En direct
Best of
Best of du 10 au 16 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Selon « Le Monde », Abdouallakh Anzorov, l’auteur de l’attentat, a donné plusieurs centaines d’euros à des élèves du collège en échange d’informations pour identifier le professeur

02.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

03.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

04.

Les courants qui nous mènent droit à la déflation se font de plus en plus forts

05.

Islamisme : la République de la complaisance

06.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

07.

Comment les comparateurs en ligne menacent la survie de pans entiers de l’industrie des services en France

01.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

02.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Thibault de Montbrial : « Le vivre-ensemble n’est plus qu’une incantation psalmodiée par des gens qui, à titre personnel, font tout pour s’y soustraire »

06.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

01.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

02.

Islamisme : la République de la complaisance

03.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité à Conflans-Sainte-Honorine : "Il a été assassiné parce qu'il apprenait à des élèves la liberté d'expression"

06.

Emmanuel Macron, le Gorbatchev de la technostructure française ?

ça vient d'être publié
light > Politique
Principe de précaution
Coronavirus : Brigitte Macron décide de se mettre à l'isolement pendant 7 jours après avoir été cas contact
il y a 4 heures 27 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"On purge bébé" de Georges Feydeau : un vaudeville comme on les aime

il y a 5 heures 6 min
pépites > Justice
Enquête en cours
Mort de Samuel Paty : le terroriste était en contact avec les auteurs des vidéos qui visaient l'enseignant
il y a 6 heures 46 min
pépites > Politique
Liberté d'expression
Les régions vont diffuser un livre de caricatures dans les lycées
il y a 7 heures 53 min
décryptage > Economie
Evolution de la pandémie

Panorama COVID-19 : maintenant, c’est l’Europe qui est la plus touchée par les nouveaux cas

il y a 10 heures 31 min
décryptage > France
Liberté d'expression

Pour une publication massive des caricatures

il y a 10 heures 51 min
light > Economie
Voiture propre
La Chine, leader dans le domaine des voitures électriques - avec 138 modèles sur son marché, contre 60 en Europe, et seulement 17 aux États-Unis - abrite aussi le premier constructeur mondial
il y a 11 heures 32 min
Alimentation
La Chine se met à aimer le lait après l'avoir ignoré pendant plusieurs générations
il y a 12 heures 42 min
décryptage > Terrorisme
Reculer pour mieux sauter

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

il y a 13 heures 15 min
décryptage > Finance
Impact de la pandémie

Les courants qui nous mènent droit à la déflation se font de plus en plus forts

il y a 13 heures 59 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Covid-19 et réchauffement climatique" de Christian de Perthuis : une analyse qui mérite un détour, comme tout témoignage sincère, mais avec ses limites

il y a 4 heures 50 min
pépites > Politique
Chaises musicales
Le rapporteur général de l'Observatoire de la laïcité, Nicolas Cadène, devrait être remplacé
il y a 5 heures 57 min
light > France
Magie de Noël menacée
Covid-19 : le marché de Noël des Tuileries est annulé à Paris suite au coronavirus
il y a 7 heures 21 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

Choisir la mort ou la Mort. La France a fait son choix

il y a 9 heures 55 min
décryptage > International
MilkTea

« L’alliance du thé au lait » : le mouvement du refus de l’expansionnisme chinois s’étend en Asie

il y a 10 heures 44 min
light > High-tech
Justice
Instagram visé par une enquête de la Commission irlandaise pour la protection des données
il y a 11 heures 4 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Couvre-feu : et les meilleures solutions pour les télé-apéros sont...
il y a 11 heures 57 min
pépite vidéo > France
Lutte contre le fondamentalisme
Conflans-Sainte-Honorine : "Nous ne pouvons pas laisser faire ce genre de fatwas en ligne", selon Gérald Darmanin
il y a 12 heures 56 min
décryptage > Politique
Stratégie

LR contraint de s’allier à LREM pour survivre ? Les faux calculs de Christian Estrosi

il y a 13 heures 39 min
rendez-vous > Santé
Zone Franche
Coronavirus : le scandale caché du sous-investissement mortuaire
il y a 14 heures 16 min
© Reuters
© Reuters
Bilan des années 2010

