En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

02.

Michel-Edouard Leclerc annonce qu'un "quart du profit réalisé dans les centres Leclerc sera réaffecté au personnel"

03.

Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement

04.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

05.

Russie-Turquie-Iran : la triplette géopolitique qui a réussi à profondément changer notre monde sans que nous réagissions

06.

Macron parle demain soir : pas de déconfinement, mais "un allègement progressif des contraintes"

07.

Pierre Manent : "Nous souffrirons longtemps de la passivité qu’a imposé le gouvernement aux Français avec le Covid"

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

04.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

05.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

06.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

05.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

06.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

ça vient d'être publié
décryptage > International
Diplomatie

La nouvelle alliance entre Israël et les pays sunnites du Golfe est-elle de taille à résister à l’Iran ?

il y a 24 min 58 sec
décryptage > Europe
L’union fait l’insouciance

L’Europe, puissance naïve dans un monde de brutes ?

il y a 47 min 10 sec
décryptage > Environnement
Anticipation

Vers des coupures d’électricité cet hiver ? Ces avertissements que le gouvernement s’est ingénié à ne pas comprendre

il y a 1 heure 22 min
pépites > Politique
Etats-Unis
Donald Trump finit par débloquer le processus de transmission du pouvoir à Joe Biden
il y a 2 heures 7 min
décryptage > Europe
Capital politique en jachère

2020, l'année où l'Union européenne conserva l'approbation d'une majorité d'Européens contre vents et marées... sans rien savoir en faire

il y a 2 heures 33 min
Dépenses et coups de coeur
Black Friday : les Français sont prêts à dépenser plus que l’an dernier
il y a 15 heures 27 min
pépites > Europe
Lutte contre la pandémie
Covid-19 : "L'issue est en vue", selon Boris Johnson
il y a 17 heures 5 min
pépites > Justice
Justice
Affaire des "écoutes" : le procès de Nicolas Sarkozy, jugé pour corruption, est suspendu jusqu'à jeudi
il y a 19 heures 52 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L’archipel des Solovki" de Zakhar Prilepine : plaisir de relire - Les camps des Solovki, antérieurs aux goulags. « J’ai voulu écrire moins sur les camps que sur les Russes » a dit l’auteur, l’un des plus grands romanciers russes contemporains

il y a 20 heures 53 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement
il y a 22 heures 23 sec
light > High-tech
Bug
Des clients britanniques d'Amazon acheteurs de la nouvelle PlayStation 5 se sont vus livrer à la place des objets qui n'ont aucun rapport avec elle
il y a 28 min 58 sec
pépites > Santé
Coronavirus
Alors qu'Emmanuel Macron va s'exprimer ce soir, Jean Castex prévoit "un léger assouplissement au confinement"
il y a 1 heure 10 min
décryptage > International
Prévisions

Doubler le PIB chinois d’ici 2035 ? Voilà pourquoi l’objectif de Xi Jinping est un pur fantasme

il y a 2 heures 32 sec
décryptage > Economie
Atlantico Business

Bercy force les assureurs à couvrir les risques de pandémie mais pas ceux du Covid. Ce n’est pas gagné

il y a 2 heures 29 min
décryptage > Santé
Tester, tracer, isoler

Covid-19 : mais pourquoi l’Isolement des cas positifs est-il si difficile en France ?

il y a 2 heures 36 min
pépites > International
Avenir des Etats-Unis
Joe Biden a dévoilé les noms des premiers membres de son gouvernement
il y a 15 heures 59 min
light > Politique
Succès fou
Barack Obama a vendu 890.000 exemplaires de ses mémoires en seulement 24h en Amérique du Nord
il y a 17 heures 51 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Un coupable presque parfait La construction du bouc émissaire blanc" de Pascal Bruckner : un plaidoyer solide, un essai brillant, au secours d’une civilisation crépusculaire ébranlée par les diktats des minorités

il y a 20 heures 32 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

Ma lettre au père Noël. Chômage. Récession. Dépression. Un peu de champagne ?

il y a 21 heures 39 min
pépites > International
Diplomatie
Le Premier ministre israélien aurait rencontré secrètement le prince héritier d'Arabie Saoudite
il y a 22 heures 15 min
© Flickr/Abode of Chaos
Illustrations
© Flickr/Abode of Chaos
Illustrations
Une bonne ou mauvaise idée ?

Après janvier sans alcool ou sans viande, janvier sans dopamine : faut-il vraiment vous inspirer de la résolution de nouvel an venue de la Sillicon Valley ?

Publié le 06 janvier 2020
Une dose modérée de dopamine influe positivement sur une personne. Mais un trop plein de ce neurotransmetteur peut être néfaste pour la santé du patient. Une question se pose quant à cette substance : doit-on la bannir ou reste-t-elle une alternative intéressante ?
Stéphane Gayet
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Stéphane Gayet est médecin des hôpitaux au CHU (Hôpitaux universitaires) de Strasbourg, chargé d'enseignement à l'Université de Strasbourg et conférencier. 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Une dose modérée de dopamine influe positivement sur une personne. Mais un trop plein de ce neurotransmetteur peut être néfaste pour la santé du patient. Une question se pose quant à cette substance : doit-on la bannir ou reste-t-elle une alternative intéressante ?

Atlantico : De nombreux employés de la Silicon Valley ont décidé de se priver de certains plaisirs - donc de réduire leur production de dopamine - car ils n'arrivaient plus à apprécier les "petites choses" de la vie. Ils appellent cela "Janvier sans dopamine".

Atlantico : Comment fonctionne la dopamine ? Que pensez-vous de cette idée de "Janvier sans dopamine" ?

Stéphane Gayet : La dopamine est une substance endogène, produite et utilisée par notre corps. La phonétique des termes joue un rôle important dans leur perception : le mot dopamine évoque le dopage, alors qu'il n'en est rien. Il ne faut surtout pas s'imaginer que la dopamine soit une amine (base organique azotée dérivant de l'ammoniaque) dopante. Car « dopage » provient du mot anglais « doping », alors que « dopamine » provient du mot anglais « dopa » qui un synonyme abrégé du terme « DihydrOxy Phényl Alanine ». La tyrosine (acide aminé aromatique non indispensable) peut être transformée en dopa, qui peut être transformée en dopamine, elle-même pouvant être transformée en noradrénaline et en adrénaline.
C'est la notion de précurseur : la dopa est un précurseur de la dopamine, elle-même un précurseur de…

Donc, pour appréhender convenablement le terme dopamine, il faut déjà s'enlever de l'esprit qu'il s'agit d'un dopant.

La dopamine n'est pas une amine dopante ; alors, à quoi sert-elle dans notre corps ?

La dopamine du corps humain a une double fonction.
Premièrement, c'est une catécholamine ; il en existe trois, à savoir la dopamine, la noradrénaline et l'adrénaline. Les catécholamines sont des amines qui augmentent la fréquence cardiaque et la pression artérielle (amines dites vasopressives). Elles activent le système nerveux sympathique, parfois appelé système nerveux végétatif de l'éveil et de l'action. Les catécholamines sont sécrétées et excrétées par les glandes surrénales, et plus précisément leur partie centrale (glandes médullosurrénales). Elles sont sécrétées lorsque le corps a besoin de réagir à une situation préoccupante (émotion, danger, stress…).
Deuxièmement, elle joue un rôle de neurotransmetteur dans certaines régions du cerveau. Un neurotransmetteur est une molécule biochimique qui est secrétée par une terminaison nerveuse et qui permet à l'influx nerveux -qui est parvenu à cette terminaison- de déclencher une action. Sans neurotransmetteur, l'influx nerveux est vain. Or, et aussi étonnant que cela puisse paraître, tous les neurones ne communiquent pas avec le même neurotransmetteur. Certains neurones ont la sérotonine comme neurotransmetteur, d'autres la noradrénaline, d'autres l'acétylcholine (pas dans le cerveau) et d'autres encore la dopamine. Des neurones dits dopaminergiques sont impliqués dans la maladie de Parkinson (ils sont déficients).

En quoi consiste l'auto-toxicomanie à la dopamine ?

En réalité, quand on parle d'auto-toxicomanie à la dopamine, cela signifie que le cerveau active d'une façon inhabituelle et déséquilibrée les neurones à dopamine du cerveau ; il s'agit notamment d'une petite mais déterminante zone se trouvant dans le lobe temporal de chaque hémisphère cérébral (zone appelée hippocampe du fait de sa forme). Cette petite région est activée en cas de plaisir et de satisfaction.
Les personnes auto-droguées à la dopamine ne sont pas nombreuses. Ce sont des personnes auxquelles tout réussi, car il existe chez elles une conjonction de qualités naturelles rarement réunies (beauté, intelligence, aptitudes physiques, santé) et de circonstances de la vie particulièrement favorables (jeunesse, travail, revenus, amour, logement, enfants, passions…). On a décrit de tels individus dans la Silicon Valley : jeunes sujets brillants et performants en informatique, vivant de façon presque idéale. A tel point que ces individus en arrivent à être saturés de satisfaction et de plaisir, jusqu'à ne plus éprouver véritablement de satisfaction ni de plaisir qui sont devenus trop habituels.

Alors, se sevrer ou ne pas se sevrer de dopamine en début d'année ?

Cette auto-toxicomanie à la dopamine est encore plus d'actualité en début d'année. Car les fêtes de fin d'année viennent de se dérouler, avec de nombreux plaisirs : repos, rassemblement familial, parents, enfants en vacances, nourriture de luxe, cadeaux, ambiance, musique, jeux de société, télévision, films, etc. Chez certaines personnes gâtées par la nature et par les circonstances, cette période de fêtes de fin d'année peut activer fortement les neurones dopaminergiques, jusqu'à ce qu'il existe une saturation en dopamine. D'où l'idée pertinente d'effectuer un sevrage de dopamine.
Le sevrage en dopamine consiste à s'imposer une forme d'austérité rigoureuse pour éviter des satisfactions en excès. Cette austérité concerne le lever, la nourriture, la ponctualité, les distractions, les tâches à faire mais peu agréables, etc. C'est un peut comme si, par analogie avec le clergé chrétien, on passait du siècle à la règle.
Sans aucune arrière-pensée de puritanisme moral, ce sevrage de satisfactions et de plaisirs a certainement du bon, ce qui est le cas de tout sevrage en cas d'accoutumance (ce qui est l'état d'un organisme devenu presque insensible à l'effet d'une substance en raison de sa forte consommation prolongée de cette substance).
Les personnes auto-droguées à la dopamine et qui pratiquent ce sevrage, s'en trouvent effectivement bien.

Est-il possible - voir important - de contrôler notre dopamine ? Existe-t-il des dangers ou des bénéfices liés à cela ?

Tout ce qui est excessif devient lassant. Les personnes qui vivent dans un luxe presque sans limites en arrivent à s'ennuyer à longueur de journée. Lorsqu'il n'y a plus d'efforts à faire, que tout est d'accès facile et rapide, la vie perd de son intérêt. Car ce qui est motivant dans la vie, ce sont les difficultés et les problèmes à résoudre, les défis, les risques, les imprévus, à condition bien sûr que leur issue soit favorable.
Chacune et chacun se fixe des objectifs dans sa vie ; lorsqu'il les atteint, c'est une satisfaction et un encouragement à s'en fixer d'autres, plus ambitieux. On est loin de l'overdose de dopamine. Sortir de son périmètre de confort, donc prendre un risque, puis réussir et gagner en confiance en soi et en expérience, ensuite continuer et ainsi de suite.
On se rend compte que l'overdose de dopamine ne menace pas tout un chacun. Elle ne menace véritablement que celles et ceux pour qui tout est facile et accessible, qui n'ont pratiquement pas d'efforts à faire, ont essentiellement des réussites et des satisfactions. Cela dit, chacune et chacun d'entre nous doit avoir à l'esprit que les efforts sont indispensables à une vie équilibrée et épanouissante. Il est indispensable de faire des efforts qui coûtent vraiment, qui font un peu souffrir, mais pas trop bien sûr. Le confort en excès et le luxe ne sont sans doute pas des circonstances épanouissantes.
On peut sans doute retenir qu'il faut un minimum de discipline, de rigueur et d'austérité pour parvenir à une vie vraiment équilibrée et agréable. Et cela sans aucune arrière-pensée moralisatrice.

La société de consommation est-elle responsable de ce "trop plein" de dopamine ?

Il est évident que le confort en excès et a fortiori le luxe procurent de la satisfaction et souvent du plaisir. Notre société de consommation qui propose pratiquement tout ce que l'on peut souhaiter, incite à la paresse, à faire le moins d'efforts. Et ce comportement active certainement les neurones à dopamine.
On peut affirmer en effet que notre civilisation hyper consumériste tend à nous rendre veules et c'est bien préoccupant. Il peut s'ensuivre chez certaines personnes peu volontaires une recherche systématique de la satisfaction et du plaisir dits faciles, que l'on obtient avec un minimum d'efforts (sucreries, aliments sucrés et gras, drogues, jeux, sexe…).
Les facilités et les plaisirs proposés par la société de consommation tendent en somme d'une certaine façon à nous aveulir. Et c'est la porte ouverte à une hyper production de dopamine, en effet.
On voit que la biologie corrobore ce que l'expérience nous avait appris.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Thématiques :
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
nobobo
- 07/01/2020 - 22:55
Fiction
Je doute que dans une société aussi névrotique que l 'est la société américaine, on puisse trouver des gens dopés à la dopamine de façon naturelle. Ils sont plutôt dopés à la cocaine.
Andre Sauvet
- 06/01/2020 - 17:17
Et alors !
Mais qu'est ce qu'on en a foutre du sans alcool et sans viande de la Silicone Valley ? Leur cuisine est-elle si mauvaise, qu'ils ont inventé l'idée de s'en priver !
Les médias nous le déclinent à longueur d'ondes ou de papier depuis quelques temps.
On s'en fout.
C'est dommage de devoir être un peu vulgaire pour se faire entendre !
clo-ette
- 06/01/2020 - 14:31
@evguenisokolov
Je suis une buveuse d'eau, ce qui ne m'empêche pas d'être guillerette et d'avoir des bouffées de dopamine . Mais j'avoue que la lecture de votre magnifique poème a fait le plein de dopamine pour ma semaine . Quant au Dr Gayet, j'apprécie ses articles que je garde, ils me permettent de me soigner sans que j'aille consulter .