En direct
Best of
Best of du 19 au 25 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La délinquance de jeunes venus pour la plupart du Maghreb explose à Paris

02.

COVID-19 : mais pourquoi le gouvernement est-il incapable de communiquer sur le véritable indicateur de gravité de l’épidémie ?

03.

Le risque d’une généralisation de l’épidémie à toute la France est pris très au sérieux par les chefs d’entreprise, mais pas par les Français. Alors pourquoi ?

04.

COVID-19 : mais où en est la Chine ?

05.

Les écologistes ont oublié qu'il faut du vent pour faire tourner les éoliennes

06.

Absence de mixité, prières… un club sportif aux pratiques troublantes

07.

Alerte aux grandes oreilles chinoises : voilà pourquoi vous devriez tourner 7 fois votre pouce avant de poster quelque chose sur les réseaux sociaux...

01.

Hadopi : Fuite de données confidentielles

01.

Un rapport officiel allemand souligne que l’agriculture biologique n’est absolument pas plus durable que l’agriculture conventionnelle

02.

Yannick Noah se fait plaquer; Julien Doré réfléchit à l'adoption d'un enfant avec Francis Cabrel, Jean Dujardin & Nathalie Péchalat en attendent un 2éme: Kanye West pense être le Moïse du peuple noir, Carla Bruni que Nicolas S. écrit comme Balzac

03.

Un militant communiste assassiné à Saint-Ouen *

04.

Santé mentale : ces millions de Français que la pandémie fait chanceler ou s’écrouler en silence

05.

Alerte aux grandes oreilles chinoises : voilà pourquoi vous devriez tourner 7 fois votre pouce avant de poster quelque chose sur les réseaux sociaux...

06.

Ce que la dernière photo prise par la NASA nous révèle de Jupiter

01.

Eric Zemmour condamné pour injure et provocation à la haine

02.

Louis Hausalter : "L'histoire de Marion Maréchal éclaire l’état de décomposition et de recomposition du paysage politique"

03.

Édouard Philippe ou le vrai-faux espoir de la droite : radioscopie d’un malentendu idéologique

04.

Nouvelles mesures face au Covid-19 : Gribouille gouvernemental à la barre

05.

J’aime les sapins de Noël : je suis un facho

06.

Plongée dans les coulisses de l’organisation de la Convention de la droite : l'engagement de Marion Maréchal et Eric Zemmour en faveur de l’union des droites

ça vient d'être publié
pépites > Société
Solidarité
Le congé du proche aidant indemnisé va entrer en vigueur ce jeudi
il y a 4 heures 20 min
light > Santé
Coronavirus
Covid-19 : Alexandre Benalla est sorti de l'hôpital après une semaine en réanimation
il y a 5 heures 17 min
pépites > Politique
Organigramme
LREM : Aurore Bergé est nommée "présidente déléguée" des députés marcheurs
il y a 7 heures 12 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le Nez" de Nikolaï Gogol : une farce nasale et masquée

il y a 8 heures 14 min
Faune
La ministre de l'Ecologie annonce la fin des animaux sauvages dans les cirques itinérants et dans les parcs aquatiques
il y a 10 heures 33 min
décryptage > Santé
Evolution de la pandémie

COVID-19 : mais pourquoi le gouvernement est-il incapable de communiquer sur le véritable indicateur de gravité de l’épidémie ?

