En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

02.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

03.

Des chercheurs ont découvert des dizaines de milliers (!) de dessins vieux de 12.500 ans dans la forêt amazonienne

04.

Et l’Italie fut le premier pays à demander l’annulation d’une partie des dettes européennes... voilà pourquoi il faut prendre sa demande au sérieux

05.

Delta Airlines lance un programme pour réduire le risque de contamination Covid à 1 sur 1 million sur ses vols transatlantiques. Pourquoi ne pas s'en inspirer pour des Noëls en famille sans risque ?

06.

Vous subodoriez que Grigny n’était plus en France : Gabriel Attal l’a confirmé

07.

Un des policiers qui suspectent, à tort, 6 jeunes dans une voiture, tire, sans raison, deux coups de feu sur eux, il n'a pas fait l'objet de sanction

01.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

02.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Liberté de la presse
L'article 24 contesté de la loi «sécurité globale» sera réécrit
il y a 4 heures 11 min
pépites > Culture
Littérature
Le prix Goncourt est attribué à Hervé Le Tellier pour son roman «L'Anomalie» chez Gallimard
il y a 5 heures 50 min
pépites > Société
Exode
Un Français sur dix a quitté sa résidence principale à l'occasion du deuxième confinement, un million de plus que lors du premier confinement
il y a 8 heures 43 min
pépites > Justice
Police
Un des policiers qui suspectent, à tort, 6 jeunes dans une voiture, tire, sans raison, deux coups de feu sur eux, il n'a pas fait l'objet de sanction
il y a 9 heures 51 min
décryptage > Economie
Perte de pouvoir d'achat

La crise du Covid pourrait faire perdre aux Britanniques 1350 euros sur leur rémunération annuelle d’ici 2025. Quid des Français ?

il y a 10 heures 32 min
décryptage > Santé
Protocole ultra-renforcé

Delta Airlines lance un programme pour réduire le risque de contamination Covid à 1 sur 1 million sur ses vols transatlantiques. Pourquoi ne pas s'en inspirer pour des Noëls en famille sans risque ?

il y a 11 heures 4 min
pépite vidéo > Justice
Jour J
Le procès de Nicolas Sarkozy pour corruption dans "l'affaire des écoutes" reprend aujourd'hui
il y a 11 heures 30 min
décryptage > Politique
Janus

Ce qui se cache vraiment derrière le paradoxe Macron

il y a 12 heures 46 min
pépites > Justice
Bavure
4 policiers mis en examen dont 2 ont été écroués dans l'affaire Michel Zecler
il y a 12 heures 54 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Huit jeux auxquels vous pouvez jouer en famille par écran interposés pendant le confinement
il y a 13 heures 18 min
décryptage > Politique
Un mea culpa qui fera date

Julien Bayou, le patron de EELV, avait osé parler de « lynchages de policiers ». Cet affreux suprémaciste blanc avait oublié que le terme « lynchage » est réservé aux Noirs !

il y a 4 heures 51 min
pépites > Santé
Wanted
10000 volontaires sont recherchés pour mesurer les conséquences psychologiques de la crise sanitaire
il y a 6 heures 5 min
décryptage > Economie
LES ENTREPRENEURS PARLENT AUX FRANÇAIS

La France et l’Allemagne tentent de rallier l’Europe à sa folie. Ils résistent pour protéger l’économie. Tant mieux 

il y a 8 heures 48 min
décryptage > Economie
Panorama

COVID-19, vaccins, politique et vérités

il y a 10 heures 9 min
pépites > Politique
Dilemme
Emmanuel Macron pris au piège de la loi sur la sécurité globale et de l'article 24, Darmanin sur le grill
il y a 10 heures 41 min
pépites > Santé
Covid-19
Coronavirus : la Haute Autorité de Santé recommande de vacciner en 5 phases avec priorité aux Ehpad
il y a 11 heures 22 min
décryptage > Politique
Surprise Surprise

Comment la gauche a subitement découvert les vertus de la vidéosurveillance

il y a 12 heures 29 min
décryptage > France
Union de la colère

La France n’est-elle plus qu’une somme de colères dirigée par un gouvernement incapable de les comprendre ?

