En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

02.

Trop polluant : le gouvernement veut faire disparaître le chauffage au gaz dans les constructions neuves

03.

Ces nouvelles techniques de swing qui révolutionnent le golf

04.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

05.

François Hollande propose "Socialistes" comme nouveau nom pour le Parti Socialiste

06.

Vers un passeport sanitaire électronique sur téléphone mobile pour les passagers aériens

07.

Notre-Dame de Paris : vers un divorce symbolique et économique ?

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

03.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

04.

Projet de loi séparatisme : un arsenal qui alterne entre le trop et le trop peu

05.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

06.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

ça vient d'être publié
Effets de la parole présidentielle
Déconfinement : la SNCF a connu une hausse de 400% des ventes de billets de train juste après les annonces d’Emmanuel Macron
il y a 5 heures 52 min
light > Sport
"El Pibe de Oro"
Mort de la légende du football argentin, Diego Maradona, à l’âge de 60 ans
il y a 8 heures 9 min
pépites > Politique
"Le changement, c’est maintenant"
François Hollande propose "Socialistes" comme nouveau nom pour le Parti Socialiste
il y a 9 heures 42 min
pépites > France
Séparatisme
Le Conseil d'Etat confirme la dissolution de l'association BarakaCity et la fermeture de la Grande mosquée de Pantin
il y a 11 heures 24 min
décryptage > France
Chantier titanesque

Notre-Dame de Paris : vers un divorce symbolique et économique ?

il y a 13 heures 46 min
Farce
Le Premier ministre canadien piégé par l'appel téléphonique d'une fausse Greta Thunberg
il y a 14 heures 7 min
décryptage > Sport
Bryson DeChambeau

Ces nouvelles techniques de swing qui révolutionnent le golf

il y a 14 heures 31 min
light > People
Santé
Dans une contribution publiée dans le New York Times, Meghan Markle raconte qu'elle a fait une fausse couche cet été
il y a 14 heures 54 min
décryptage > Sport
Ligue des Champions

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

il y a 15 heures 11 min
pépites > International
Avion
Vers un passeport sanitaire électronique sur téléphone mobile pour les passagers aériens
il y a 15 heures 32 min
Futur best-seller
L'enquête fleuve de Society sur l’affaire Xavier Dupont de Ligonnès va être publiée sous le format d’un livre accessible dès le 9 décembre
il y a 6 heures 48 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Madre" de Rodrigo Sorogoyen : un thriller bouleversant sur une mère en deuil de son fils…

il y a 9 heures 8 min
pépites > Economie
Changement de stratégie
IBM envisagerait la suppression de près d’un quart de ses effectifs en France
il y a 10 heures 54 min
Big Brother
Comment passer inaperçu sur l'avenue du Bonheur, truffée de caméras, à Pékin
il y a 12 heures 27 min
décryptage > Politique
Elus locaux

Radicalisation : pour un meilleur partage de l'information

il y a 13 heures 57 min
décryptage > France
Contradictions

Covid et terrorisme : deux poids, deux mesures. Pourquoi le Conseil constitutionnel s’est placé dans une contradiction qui risque de lui porter préjudice

il y a 14 heures 11 min
pépites > Politique
Désaveu
Loi sécurité globale : 30 abstentions, 10 votes contre chez LREM, la majorité envoie un avertissement à Gérald Darmanin
il y a 14 heures 35 min
décryptage > Consommation
Alimentation

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

il y a 14 heures 56 min
décryptage > International
Big Brother

Un QR code santé pour voyager : bienvenue dans le monde selon Xi Jinping

il y a 15 heures 29 min
pépite vidéo > Economie
"Quoi qu’il en coûte"
Bruno Le Maire : "Nous nous fixons 20 années pour rembourser cette dette Covid"
il y a 15 heures 52 min
© LUDOVIC MARIN / AFP
© LUDOVIC MARIN / AFP
Pacte de confiance

Emmanuel Macron ou le crédit réforme épuisé

Publié le 27 décembre 2019
L'ambition réformatrice d'Emmanuel Macron est-elle déjà épuisée ? Le chef de l'Etat parviendra-t-il à rétablir la confiance ?
Roland Hureaux
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Roland Hureaux a été universitaire, diplomate, membre de plusieurs cabinets ministériels (dont celui de Philippe Séguin), élu local, et plus récemment à la Cour des comptes.Il est l'auteur de La grande démolition : La France cassée par les réformes...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'ambition réformatrice d'Emmanuel Macron est-elle déjà épuisée ? Le chef de l'Etat parviendra-t-il à rétablir la confiance ?

