En direct
Best of
Best of du 12 au 18 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Un militant communiste assassiné à Saint-Ouen *

02.

Arrestations massives sur le DarkWeb à travers la planète : coup d’arrêt... ou d’épée dans l’eau ?

03.

Et si la nouvelle la plus importante pour l’avenir du climat de la planète venait de passer quasi inaperçue

04.

Sauver la Seine-Saint-Denis, mission impossible ? Non... mais l’Etat n’est pas le "héros" qu’il pense être

05.

Covid : les épargnants devront payer la facture; Bayrou trouble la coordination gouvernementale; Les bonnes affaires d’Édouard Philippe : payé 50 000€ pour se former au numérique...; La fraude sociale sert (aussi) à financer le terrorisme islamiste

06.

La France, paradis des squatteurs et qui entend bien le rester

07.

J’aime les sapins de Noël : je suis un facho

01.

Comment les industries pétrolières nous ont fait croire que le plastique serait recyclé

02.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

03.

Séparatisme : LREM pris dans les phares de la voiture de l’islam politique

04.

Journée mondiale d’Alzheimer : comment nos rythmes de sommeil peuvent prédire le moment de l'apparition de la maladie

05.

Ce que la dernière photo prise par la NASA nous révèle de Jupiter

06.

Non, les adhérents de LREM ne méritent pas Macron ! Il est trop grand, trop beau, trop génial pour eux.

01.

Névrose collective : l’Europe pétrifiée face à la crise des migrants qui se noue à ses portes

02.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

03.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

04.

Édouard Philippe ou le vrai-faux espoir de la droite : radioscopie d’un malentendu idéologique

05.

Nouvelles mesures face au Covid-19 : Gribouille gouvernemental à la barre

06.

J’aime les sapins de Noël : je suis un facho

ça vient d'être publié
décryptage > Media
Le journalisme est un foutu métier

Attaque près des anciens locaux de Charlie Hebdo : ouf, l'Agence France Presse ne risque rien

il y a 2 heures 27 min
pépite vidéo > Politique
Enquête en cours
Jean Castex confirme qu'une attaque s'est produite "à proximité" des anciens locaux de Charlie Hebdo
il y a 4 heures 48 min
pépites > France
Onzième arrondissement
Paris : attaque à l'arme blanche près des anciens locaux de Charlie Hebdo
il y a 6 heures 40 min
pépites > Santé
Politique
Le Premier ministre n'a pas téléchargé l'application «StopCovid» comme la quasi totalité des Français
il y a 8 heures 29 min
light > Economie
Economie
La Chine va lancer la version numérique de sa monnaie officielle le yuan
il y a 9 heures 3 min
décryptage > France
Faut voir

Un militant communiste assassiné à Saint-Ouen *

il y a 9 heures 23 min
pépites > Société
Politique
Louis Aliot maire RN de Perpignan protégé par trois gardes du corps
il y a 9 heures 38 min
décryptage > Société
Angoisse face au Covid-19

Petits conseils pour rester un parent serein quand la pandémie fait flamber votre stress

il y a 10 heures 16 min
light > Santé
Sport
Pas plus de 1.000 spectateurs par jour pour le tournoi de Roland Garros
il y a 11 heures 19 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Comédies françaises" de Eric Reinhardt : un magnifique roman d’initiation, itinéraire d’un millénial gâté

il y a 1 jour 2 heures
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand la ballerine pousse quelques notes et quand on doit se replonger dans la dolce vita : c’est l’actualité automnale des montres
il y a 4 heures 38 min
Environnement
Pendant le confinement les oiseaux ont chanté de manière différente
il y a 6 heures 35 min
pépites > Politique
Justice
Le Rassemblement National face à un ex-salarié devant le tribunal de Nanterre
il y a 8 heures 1 min
décryptage > Société
Impact pour les entreprises

Un congé paternité à côté de la plaque ?

il y a 8 heures 48 min
décryptage > Politique
Mesures concrètes ?

Sauver la Seine-Saint-Denis, mission impossible ? Non... mais l’Etat n’est pas le "héros" qu’il pense être

il y a 9 heures 12 min
décryptage > High-tech
Plaque tournante des trafics

Arrestations massives sur le DarkWeb à travers la planète : coup d’arrêt... ou d’épée dans l’eau ?

il y a 9 heures 34 min
décryptage > Justice
Succession de Ruth Bader Ginsburg

Cour suprême : ce que la démocratie et l’état de droit américains doivent aussi aux juges conservateurs

il y a 9 heures 56 min
décryptage > Economie
Crise sanitaire

COVID-19 : et maintenant, quel impact économique ?