il y a 12 heures 54 min
décryptage > France
Glottophobie

Il faut sauver l'accent de Jean Castex !

il y a 13 heures 17 min
décryptage > Economie
ATLANTICO BUSINESS

Le Covid touche les plus vieux mais les jeunes vont en payer les factures

il y a 13 heures 19 min
© LIONEL BONAVENTURE / AFP
© LIONEL BONAVENTURE / AFP
Débat

Sept arguments (au kärcher) sur les retraites

Publié le 22 décembre 2019
Mathieu Mucherie, l’un des piliers du réseau d’experts d’Atlantico, apporte une réponse aux points soulevés par Julien Aubert, le député LR et Président d’oser la France sur la répartition et la capitalisation.
Mathieu Mucherie
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Mathieu Mucherie est économiste de marché à Paris, et s'exprime ici à titre personnel.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Mathieu Mucherie, l’un des piliers du réseau d’experts d’Atlantico, apporte une réponse aux points soulevés par Julien Aubert, le député LR et Président d’oser la France sur la répartition et la capitalisation.

Cet article est une réponse à Julien Aubert, député LR du Vaucluse. Dans l'article "Retraites : on peut être de droite et préférer la répartition", il répondait à un autre article de Mathieu Mucherie intitulé "Retraites : le jeu des 7 erreurs"

1/ Les deux systèmes ont des avantages et des inconvénients, aucun ne peut être "pur", et tous les deux dépendent d'une croissance future qui s'annonce peu glorieuse. Mais je maintiens que la question des incitations au longtermisme est assez centrale quand on parle de la désirabilité des deux régimes. Et il se trouve que plus on augmente l'épargne, plus on augmente la croissance future : l'accumulation du capital est une des 3 sources de la croissance (même si l'impact dans la longue durée diffère selon que le modèle de croissance est néo-classique ou endogène). Regardez l'Asie, comparativement à l'Amérique Latine… et il est d'autant plus nécessaire que les individus épargnent en France que l'Etat et nos entreprises s'endettent beaucoup (c’est une particularité très nette de notre pays au cours du dernier cycle). Léguer à nos enfants un air pur et des phoques sur la banquise, c’est bien, mais leur léguer un peu de capital, ce serait aussi très utile. Ce qui nous amène au couple rendement/risque :

2/ Le rendement futur du régime par répartition est assez bien connu, mais il est très bas. A moins d’un miracle sur le taux d’emploi ou sur la productivité (et la conjonction des deux serait encore plus miraculeuse), disons 1,5%/an en moyenne, grand max, et encore à condition que tout se passe bien (notez au passage qu’avec la répartition et un fort taux de remplacement la pression continue d’arguments migratoires devra être traitée : plus ou moins de bonne foi, de nombreux analystes diront que la démographie hexagonale n’est pas à même de porter seule à long terme cette architecture).

Le rendement futur du régime par capitalisation est quant à lui un peu moins bien connu (il va dépendre des marchés financiers), mais il est plus élevé, et il permet de capter une partie de la croissance mondiale (sans avoir à récupérer la misère du monde). Il existe un risque, si l’on considère que les marchés mondiaux sont plus incertains que la main d’œuvre française (au regard de la tension qui se renforce dans notre beau pays, c’est discutable, mais passons) ; ceci dit, ce risque peut être mutualisé et canalisé : il existe plusieurs classes d’actifs (les actions ne sont que minoritaires), il est très possible d’apporter de la décorrélation et de la convexité aux portefeuilles, et la gestion sera de long terme (ce qui permet d’investir sur de l’immobilier, des infrastructures ou du private equity, actifs moins liquides mais plus rentables que les taux souverains). Il se trouve que la France compte des établissements qui excellent dans ce type de gestion. 4%/an nets sont très atteignables (la norme historique est de 8% environ), et plus si l’on accepte un surcroit de diversification géographique. L’exemple du fonds Norvégien (plus gros actionnaire, entre autres, du CAC40...) montre en outre que nous pourrions gagner au passage en transparence et en responsabilité : audits réguliers, contrôle annuel par le Parlement, auditions, normes environnementales pour les investissements...

