En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'inspirer

02.

Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus

03.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

04.

70.000 euros par mois en 2019, une Bentley, un bateau, des appartements et maisons, le ministre de la Justice dévoile son patrimoine

05.

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

06.

À la veille du Black Friday, des employés d'Amazon Allemagne se mettent en grève

07.

Et le navire de la gauche vint se briser sur l’écueil de l’Islam…

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

05.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

04.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

05.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

06.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

ça vient d'être publié
light > Insolite
Aux décibels
Si le comptoir vous manque, vous pouvez toujours écouter le brouhaha des cafés en streaming
il y a 9 heures 30 min
pépites > Justice
Bavure
Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus
il y a 10 heures 39 min
pépites > France
Justice
Quatre adolescents placés en garde à vue dans le cadre de l'enquête de l'assassinat de Samuel Paty
il y a 11 heures 38 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Macron : tout faire pour éviter une contamination de la grogne sociale et surtout une résurgence poujadiste.

il y a 14 heures 10 min
décryptage > France
Derrière les annonces

Ce qui se cache vraiment derrière "l'inégal sens des responsabilités" évoqué par Emmanuel Macron à propos des failles françaises face au Covid

il y a 14 heures 49 min
pépites > Style de vie
Cash
70.000 euros par mois en 2019, une Bentley, un bateau, des appartements et maisons, le ministre de la Justice dévoile son patrimoine
il y a 15 heures 59 min
décryptage > Religion
Enfin Allah devient sélectif

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

il y a 16 heures 19 min
pépites > Politique
Communication
Voici ce qu'il faut retenir du discours de Jean Castex sur l'allègement du confinement
il y a 16 heures 37 min
décryptage > Environnement
Coeur de l'atome

Haro sur le nucléaire et l'hydraulique: l’Europe frappée d’imbécillité énergétique ?

il y a 16 heures 44 min
décryptage > France
Première vague

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

il y a 17 heures 3 min
pépites > Politique
Bien installé
Selon un sondage, Laurent Wauquiez remporterait largement les régionales en Auvergne-Rhône-Alpes
il y a 10 heures 19 min
pépites > International
Problème Européen
À la veille du Black Friday, des employés d'Amazon Allemagne se mettent en grève
il y a 11 heures 18 min
rendez-vous > Politique
Revue de presse des hebdos
L’actualité grise Macron dans « sa vision romanesque de la vie »; Le PS clarifie sa ligne sur la laïcité, EELV s’embrouille sur la sienne; Hidalgo s’inquiète de l’impact du gauchisme des Verts (sur son image); Mélenchon peu présidentiable aux yeux des Fra
il y a 11 heures 58 min
décryptage > Environnement
Ecologie

Ecocide : entre impensés, mal-pensé et arrières pensées, un nouveau délit à l’application piégée

il y a 14 heures 22 min
pépite vidéo > Sport
R.I.P
Maradona s'en va, les Argentins célèbrent leur héros national
il y a 15 heures 36 min
décryptage > International
Les yeux ouverts

Le grand défi d’Aliyev

il y a 16 heures 10 min
décryptage > Politique
Fluctuat et mergitur

Et le navire de la gauche vint se briser sur l’écueil de l’Islam…

il y a 16 heures 27 min
décryptage > Sport
Dieu du football

Maradona, l’immortalité haut le pied

il y a 16 heures 38 min
décryptage > France
Aimons nous les uns les autres

Après la résilience, la bienveillance : peut-on gouverner efficacement un pays avec des objectifs de développement personnel ?

il y a 16 heures 54 min
décryptage > France
Génie

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'inspirer

il y a 17 heures 15 min
© PATRICK HERTZOG / AFP
© PATRICK HERTZOG / AFP
Bilan 2019

Crise de la démocratie ? Non ! Crise de l’élite politique

Publié le 28 décembre 2019
A l'occasion de la fin d'année, Atlantico a demandé à ses contributeurs les plus fidèles de dresser un bilan pour 2019. Yves Michaud évoque le sujet de la crise de la démocratie et de la crise de l'élite politique.
Yves Michaud
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Yves Michaud est philosophe. Reconnu pour ses travaux sur la philosophie politique (il est spécialiste de Hume et de Locke) et sur l’art (il a signé de nombreux ouvrages d’esthétique et a dirigé l’École des beaux-arts), il donne des conférences dans le...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
A l'occasion de la fin d'année, Atlantico a demandé à ses contributeurs les plus fidèles de dresser un bilan pour 2019. Yves Michaud évoque le sujet de la crise de la démocratie et de la crise de l'élite politique.

Depuis une dizaine d’années, face à la montée des diverses sortes de populisme – il y en a de droite, de gauche et même du centre… - , après des résultats électoraux qui surprennent les pronostics (référendum de 2005, Brexit) et, plus récemment, face au dégagisme généralisé, beaucoup de politiciens et spécialistes de la politique entonnent le grand air de « la crise de la démocratie » : crise de la représentation et des systèmes électoraux, crise des partis et des corps intermédiaires, crise des syndicats, crise des modes d’affrontement et de l’agonistique et finalement crise de l’esprit démocratique. 

Derrière ces « diagnostics », il y a deux sous-entendus.

Le premier est que le « peuple » n’est plus capable de se diriger : il est cette masse confuse et versatile, qui ne sait pas ce qu’elle veut ou plutôt veut sans cesse des choses contradictoires. C’est le thème que j’appellerai « peuple pas à la hauteur ». Il le fut, il ne l’est plus.

Le second est que l’idéal démocratique lui-même est périmé : les citoyens ne veulent plus être citoyens, ne sont plus capables d’opiner sur des décisions trop compliquées pour eux, ce qui ne les empêche pas de protester contre tout et n’importe quoi. C’est le thème « la démocratie a fait son temps ». Elle fut un progrès, elle est devenue un boulet.

La conviction de la réalité de cette crise est d’autant plus forte que les remèdes classiques ne semblent plus marcher : les scrutins à la proportionnelle ne donnenent pas de meilleurs résultats que les scrutins majoritaires et vice versa ; les corps intermédiaires organisés et les partis « installés » sont débordés par des groupements qui promettent la résurrection puis disparaissent (Nuit debout, Place publique). Quant aux partis émergents qui prétendent renouveler la vie politique, ils sont rapidement atteints des mêmes maux que les partis en déclin (Ciudadanos, Cinque Stelle, Podemos, Syriza, LREM, LFI, etc.).

Deux choses doivent conduire à réorienter la réflexion.

D’abord, lorsqu’on se trompe à répétition dans la solution d’un problème, c’est probablement que l’on n’a posé ni le bon problème ni utilisé la bonne méthode. 

Ensuite ces « défauts » ou même ces « vices » de la démocratie n’ont rien de nouveau.  Il suffit de lire Platon ou Aristote. Le peuple n’est ni meilleur ni pire : il est comme il est - et comme vous et moi. De bonnes institutions peuvent le protéger contre lui-même et de mauvaises accentuer ses défauts, mais il faut aussi se poser la question des « bergers » du troupeau, des « magistrats » en charge de la Res Publica ou du Bien commun, de ceux qui sont investis du pouvoir politique.

L’essentiel de nos difficultés présentes me semble tenir à la médiocrité de l’élite politique. 

C’est le problème qu’on pose sous les termes de démagogie et de démagogues, mais, plus en profondeur, celui d’ une élite oligarchique dans un système clos.

La démagogie a toujours été une dérive possiblede la démocratie, mais les conditions actuelles de la communication rendent cette possibilité encore plus redoutable. Sauf qu’en même temps, elles la fragilisent. 

Sarkozy a beaucoup donné dans la démagogie, mais il a suffi d’un « casse-toi pauvre con » saisi en off pour que tout s’écroule. 

Hollande faisait de sa bonhommie normale son argument principal mais une scène de ménage à la Feydeau après un cocufiage scooterisé a fait prévaloir les « petites blagues » sur la proximité. 

Macron semble expert en démagogie mais ses formules arrogantes à l’emporte-pièce minent tout son effort démagogique. Le clou est atteint quand il croit « populaire » de renoncer par anticipation à une retraite à ce jour hypothétique. 

La démagogie aujourd’hui se détruit aussi vite qu’elle apparaît – sauf quand on a affaire à des hypocrites sages mais qui du coup manquent de relief et de visibilité (Delevoye, Borloo, Ferrand, Bayrou, Rugy, etc.).

Le pire vient surtout de la médiocre formation de notre « classe politique ».

Formation doit s’entendre aux deux sens du mot. 

Cette caste est constituée, pour partie, de chevaux de retour type Delevoye, Ferrand, Baroin, Bayrou, Jacob, Larcher, Le Pen ou Mélenchon qui barbotent dans le marigot depuis des décennies, pour partie de techno-politiques, vieux ou jeunes, qui ont habilement alterné travail occasionnel dans les Grands corps de l’État et fonctions gouvernementales et/ou mandats électoraux. Hollande et sa fameuse promotion Voltaire de l’ENA en est la caricature, mais on trouve la même chose dans toutes les cases de l’échiquier politique depuis, disons, 1981 pour ne pas remonter au déluge. 

Cette caste est fermée, sans renouvellement, incestueuse – et du coup coupée aussi bien de la réalité sociale que de la réalité économique. Ce qui a des conséquences désastreuses, soit dit en passant, sur la gestion des grandes entreprises publiques et para-publiques (SNCF, RATP, ADP, Air France, Caisse des dépôts, EDF, Suez, etc., etc.).

