En direct
Best of
Best of du 28 novembre au 4 décembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Record de cagnotte pour l’EuroMillions : et au fait, voilà ce que font les vrais riches quand ils ont 200 millions devant eux

02.

Macron skie français

03.

Pour une Charte de l'Islam de France : la primauté des lois françaises sur la charia n'est pas négociable

04.

L'Union européenne envisage d'exclure la Hongrie et la Pologne du fonds européen de relance

05.

Trois étranges monolithes métalliques de 3 m de haut sont apparus aux Etats-Unis et en Roumanie

06.

Loi de Dieu ou loi de la République ? Ce que Jean-Luc Mélenchon feint de ne pas comprendre sur la différence entre l’islam politique et les autres religions

07.

Crise économique : l'OCDE prévoit que la planète va se redresser en 2021... sauf l'Europe qui restera à la traîne. Mais pas par hasard

01.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

02.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

03.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

04.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

05.

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

06.

Record de cagnotte pour l’EuroMillions : et au fait, voilà ce que font les vrais riches quand ils ont 200 millions devant eux

01.

Valéry Giscard d’Estaing, le plus grand président de la Ve République après De Gaulle

02.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

03.

Socle citoyen : l’Assemblée nationale vote pour l’exploration d’un revenu universel qui ne dit pas son nom mais demeure une très bonne idée

04.

Covid-19 : Et si la première cible à convaincre de l’efficacité du vaccin étaient les médecins et soignants eux-mêmes ?

05.

Noël : Emmanuel Macron envisage des « mesures restrictives et dissuasives » pour les Français qui voudraient skier à l'étranger

06.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Qui veut risquer sa vie la sauvera (Mémoires)" de Jean-Pierre Chevènement : heureux qui comme Chevènement a eu plusieurs vies dans sa vie en maintenant la même trajectoire. Un panorama exhaustif de l’histoire de notre pays de 1962 à 2019

il y a 3 min 47 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Rachel et les siens" de Metin Arditi : un roman superbe et, évidemment, bouleversant, La Palestine, Israël, le XXe siècle...

il y a 55 min 18 sec
pépites > Politique
Brut.
Emmanuel Macron : « Je n'ai pas de problème à répéter le terme de violences policières mais je le déconstruis »
il y a 5 heures 21 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand les bracelets se noient dans le marc de raisin et quand les tortues ont l’accent italien : c’est l’actualité décembriste des montres
il y a 6 heures 50 min
light > Loisirs
Bingo
La popularité croissante de “All I Want for Christmas is You” montre que l'industrie de la musique valorise les vieilles chansons
il y a 9 heures 22 min
light > Insolite
Bizarre
Trois étranges monolithes métalliques de 3 m de haut sont apparus aux Etats-Unis et en Roumanie
il y a 11 heures 25 min
light > Social
Convivial et efficace
Une recherche en psychologie montre l'intérêt des discussions devant la machine à café
il y a 11 heures 53 min
pépites > Economie
Coronavirus
Le Fonds de solidarité universel s'arrêtera le 31 décembre annonce Bruno Le Maire
il y a 12 heures 36 min
décryptage > France
Vive nous

Macron skie français

il y a 12 heures 53 min
décryptage > Société
Placements privilégiés

Record de cagnotte pour l’EuroMillions : et au fait, voilà ce que font les vrais riches quand ils ont 200 millions devant eux

il y a 13 heures 3 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Femmes puissantes" de Léa Salamé : curiosité et plaisir à la lecture des aveux (en toute honnêteté…) de 12 personnalités féminines, découvrir leur force intérieure, leur parcours, leur influence

il y a 24 min 29 sec
pépite vidéo > Politique
Interview
Retrouvez l’intégralité de l’entretien d’Emmanuel Macron accordé à Brut
il y a 1 heure 54 min
pépites > International
Rebondissement
Ziad Takieddine a été arrêté au Liban
il y a 6 heures 29 min
décryptage > Europe
Négociations

Brexit : qui de Londres ou de Bruxelles (et de Paris...) prend le plus grand risque dans le bras de fer ?

il y a 8 heures 18 min
décryptage > France
Article 24

Police, manifestants et libertés publiques : les images de violence servent-elles la Vérité... ou de munitions aux combattants de nos guerres idéologiques ?

il y a 11 heures 17 min
pépite vidéo > Economie
Commerçants face à la crise
Nouveau calendrier : Bruno Le Maire confirme le report des soldes d'hiver au 20 janvier prochain
il y a 11 heures 45 min
rendez-vous > Religion
Géopolitico-scanner
Pour une Charte de l'Islam de France : la primauté des lois françaises sur la charia n'est pas négociable
il y a 12 heures 29 min
pépites > Economie
Voyage moins cher
La SNCF envisage de plafonner le prix des billets de TGV en seconde classe
il y a 12 heures 48 min
pépites > Politique
Scandale
Dominique Strauss-Kahn annonce la sortie d'un documentaire sur sa vie à l'automne 2021
il y a 13 heures 2 min
décryptage > Science
Espace

ClearSpace-1 : l’opération anti-débris spatiaux qui sauvera nos satellites (et nos GPS)

il y a 13 heures 20 min
© ERIC PIERMONT / AFP
Bernard Arnault
© ERIC PIERMONT / AFP
Bernard Arnault
Deux puissants hommes à des époques différentes

Bernard Arnault, un Jacques Coeur moderne ?