Les années 10 ou l’irruption d’un risque sociétal pour les entreprises

Publié le 30 décembre 2019
A l'occasion de la fin d'année, Atlantico a demandé à ses contributeurs les plus fidèles de dresser un bilan de l'année. Eddy Fougier revient aujourd'hui sur l'émergence, au cours de ces 10 dernières années, d'un risque sociétal pour les entreprises.
Eddy Fougier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Eddy Fougier est politologue, chercheur associé à l’Institut de relations internationales et stratégiques (Iris). Spécialiste des mouvements de contestation de la mondialisation, il est l’auteur de plusieurs ouvrages sur ces thèmes : Dictionnaire...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
A l'occasion de la fin d'année, Atlantico a demandé à ses contributeurs les plus fidèles de dresser un bilan de l'année. Eddy Fougier revient aujourd'hui sur l'émergence, au cours de ces 10 dernières années, d'un risque sociétal pour les entreprises.

Août 2009, des activistes qui participent au camp Action climat organisé à Notre-Dame-des-Landes (NDDL) en Loire-Atlantique décident de rester sur la zone où doit être construit un aéroport. Ils créeront plus tard une Zone à défendre (ZAD). Décembre 2019, sous la pression de la société et de la société civile et suite à des arrêtés municipaux pris par de nombreux maires, le gouvernement décide de créer des zones de non-traitement (ZNT) entre les champs où sont épandus des produits phytosanitaires et les habitations. 

En France, l’un des événements majeurs de cette décennie pour les entreprises est, en effet, l’émergence d’un risque de nature sociétale. Elles encourent désormais un nouveau risque dans les interactions qu’elles peuvent avoir avec la société, et notamment avec de nouvelles parties prenantes à leurs activités que sont les médias généralistes, les organisations de la société civile (OSC), des citoyens « engagés », des riverains à une échelle locale (citoyens, collectifs et élus locaux) et des groupes radicaux qui recourent à des actions illégales et souvent violentes. 

Cinq ruptures se sont ainsi produites durant la décennie 2010 qui représentent autant de « chocs » pour les acteurs économiques car ce qui n’était pas envisageable auparavant est devenu une réalité pour eux. 

La première rupture est l’intérêt de plus en plus manifeste des médias généralistes pour l’activité de ces acteurs, dont le grand symbole est bien évidemment l’émission Cash Investigation, qui a été créée en 2012, Ces médias tendent généralement à dénoncer le scandale dont une grande entreprise se serait rendue coupable.

On a assisté également à deux autres ruptures majeures. Un certain nombre d’activités, qui ne faisaient pas nécessairement l’objet d’une contestation auparavant, ne sont plus vraiment ou même plus du tout acceptées socialement et territorialement. Le cas emblématique de ce point de vue est celui des pesticides. On l’a vu récemment avec la controverse autour du glyphosate, les initiatives de municipalités après celle de Langouët pour instaurer des ZNT, la pétition des « coquelicots » en faveur de l’interdiction des pesticides de synthèse, les publicités de certains distributeurs bio, ou encore les émissions à charge sur le sujet présentées par Elise Lucet. On voit bien que de plus en plus d’activités économiques sont concernées, notamment celles qui sont fortement émettrices de gaz à effet de serre. Outre les énergies fossiles, c’est de plus en plus le cas du transport aérien, avec le désormais fameux flygskam suédois (honte de prendre l’avion), de l’automobile et de plus en plus du numérique et d’internet. 

La quatrième rupture est celle d’une forme de radicalisation des actions et du discours des associations et des ONG. Elles sont de plus en plus tentées par les actions de désobéissance civile susceptibles d’attirer l’attention des médias, comme on l’a vu, toujours friands de scandales impliquant un « gros », et qui ne se contentent plus de vouloir remettre en cause les excès ou les dérives d’un système de production, mais sa nature même. L’exemple sans doute le plus significatif ces dernières années est celui de l’organisation de protection animale L214, qui, par la médiatisation de ses vidéos « choc » filmées dans des abattoirs ou des élevages en batterie, a largement contribué à décrédibiliser l’image de la filière viande aux yeux des consommateurs, alors même que cette association prône l’interdiction de l’élevage en tant que tel. 

Enfin, la cinquième et dernière rupture est l’intérêt des groupes radicaux pour les activités économiques : des zadistes aux antispécistes qui s’introduisent dans les élevages en passant par les « ultras » (gauche ou jaune) qui dégradent des commerces en marge de mobilisations, des activistes qui s’en prennent à Enedis et aux compteurs Linky ou encore des Faucheurs volontaires d’OGM. Là aussi, on a pu observer une montée en puissance ces dernières années de ce type d’actions qui se sont souvent révélées « efficaces » : fin de la recherche publique en France sur les OGM, échec des projets de retenue d’eau de Sivens (2014) ou d’aéroport de NDDL (2018).

Face à ce risque de nature sociétale, les entreprises ont généralement quatre types de réactions. Certaines ne veulent rien entendre et font le gros dos en attendant que l’orage passe et en cherchant avant tout à riposter aux attaques. La seconde réaction est celle des entreprises qui entendent les critiques et qui en tirent la conclusion selon laquelle elles doivent mieux communiquer sur leurs pratiques et donc s’efforcer d’améliorer leur acceptation sociale et territorial. A l’instar de ce qu’a fait INTERBEV, l’interprofession de l’élevage et de la viande, avec sa campagne reprenant à son compte le concept de flexitarisme, prôné par les anti-viandes, consistant à manger moins de viande, mais de meilleure qualité. Une troisième réaction est celle des entreprises qui écoutent les critiques et choisissent d’en faire un levier d’innovation ou de différenciation vis-à-vis de la concurrence, à l’instar de la compagnie aérienne KLM qui a créé un site pour inciter ses clients ne pas prendre l’avion (« Fly Responsibly »). Enfin, certaines entreprises se sont engagées d’elles-mêmes dans une transition souvent de nature écologique, comme c’est le cas par exemple d’une entreprise comme Patagonia. 

Les entreprises les plus vulnérables sont donc dans l’obligation désormais d’obtenir un « permis social d’opérer » de la part de ces nouvelles parties prenantes. En effet, si elles ne le font pas, ou si elles n’obtiennent pas ce permis, elles risquent de passer sous une forme de « contrôle social » et d’être sous la menace de quatre formes de sanctions possibles. La première est une réglementation plus stricte de leurs activités par le gouvernement sous la pression de la société et de la société civile, voire d’un moratoire ou même d’une interdiction. On l’a vu avec l’instauration des ZNT. La seconde est une décision de justice suite à un contentieux visant là aussi à limiter ou même à interdire une pratique.. La troisième est la sanction du marché qui peut se traduire par un boycott de facto de produits par les consommateurs et/ou par un buycott de produits alternatifs, par exemple sans substance incriminée (à l’instar des produits bio). Enfin, la quatrième sanction possible est le risque d’« ubérisation » sous l’influence d’acteurs économiques disruptifs qui entendent déloger les acteurs dominants sur un marché donné avec des produits et des services qui sont censés mieux répondre aux aspirations des consommateurs. L’exemple typique est celui des entreprises qui développent des substituts de viande à base végétale ou cultivées in vitro. 

Ne rien faire pour une entreprise, cela signifie forcément avoir à faire face à au moins l’une de ces sanctions et donc à la concrétisation de ce risque sociétal.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
evgueniesokolof
- 31/12/2019 - 07:35
Oui tres bien vu
Zelectron a la tentation de ....Coblence comme un certain qui avait la tentation de Venise mais va manger sa soupe au conseil constitutionnel
Et si on commençait par dénoncer la complicité des premiers coupables: les merdias, qu au mieux donnent une audience à ces gens, au pire , en sont complices, si on denonçait les zadistes, hygienistes de tous poils et spécistes comme des ennemis de l'humanité qui doivent faire l'objet d'un...Nuremberg!D'ailleurs, un petit salopard comme Bové , prompt à démonter un Mac Do à la tête d'une bande d'abrutis chiait dans son froc quand il était en taule proposant même que les détenus puissent avoir droit à des films pornos! Les chèvres lui manquaient!
Cette réponses serait censurée sur RT France là où il est interdit d'interdire!
zelectron
- 30/12/2019 - 21:05
D'où la mesure évidente : travailler à l'étranger . . .
. . . rapatrier le strict nécessaire et quand l'heure est venue, s'expatrier définitivement !