Ceux qui ont fait élire Emmanuel Macron, en France et à l’étranger, et qui le soutiennent encore, spécialement au sein de la  droite classique, attendaient de lui qu’il prenne à bras le corps les problèmes du pays et réalise enfin les réformes que ses prédécesseurs, de Chirac à Hollande, n’avaient pas osé faire : « Et Macron vint ! » titra Jean-Claude Casanova, non sans quelque ironie, après son élection (Commentaire, n° 158, été 2017). 

Or ces réformes, il ne les fera pas, sinon à la marge. Pour la plus importante d’entre elles, celle des retraites, il est possible qu’il sauve la face en évitant l’explosion sociale, mais il  est probable que, de concessions en concessions,  le bilan financier pour l’Etat en soit in fine négatif, comme l’avait été celui de  la réforme des retraites concoctée par Sarkozy et Fillon en 2010.  Pour le reste, il est clair que Macron, a épuisé son crédit. 

La logique du leadership

Les vraies réformes sont saignantes. Il est possible de les faire accepter mais il faut pour cela que plusieurs conditions soient remplies.

La principale est qu’une relation de confiance soit établie entre le président de la République et la population.

Pour que cette relation de confiance existe, il faut que le peuple ait le sentiment que le chef de l’Etat  recherche avec ardeur son intérêt, à lui peuple, et son intérêt seul.

Cette exigence n’est que l’expression de la logique immémoriale du leadership, du pacte éternel entre un dirigeant et son  peuple. 

Cela exclut  toute  relation de dépendance du leader vis-à-vis d’une force étrangère quelle qu’elle soit. C’est pourquoi  les réformes, dont certaines étaient pourtant utiles, entreprises par le régime de Vichy, furent  récusées par les Français. Pétain était ressenti comme le « Prince esclave », selon l’expression du père Gaston Fessard, et donc illégitime  pour gouverner et réformer.

Cela exclut tout autant la dépendance vis-à-vis des féodalités intérieures. En supprimant, dès son arrivée, la partie financière de l’ISF, Macron a envoyé un très mauvais message à l’opinion, qui a vu en lui l’homme des très grande fortunes. 

Cela exclut aussi la dépendance du leader vis-à-vis de tout système, de toute utopie, en bref de toute idéologie. Or Macron a manifesté à plusieurs reprises que sa préoccupation première n’était pas la puissance et la prospérité de la France mais de « faire  l’Europe », un projet international qui se distingue peu du projet mondialiste comme le montrent les traités de commerce signés avec le Canada et l’Amérique latine. Il est impossible d’être à la fois l’homme d’un système ou d’un projet idéologique et l’homme d’un peuple. L’idéologie, quelle qu’elle soit, et l’idéologie européiste n’est pas la moindre, est incompatible avec le leadership.

Cela s’applique particulièrement à toutes les réformes que Bruxelles tente d’imposer à la France. Quoique les sondages montrent que la majorité des Français est attachée à l’euro, ils ne sont prêts à aucun sacrifice pour sa survie. D’autant que, sans être des économistes qualifiés, ils sentent bien que toutes le réformes que ses dirigeants veulent imposer à la France ont moins pour but le bien de la France – qui pourrait  être poursuivi par d’autres voies – que le maintien de la France dans l’euro et donc la survie de la monnaie unique.

Il est déjà bien difficile de faire accepter des réformes à un peuple quand son intérêt direct est en jeu, a fortiori quand il ne l’est pas. Au demeurant, à supposer qu’ils en acceptent les objectifs, soit le rétablissement de l’ équilibre budgétaire  et celui des comptes extérieurs, donc la compétitivité de la France, les Français, moins aveugles que leurs dirigeants, sentent bien que cet objectif est désormais hors de portée et que donc leurs sacrifices ne serviront à rien. Hors de portée dans les conditions actuelles, soit avec un euro qui, par rapport aux prix intérieurs français, est nettement surévalué. 

La rupture du pacte de confiance 

Il ne  suffit pas que le président qui voudrait réformer veuille d’abord le bien des Français pour  que ses projets de réforme soient acceptées. Il faut qu’il en donne le  sentiment, ce qui suppose du charisme, une empathie qui manquent singulièrement à Macron, lequel a, à plusieurs reprises, laissé échapper des remarques qui montrent le mépris dans lequel il tenait ses compatriotes.  

D’autant qu’il n’a pas profité de la période dite d’« état de grâce », les mois qui suivent son élection, pour entreprendre les réformes les plus difficiles comme celle des retraites. Celle-ci vient après le crise des gilets jaunes qui avait déjà marqué la rupture du pacte de confiance. Balladur avait su en 1993, dès son arrivée, effectuer une importante réforme de retraites qui, en raison du moment choisi, était passée comme une lettre à la poste.