Pour justifier le choix de la répartition, il faut donc être très adverse aux marchés (une mauvaise santé CONTINUE de TOUTES les classes d’actifs pendant très longtemps), et/ou archi-optimiste sur la croissance potentielle en France, et/ou peu soucieux de la question du contrôle des firmes françaises par la veuve de Milwaukee et le retraité de Pasadena. Mais ne nous étonnons pas alors d’être les éternels « cocus de la mondialisation » (vous mêmes, en envoyant votre réponse par votre compte Orange, enrichissez Blackrock et Vanguard, sans le savoir...), tant que les autres accepteront du 4% (en fait beaucoup plus) et nous du 1,5%.

NB : je ne connais aucun pays fortement engagé dans une forme ou une autre de capitalisation qui souhaiterait passer à la répartition, alors que l’inverse est plutôt la règle. Cela devrait tout de même nous mettre la puce à l’oreille (même argument que pour les 35 heures). Mais l’exemple suédois est fort mal traité dans nos médias parisiens.    

3/ En ne permettant pas de bénéficier de la création de valeur entrepreneuriale, de la magie des intérêts composés et de la croissance du reste du monde, le régime par répartition en est réduit à tout miser sur son caractère « social ».

Mais dire qu'un système est individualiste et l'autre généreusement collectif, c’est commettre un contre-sens et de belles omissions. La capitalisation comporte une dimension collective car elle dépend des rendements agrégés, de la banque centrale, de la mutualisation des fonds collectifs et des assurances, etc. La répartition comporte des éléments très individualistes, comme la tendance à transférer des charges vers les plus jeunes (depuis le début ce système n’a fait qu’avantager la génération qui l’a crée), ou la gestion par les "partenaires sociaux" et autres petits arrangements entre amis. En fait, la capitalisation est moins regardante, plus imperméable aux sables mouvants (pénibilité, âge pivot…), plus aveugle en somme et, comme vous l’avez noté en regardant les frontispices de nos palais de justice, le principal attribut de la déesse justice est la cécité.

4/ Vous dites : "une reforme doit viser l'intérêt général" : mais lequel ? d'où mon point sur la fonction de bien-être sociale à maximiser ; qu'elle est la votre ? est-elle rawlsienne ? utilitariste ? nozickienne ? autre ?

La mienne est clairement utilitariste. Voilà, c’est dit. On ne devrait jamais quitter Pareto. Mais si on cherche aussi à surpondérer les intérêts des plus bas revenus, je me dis que c’est là encore un argument pour un système qui sortira du 4% contre un système qui sortira du 1,5%, car alors il sera plus facile de financer un filet de sécurité.

Dans tous les cas, je ne me sens pas disqualifié pour en parler en raison de mon appartenance au secteur privé (il faut bien que certains cotisent, dans notre beau régime égalitaire). Je bosse dans une firme d'assurance qui, comme la plupart, est agnostique sur la question et ne milite pour rien en particulier (les assureurs gagnent leur vie sur la protection, pas sur l'épargne (a fortiori depuis que les taux ont baissé). La seule action de lobbying à laquelle j’ai vaguement participé en 12 ans est un article sur la nocivité de la directive Solva2 qui a rendu l’ensemble du secteur trop courtermiste (question piège : où étaient les politiques français à ce moment là ?).  

5/ Si 230000 milliards de dettes existent, cela signifie qu'il existe 230000 milliards de créances. La question n'est donc pas le montant (d'autant que vous notez que les taux sont bas…) mais un souci de répartition (ce ne sont pas les mêmes qui portent des dettes ou des créances). Vous qui avez en tête le bien être des plus bas revenus et un grand souci de soutenabilité intertemporelle des dettes : militez pour une remise des dettes. Comme dans la Bible. Comme dans la doctrine sociale de l'Eglise. Faites pression sur la BCE pour qu'elle loge au fond de son bilan un certain nombre de dettes privées et publiques surnuméraires ou injustes ou facturées sur d’anciens taux devenus quasi-usuriers de nos jours ; et puis, elle les annulera, petit à petit, discrètement. Cette croisade, qui ne coûtera rien à personne (ce sont des dettes achetées à leur prix, sur le marché secondaire), et qui n'est pas dangereuse (il n'y a plus d'inflation), et qui serait la meilleure réponse aux crises du type « gilets jaunes » (et une bonne façon de remettre les banquiers à leur place, qui se gavent de pénalités de retard) a besoin de propagandistes : pour l’heure, nous sommes 5…. N’hésitez pas !

6/ Les taux ont baissé non en raison de déséquilibres obscurs entre l'épargne et l'investissement, mais en raison de 2 facteurs clés bien identifiés A L'AVANCE dans des milliers de pages par votre serviteur : la riquiquisation de l'inflation (fruit des efforts déflationniste de Trichet & cie), en bonne logique friedmanienne, et un changement dans la perception du temps (plus de longtermisme de la part des consommateurs), en bonne logique fisherienne. Ces deux auteurs classifiés "à droite" réclameraient probablement de nos jours un système par capitalisation, ou au moins un provisionnement plus consistant du régime par répartition (c'est ce que les USA ont fait à partir de 1983, mais nous avons en France préféré consacrer l'argent des privatisations à des dépenses courantes).

7/ Je n’encourage pas à la capitalisation, car tout l'encourage dans le monde réel sur un mode rampant, pernicieux. Je la défends dans l’ordre du discours, où tout le monde à Paris tombe sur elle hypocritement, avec des arguments d’un autre âge. Je suis distributiste, au sens de Chersterton ou De gaulle : faire en sorte de réparer le défaut du capitalisme qui est le trop faible nombre de capitalistes. La participation, plus que la capitalisation. Je ne sais pas si Facebook fait l’objet d’une valorisation hallucinante, mais j’aimerais que ce genre de débordements capitalistes soit aussi capté par notre classe moyenne qui pour l’heure ne travaille plus pour elle-même (et on ose se demander d’où vient la crise du sens !) et qui bientôt ne pourra plus que regarder passer les trains (quand il y en aura).  

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
evgueniesokolof
- 23/12/2019 - 16:06
suite
L'augmentation des revenus du capital ( à fortiori en période d'intérêts nuls ou négatifs ) ne peut venir que d'une augmentation du rendement des actions, ce qui veut dire un déplacement de la répartition de la valeur ajoutée aux dépens du travail: or c'est précisément la part de la valeur ajoutée allant au travail qui nourrit la demande, sans laquelle on n'a plus intérêt à produire......
La bourse de Paris a augmenté de 26% depuis début 2019: elle ne doit certainement pas ces performance à la croissance des entreprises en France: si seule la croissance française faisait bander le palais Brongniard, cela voudrait dire que les actionnaires prennent le porno pour la réalité
La croissance est ailleurs qu'en Europe et c'est sur ses résultats que le prix des actions gonfle ( à moins que ceux qui achetent tjs plus cher ne soient cinglés)....mais pour...combien de temps? Combien de temps les salariés des pays émergents vont ils accepter que leurs bas salaires nourrissent des profits qui vont permettre de payer leur retraite aux papys atlantico que chérit Ganesha
evgueniesokolof
- 23/12/2019 - 15:54
Ca y est
On sait maintenant le job de Ganesha: c'est lui qui prépare le traineau du pere noel, charge les cadeaux, donne à manger au renne et nettoie ses crottes et c'est pour cela qu'il se moque de son paie de patron qui le paie mal et lui laisse à peine le temps de décorer son sapin! méchant père noel!!!! Mais qu'on se le dise il est de retour
Bon j'adore Mucherie et surtout son irrévérence mais je voudrais lui poser une question
Il sera d'accord avec moi pour considérer que , capitalisation ou répartition, les retraites ont toujours un prélèvement fait sur la production des actifs: seuls les modalités changent: cotisation dans un cas, augmentation des revenus du capital dans l'autre ( voir suite)
ajm
- 22/12/2019 - 23:45
Risque géopolitique.
" mais cette diversification " suppose d'accepter un risque économique et géopolitique important: risque de change, guerres , révolutions dans les pays générant les revenus ( emprunts russes), normalisation démographique des économies émergentes qui deviennent comme nous, blocage politique des transferts ( contrôle des changes) , prélèvements étatiques sur les intérêts et dividendes versés à des non-résidents, nationalisation etc...