il y a 11 heures 27 min
décryptage > Société
Distanciation sociale

Bulle sociale ou cérémonies restreintes : petits conseils pour bien choisir ses proches sans se fâcher

il y a 11 heures 47 min
pépite vidéo > Economie
Mesures contre le virus
Bruno Le Maire évoque son expérience du Covid-19 : "Une fois qu'on y est passé, on voit les choses différemment"
il y a 12 heures 4 min
pépites > Société
Sécurité
La délinquance de jeunes venus pour la plupart du Maghreb explose à Paris
il y a 12 heures 51 min
Poison
Cueillette de champignons : ne pas faire confiance aux applications de reconnaissance sur téléphone mobile
il y a 13 heures 24 min
pépites > Politique
Signatures
Pétitions citoyennes : l'Assemblée nationale lance officiellement sa plateforme
il y a 4 heures 50 min
pépites > France
Craintes pour les rémunérations
Covid-19 : des agents de la SNCF testés positifs auraient continué à travailler
il y a 6 heures 49 min
pépites > Terrorisme
Profil
Attaque devant les anciens locaux de Charlie Hebdo : l'assaillant a reconnu être âgé de 25 ans et non de 18
il y a 7 heures 49 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Nuit sombre et sacrée" de Michael Connelly : une enquête minutieuse au suspens garanti

il y a 8 heures 34 min
light > Science
Loin
Nouvelle découverte d'eau sur Mars : plusieurs lacs sur des milliers de km2
il y a 11 heures 1 min
pépites > Santé
Succès
Coronavirus : plus de 12 millions de téléchargements pour l'application britannique officielle de traçage
il y a 11 heures 33 min
décryptage > Economie
Compétitivité

Veut-on vraiment être compétitifs ?

il y a 11 heures 53 min
décryptage > Politique
Impact sur l'opinion

Des Français déboussolés et désemparés

il y a 12 heures 30 min
décryptage > Consommation
Craintes chez les consommateurs

Reconfinement non exclu : avec le recul, faut-il se jeter sur le papier toilettes au cas où ?

il y a 13 heures 1 min
décryptage > Politique
La France a-t-elle les moyens de ses ambitions (à lui)...?

Emmanuel Macron et les tentations dangereuses

il y a 13 heures 26 min
© Matt Dunham / POOL / AFP
© Matt Dunham / POOL / AFP
Avenir du Brexit

Discours de la Reine : ce complexe exercice de la souveraineté du peuple britannique dont pourrait pourtant s'inspirer nombre de démocraties européennes continentales

Publié le 20 décembre 2019
A l'occasion du discours de la reine Elizabeth II au Parlement, Boris Johnson a placé le Brexit au coeur de son programme de politique nationale.
Edouard Husson
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Universitaire, Edouard Husson a dirigé ESCP Europe Business School de 2012 à 2014 puis a été vice-président de l’Université Paris Sciences & Lettres (PSL). Il est actuellement professeur à l’Institut Franco-Allemand d’Etudes Européennes (à l’Université...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
A l'occasion du discours de la reine Elizabeth II au Parlement, Boris Johnson a placé le Brexit au coeur de son programme de politique nationale.

Quand les cultures politiques anglaise et française divergeaient déjà....

Le 23 janvier 1264, le roi Henri III d’Angleterre demanda au roi de France, saint Louis, de bien vouloir arbitrer le différend qui l’opposait aux barons du Royaume.  Depuis le début du XIIIè siècle et la Grande Charte de 1215 se posait la question de l’association des principaux seigneurs du Royaume aux décisions royales. En 1248, Henri III avait dû accepter les « provisions d’Oxford », version renouvelée de la Magna Carta, puis, incapable de rétablir définitivement la paix dans son royaume, il avait fait appel à Saint Louis. Ce dernier rendit un verdict qui déplut aux barons anglais, puisqu’il donna raison à Henri III contre eux. 

L’épisode d’Amiens montre, si on le prend au sérieux, combien les cultures politiques de la France et de la Grande-Bretagne ont divergé dès le Moyen-Age. Ecouté de toute l’Europe, devenu arbitre de bien des conflits par la confiance qu’il inspirait, Saint Louis, pourtant, déçut l'opinion du Royaume d’Angleterre. Tandis que s’imposait dans le Royaume de France la a conception du roi concentrant les pouvoirs entre ses mains, interdisant ou neutralisant les féodalités, de l’autre côté de la Manche avait commencé une longue lutte pour l’équilibre entre les pouvoirs. 

