En direct
Best of
Best of du 19 au 25 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Yannick Noah se fait plaquer; Julien Doré réfléchit à l'adoption d'un enfant avec Francis Cabrel, Jean Dujardin & Nathalie Péchalat en attendent un 2éme: Kanye West pense être le Moïse du peuple noir, Carla Bruni que Nicolas S. écrit comme Balzac

02.

Un rapport officiel allemand souligne que l’agriculture biologique n’est absolument pas plus durable que l’agriculture conventionnelle

03.

Les Suisses ont dit "non" à la fin de la libre circulation avec l'Union européenne

04.

"Olivier véreux de mes c***lles" : Jean-Marie Bigard insulte le ministre de la Santé

05.

Darmanin sait tout sur la taqiya. Et il n'aime pas du tout

06.

Nous aurons la Chine de nos mérites

07.

La Turquie, un enjeu existentiel pour l'Europe et pour le monde arabo-musulman

01.

Un rapport officiel allemand souligne que l’agriculture biologique n’est absolument pas plus durable que l’agriculture conventionnelle

02.

Yannick Noah se fait plaquer; Julien Doré réfléchit à l'adoption d'un enfant avec Francis Cabrel, Jean Dujardin & Nathalie Péchalat en attendent un 2éme: Kanye West pense être le Moïse du peuple noir, Carla Bruni que Nicolas S. écrit comme Balzac

03.

Un militant communiste assassiné à Saint-Ouen *

04.

Séparatisme : LREM pris dans les phares de la voiture de l’islam politique

05.

Santé mentale : ces millions de Français que la pandémie fait chanceler ou s’écrouler en silence

06.

Journée mondiale d’Alzheimer : comment nos rythmes de sommeil peuvent prédire le moment de l'apparition de la maladie

01.

Névrose collective : l’Europe pétrifiée face à la crise des migrants qui se noue à ses portes

02.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

03.

Édouard Philippe ou le vrai-faux espoir de la droite : radioscopie d’un malentendu idéologique

04.

Eric Zemmour condamné pour injure et provocation à la haine

05.

Nouvelles mesures face au Covid-19 : Gribouille gouvernemental à la barre

06.

J’aime les sapins de Noël : je suis un facho

ça vient d'être publié
décryptage > High-tech
Espionnage

Alerte aux grandes oreilles chinoises : voilà pourquoi vous devriez tourner 7 fois votre pouce avant de poster quelque chose sur les réseaux sociaux...

il y a 10 min 52 sec
pépites > Economie
Votation
Les Suisses ont dit "non" à la fin de la libre circulation avec l'Union européenne
il y a 17 heures 14 min
pépites > International
Crise
Bélarus : Loukachenko "doit partir", affirme Emmanuel Macron
il y a 18 heures 25 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
Débris spatiaux : la Station spatiale a évité la catastrophe pour la 3e fois cette année ; Un détecteur de vie extraterrestre qui tient dans une boîte à chaussures !
il y a 19 heures 59 min
décryptage > Politique
Biographie

Louis Hausalter : "L'histoire de Marion Maréchal éclaire l’état de décomposition et de recomposition du paysage politique"

il y a 21 heures 35 min
décryptage > International
Relever le nez du guidon

Nous aurons la Chine de nos mérites

il y a 21 heures 49 min
décryptage > Politique
Claque en vue

Sénatoriales : petit panorama des enjeux à surveiller

il y a 22 heures 4 min
décryptage > Science
Inventées ou découvertes ?

Mais au fait, c'est quoi les maths ? Et la petite question candide posée par une ado sur Tik Tok déclencha un grand débat entre scientifiques et philosophes

il y a 22 heures 28 min
décryptage > Economie
Pensée magique

Relance made in France : les impasses du techno-colbertisme

il y a 22 heures 54 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Plongée dans les coulisses de l’organisation de la Convention de la droite : l'engagement de Marion Maréchal et Eric Zemmour en faveur de l’union des droites

il y a 1 jour 11 min
pépites > International
Poudrière
Violents affrontements au Haut-Karabakh : l'Arménie et l’Azerbaïdjan au bord de la guerre
il y a 16 heures 27 min
pépites > International
Etats-Unis
Cour suprême : Donald Trump nomme Amy Coney Barrett
il y a 17 heures 47 min
décryptage > International
Suprêmement explosif

Trump a nommé à la Cour suprême une juge extrêmement conservatrice : normal, les États-Unis sont le pays des extrêmes

il y a 19 heures 58 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Tel est sur toi le sceau de ma haine, ou les possédés

il y a 21 heures 25 min
décryptage > Economie
Business

Bourse : les nouveaux gagnants et perdants post-Covid

il y a 21 heures 43 min
décryptage > International
Géopolitique

La Turquie, un enjeu existentiel pour l'Europe et pour le monde arabo-musulman

il y a 21 heures 58 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Poser des plaques de verre sur la banquise pourrait-il sauver les glaces de l’Arctique ?
il y a 22 heures 19 min
décryptage > Société
La responsabilité du gouvernement… et la nôtre...

Covid-19 : à quelles libertés sommes-nous réellement prêts à renoncer pour enrayer l'épidémie ?

il y a 22 heures 47 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Les aidants, ces soutiens vitaux au quotidien pour les personnes âgées et dont la France aura cruellement besoin face au vieillissement de la population

il y a 1 jour 11 min
décryptage > Politique
Il a lu attentivement le Coran

Darmanin sait tout sur la taqiya. Et il n'aime pas du tout

il y a 1 jour 11 min
© ALBERTO PIZZOLI / AFP
© ALBERTO PIZZOLI / AFP
Eglise

Ce qui nous manque le plus chez le pape François : la capacité à incarner une figure paternelle

Publié le 27 décembre 2019
Le pape François a adressé son message "urbi et orbi" à Rome le mercredi 25 décembre. Mardi, il a célébré la messe de Noël en la basilique Saint-Pierre.
Edouard Husson
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Universitaire, Edouard Husson a dirigé ESCP Europe Business School de 2012 à 2014 puis a été vice-président de l’Université Paris Sciences & Lettres (PSL). Il est actuellement professeur à l’Institut Franco-Allemand d’Etudes Européennes (à l’Université...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le pape François a adressé son message "urbi et orbi" à Rome le mercredi 25 décembre. Mardi, il a célébré la messe de Noël en la basilique Saint-Pierre.

Tous les 22 décembre, le retour du Père Fouettard

Au Saint-Siège, il est un moment que l’on redoute désormais, quand l’on travaille à la Curie: celui du discours de Noël du pape François. Personne n’a oublié le 22 décembre 2014, lorsque le pape Bergoglio avait humilié le gouvernement de l’Eglise devant le monde entier en dénonçant ce qu’il appelait « les quinze maladies » de la Curie, énumérant, pêle-mêle: « le fantasme de l’immortalité »; le « marthalisme » ou « activité excessive » (en référence au passage de l’Evangile où le Christ loue l’esprit de contemplation de Marie-Madeleine, aux dépens de sa soeur Marthe); la « pétrification mentale et spirituelle »; la « planification excessive »; la « mauvaise coordination »; « l’Alzheimer spirituelle »; la « rivalité et la vanité »; la « schizophrénie existentielle »; la rumeur, la médisance et le commérage; la maladie de diviniser les chefs; l’indifférence aux autres; le « visage lugubre »; l’accumulation; les « cercles fermés »; la maladie du profit mondain et des exhibitionnismes. Relue à froid, cette liste provoque un effet comique, tant elle est fourre-tout, mélangeant des notions psychiatriques, des termes de l’analyse des moralistes classiques, des mots de la vie quotidienne et des inventions verbales du pape. Mais les collaborateurs du Saint-Siège étaient repartis consternés quand ils n’étaient pas terrifiés. Deux ans plus tard, le pape avait été apparemment plus sobre dans les propos mais non moins inquiétant pour ses auditeurs, lorsqu’il avait dénoncé trois types de résistances à la réforme de la Curie: résistances ouvertes, « naissant souvent de la bonne volonté »; résistances cachées, naissant de « coeurs effrayés ou pétrifiés »; résistances malveillantes, se réfugiant « dans les traditions, dans les apparences, dans les formalités ». En 2017, le pape avait dénoncé les « traitres » au sein de la Curie et comparé son effort de réforme à la tentative de «nettoyer le sphinx d’Egypte avec une brosse à dents ». 