il y a 11 heures 4 min
light > Santé
Des propos "à l'emporte-pièce"
Olivier Véran répond à Nicolas Bedos suite à son appel sur l'arrêt du port du masque et des gestes barrières
il y a 1 jour 1 heure
pépites > Santé
Désengorger les SERVICES
Covid-19 : les Hôpitaux de Paris vont reporter 20% des opérations chirurgicales dès ce week-end
il y a 1 jour 3 heures
© © Samuel Kirszenbaum
© © Samuel Kirszenbaum
Atlantico Litterati

"Miroir de nos peines" de Pierre Lemaitre : le miroir inversé

Publié le 12 janvier 2020
Pierre Lemaitre, auteur d’ "Au revoir là-haut" (Prix Goncourt 2013/Albin Michel), fait l'événement avec "Miroir de nos peines", troisième volume de sa trilogie "Les enfants du désastre".
Annick Geille
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Annick Geille est une femme de lettres et journaliste française, prix du premier roman 1981 pour Portrait d'un amour coupable et prix Alfred-Née de l'Académie française 1984 pour Une femme amoureuse. Elle est également la cofondatrice, avec...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pierre Lemaitre, auteur d’ "Au revoir là-haut" (Prix Goncourt 2013/Albin Michel), fait l'événement avec "Miroir de nos peines", troisième volume de sa trilogie "Les enfants du désastre".

« Miroir de nos peines » se déroule en mai/juin 1940. Louise- le personnage principal- n’est autre que la petite amoureuse d’Édouard Péricourt dans « Au revoir là-haut » ( adapté au cinéma par Albert Dupontel : 2 millions d’entrées). Devenue institutrice, Louise court, nue, boulevard du Montparnasse. Pourquoi ? Eléments de réponse.

Pierre Lemaitre ( Prix Goncourt avec « Au revoir là-haut » / Albin Michel - un million d’exemplaires depuis 2013 toutes éditions confondues) a publié en 2018 la suite  de ce roman-feuilleton sur l’entre-deux-guerres :«  Couleurs de l’incendie », best-seller. Il nous offre aujourd’hui le dernier volume d’une trilogie mariant la « grande » Histoire à la petite :  « Miroir de nos peines » (Albin Michel). Une méditation sur les ressorts de l’âme humaine,  à l’épreuve de la  guerre, ici l’exode de Juin 1940. Dans « Miroir de nos peines »,  les rebondissements n’appartiennent  pas au pacte romanesque passé entre Lemaitre et son lecteur, mais à la réalité des existences, éprouvées par la guerre. « Ce ne sont pas les plus fort qui survivent, ni les plus intelligents, rappelle le naturaliste Charles Darwin (1809-1882), mais le survivant est celui qui sait s’adapter ». Alexandre Dumas (1802-1870), darwiniste convaincu, « fut souvent en butte aux sarcasmes racistes de ses contemporains, qui s'attirèrent les répliques cinglantes de l’écrivain. Ainsi, lors d'une discussion à propos de  la théorie de l'évolution de Charles Darwin (qu'il défendait), un contradicteur prit Alexandre Dumas à partie :

« Au fait, cher Maître, vous devez bien vous y connaître en nègres ? »

-Mais très certainement. Mon père était un mulâtre, mon grand-père un nègre et mon arrière-grand-père, un singe. Vous voyez, Monsieur,  ma famille commence où la vôtre finit (cf. Wikipédia).

Alexandre Dumas - « Les trois Mousquetaires », « Vingt ans après, « le Vicomte de Bragelonne », le « Comte de Monte-Cristo » etc.- met en scène partout cette faculté d’adaptation (qui est tout de même, peu ou prou, du ressort de l’intelligence), permettant à ses personnages de se sortir des plus mauvais pas. Dumas est  l‘auteur que Pierre Lemaitre admire le plus mais il chérit aussi des écrivains aussi éloignés que possible de cette veine litt. Il  apprécie, par exemple, Carson Mc Cullers  (1917- 1967) auteure -entre autres- du  splendide « Le cœur est un chasseur solitaire » ( Stock/Le Livre de Poche). Et admire aussi Roland Barthes, philosophe, critique littéraire et sémiologue (1915-1980), théoricien inégalé de la littérature. 

Grand lecteur depuis l’enfance, grâce au prix modique du « Livre de Poche » (créé, avec l’aide de Guy Schoeler) par Henri Filipacchi (1900-1961), père de Daniel Filipacchi, Pierre Lemaitre est un fin connaisseur de la presse et de la chose littéraire. Chez ses auteurs favoris, il aime cette prouesse narrative qu’est le continuum espace-temps, CAD la faculté pour ce petit Dieu qu’est le romancier, de donner une suite à son roman. Suite formant, au fil du temps, une fresque. Une cathédrale de mots et d’intrigues, avec lieux et personnages récurrents. Comme le fit Marcel Proust (1871-1922), avec les  sept volumes de la « Recherche » (considéré comme le meilleur livre de tous les temps). Un ensemble de textes qui se font écho, un corpus qui reprend, change et tisse dans un temps long, le destin des protagonistes. « Une heure n’est pas qu’une heure, c’est un vase rempli de parfums, de sons, de projets et de climats », rappelle Proust.

