Français sont encore des veaux. Depuis 1986, des partis gagnent des élections et voient leur programme rendu impossible à appliquer par des factieux qui bloquent le pays, aidés par un noyautage de rouages de l'Etat tels la justice et l'audiovisuel public par l'extrême-gauche. Encore une fois, le vainqueur des élections devait supprimer ces régimes spéciaux totalement immoraux, et on voit que la violence, le blocage et en plus la complaisance selon les sondages, des Français l'ont fait reculer au point que la réforme accouche d'une souris!