En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

02.

Vers un reconfinement national : en quoi sera-t-il différent du précédent ?

03.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

04.

Le président turc n'apprécie pas du tout d'être caricaturé à la Une de Charlie Hebdo et il va riposter

05.

Et l'attaché parlementaire d'Aurélien Taché dénonça les "exhibisionistes"...

06.

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

07.

Ramzan Kadyrov estime qu'Emmanuel Macron pousse les musulmans "vers le terrorisme"

01.

Les bibliothèques de New York, ces lieux de débauche...

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

04.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

05.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

06.

Le gouvernement fait peser la totalité du poids de l’épidémie sur les soignants et sur les Français. Y a-t-il un moyen de le forcer à assumer enfin ses responsabilités ?

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

04.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

05.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

06.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

ça vient d'être publié
pépites > Politique
"Tester, alerter, protéger"
Covid-19 : Emmanuel Macron annonce l’instauration d’un reconfinement national dès vendredi
il y a 26 min 22 sec
light > France
Festivités annulées
Lyon : la Fête des Lumières 2020 n'aura pas lieu
il y a 5 heures 16 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Impossible" de Erri de Luca : huis-clos entre un accusé et son juge. Un roman puissant lu par deux comédiens talentueux

il y a 6 heures 34 min
pépites > France
Séparatisme
Gérald Darmanin annonce la dissolution de l'association BarakaCity
il y a 7 heures 57 min
décryptage > Politique
Menace contre notre modèle de vie

Islamisme : la France face au défi du siècle

il y a 9 heures 4 min
décryptage > Economie
Adaptation face à la pandémie

Economie Covid-19 : et le pays qui bénéficie le plus du télétravail est…

il y a 9 heures 30 min
pépite vidéo > Politique
"La vie doit continuer"
Renaud Muselier plaide pour un confinement aménagé et différent de la période de mars dernier
il y a 10 heures 10 min
décryptage > France
Combat contre le séparatisme

Islamisation de la France : déni, lâcheté ou compromission ?

il y a 10 heures 41 min
décryptage > France
Tout change

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

il y a 11 heures 18 min
pépites > Politique
Coronavirus
L'exécutif pris entre deux feux : médecins d'un côté, chefs d'entreprises de l'autre
il y a 11 heures 33 min
pépites > Economie
Impact de la crise
Celio va fermer 102 magasins en France, 383 emplois sont menacés
il y a 3 heures 41 min
light > Culture
Amoureux des mots
Mort d'Alain Rey à l'âge de 92 ans
il y a 5 heures 42 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"ADN" : Maïwenn en quête de ses racines algériennes dans une autofiction comique et volcanique...

il y a 6 heures 56 min
pépites > Consommation
Angoisse
Face aux rumeurs de reconfinement, les ventes de certains produits alimentaires ont déjà augmenté depuis quelques jours confirme Michel-Edouard Leclerc
il y a 8 heures 53 min
décryptage > International
Or noir

Israéliens et Arabes, unis même dans le pétrole

il y a 9 heures 18 min
light > Science
Gratte-ciel
Un récif plus haut que l'Empire State Building dans la Grande Barrière de corail en Australie
il y a 9 heures 50 min
pépites > Media
Contrarié
Le président turc n'apprécie pas du tout d'être caricaturé à la Une de Charlie Hebdo et il va riposter
il y a 10 heures 21 min
décryptage > France
Attentat de Conflans-Sainte-Honorine

Liberté, j’écris ton nom

il y a 10 heures 58 min
décryptage > Santé
Lieux ciblés

Parcs, plages et autres interdictions de promenade : ces mesures du premier confinement qu’aucune efficacité sanitaire ne justifie

il y a 11 heures 27 min
décryptage > International
Résistance face à la pandémie

Samfundssind : les Danois ont choisi leur mot de l’année 2020 et il est la clé de leur résilience face au Coronavirus

il y a 11 heures 35 min
© ERIC PIERMONT / AFP
© ERIC PIERMONT / AFP
Atlantico Business

Pour les milieux d’affaires, Bernard Arnault, Christine Lagarde et Philippe Martinez incarnent les contradictions du modèle français en 2019

Publié le 31 décembre 2019
Bernard Arnault, parce qu’il représente le plus bel exemple de réussite économique française sur le marché mondial. Christine Lagarde, parce qu'elle va avoir la lourde tache de donner à la BCE une stratégie pour sauver l’Union européenne et Philippe Martinez, parce qu’il symbolise tous les archaïsmes du modèle social.
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Aude Kersulec
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Diplômée de l'Essec, Aude Kersulec est specialiste de la banque et des questions monétaires. Elle est chroniqueuse économique et blogueuse. 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bernard Arnault, parce qu’il représente le plus bel exemple de réussite économique française sur le marché mondial. Christine Lagarde, parce qu'elle va avoir la lourde tache de donner à la BCE une stratégie pour sauver l’Union européenne et Philippe Martinez, parce qu’il symbolise tous les archaïsmes du modèle social.

Ce sondage n’a rien de scientifique. Il ressort d’un questionnement de beaucoup d’acteurs du monde économique français. Les chefs d’entreprises du CAC 40, des patrons d’entreprises plus modestes, plus familiales, PME TPE, aux dirigeants de banques et de société d’assurance, à qui on a demandé depuis deux mois quels étaient pour eux les acteurs du monde économique et social qui avaient retenu le plus leur attention au cours de l’année 2019 et pourquoi ?

Les trois noms de personnalités et responsables qui revenaient le plus souvent étaient donc ceux de Bernard Arnault, Christine Lagarde et Philippe Martinez.  

Bernard Arnault parce qu’il dirige le premier groupe de luxe au monde, mais pas seulement. Il représente aussi le secteur industriel qui a fait de la France un leader mondial sur ce marché. En terme de chiffre d’affaires, de résultats, de créations d’emplois et d’exportations, le secteur du luxe arrive en tête de tous les secteurs moteurs de l’économie française, devant l’agroalimentaire, l’aérospatial et loin devant l’automobile et la pharmacie. Le secteur du luxe dont Bernard Arnault est leader incontesté a fondé son développement sur la logique d’offre, l’innovation, le zéro défaut et les marchés extérieurs. En clair, sur des concepts qui sont à l’origine de la croissance moderne. Le luxe est à la France ce que le digital est aux Etats-Unis et généralement les Français ne se savent pas.

Le choix de Christine Lagarde s'appuie sur des facteurs très différents. Sa nomination représente sans doute une opportunité pour les Européens de sortir du piège des taux zéro mis en place au lendemain de la crise financière.

Enfin Philippe Martinez, secrétaire général de la CGT, qui représente pour les patrons français tous les archaïsmes du modèle social français. Des relations sociales sous l’emprise d’une culture du conflit alors qu’on aurait besoin d’une culture du compromis pour avancer. Le système CGT puise ses principe de base dans ce qui reste des concept communistes avec un objectif, protéger les avantages acquis à tout prix. Un modèle social au bord de la faillite.

De tout les patrons français, celui qui ressort tel une super star mondiale, c’est donc Bernard Arnault, l’homme aux 70 marques de luxe, qui vaut plus de 100 milliards d’euros de sa fortune personnelle et qui tutoie l’Amérique.

2019 a été l’année Bernard Arnault. L’image marquante a très certainement été sa rencontre avec Donald Trump au Texas, lors de l’inauguration d’une usine Louis Vuitton. Mais c’est aussi la nouvelle de l’acquisition de Tiffany & Co, après Dior, Bulgari ou Givenchy, qui fait dire que le Français a encore une marge de progression.

Dans le classement des hommes les plus riches du monde, le PDG de LVMH se retrouve derrière Jeff Bezos, Bill Gates et Warren Buffett, trois américains. Il y a deux ans, il n’était même pas dans le top 10 des fortunes mondiales de Forbes.

 La fortune de Bernard Arnault s’élevait à 67 milliards de dollars il y a un an. Elle tourne aujourd’hui autour des 108 milliards.  L’homme a donc gagné en valeur près de 50 milliards en un an.

La fortune des quatre hommes les plus riches du monde oscille globalement autour des 110 milliards de dollars. Sauf que pour Bernard Arnault, sur ces 110 milliards, 95 sont constitués d’actions LVMH et par définition volatiles en fonction du cours de bourse.

Cette fortune est donc très dépendante des cours de bourse. C’est donc la variation du titre fait qui fait beaucoup évoluer sa richesse personnelle.

Ainsi, pendant l’année et surtout juste après que l’acquisition de Tiffany & Co soit officiellement annoncée, il est même arrivé que Bernard Arnault soit l’homme le plus riche du monde, devant Jeff Bezos ou Bill Gates.

LVMH a connu une année record en bourse, avec une hausse de 60% depuis le début de l’année, beaucoup plus qu’Amazon qui pouvait déjà se targuer d’un beau 25%.

LVMH, qui avec le rachat de Tiffany, la marque aux petites boites bleues et aux diamants d’Audrey Hepburn, fait coup double.  Cela va lui permettre de s’implanter encore un peu plus aux Etats-Unis et sur la cinquième avenue de New York, où cet empire  a son magasin mythique . et dans le secteur de la joaillerie.

Christine Lagarde était estimée et admirée par son habileté, dont elle va de nouveau de l’or faire preuve, parce que la nouvelle patronne de la BCE est aussi celle des taux pour les huit années à venir.

Personne ne l’attendait à cette place de présidente de la Banque Centrale européenne - il faut le dire et c’est sûrement grâce à la pugnacité et la négociation  d’Emmanuel Macron qu’elle y est parvenue. Elle est donc la nouvelle argentière d’une Union européenne engluée dans les politiques monétaires inondant l’économie de liquidités.