Si le pape actuel n’avait pas, selon un postulat a priori, aussi bonne presse dans les milieux intellectuels occidentaux ou dans les médias, cela fait longtemps que des psychanalystes auraient dû s’interroger sur la fascination du Saint-Père pour le personnage du Père Fouettard. Noël, plus grand fête chrétienne après Pâques, est traditionnellement un temps de paix et de réconciliation. C’est le moment des retrouvailles familiales - or, loin de se comporter en bon papa des fidèles et en protecteur bienveillant de la Curie, François aime morigéner. L’édition 2019 n’a pas manqué à ce qu’on ose pas appeler sans risquer d’être ironique concernant Bergoglio, la tradition. Peut-être certains auront-ils trouvé le contenu plus modéré que les années précédentes. Disons que la critique s’adresse cette fois-ci à l’Eglise dans son ensemble: citant la dernière entrevue médiatique, accordée en août 2012, par le Cardinal Martini (au Corriere della Sera) peu avant sa mort, François a reproché à l’institution qu’il dirige, d’avoir « deux-cents ans de retard ». 

Conflit de générations 

Quand on s’interroge sur le fil directeur du discours, on voit bien certains des thèmes habituels du pontificat: comme si ses prédécesseurs n’en avaient pas pris acte, le souverain pontife martèle, que l’Eglise doit comprendre que la « chrétienté », c’est-à-dire une société imprégnée de christianisme, appartient au passé: non seulement le christianisme n’est plus la référence centrale de la plupart des sociétés mais les chrétiens sont désormais souvent marginalisés. D’autres ont l’initiative des débats culturels, des définitions de valeur etc....Or, selon François, l’Eglise n’arrive pas à s’adapter, elle n’accepte pas le changement. Elle est paralysée: « Il faut mettre ici en garde », a-t-il expliqué le 22 décembre 2019, « contre la tentation de prendre une attitude de rigidité. La rigidité qui nait de la peur du changement et qui finit par disséminer des piquets et des obstacles sur le terrain du bien commun, en le transformant en champ miné d’incommunicabilité et de haine. Rappelons-nous toujours que derrière toute rigidité se trouve un certain déséquilibre. La rigidité et le déséquilibre s’alimentent mutuellement dans un cercle vicieux. Et aujourd’hui, cette tentation de rigidité est devenue trop actuelle ». 

Pour qui s’est habitué à la rhétorique à peine cryptée de François, on a bien, comme les années précédentes, une violente attaque. Elle s’est simplement déplacée de la Curie vers l’Eglise en général; vers le camp « conservateur » et tous ceux qui sont attachés à la Tradition. Rigidité, pharisaïsme, passéisme, peur du changement: le Saint-Père trace de plus en plus clairement une ligne de front. Les polémiques qui ont entouré le synode pour l’Amazonie l’ont renforcé dans sa conviction qu’il a des ennemis au sein de l’Eglise, apparemment de plus en plus nombreux. Au risque de tomber dans les clichés, on soulignera que, latino-américain, le pape est particulièrement obsédé par le conservatisme de l’Eglise des Etats-Unis; il avait même lâché, avant le synode, qu’il n’avait pas peur d’un « schisme ». Mais le rejet clair par de nombreux fidèles de ce qui s’est passé à Rome au mois d’octobre - réhabilitation sous couvert d’écologisme de la théologie de la libération marxiste des années 1980;  mise en valeurs d’idoles andines (les Pachamama) lors d’une cérémonie dans les Jardins du Vatican puis à Saint Pierre de Rome et Santa Maria in Traspontina; absence de véritable débat dans une assemblée épiscopale largement choisie pour faire avancer la cause du mariage des prêtres et de l’ordination des femmes; organisation à Rome, comme pour mieux  peser sur les débats de l’Eglise universelle, de ce qui aurait dû être une assemblée épiscopale locale - a mis le pape sur la défensive. 

Le fait que les laïcs et les jeunes générations occidentales soient le vivier d’une minorité de militants catholiques attachés à la Tradition, soucieux d’un renouveau liturgique qui inclut l’attrait pour la messe en latin, fidèles à Jean-Paul II et Benoît XVI, est un démenti flagrant à la dénonciation fréquente par François du cléricalisme: si enfermement sur soi il y a de la part du clergé, ce n’est pas comme le Cardinal Martini le prétendait avant sa mort, le fait d’un attachement aux rites du passé; c’est au contraire le résultat d’une incapacité à se remettre en cause de beaucoup des prêtres qui ont cru dans un certain progressisme de l’après-concile Vatican II. François est très représentatif de cette tendance progressiste qui voudrait verrouiller une interprétation tendancieuse de Vatican II (un concile en vérité parfaitement dans la Tradition de l’Eglise ) avant de mourir.  L’année 2019 aura vu s’affronter, spectaculairement, le vieux pape progressiste et un jeune Autrichien assumant parfaitement d’être un chrétien fidèle à Jean-Paul II et Benoît XVI, c’est-à-dire à la continuité bimillénaire de l’Eglise: Alexander Tschugguel, qui a jeté dans le Tibre les idoles andines en bois qui avaient été exposées à Santa Maria in Traspontina. 

Cette Eglise toujours lucide sur les modes intellectuelles et les tyrannies

Alors, Très Saint Père, deux-cents ans de retard, l’Eglise? N’est-ce pas une question qui fait étrangement écho à la vieille formule du camarade Joseph Djougachvili, dit Staline, de sinistre mémoire? « Le Pape, combien de divisions? ».  Que reste-t-il aujourd’hui du régime soviétique qui non seulement a fait autant de martyrs que tous les régimes persécuteurs qui l’avaient précédé? Vous rappelez-vous qu’il y a trente ans le monde entier fêtait Jean-Paul II pour avoir contribué de façon décisive à l’effondrement du communisme? Trente ans plus tôt, en 1958, Pie XII, dont la mémoire subit aujourd’hui les conséquences d’une opération de désinformation montée sur ordre de Staline et Khrouchtchev, était fêté par tous ceux qui admiraient son courage intransigeant face à Hitler et Staline. L’Eglise avait servi de repère aux heures les plus sombres de l’Europe. Un demi-siècle plus tôt, les papes Pie X et Benoît XV avaient fait preuve d’une grande lucidité, contre leur époque, en essayant d’arrêter la Première Guerre mondiale, boucherie sans nom, suicide quasi-réussi de l’Europe. 

Remontons encore un demi-siècle plus tôt et vous allez penser, Très Saint Père, tenir un argument imparable: le Syllabus, la proclamation de l’infaillibilité pontificale, ne sont-ils pas la preuve du bien-fondé de la formule du Cardinal Martini? Eh bien, une fois retombées les passions de l’époque, tout historien sérieux sait que la définition de «l’infaillibilité » est en fait, dans la grande tradition occidentale, une limitation des pouvoirs du Souverain Pontife - et c’est aujourd’hui la meilleure défense contre toute innovation que vous prendriez sur un coup de tête, en oubliant le corpus de vos prédécesseurs; quant à la lutte de l’Eglise contre l’idéologie libérale, rien ne la définit mieux que l’insistance mise par Pie IX et le Premier Concile du Vatican sur la capacité de la raison humaine (contre Kant et toute la philosophie allemande) à voir au-delà des phénomènes, à saisir l’essence des choses. Et je crains bien que le regretté Cardinal Martini et vous-même confondiez, précisément, l’apparence  - la forme quelquefois désuète qu’emprunte l’Eglise - et le fond des choses, la défense intransigeante, contre toutes les tyrannies, de la liberté et de la dignité de la personne. En retard de « deux-cents ans »? L’interview du Cardinal Martini, qui date de 2012, nous mène en 1812, lorsque le pape Pie VII était prisonnier de Napoléon à Fontainebleau, symbole de l’oppression que le régime napoléonien faisait peser sur l’Europe. Non, vraiment, la formule des « deux-cents ans de retard » qu’aurait prétendument l’Eglise sur notre époque ne veut rien dire, sauf à renier la lutte pour la liberté de conscience contre les tyrannies, la doctrine sociale inventée très tôt dans la Première révolution industrielle pour attirer l’attention sur le sort des ouvriers -avant même le socialisme -, la défense de l’intégrité de la personne, la dénonciation des totalitarismes, les avertissements sur les tentations eugénistes (nazisme hier, transhumanisme aujourd’hui). 

Le père absent

Surtout, ce qui a caractérisé l’Eglise durant les deux derniers siècles, marqués par tant de guerres civiles et internationales, c’est le souci de rassembler, de réconcilier, de panser les plaies. Et c’est sans aucun doute ce qui nous manque le plus, chez vous, pape François, au-delà des embardées philosophiques, des formulations théologiques imprudentes ou des petites phrases à l’emporte-pièce, que nous serions prêts à vous pardonner - nous savons bien que les Jésuites se sont laissés aller en terme de formation ces cinquante dernières années : mais ce qui nous frappe, c’est votre difficulté, depuis six ans, à incarner la figure paternelle que doit être un souverain pontife. « Pape » est, à l’accent près, le même mot que « Papa » en italien. Comme vos prédécesseurs, on vous appelle « Saint Père ». Nous aimerions tant vous voir assumer le rôle du «Pasteur », de celui qui fait baisser les tensions et réconcilie ses enfants qui s’affrontent. C’est à cela que l’on reconnaît un pape. Dans notre monde d’où l’individualisme absolu veut bannir complètement la figure du père, vous ne feriez qu’accroître le désarroi des individus à ne pas vouloir assumer l’essence de votre fonction, la paternité spirituelle d’un milliard de fidèles catholiques - et même, au-delà des schismes, de deux milliards de chrétiens. C’est cette paternité spirituelle que les non-chrétiens critiquent toujours, mais dont ils savent bien, secrètement, qu’elle leur manquerait car l’affrontement avec un père est éminemment structurant pour la personnalité. 

Pape François, ne vous trompez pas d’époque. Ecoutez tous vos fidèles, les conservateurs comme les autres, pour lire les signes des temps; apprenons à voir ensemble le désarroi d’une époque certes très déchristianisée mais assoiffée de repères et de réenracinement. Vous ne pouvez pas continuer à jouer le père absent. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (13)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
hoche38
- 29/12/2019 - 10:28
Encore un effort François...
Et on pourra enfin marier deux prêtres homosexuels devant l'autel de Saint-Pierre au chant du Veni Creator et dans les fumées du cannabis.
Le gorille
- 28/12/2019 - 07:48
Merci M Husson
Oui, merci. Je ne commente que les "deux cents ans de retard". Qu'est-ce que ça veut dire, de fait ? Par rapport à quoi ? Moi qui croyais justement que l'Eglise avait la qualité de temporiser, et donc de ne pas se plier à mode... Pire, d'apporter un îlot de stabilité spirituelle dans ce tourbillon vaguement métaphysique mais particulièrement nocif et erroné que connaît notre époque. Je crois qu'au contraire l'Eglise a pris trop d'avance : l'homme (fatigué ?) n'a pas suivi. Il est "descendu" et il faut le remettre d'aplomb, le requinquer : le Décalogue a été un peu "oublié", d'où la haine envers l'Eglise qui a front de le rappeler.
Scarabas
- 27/12/2019 - 18:00
Un excellent article
Magnifique article qui réussit à pointer toutes les erreurs de ce pape gauchiste et islamiste tout en restant digne et respectueux. La culture chrétienne et la connaissance qu'a Husson des arcanes du Vatican et de l'Eglise en général me sidèrent d'admiration.