Le temps et la durée romanesque sont à l’œuvre aussi chez Pierre Lemaître, qui par exemple, avec « Miroir de nos peines » braque le projecteur sur  certains personnages (Louise, courant nue dans Paris, Désiré, Gabriel etc.)  plus ou moins connus du lecteur dans  les volumes précédents. Cependant, la nouveauté, dans « Miroir de nos peines », c'est cette manière extrêmement brillante qu'a l’auteur, soudain, en plein drame, de traquer chez ses héros -ou anti-héros- leurs capacités de résistance au malheur. Dans ses précédentes créations, Lemaitre nous offrait en pâture les bons, les justes, les salauds, dans une démarche assez sartrienne. Dans « Miroir de nos peines », l’auteur choisit de montrer qu’en chacun d’entre nous, cohabitent le meilleur et le pire, en fonction de l’attitude d’autrui et des circonstances. Nous autres, lecteurs avons déjà noté combien, dans la vie, l’humain est versatile, et combien le mystère de cette « nature humaine »  demeure insondable. Depuis l’origine, le côte imprévisible (« impredictable ») des êtres est le sujet de Pierre Lemaître. Cependant, ce qui domine dans « Miroir de nos peines »,  ce sont les mouvements intimes du cœur humain, le bon et le mauvais alternant chez un même sujet. Nous ne sommes ni des anges, ni des démons, dit l’auteur, mais les uns puis les autres. Cette complexité donne de l’épaisseur à  cette fresque hyperréaliste de l’exode de Juin 1940. D’Alexandre Dumas, Pierre Lemaître a retenu l’essentiel CAD le style ; il adapte cette forme, délicieusement rétro «: le concierge,  un  homme au teint jaune et à l’esprit suspicieux » ; et encore,  (plutôt dans le genre Maurice Leblanc) : « Le directeur des services était un homme d’une soixantaine d’années. Son visage poupin et ses lèves boudeuses donnaient l’impression qu’il allait éclater en sanglots. ». Pierre Lemaitre prend soin, de cultiver aussi les segments narratifs et le rythme de l’œuvre, alternant apartés d’un  personnage et mouvements de foule : « Il y avait là des centaines d’hommes, de femmes, d’enfants, de vieillard marchant dans le même sens, interminable défilé de visage concentrés, consternés, apeurés ». Et Pierre Lemaitre se souvient de ce que Dumas mettait en scène dans chacun de ses livres, CAD le fait que les événements  de la vie réelle paraissent souvent dépasser la fiction (« on verrait cela au cinéma que l’on n’y croirait pas », note la sagesse populaire). 

Dans « Miroir de nos peines », nous nous trouvons ainsi, dès les premières pages, propulsés  face à Louise, courant nue boulevard du Montparnasse. Au fil de l’intrigue, nous lui découvrirons une famille différente de celle qu’elle connaissait. Chez Alexandre Dumas, nous avons  pris l’habitude de ces imbroglios familiaux et de ces filiations surprises.  

La jeune femme s’enfuyant nue dans Paris a perdu sa mère voici un certain temps ;  elle n’en souffre pas, car elle n’a jamais pu l’appeler « maman », ne l’aimant guère. Or, Louise découvrira dans le chaos de l’exode, avec stupeur et ravissement, les  lettres d’amour extrêmement enflammées de sa génitrice, hier si ennuyeuse et froide. Lecture posthume qui révèle à la lectrice le tempérament de la défunte, sa droiture, son courage, et… l’enfant qu’elle eut de cet homme qu’elle aimait en vain,etc.. etc.. Révélations qui vont radicalement modifier le regard de Louise sur cette héroïne de roman qu’était sa mère dans le secret. Ce n’est pas la moindre des prouesses de Pierre Lemaitre que cette transformation. Il s’agit d’une métamorphose radicale telle que l’être humain peut en vivre en des circonstances exceptionnelles. Ici, la débâcle, la fuite sur les routes de France : la mort aux trousses en somme.  Par la magie des mots de sa mère amoureuse, via  l’écriture donc le verbe, le regard de Louise, -fille indifférente d’hier-  fait naitre  chez la lectrice bouleversée une personne indulgente donc maternelle, qui, aimant et comprenant (cf. Baudelaire) la signataire de ces lettres d’amour fou, va  pulvériser l’ordre générationnel. Et comme Barthes était devenu l’ascendant de sa mère malade, au chevet de laquelle l’écrivain oeuvrait quasi religieusement, Louise deviendra l’ascendante de la morte. L’amour et le verbe métamorphosent la relation. La fille adoptera la mère. Le miroir s’inverse. Bravo !

« Miroir de nos peines » par Pierre Lemaitre, 538 pages, 22,90€, Albin Michel

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires