En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Regardez bien cette affiche : Auschwitz est de retour…

02.

Les 5 plus grosses fortunes mondiales préfigurent ce que sera notre mode de vie sur la planète au cours du 21e siècle

03.

Ce que le nouveau record atteint par le Bitcoin préfigure pour l’avenir du système bancaire

04.

Michel Onfray a contracté la Covid-19

05.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

06.

Covid-19 : Et si la première cible à convaincre de l’efficacité du vaccin étaient les médecins et soignants eux-mêmes ?

07.

Crise économique : l‘OCDE prévoit que la planète va se redresser en 2021... sauf l’Europe qui restera à la traîne. Mais pas par hasard

01.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

02.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

03.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

04.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

05.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

06.

70.000 euros par mois en 2019, une Bentley, un bateau, des appartements et maisons, le ministre de la Justice dévoile son patrimoine

01.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

02.

Covid-19 : Et si la première cible à convaincre de l’efficacité du vaccin étaient les médecins et soignants eux-mêmes ?

03.

Noël : Emmanuel Macron envisage des « mesures restrictives et dissuasives » pour les Français qui voudraient skier à l'étranger

04.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

05.

Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus

06.

Socle citoyen : l’Assemblée nationale vote pour l’exploration d’un revenu universel qui ne dit pas son nom mais demeure une très bonne idée

ça vient d'être publié
décryptage > Europe
Vision européenne

Valéry Giscard d'Estaing : « Brexit ou pas, l'Europe à 28 n’est pas gouvernable sans réformes profondes... »

il y a 18 sec
pépites > Finance
L'après coronavirus
Coronavirus et économie : la fin du «quoi qu’il en coûte» divise l'entourage présidentiel
il y a 31 min 26 sec
décryptage > International
En avant-première pour vous

Le dernier film du Mossad : « Bons baisers de Téhéran »

il y a 56 min 15 sec
décryptage > Economie
Atlantico Business

Crise économique : l‘OCDE prévoit que la planète va se redresser en 2021... sauf l’Europe qui restera à la traîne. Mais pas par hasard

il y a 1 heure 6 min
pépites > Politique
Disparition
Mort de l'ancien président de la République Valéry Giscard d'Estaing à l’âge de 94 ans
il y a 10 heures 16 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Voir le jour" de Marion Laine : si le quotidien du personnel hospitalier m’était conté…

il y a 14 heures 39 min
pépites > Société
L’amour aux temps du Coronavirus
Covid-19 : un Français sur trois serait sur un site de rencontres depuis le premier confinement
il y a 15 heures 21 min
pépites > Santé
« The Wuhan files »
La rédaction de CNN dévoile le contenu de documents chinois confidentiels qui révèlent les erreurs commises par la Chine lors de l’apparition du Covid-19
il y a 16 heures 53 min
pépites > France
Dissolution
BarakaCity dénonce le gel « illégal » de ses avoirs par l'Etat
il y a 19 heures 47 min
pépites > Santé
Covid-19
Coronavirus ; la commission d’enquête parlementaire évoque des manquements des pouvoirs publics avant et pendant la crise sanitaire
il y a 21 heures 7 min
décryptage > Politique
Mort de l'ancien chef de l'Etat

Valéry Giscard d’Estaing, le plus grand président de la Ve République après De Gaulle

il y a 28 min 14 sec
décryptage > Politique
Restrictions et nouvelles mesures

Et maintenant les skieurs... Qui arrêtera le gouvernement dans sa folle (et sanitairement vaine) dérive sur les libertés publiques ?

il y a 37 min 36 sec
décryptage > Sport
Ligue des Champions

Manchester United - PSG : 1-3 Paris s'impose dans le théâtre des rêves et reprend la tête de son groupe

il y a 57 min 54 sec
décryptage > Politique
VGE

Valery Giscard d’Estaing aura donné son dernier grand entretien à…

il y a 1 heure 10 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Mindhunter" de David Fincher : entretiens avec des tueurs en série

il y a 14 heures 19 min
light > Culture
Monuments parisiens
Déconfinement : la Tour Eiffel va rouvrir dès le 16 décembre
il y a 14 heures 54 min
pépites > Santé
Endiguer la pandémie
Vaccin contre la Covid-19 : Boris Johnson attendra son tour
il y a 15 heures 50 min
light > Santé
Etat de santé
Michel Onfray a contracté la Covid-19
il y a 18 heures 6 min
pépites > Economie
Pas de cadeau
Le gouvernement ne devrait pas revaloriser pas le Smic en plus de la hausse automatique selon Jean Castex
il y a 20 heures 22 min
décryptage > Société
Moyen de transport idéal pendant la crise du Covid ?

Les e-scooters et autres trottinettes électriques sont-ils une bonne affaire pour l’environnement (et pour les entreprises qui les louent ) ?

il y a 21 heures 22 min
© JOEL SAGET / AFP
© JOEL SAGET / AFP
Atlantico Business

Le cadeau de Noël à la gauche française : les livres de Piketty, pour comprendre les bienfaits de la retraite par points combinée à la capitalisation

Publié le 25 décembre 2019
La gauche française n'a sans doute pas compris qu'en encensant Thomas Piketty, elle consacrait un des meilleurs avocats en faveur des fonds de pension et de la retraite par points. Thomas Piketty se tait et ne se mêle pas du débat, mais laisse lire ses analyses.
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La gauche française n'a sans doute pas compris qu'en encensant Thomas Piketty, elle consacrait un des meilleurs avocats en faveur des fonds de pension et de la retraite par points. Thomas Piketty se tait et ne se mêle pas du débat, mais laisse lire ses analyses.

Thomas Piketty se gardera bien de prendre part au débat sur la réforme des retraites en France sauf à prendre le risque d’être écartelé entre ses amitiés politiques et ses convictions d’économiste. Il restera dans une posture d’intellectuel ou de pédagogue.   

Thomas Piketty, professeur à l'Ecole d’économie de Paris est aujourd’hui un des économistes français les plus connus à l’étranger et notamment aux Etats-Unis. En moins de deux bestsellers, il est devenu une véritable star dans le monde universitaire et le monde des affaires qui est toujours en quête d’idées nouvelles ou d’explications pertinentes de la situation. Or, ce succès le met dans une posture un peu embarrassante par rapport à la question des retraites. D’un coté, il ne peut que se déclarer solidaire de tous ceux qui se battent pour un monde meilleur, mais il ne peut pas approuver leurs méthodes et ce pourquoi il se battent, à savoir la protection du système de retraite par répartition et contre le régime de calcul par points. Tout ce qu’il a écrit et lui a valu une reconnaissance internationale va à l’encontre de ce que ses propres amis de gauche répètent à longueur de jours de grève.

Thomas Piketty s’est fait connaître dans le monde entier en analysant de façon très sérieuse l’évolution de l’économie après près de vingt années de mondialisation accélérée.

Sur la base d’informations statistiques dont tous les experts louent la pertinence, Thomas Piketty a dénoncé une aggravation spectaculaire des inégalités dans le monde en démontrant que ces inégalités étaient imputables à la différence de rentabilité et de rémunération entre le facteur capital et le facteur travail.

En clair, si le libre échange fondé sur l’économie de marché a permis aux pays émergents de sortir de la misère, cette globalisation a aussi paupérisé une partie des classes moyennes occidentales qui se sont retrouvées sans travail et déclassées. D'où la montée des populismes dans la plupart des pays occidentaux. D'où la montée des mouvements extrémistes, d'où le Brexit, d'où Donald Trump aux USA et la montée en puissance des poussées protectionnistes.

Mais parallèlement, les inégalités se sont creusées à l’intérieur même des pays émergents et entre les pays émergents et les pays occidentaux.

Dans les pays émergents, le fossé entre les très riches et les très pauvres s’est creusé.

Dans les pays développés, le gap entre les riches et les pauvres aussi.

La raison profonde de ces inégalités se trouve dans l’augmentation spectaculaire des rendements du capital. Les détenteurs d’actifs financiers ou immobiliers se sont donc considérablement et rapidement enrichis dans le monde entier.

C’est une évidence. Il suffit de reprendre l’évolution des prix de l’immobilier depuis vingt ans, les cours de bourse depuis dix ans.

La financiarisation de l‘économie doublée de la productivité des actifs a accéléré l’accumulation du capital entre les mains d’acteurs moins nombreux qu’auparavant.

Pour Thomas Piketty, cette survalorisation du capital et l’enrichissement de ceux qui le possèdent sont inhérents au système capitaliste mondialisé. Ce qui crée des menaces de déséquilibres et des risques de bulles ou de crises sociales.

Les différents outils de correction à ce phénomène ont été analysés en détail par la plupart des responsables politiques.

La droite américaine conservatrice s’est laissée tentée par le protectionnisme, mais on voit bien que les tentatives de Donald Trump de se replier sur lui même n’aboutissent qu’à un ralentissement général et que ce ralentissement est porteur de risques plus graves encore (immigration massive et risques de conflits terroristes).