Au demeurant le président français a-t-il vraiment le souci de faire des réformes utiles ou seulement d’en donner l’impressions à ses parrains, à Berlin, à Bruxelles ou à Washington ? Ces derniers connaissent mal les problèmes de la  France. Depuis longtemps les gouvernements français jouent la « comédie des réformes », lançant des réformes à grand fracas pour donner dans ces capitales l’image d’une France qui bouge. Cela aboutit parfois à de désastres. Un récent rapport interne à Goldman Sachs prescrivait la diminution du nombre des communes en France en vue de diminuer les frais généraux du pays. Or loin de faire des économies, ce qu’on appelle l’ « intercommunalité » dont l’objectif était cette réduction, a considérablement alourdi les coûts de la strate locale. Voilà une réforme  qui n’a guère de chances de réduire les déficits français, au contraire. Il y en a d’autres. Mais à Bruxelles comme chez Goldman Sachs, on ne connait la France qu’au travers de quelques poncifs dépassés (les Allemands semblent nous  connaître  mieux), souvent répandus par nos compatriotes eux-mêmes : « La vieille France jacobine qui n’arrive pas à se réformer etc. » Le président français a d’abord le souci de leur envoyer de la poudre aux yeux et cela, Macron sait faire.

Les grands réformateurs de droite,  de Gaulle , Reagan, Mme Thatcher, quelque appréciation que l’on porte sur leurs réformes, furent des nationaux, voire de nationalistes. Personne ne doutait qu’ils voulaient le bien de leur pays. C’est pourquoi leurs réformes furent appliquées.   

Penser que les réformes seraient mieux acceptées par les Français sous la botte de l’étranger, est un leurre, comme on l’a on l’a vu aux heures sombres du XXe siècle. Après l’Allemagne, l’Europe qui devait nous obliger à nous réformer : même illusion. Les stratèges qui, par divers subterfuges électoraux (entre autres par l’assassinat politique de Fillon), ont voulu placer, au travers de Macron, un homme à eux à la tête de la France, susceptible de réaliser enfin les réformes dont les Français avaient selon eux besoin ne pouvaient qu’échouer. Moins que quiconque, Macron est à même de réformer la France comme elle doit l’être.    

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
ajm
- 27/12/2019 - 23:19
Reformes com.
Encore faut-il faire des réformes intelligentes mêmes modestes mais qui fassent avancer les choses de façon pragmatique et pas des réformes idéologiques et incompréhensibles annoncées à grand fracas incarnant un jacobinisme technocratique au nom d'une Europe dont tout le monde se contrefiche, y compris nos voisins Allemands et autres.
clo-ette
- 27/12/2019 - 16:18
Macron fait le job
de mettre en place les propositions du "rapport Attali "dont il est le co auteur, fruit de la "commission Attali" qui est une "commission pour la libération de la croissance française" . Donc on a à la tête de l'Etat un technocrate . Or pour l'instant on ne voit rien venir de tangible, les soupes populaires sont toujours là ainsi que les sdf . Attali avait prédit bien avant l'élection de 2017 que 'le prochain président serait quelqu'un qu'on ne connait pas' ( Macron en effet n'était pas connu ) ! On voit bien donc que la haute finance a pris le pas sur le politique, sans qu'il y ait d'ailleurs d'amélioration, et c'est inquiétant .On peut chercher sur le net "commission Attali," "rapport Attali", et voir la tête de Macron ( plus juvénile) apparaitre ! Si Macron a été élu, c'est par défaut évidemment, le même scénario étant espéré pour 2022 .
spiritucorsu
- 27/12/2019 - 14:56
Légitimité en peau de chagrin(suite et fin.)
Ainsi que le laisse entendre l'auteur de l'article,à partir du moment où on n'a aucune empathie pour ceux que l'on gouverne et que le seul élan de sympathie connu s'adresse uniquement aux puissances de l'argent,la confiance disparaît pour laisser la place à un sentiment de défiance et de profonde aversion quant au personnage et à tout ce qu'il peut proposer.Le monarque président,incapable de se remettre en question ,aveuglé qu'il est par son amour de lui même,prisonnier d'une cour et d'une garde rapprochée qui ne cessent de psalmodier ses louanges ad nauseam, auxquelles,ils cèdent à tout les caprices,n'a de cesse de poursuivre sa course à l'abîme et d'y entraîner tout le pays avec lui.