En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

02.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

03.

Puisque nous sommes partis pour des reconfinements, que faire pour éviter une violente crise de santé mentale ?

04.

Ramzan Kadyrov estime qu'Emmanuel Macron pousse les musulmans "vers le terrorisme"

05.

Pascal Bruckner : « Le rire et la moquerie peuvent suffire face aux guérilleros de la justice sociale, pas face à la menace islamiste »

06.

Alerte aux vampires : comment des cadavres en décomposition ont provoqué la première crise de panique collective en 1720

07.

Les objets connectés, des armes redoutables aux mains des auteurs de violences familiales

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

04.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

05.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

06.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Vers un nouveau confinement ?
Covid-19 : Emmanuel Macron annoncera de nouvelles restrictions ce mercredi à 20 heures
il y a 15 min 3 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La Chambre des dupes" de Camille Pascal : Louis XV et les soeurs Mailly-Nesle : amours, intrigues, courtisans... Un roman brillant et bien documenté

il y a 1 heure 20 min
pépites > Politique
Campagne sous tension
Virginia Raggi, la maire de Rome, révèle être menacée par la mafia
il y a 2 heures 16 min
pépites > France
Tchétchénie
Ramzan Kadyrov estime qu'Emmanuel Macron pousse les musulmans "vers le terrorisme"
il y a 3 heures 12 min
pépites > Justice
Décision
La justice administrative valide la fermeture temporaire de la mosquée de Pantin
il y a 4 heures 53 min
décryptage > Culture
Septième art

Les banalités subversives de Maïwenn

il y a 7 heures 28 min
pépites > Santé
Choix cornélien : épidémie ou économie
Coronavirus : le reconfinement n'est plus tabou, couvre-feu élargi, confinement général ou local ?
il y a 8 heures 12 min
pépites > Politique
Relations humaines
Tensions internes dans la cellule diplomatique de l'Elysée et rapports tendus avec le Quai d'Orsay
il y a 8 heures 48 min
décryptage > Société
Dangers des nouveaux outils

Les objets connectés, des armes redoutables aux mains des auteurs de violences familiales

il y a 9 heures 24 min
décryptage > Economie
Réindustrialisation

Et pendant ce temps là, sur le front de l’industrie, on continue à faire des âneries

il y a 10 heures 15 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les Gaulois réfractaires demandent des comptes au Nouveau Monde" de Philippe de Villiers : La Vendée se prend pour Bibracte. La révolte gronde. Les 2 Villiers sont à la manoeuvre

il y a 1 heure 9 min
light > Media
Bon rétablissement
Michel Drucker ne sera pas de retour sur France 2 avant 2021 après son opération
il y a 1 heure 54 min
Pollution
Réchauffement climatique : des gisements de méthane se décongèlent dans l'océan Arctique relâchant du gaz à effet de serre
il y a 2 heures 37 min
pépites > Education
Education Nationale
Rentrée du 2 novembre : un hommage à Samuel Paty sera organisé dans les écoles
il y a 4 heures 7 min
décryptage > Histoire
Identifier la menace

Guerre des civilisations ou guerre au sein de l’islam ?

il y a 7 heures 20 min
décryptage > France
Vocabulaire

Ensauvagement : une fois encore, Laurent Mucchielli parle trop vite…

il y a 7 heures 54 min
pépite vidéo > Europe
Paris - Ankara
L'Union européenne apporte son soutien à la France après l'appel au boycott des produits français
il y a 8 heures 15 min
décryptage > Histoire
Origines du mythe

Alerte aux vampires : comment des cadavres en décomposition ont provoqué la première crise de panique collective en 1720

il y a 9 heures 10 min
décryptage > Santé
Hiver de la dépression

Puisque nous sommes partis pour des reconfinements, que faire pour éviter une violente crise de santé mentale ?

il y a 9 heures 53 min
décryptage > Politique
Sondage pour 2022

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

il y a 10 heures 41 min
© NIKLAS HALLE'N / AFP
© NIKLAS HALLE'N / AFP
Bilan des années 2010

Le Brexit : début de la fin de l’Union européenne ?

Publié le 01 janvier 2020
A l'occasion de la fin de l'année 2019, Atlantico a demandé à ses contributeurs les plus fidèles de dresser un bilan de la décennie, des années 2010. Bruno Alomar revient sur le Brexit.
Bruno Alomar
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bruno Alomar, économiste, auteur de La Réforme ou l’insignifiance : 10 ans pour sauver l’Union européenne (Ed.Ecole de Guerre – 2018)  
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
A l'occasion de la fin de l'année 2019, Atlantico a demandé à ses contributeurs les plus fidèles de dresser un bilan de la décennie, des années 2010. Bruno Alomar revient sur le Brexit.

La décision des britanniques de sortir de l’Union européenne (UE) a été l’un des évènements majeurs depuis le début du siècle, au même titre que le 11 septembre 2001 ou la Grande crise financière de 2008.

Evidemment, cet événement, qui plus qu’inattendu restera surtout comme un profond impensé, est porteur de significations profondes, que personne, ou si peu, ont su percevoir. La fin de la mondialisation heureuse, entendue comme la dissolution progressive des frontières et des identités, et, parallèlement, comme l’accroissement des responsabilités confiées aux organisations supranationales, en est une. Le retour du tragique, c’est-à-dire de la politique, avant l’économie, pour lequel Etienne Mantoux plaidait déjà en vain dans sa lumineuse critique d’un JM Keynes (La paix carthaginoise : les conséquences économiques de Monsieur Keynes – 1946) ne regardant le Traité de Versailles qu’au prisme de l’économie, en est une autre.

Il est cependant une réalité à laquelle le Brexit porte un coup particulièrement sévère, et peut être fatal : l’intégration européenne au travers de l’UE.

Disons-le tout net : le Brexit, de prime abord, est une gifle pour l’UE. Cette dernière n’a pas seulement été incapable de le prévoir. Elle n’a eu de cesse d’en nier la réalité, se raccrochant de manière puérile à l’idée selon laquelle les britanniques changeraient d’avis, de sorte que le Brexit n’aurait pas lieu. C’est le contraire qui s’est passé : en dépit des difficultés considérables, de la morgue de l’auto-proclamé « parti de la raison », les britanniques n’ont eu de cesse, quand la parole leur a été rendue (élections européennes et nationales de 2019), de confirmer nettement leur souhait de sortir de l’UE.

Mais le Brexit est sans doute plus que cela : il est peut-être la première étape de la fin de l’UE, pour plusieurs raisons.

D’abord, parce que le risque est grand que le Brexit réussisse. Par « réussir », faisant fi du fait majeur que la question économique est secondaire par rapport à la question politique, nous n’entendons même pas que le Royaume-Uni ait au cours des années qui viennent des performances économiques significativement meilleures que l’UE, même s’il ne faut pas l’exclure. Il suffirait que le Royaume-Uni ait des performances qui soient comparables à celles de l’eurozone. Car enfin, quel intérêt y aurait-il à poursuivre la construction européenne, s’il ne peut être établi clairement qu’elle apporte un plus à ses membres, de nature à compenser les pertes de souveraineté qu’ils consentent ?

Ensuite, parce que l’UE a montré à l’occasion du Brexit son incapacité à se repenser. C’est un point essentiel insuffisamment relevé. Non seulement les élites européennes n’ont pas cru le Brexit possible en 2016. Elles se sont, de manière assez puérile, devant les difficultés techniques, convaincues que le Brexit n’aurait jamais lieu jusqu’à récemment.  Pire, l’UE n’a à aucun moment procédé à un examen de ses faiblesses pour se demander ce qu’elle avait pu rater. Le Brexit, pour les européens, reste fondamentalement un impensé. Ce faisant, l’UE a largement prouvé qu’elle était un astre mort, c’est-à-dire une organisation sans ressort intellectuel et moral, ne tenant plus que par les procédures juridiques qui sont son squelette.

Enfin, et peut-être surtout, parce que le peuple britannique, l’un des plus intelligents qui soit, a, par cette décision, montré le chemin au pays qui lui ressemble le plus : la France. Ces deux pays, malgré tout ce que les oppose, partagent en effet des traits essentiels. Au-delà de leur population, de leur économie de tailles comparables, ce sont deux puissances culturelles, diplomatiques, nucléaires. Le vrai message du Brexit est le suivant : le Royaume-Uni a trop de génie hérité des siècles pour se dissoudre dans une moyenne européenne qui, fatalement, le rabaisserait. Cette leçon fondamentale est vraie pour la France. Dans ce contexte, si le relèvement de la France doit intervenir, il ne pourra se faire que par la subversion d’élites qui n’en ont plus que le nom mais dont l’une des caractéristiques principales est une fascination puérile car fondée en idéologie et non en raison pour l’UE.

Au total, le Brexit marque sans doute une étape essentielle vers le glissement de l’UE, en tant qu’organisation internationale, vers l’insignifiance, comme l’ONU ou le Conseil de l’Europe avant elle.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (12)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Hiris
- 02/01/2020 - 23:40
Je n adhère pas au travers français qui pense que les autres
Peuples font où sont mieux. La seule chose qu' ont les Anglais de mieux que nous c est qu ils sont à droite ,à droite toute et qu' ils veulent se tirer d une Europe socialiste qui déco.....a plein tube avec sa politisation systématique, du cure dent en bois d arbre bio à la taille des slips petit bateau pour grands où petits mâts ! Pourquoi systématiquement se coltiner un numéro UN bobo gaucho alors qu' ils ne sont pas majoritaires en Europe ?????Et la dernière mouture allemande à tout l air d être méchamment perchée ! Expliquez moi !
À part ça l Europe à énormément d avantages que nous ne voyons même plus sinon lorsque nous voyageons dans des pays moins prospères ,elle représente un énorme marché dont nous profitons tous les jours sans le savoir .
Le gorille
- 02/01/2020 - 21:57
Colonie
Ben... oui ! Je ne puis que vous suivre sur ce constat, evgueniesokolof. J'avais, il y a peu de temps, parlé d'incohérence : colonie est plus juste. Pour ce qui est des 25 langues, puis-je rappeler que la France au début c'était pareil ? On parlait en patois... mais aujourd'hui ce mot, à connotation moderne péjorative, a, semble-t-il, été remplacé par langue. Vernaculaire qui plus est. Je passe sur la liste des adjectifs. Bon, la situation n'est pas tout à fait la même... Aux politiques de mieux réfléchir... serait-ce un truisme insupportable ? L'Allemagne... Cela me rappelle Charlemagne, n'est-il pas ?
SD..
- 02/01/2020 - 20:51
44300
Je viens de regarder où ce trouve le 44300. Eh bien c’est Nantes!!
J’etais bien etonné des contributions de monsieur Pauldu (pas Moldu), maintenant j’ai tout compris: c’est d’une des villes les plus bobo de France, avec comme habitant elu la bas un ancien ministre de l’agriculture surement redevenu prof, le tout arrosé de Gros Plant que viennent ces contributions. Desolé, mais je suis en grand decalage.....