Les mouvements de gauches ont ressorti les outils fiscaux pour essayer de réalimenter la pompe à redistribuer les revenus. Sauf que l’augmentation des impôts de ceux qui accumulent beaucoup a évidemment un effet dissuasif sur le programme d‘investissement.

Restent deux stratégies qui valent la peine d’être expérimentées et qui sont cousines germaines.

La première passe par l’intéressement ou la participation à grande échelle. C’était la grande idée du Général de Gaulle, c’est l’aventure dans laquelle partent les GAFA. Redistribuer au plus grand nombre de salariés une part de l’enrichissement en capital

La deuxième stratégie est d’emprunter la voie des fonds de retraite par capitalisation. Permettre à chaque salarié de récupérer par le biais des fonds de pension une partie de la richesse créée. Et celle qui sera créée dans l’avenir.

Dans les deux cas, les fonds d’investissement et les fonds de pensions sont à la manoeuvre.

Ce scénario a trois avantages :

D’abord, il permet de redistribuer la richesse accumulée à ceux qui ont contribué à son accroissement.

Ensuite, il permet à l’industrie de sécuriser les financements d’investissement.

Enfin, il apporte une solution aux problèmes de financement de la retraite en dehors des aléas démographiques.

Toute la mécanique de Piketty suit ce scénario. Sur le plan politique et par rapport à ce qui se passe en France, c’est une mécanique qui apparaît très politiquement incorrecte en France, même à gauche.

La gauche française politique et syndicale n’accepte pas un calcul de la retraite par points et encore moins d’ouvrir la porte aux retraites par capitalisation. La gauche française a du mal avec le concept d’universalité, elle préfère cristalliser son énergie dans la protection des régimes spéciaux alors qu’il serait si simple de prendre en compte les raisons pour lesquelles on avait mis sur pieds de tels régimes particuliers et de vérifier si elles tiennent encore debout et participent à l’intérêt général.

On comprend que Thomas Piketty soit gêné par le positionnement de ses amis politiques. Mais on comprend beaucoup moins bien que la gauche ait fait le succès de ses livres. Il va peut-être falloir profiter de la trêve des fêtes de fin d’année pour relire ces livres-là. Si trêve il y a, bien sûr !

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
ajm
- 26/12/2019 - 11:49
Solidarité nationale.
La répartition n'a rien de communiste en soi si chacun reçoit une pension en fonction de ses cotisations ( lui et son employeur). Là où elle le devient c'est si on ne corréle plus cotisations et pensions et qu'on transforme une prestation contributive en prestation purement sociale. Le risque de la caisse unique de Macron c'est que le politique pourra faire sa cuisine électoraliste plus facilement puisqu'il en contrôlera directement toute la masse dans une institution unique. Il ne résistera pas à la tentation de moduler constamment la règle d'un euro censé donner le même retour pour tous, car la démagogie est au centre de son principe d'existence. Mais cette "mise en commun" socialiste pourrait exister aussi dans un régime unique par capitalisation.
J'accuse
- 26/12/2019 - 10:11
La vérité sur les retraites
Ce qu'on appelle "solidarité nationale" pour défendre la retraite par répartition, ce n'est pas autre chose qu'une mise en commun, ce qui est la définition du communisme.
Mais les idéologues du communisme ne le voit que pour les autres: eux veulent profiter du capitalisme.
Le projet en cours a donc pour objectif d'utiliser la "solidarité" de la répartition (communisme), pour s'enrichir grâce à la capitalisation (capitalisme).
Pas étonnant que Piketty le théorise, que Macron le veuille, et que les syndicats communistes le rejettent.
Les Français sont pris au piège dans ce débat, alors qu'il veulent simplement un système viable, fiable et équitable pour vivre correctement après leur vie active, sans justification idéologique ni arrières-pensées manipulatrices. Ils ne l'auront pas, qui que soient les vainqueurs du combat qui a lieu, parce que personne ne défend vraiment leurs intérêts.
Gustave
- 25/12/2019 - 20:36
Deux poids deux mesures.
Les syndicats ne peuvent à la fois dire : Les actions enrichissent les capitalistes, c'est un scandale et quand on leur propose une retraite par capitalisation c'est trop risqué. Comme ils ne pouvaient dire, il n'y a aucun avantages dans les retraites du public et maintenant les retraites du public vont diminuer si on les aligne sur celles du privé.