Publié le 07 janvier 2020
Le patron du groupe de luxe LVMH, Bernard Arnault mène une vie étrangement semblable à celle d'un grand commerçant du XVème siècle, Jacques Coeur. Philippe Fabry, historien-théoricien raconte l'histoire et les similitudes qui existent entre ces deux hommes d'affaires de deux époques différentes.
Philippe Fabry
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Philippe Fabry est historien et tient le blog Historionomie, principalement dédié à l'étude des schémas historiques et leur emploi à des fins d'analyse géopolitique et de prospective. Il a publié Rome du libéralisme au socialisme, Leçon antique...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le patron du groupe de luxe LVMH, Bernard Arnault mène une vie étrangement semblable à celle d'un grand commerçant du XVème siècle, Jacques Coeur. Philippe Fabry, historien-théoricien raconte l'histoire et les similitudes qui existent entre ces deux hommes d'affaires de deux époques différentes.

C’est probablement l’un des personnages de l’Histoire de France parmi les plus sous-estimés. Jacques Cœur ne fut pas seulement le plus puissant commerçant au XVe siècle, il était aussi grand argentier du Roi, l’ami des têtes couronnées et du Pape. De ce fait, Jacques Cœur fut largement conspué à son époque pour l’étendue de son pouvoir. Mais aujourd’hui, la plupart des historiens reconnaissent son rôle décisif dans la reprise économique du royaume après la guerre de Cent Ans et surtout dans l’introduction de l’esthétique de la Renaissance italienne en France. Luxe, innovation, diplomatie, négoce et grande fortune : cela ne vous rappelle pas quelqu’un ? 

En l’an de grâce 2019, a-t-on le droit d’aimer Bernard Arnault ? Le milliardaire français, désormais sur le toit du monde des plus grandes fortunes mondiales, est devenu un véritable épouvantail de la vie politique française. Le plus « mal aimé » des patrons d’industrie tricolore s’est mué, au fur et à mesure de son ascension, en figure archétypale d’une élite économique honnie.

Mais attention : le brouhaha médiatique, le vacarme des réseaux sociaux et le tumulte des slogans politiques pourraient bien agir comme un miroir déformant sur notre capacité de jugement. Car Bernard Arnault, en tant qu’homme d’affaires, pourrait bien être reconnu plus tard par l’Histoire pour son rôle dans l’expression de la puissance française. Car après tout, qu’est-ce que Bernard Arnault, sinon un Jacques Cœur moderne ? Si le parallèle historique paraît audacieux, il est moins fantaisiste qu’il en a l’air.   

Jacques Cœur, le Bernard Arnault de son siècle ?

Jacques Cœur naît en 1400 à Bourges, sa ville emblématique où il bâtira son célèbre palais. Issus d’une importante famille de commerçants de la cité, il évolue alors dans une France qui sort alors à peine de la guerre de Cent Ans. Aux alentours des années 1430, alors que Jeanne d’Arc libère Orléans et que les Valois reprennent le dessus sur leurs ennemis, le jeune Jacques Cœur a une intuition géniale : miser sur les produits de luxe.

Car la fin du conflit séculier entre l’Angleterre et la France permet un retour du dynamisme économique, tandis que les années de paix permettent à l’aristocratie de dédier une plus large partie de ses revenus aux dépenses somptuaires. Moins de mercenaires, plus de soieries, de joailleries et d’épices : Jacques Cœur est le premier grand commerçant de son époque en Europe à miser avant tout sur ces produits rares et recherchés. 

C’est le premier parallèle que l’on peut établir entre les deux hommes, distants de six siècles : une fortune bâtie sur les biens de luxe. 

Jacques Cœur s’attaque alors aux grands monopoles génois et vénitiens, qui sont alors les seuls à commercer avec l’Orient et ses précieuses richesses. Pour renverser la table et conquérir ce qu’on n’appelait pas encore « des parts de marchés », le marchand français mise sur l’innovation : il dote ses navires des dernières technologies navales, qu’il copie et améliore en observant les flottes italiennes. De plus, Jacques Cœur innove en révolutionnant le commerce de son temps : les échanges avec l’Orient sont alors compliqués par l’absence de devises, le troc se substituant souvent au manque de liquidités. En investissant dans des mines d’argent dans la région lyonnaise et en battant lui-même monnaie, Jacques Cœur se démarque des armateurs génois et vénitiens, et s’impose progressivement comme le plus important marchand de la Méditerranée. 

Un enrichissement qui s’accompagne d’une proximité de plus en plus étroite avec le pouvoir politique, et notamment à la Cour de France de Charles VII. Nommé Grand Argentier du Royaume (gérant des finances royales) et anobli, il est alors l’un des protégés de la favorite du Roi, Agnès Sorel. Premier ministre sans le titre, il réforme en profondeur une France en pleine transition, entre un Moyen- ge finissant et une Renaissance qui peine à dépasser les Alpes : il modernise les moyens de transport et notamment les routes, réforme en profondeur le système de péages qui régit alors le royaume, développe les comptoirs marchands et améliore la politique monétaire. 

Mais attention : Jacques Cœur est une puissance économique avant d’être un réformateur politique. Son pouvoir et sa capacité à transformer le royaume, il les tient de sa fortune. À une époque où la distinction entre le privé et le public n’existe pas, c’est la réussite marchande de Jacques Cœur qui permet de financer et de transformer l’économie du Royaume.

Et là encore, le parallèle entre les deux hommes est possible : l’activité du groupe de Bernard Arnault, loin de se restreindre au seul univers du luxe, tire vers le haut une économie française qui profite de son développement. Pour rappel, LVMH est la première entreprise d’un secteur du luxe qui pèse à lui tout seul davantage dans le PIB français que l’automobile et l’aéronautique réunis.

Au tournant des années 1440, au summum de sa puissance (on dit alors « Le Roi fait ce qu’il peut, Jacques Cœur fait ce qu’il veut ») Jacques Cœur diversifie ses activités, dans ce que nous nommerions aujourd’hui une « concentration verticale », pour maîtriser de bout en bout la production, le transport et la vente de ses produits. Le marchand devient alors négociateur, manufacturier et producteur. 

Une fois de plus, la comparaison avec l’autre grand marchand de luxe fait sens : la puissance colossale acquise par Bernard Arnault ces dernières années doit beaucoup à une succession de prises de commandes de différentes entreprises. Car on l’oublie un peu, mais si le groupe LVMH est devenu le géant du luxe d’aujourd’hui, c’est autant par l’acquisition de marques iconiques (Guerlain, Tiffany…) que par la maîtrise de l’ensemble du processus de production de ses produits emblématiques. LVMH ne se contente pas de vendre, le groupe produit et surtout, innove (par exemple en intégrant de jeunes start-up prometteuses). 

Un levier économique et diplomatique

Proches du pouvoir politique, les deux personnages font aussi office de levier diplomatique pour contourner les canaux traditionnels. Dans une royauté française où les relations sont parfois houleuses avec Rome, Jacques Cœur s’impose comme un partenaire incontournable du Pape Nicolas V. Et dans un contexte où les relations entre Paris et la toute-puissance américaine sont quelque peu tendues, il y a fort à parier que Bernard Arnault est un atout en coulisse pour le Quai d’Orsay pour amadouer Donald Trump, dont il est proche de longue date. 

Puissance commerciale qui draine toute une partie de l’économie nationale, force d’innovation et outil diplomatique, Jacques Cœur partage enfin un dernier point commun avec Bernard Arnault : en s’élevant socialement au niveau des puissants, il a aussi récolté l’inimitié, l’animosité ou la jalousie de bon nombre de ces contemporains. Une partie des catégories populaires l’accusera régulièrement d’être responsable de ses difficultés tandis que de nombreux aristocrates prennent ombrage son ascension. 

Dans un Moyen-Age pâlissant, les relations de pouvoirs dans la cour de Charles VII poussent ce dernier à abandonner son soutien à Jacques Cœur et le faire condamner. Après une évasion rocambolesque, ce dernier finira par mettre son talent au service du Pape dans la lutte contre les Ottomans et mourra de maladie en 1456 sur l’île de Chios, au large de l’Asie Mineure. 

Un destin épique, parfois méconnu et pourtant révélateur d’une société française alors en crise, mais qui entamait sa profonde mutation vers la Renaissance. À rebours des sévères jugements qui fleurissaient alors sur son compte, les historiens ont, dès le XIXème siècle, reconnu le rôle qu’a joué ce puissant marchand de luxe pour la France de l’époque. Le destin de celui qui avait pour devise « à cœur vaillant, rien d’impossible » pourrait bien, par certains aspects, rentrer en résonance avec Bernard Arnault, son acolyte de six siècles, autre marchand du luxe honnis par ses contemporains. Bien sûr, comparaison n’est pas raison, mais ce parallèle historique permet de s’extraire quelques instants des passions des temps présents et d’avoir une autre perspective sur l’actualité du milliardaire français. Et bien que le commentaire économique nous habitue à des raisonnements de masse, aux calculs statistiques et à la logique « macro », il est salutaire de se souvenir que, aujourd’hui non moins qu’hier, les individualités fortes ont un rôle dynamisant indispensable, et profitable à l’ensemble de la société. Et Balzac avait tort, quand, au tournant de la seconde moitié du XIXe siècle, il prédisait que la construction de fortunes marchandes semblables à celles « des Jacques Coeur, des Medici ou des Fugger » étaient devenues impossibles à des négociants, si habiles fussent-ils. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires