En direct
Best of
Best of du 28 novembre au 4 décembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Record de cagnotte pour l’EuroMillions : et au fait, voilà ce que font les vrais riches quand ils ont 200 millions devant eux

02.

Macron skie français

03.

Pour une Charte de l'Islam de France : la primauté des lois françaises sur la charia n'est pas négociable

04.

L'Union européenne envisage d'exclure la Hongrie et la Pologne du fonds européen de relance

05.

Trois étranges monolithes métalliques de 3 m de haut sont apparus aux Etats-Unis et en Roumanie

06.

Loi de Dieu ou loi de la République ? Ce que Jean-Luc Mélenchon feint de ne pas comprendre sur la différence entre l’islam politique et les autres religions

07.

Crise économique : l'OCDE prévoit que la planète va se redresser en 2021... sauf l'Europe qui restera à la traîne. Mais pas par hasard

01.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

02.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

03.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

04.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

05.

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

06.

Pour une Charte de l'Islam de France : la primauté des lois françaises sur la charia n'est pas négociable

01.

Valéry Giscard d’Estaing, le plus grand président de la Ve République après De Gaulle

02.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

03.

Covid-19 : Et si la première cible à convaincre de l’efficacité du vaccin étaient les médecins et soignants eux-mêmes ?

04.

Noël : Emmanuel Macron envisage des « mesures restrictives et dissuasives » pour les Français qui voudraient skier à l'étranger

05.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

06.

Socle citoyen : l’Assemblée nationale vote pour l’exploration d’un revenu universel qui ne dit pas son nom mais demeure une très bonne idée

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Femmes puissantes" de Léa Salamé : curiosité et plaisir à la lecture des aveux (en toute honnêteté…) de 12 personnalités féminines, découvrir leur force intérieure, leur parcours, leur influence

il y a 11 min 40 sec
pépite vidéo > Politique
Interview
Retrouvez l’intégralité de l’entretien d’Emmanuel Macron accordé à Brut
il y a 1 heure 41 min
pépites > International
Rebondissement
Ziad Takieddine a été arrêté au Liban
il y a 6 heures 16 min
décryptage > Europe
Négociations

Brexit : qui de Londres ou de Bruxelles (et de Paris...) prend le plus grand risque dans le bras de fer ?

il y a 8 heures 5 min
décryptage > France
Article 24

Police, manifestants et libertés publiques : les images de violence servent-elles la Vérité... ou de munitions aux combattants de nos guerres idéologiques ?

il y a 11 heures 4 min
pépite vidéo > Economie
Commerçants face à la crise
Nouveau calendrier : Bruno Le Maire confirme le report des soldes d'hiver au 20 janvier prochain
il y a 11 heures 32 min
rendez-vous > Religion
Géopolitico-scanner
Pour une Charte de l'Islam de France : la primauté des lois françaises sur la charia n'est pas négociable
il y a 12 heures 16 min
pépites > Economie
Voyage moins cher
La SNCF envisage de plafonner le prix des billets de TGV en seconde classe
il y a 12 heures 35 min
pépites > Politique
Scandale
Dominique Strauss-Kahn annonce la sortie d'un documentaire sur sa vie à l'automne 2021
il y a 12 heures 49 min
décryptage > Science
Espace

ClearSpace-1 : l’opération anti-débris spatiaux qui sauvera nos satellites (et nos GPS)

il y a 13 heures 7 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Rachel et les siens" de Metin Arditi : un roman superbe et, évidemment, bouleversant, La Palestine, Israël, le XXe siècle...

il y a 42 min 29 sec
pépites > Politique
Brut.
Emmanuel Macron : « Je n'ai pas de problème à répéter le terme de violences policières mais je le déconstruis »
il y a 5 heures 8 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand les bracelets se noient dans le marc de raisin et quand les tortues ont l’accent italien : c’est l’actualité décembriste des montres
il y a 6 heures 37 min
light > Loisirs
Bingo
La popularité croissante de “All I Want for Christmas is You” montre que l'industrie de la musique valorise les vieilles chansons
il y a 9 heures 9 min
light > Insolite
Bizarre
Trois étranges monolithes métalliques de 3 m de haut sont apparus aux Etats-Unis et en Roumanie
il y a 11 heures 12 min
light > Social
Convivial et efficace
Une recherche en psychologie montre l'intérêt des discussions devant la machine à café
il y a 11 heures 40 min
pépites > Economie
Coronavirus
Le Fonds de solidarité universel s'arrêtera le 31 décembre annonce Bruno Le Maire
il y a 12 heures 23 min
décryptage > France
Vive nous

Macron skie français

il y a 12 heures 40 min
décryptage > Société
Placements privilégiés

Record de cagnotte pour l’EuroMillions : et au fait, voilà ce que font les vrais riches quand ils ont 200 millions devant eux

il y a 12 heures 50 min
décryptage > Politique
Héritage politique

Mort de VGE : mais qu’est devenue la droite libérale en France ?

il y a 13 heures 27 min
© LUDOVIC MARIN / AFP
© LUDOVIC MARIN / AFP
Futurs scrutins

Portrait-robot de ce que serait l’opposition à Emmanuel Macron la plus efficace d’ici 2022

Publié le 05 janvier 2020
A quelques mois des municipales, aucun parti politique n'est en mesure de réellement rassembler les Français. Quel serait le portrait-robot du parti politique idéal qui serait capable de véritablement fédérer la population d'ici l'élection présidentielle de 2022 ?
Chloé Morin
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Chloé Morin est ex-conseillère Opinion du Premier ministre de 2012 à 2017, et Experte-associée à la Fondation Jean Jaurès.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
A quelques mois des municipales, aucun parti politique n'est en mesure de réellement rassembler les Français. Quel serait le portrait-robot du parti politique idéal qui serait capable de véritablement fédérer la population d'ici l'élection présidentielle de 2022 ?

Atlantico.fr : Aujourd'hui aucun parti politique, ni même celui au pouvoir, ne parvient à rassembler les Français. Ainsi, si l'on regarde non pas du côté des partis en eux-mêmes, mais plutôt du côté des électeurs, à quoi pourrait ressembler le portrait-robot du parti politique idéal capable de fédérer la population d'ici 2022 ?

Chloé Morin : Si l’on observe ce qui se passe depuis près d’une décennie dans les différentes démocraties occidentales, et plus encore depuis 2016 - Brexit, élection de Trump, coalition populiste portée au pouvoir en 2018 en Italie, élection d’un homme politique « hors du sérail » en France en 2017… -, une des dynamiques les plus fortes qui anime le paysage politique est le rejet des élites, le sentiment que le « système » ne fonctionne pas et privilégie un petit nombre de personnes au détriment des « classes moyennes ». Jean-Luc Mélenchon a résumé ce climat politique par l’expression « dégagisme », mais elle recouvre une réalité concrète : 70% des citoyens qu’IPSOS a interrogés dans une trentaine de pays estiment que « l’économie est un système biaisé qui favorise les riches et les puissants » , 66% pensent que les partis et les politiques dits « traditionnels » ne se préoccupent pas des gens comme eux, et 54% ont le sentiment que leur société est « cassée », fragmentée, divisée. Ce n’est pas un hasard si une grande partie du débat en 2017, lors de la présidentielle, a porté sur la politique, les institutions, et comment moraliser et réformer un système décisionnel perçu comme déficient, plutôt que sur les politiques publiques et les propositions des différents candidats… si bien qu’aujourd’hui, on refait le débat sur les retraites, par exemple, ou sur d’autres propositions qui figuraient au programme d’Emmanuel Macron, mais qui n’ont peut être pas été assez amplement expliquées, examinées et débattues à l’époque.

De ce point de vue, la caractéristique principale d’un « entrepreneur politique » - comme le dirait mon collègue Clifford Young aux Etats-unis, expression qui souligne bien le caractère opportuniste et désidéologisé de l’entreprise politique - susceptible de remporter des élections, serait d’être « hors » ou « anti » système. C’est même la caractéristique principale d’un leader potentiel car sur les sujets de fond, la société se trouve traversée par de multiples clivages - sur l’identité et l’immigration, sur l’économie, etc- , qui expliquent qu’aucun parti ne parvient actuellement, sur la base de leurs seuls logiciels, à rassembler plus de 20% de l’électorat…

Qu’entend-t-on par « hors système » : cela varie selon les pays et les cultures. Le style de Trump, ou dans une moindre mesure de Boris Johnson - ces provocations ou ces pitreries qui les caractérisent -, suffit à les inscrire hors du sérail, alors que par ailleurs l’un est un milliardaire héritier et l’autre un produit de l’élite britannique, qui a fait Eton, dont le père est un économiste reconnu et les frères et soeurs appartiennent à l’intelligentsia. De même pour Beppe Grillo, qui vient du monde du spectacle, et avait érigé l’absence d’expérience politique en vertu absolue. Mais ici, en France, nous n’avons à ce jour pas de figure de ce type. Jusqu’ici, l’on se distingue davantage par la radicalité des propositions - à la manière d’une Le Pen avec la sortie de l’euro ou d’un Mélenchon avec un programme très à gauche - que par la manière de les défendre. Au contraire, il est frappant de remarquer à quel point Marine Le Pen cherche depuis des années à se respectabiliser, à l’inverse de ce qu’aurait fait un Trump. Se provocations sont mesurées, calculées pour ne pas « effrayer » et réactiver le souvenir d’une extrême droite à la sauce Le Pen père. De la même manière, c’est par un dérapage qui relève essentiellement du style - « Je suis la république! » lors des perquisitions de son bureau - que Mélenchon a perdu beaucoup de crédit politique.

Donc le personnage « hors système » peut l’être par son style, son vocabulaire, sa manière de briser des tabous culturels et politiques, ou bien par la radicalité réelle ou supposée de ses propositions sur certains thèmes choisis.

Au delà de cette caractéristique, il est difficile d’identifier des thèmes fédérateurs, en France comme ailleurs. Certaines réformes populaires au moment de l’élection peuvent devenir très impopulaires lorsqu’elles entrent dans le concret, soit du fait de l’épuisement rapide de la popularité de ceux qui les portent, soit parce qu’il existe souvent un écart important entre le principe et son application - la réforme des retraites est en train de le démontrer. Je pense, par conséquent, qu’au delà de surfer sur le dégagisme pour élargir son socle au maximum, un candidat doit être ancré dans un socle électoral précis, solide, et cohérent. C’est la condition incontournable pour passer la barre des 20-25% nécessaires pour accéder au second tour dans la configuration actuelle, c’est à dire un politique extrêmement fragmenté…. C’est sans doute pour avoir voulu plaire à trop de monde que Alain Juppé a échoué, alors qu’il fédérait une large partie de la population.

Si Emmanuel Macron souhaitait mettre fin au clivage gauche/droite avec LaREM, qu'en est-il aujourd'hui ? Les Français sont-ils toujours favorables à la fin de ce clivage ou autre seraient-ils plus enclins à soutenir un parti à l'idéologie plus définie ?

Aujourd’hui, le paysage politique et polyfracturé. Les clivages d’hier se sont affaiblis, de nouveaux clivages, qui étaient en gestation depuis longtemps, sont apparus, mais les uns n’ont pas supplanté totalement les autres. En réalité, c’est l’agenda politique du moment qui fait passer les uns ou les autres au premier plan. Le clivage social et économique est aujourd’hui au premier plan en raison du débat sur les retraites, mais il n’y a pas si longtemps c’était le rapport au monde et à l’identité, à travers le débat sur l’immigration…

De fait, un grand nombre de français nous dit à longueur d’enquêtes que le clivage gauche droite est dépassé. Cependant, lorsqu’il s’agit de se positionner sur des valeurs ou des questions structurantes du débat public, on remarque qu’ils savent se positionner et que de vrais clivages entre groupes se forment. Sur les questions économiques, par exemple, c’est entre un groupe LREM/LR plutôt libéral et le reste de la population, en attente de protection étatique, de régulation de la mondialisation et de sécurisation économique, que passe le clivage. Sur l’immigration en revanche, on constate que LREM est plus proche du PS ou des Verts, plus ouverts, alors que la droite LR est très proche des positions du RN. De fait, la carte du paysage politique est assez complexe, et cette complexité n’est évidemment pas due à Emmanuel Macron - il a simplement su mieux que les autres en prendre acte et l’exploiter…

Quelle que soit l’idéologie d’un candidat, il me semble que deux éléments majeurs paient aujourd’hui : la cohérence et la constance dans les expressions et le positionnement, car ils sont gages d’authenticité dans un paysage où chaque politique est soupçonné d’être calculateur et carriériste… Il vaut mieux avoir soutenu les mêmes positions impopulaires toute sa vie, à la manière d’un Corbyn, que zigzaguer… Evidemment, Trump et Johnson sont deux exceptions notables à la règle, mais étant donné qu’ils ont tout misé sur le style et non sur le logiciel idéologique, ils ont su créer de l’adhésion à leur personne et à leur style, donc les revirements idéologiques ne les pénalisent pas.

Qui pourrait incarner ce parti idéal ? S'agirait-il d'un politicien de "carrière" ou plutôt d'une personnalité extérieure au monde de la politique ?

De fait, un politicien « de carrière » semble partir avec un handicap majeur. Mais n’oublions pas que Johnson était un parfait produit de l’élite politique conservatrice, et il a su se distinguer par son positionnement pro-Brexit puis par son style et sa capacité à s’affranchir des conventions… Donc à mon sens, il est possible de se distinguer sans pour autant venir nécessairement du champ de la « société civile » où nous allons chercher du sang neuf depuis des décennies, rarement avec un succès durable…

A mon avis, le pari le plus sûr que nous pourrions faire à ce stade est que le candidat idéal aura les qualités qui correspondent en miroir aux défauts et reproches adressés au Président actuel, de la même manière que Hollande avait pris en tout point le contrepied de Sarkozy…

Donc ce candidat sera sans doute « ancré » dans un territoire, aura subit les épreuves de la vie « réelle », électorale ou en entreprise. Il sera sans doute moins volontaire, flamboyant, intellectuel, et plus réfléchi, humble sans doute, rond… plus social aussi, plus hostile à la mondialisation et au libéralisme économique, également. L’on pourrait continuer ainsi ce portrait chinois pendant longtemps, mais je crois que vous avez saisi l’idée!

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (9)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
zelectron
- 06/01/2020 - 06:40
Hypothèse, hypothèse ! est-ce j'ai une tête d'hypothèse ?
En fait de prévisions, cet article est rempli de si . . .
Gastoch
- 05/01/2020 - 20:56
Oh nOOOOOOnn pas Xavier Bertraaaand
Le gros francmac intriguant? Vraiment? C'est ça le Donald Trump français? Merci mais non merci.
Philvar
- 05/01/2020 - 14:36
""" Le style de Trump, ou
""" Le style de Trump, ou dans une moindre mesure de Boris Johnson - ces provocations ou ces pitreries qui les caractérisent -, suffit à les inscrire hors du sérail, alors que par ailleurs l’un est un milliardaire héritier et l’autre un produit de l’élite britannique, qui a fait Eton, dont le père est un économiste reconnu et les frères et sœurs appartiennent à l’intelligentsia """"
Des phrases comme celle-là ressortent plus d'une brève de bistrot que d'une anlyse intelligente ou même seulement fine. Je me demande si Atlantico ne serait pas un droll de la bande des mondialistes. Ils ne savent plus ce qu'est un homme du modèle de Trump ou de Poutine qui sont de vrais dirigeants de leurs pays. Atlantico est trop habitués aux lope tels qu’Obama ou micron pour nous faire croire à sa sincérité !