Christine Lagarde sait bien, que là où elle est, le moindre de ses mots sera pesé par les marchés financiers, de même que ses intonations, ses pauses ou ses couleurs de foulard. Mais elle a beaucoup de talent pour gérer ce genre de détail et pour les marchés, le talent est plus important que l‘expertise technique.  

L’ancienne avocate et ministre de l’Economie devra gérer l’économie de taux négatifs que nous vivons actuellement. Avec des taux de dépôt en dessous de 0% et taux directeur à O%, ce sont les conséquences sur des secteurs comme la banque ou l’assurance, qui ne parviennent plus à être suffisamment rentables, ou sur l’épargne des Européens, plombée par des taux bas, auxquelles Christine Lagarde va être confrontée. Il faudra donc sortir de cette situation sans tomber dans le piège. Les taux bas sont une drogue, addictive et aujourd’hui on risque plus facilement d’être emporté par une overdose que par le sevrage. Mais tout est une question de dosage.

Après huit ans à la tête du FMI, son nouveau devoir sera donc de décider de la masse de liquidités mise à disposition des banques, et par leurs biais des entreprises et des ménages.

L’Allemagne – et les pays du Nord, généralement conservateurs sur leur monnaie - ne voient pas forcément l’arrivée de cette nouvelle présidente d’un bon œil. Ils savent qu’un dialogue tendu va s’engager avec celle qui encourage – et c’est un comble quand on sait qu’elle vient du FMI – les pays à investir et dépenser davantage. Se plaira-t-elle autant à Francfort qu’à Washington ?

Philippe Martinez, c’est le côté noir de la force. La force économique et sociale.  L’actualité des retraites en a fait l’homme du blocage de transport publics et du bras de fer avec l’Etat qui pourrait faire oublier les Gilets jaunes.

Il s’oppose à Emmanuel Macron, mais il a au moins un point commun avec lui : celui de cristalliser l’impopularité avec 64% d’impopularité pour le syndicaliste contre 67% pour le président selon un baromètre Odoxa.

Mais Philippe Martinez, Secrétaire général de la CGT, a au moins réussi une chose pendant cette année 2019 : celle de refaire parler des syndicats et de leur donner une vraie place dans le dialogue social, et donc dans les blocages du pays.  On en oublierait presque les Gilets jaunes et leur mauvaise organisation de l’année 2018. Pour les grands patrons d’entreprise, Philippe Martinez a l’avantage d’avoir reconstruit une structure de dialogue. Seulement, elle ne fonctionne pas.

 Le numéro un de la CGT attise aussi l’impopularité à cause de son opposition systématique et son immobilisme social. Et son manque de justification. L’homme n’explique pas le rejet en bloc de la réforme des retraites, alors que la CGT cogère déjà pour certains régimes, des systèmes à points. Il est aussi bloqué par une des branches les plus actives de cette grève, la CGT Cheminots qui défend le régime spécial de la SNCF – et il ne parvient pas à imposer un dialogue d’ouverture.

A vouloir bloquer le pays, c’est peut-être qu’il est lui-même bloqué dans sa position.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
hoche38
- 02/01/2020 - 13:34
Au moins deux erreure d'analyse:
Philippe Martinez n'incarne aucune contradiction du modèle français. Il est l'expression même du contrôle de l'état sur une de ses courroies de transmission, quasi entièrement financée avec de l'argent public pour assurer le spectacle d'une opposition syndicale.

Christine Lagarde est un membre de l'État profond américain que son passeport permet d'utiliser pour contrôler la politique financière de l'Europe.


evgueniesokolof
- 01/01/2020 - 16:03
Oyentin a raison mais
...JMS a commencé sa carrière trois ans après la mort du roi Dagobert et Kersulec est sortie de l'ESSEC l'année de la révocation de l'Edit de Nantes!
Depuis ce temps, ils passent leur temps à prévoir ce qui va se passer pendant les trois semaines du Tour de France: les probables vainqueurs, ceux qui vont abandonner, les toquards...JMS avait ainsi parfaitement prévu la victoire de Paul Deschanel en 1922 et celle d'Edouard Balladur en 1938. Pour les fans, on peut noter qu'ils tiennent une rubrique dans l'Almanach Vermot où ils évaluent les vide greniers...
Je livre un scoop: il semblerait que la collection de préservatifs de Pierre Bergé fasse l'objet d'une introduction en bourse! Suivez attentivement la rubrique de nos compères si vous voulez connaître le moment opportun pour acheter
ajm
- 31/12/2019 - 23:16
Médiocrité.
Il est plus facile evidemment de déceler et de récompenser la très grande bêtise ou la très grande excellence que la petite bêtise ou le petit talent ordinaire qui sont notre lot quotidien. La médiocrité est en fait la norme, déjà ambitieuse pour beaucoup, que nous franchissons légèrement vers le haut ou vers le bas, sans nous en éloigner sensiblement, sauf par accident.