Et, second aspect, sa formation intellectuelle, théorique aussi bien qu’empirique, est navrante : ils n’ont rien appris – ni dans leur école-reine, l’ENA, ni sur le terrain, occupés qu’ils sont à cumuler les mandats politiques et à survivre dans le marigot politique.

On a pu constater à quel point ces gens ne savent rien à l’occasion du récent « Grand Débat » qui a suivi la crise des Gilets jaunes. Il est apparu crûment que Macron avait été élu Président de la République sans rien connaître des réalités françaises : il avait tellement d’autres choses à faire dans ses réseaux de décideurs et ses lobbies avant d’accéder à la Présidence ! Il découvrait devant ses interlocuteurs des problèmes qu’il n’avait jamais soupçonnés – et bien sûr, il avait la réponse !

La conclusion est simple : avant d’aller répéter des critiques du peuple déjà faites par Platon et Aristote, essayons d’abord de rouvrir l’espace politique, de laisser accéder aux responsabilités des gens qui n’appartiennent pas à « la caste ». 

Et pour ce faire, commençons par supprimer purement et simplement l’ENA (je dis bien supprimer!), ainsi que toutes les dispositions permettant à des fonctionnaires de bénéficier de va-et-vient protégés et fructueux entre la politique, l’administration et les affaires. 

Supprimons aussi le cumul des mandats. 

Enfin sanctionnons sévèrement les manquements à l’éthique et la corruption – non pas en emprisonnant ces escrocs à la santé si fragile qu’elle suscite immanquablement la compassion, mais en leur interdisant de manière durable l’accès aux fonctions électives. La privation des droits civiques doit devenir une peine clef et longue (pour être efficace).

Vous verrez que soudain le peuple sera moins bête, intéressé par la vie politique – et de nouveau démocrate.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (9)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
evgueniesokolof
- 31/12/2019 - 15:40
Oui JG
Et pour y être passé, je pense assez bien la connaître!!!!
Dans ma promotion, deux en ont profité pour faire une carrière politique....un troisième s'essaie, péniblement ICI à défendre Staline et la cause palestinienne!!!! C'est un certain Bruno Guigue!
Que l'ENA puisse attirer les canailles c'est clair mais pas plus que les cabinets ministériels : l'immonde Lallement était un misérable attaché territorial qui s'est mis dans le sillage d'un élu local du 9.3 pour servir le PS puis Sarko, puis le PS puis Macron !comme il aurait servi Pétain, sans état d'âme!!! alors bêler à bas l'ENA c'est un slogan accessible aux crétins, supprimer la canaille c'est déjà commencer par ne pas aboyer comme un roquet quand on lui balance un os!
evgueniesokolof
- 31/12/2019 - 15:31
ahhh Michaud!
Que vous me décevez
Aujourd'hui plus qu'hier encore moins que demain!
Supprimer l'ENA : cela fera surtout plaisir à ceux qui ont été incapables d'y entrer mais il est probable que le fils Touraine sorti de prison pourra devenir haut fonctionnaire et Arianne Fornia, fille de Besson, pauvre écri-vaine qui pour exister n'aura plus besoin de dire que Joxe lui a mis la main à la culotte pourra être promue à la cour des comptes! Le cumul des mandats? Trop drôle! deux canailles pour le prix d'un!
Pourtant vous étiez sur la bonne voie! Si au lieu de citer Nuit de Boue rassemblement de canaille bobocratiques vous aviez parlé des Gilets jaunes, peut être aurait il été plus clair que le préalable c'est l'écrasement de l'oligarchie au pouvoir!!!!
Oui! je vous avais trouvé bon avec Zemmour mais la....vous avez picolé avant l'heure du réveillon !
Le gorille
- 30/12/2019 - 08:02
Crise morale
C'est tout simplement une crise morale. Élites et "public" ou "peuple" : même combat. Soi-même. Pas l'autre : soi-même. L'élite ne comprend le peuple et le public ne comprend pas les "aristos" ? Depuis quand est-ce une nouveauté ? Chacun chez soi. Mais voilà, il y avait un ciment, il n'y pas si longtemps. Chez les Romains, on servait Rome. Aujourd'hui qui sert la République ? Autrefois il y avait les dieux, pas très suivis c'est vrai, puis un Dieu unique, qui avait quand même réussi à fédérer cette marmaille. Mais aujourd'hui, on se trouve devant la négation de Dieu (et des dieux, totalement aux oubliettes), donc il n'y a plus de fédération ni de références. Le mariage pour tous a montré que l'intelligence elle-même était corrompue. Il y a une référence qui frappe à notre porte. Chateaubriand nous l'a annoncée. La voulez-vous ? Elle vous pend au nez.