La monarchie capétienne puis la Révolution ont tendu à créer un pouvoir central fort, sans contrepoids parlementaire; les rois de France ont suivi avec plus ou moins de bonheur le modèle de Saint Louis, celui du roi défini par sa capacité à incarner la justice intérieure et l’équilibre européen; la Révolution remplaça la justice royale par l’idéal « liberté/égalité ». Puis de Gaulle trouva un nouvel équilibre: celui entre un président fort et la démocratie directe; avant que ses successeurs ne dérivent, progressivement, vers un autre système, celui d’un pouvoir exécutif inséré dans le cadre de l’Union Européenne. Au fond, il n’est pas très étonnant que, par contraste, la Grande-Bretagne, qui a inventé le parlementarisme moderne, de la « Grande Charte » de 1215 à la Glorieuse Révolution de 1688, se soit sentie mal à l’aise dans un système européen absolument pas fondé sur l’équilibre des pouvoirs ou le parlementarisme. Autant les chefs de l’Etats français successifs, depuis Giscard, ont trouvé dans l’idéal européen un lointain écho de la justice royale et un substitut aux idées révolutionnaires; autant la Grande-Bretagne a toujours voulu conserver un système de « check and balance »: elle n’est pas entrée dans l’euro, a toujours cherché des dérogations aux dispositifs européens globaux et finit, aujourd’hui, par rejeter complètement l’Union Européenne. 

La liberté enracinée dans la tradition

Nous avons assisté, ce jeudi 18 décembre 2019, à la répétition d’un rituel pouvant paraître banal aux connaisseurs de la Grande-Bretagne mais au fond étonnamment chargé de sens dans le contexte du Brexit. Les Lords se sont installés dans leur Chambre haute, revêtus de leur habit parlementaire. Puis on a amené dans l’enceinte de la Chambre la couronne royale, avant que la Reine elle-même n’arrive, appuyée sur le bras du Prince de Galles, ne s’asseye sur le trône. Alors on est allé annoncé aux membres de la Chambre basse que la Reine attendait les membres des Communes pour annoncer la politique de son nouveau gouvernement. Et l’on a vu Boris Johnson, Premier ministre et Jeremy Corbyn, chef de l’opposition officielle se diriger vers la Chambre haute, dans une gentille cohue, avant de se placer au fond de la Chambre des Lords et de rester debout - à la différence des membres de la Chambre haute - pour écouter le discours de Sa Gracieuse Majesté. 

Cette dernière a prononcé d’un ton très neutre un discours relativement bref qui ne faisait qu’énumérer les objectifs du gouvernement Johnson. La priorité de « mon gouvernement » a expliqué Elisabeth II, est de sortir de l’Union Européenne. Ensuite « mes ministres » travailleront à l’établissement d’un accord de libre-échange avec l’Union Européenne. Puis la souveraine de 93 ans a énuméré les mesures prévues pour le National Health Service, pour l’investissement dans l’éducation, pour les infrastructures, tout en promettant que ses ministres travailleraient dans le cadre d’une fiscalité raisonnable. En moins de dix minutes, tout était fini: la Reine avait prononcé dans les années 1970, un discours du Trône qui annonçait l’entrée dans la Communauté Economique Européenne. Un demi-siècle plus tard, la même souveraine voit son pays ressortir de cette Communauté devenue fédérale et idéologique depuis les années 1990. 

Celui qui avait fait aboutir tout cela, Boris Johnson, se tenait debout au fond de la salle. Le contraste entre la mine renfrognée de son adversaire battu, Jeremy Corbyn et le sourire tranquille du Premier ministre confirmé était évident. Mais la mise en scène immuable de la cérémonie était là pour rendre visible la force d’un système qui s’appuie aujourd’hui sur les deux piliers de la souveraineté du peuple et de la « reine en son parlement ». Bien entendu, la Reine n’a plus d’influence politique directe, les Lords ont beaucoup perdu de leur pouvoir suite aux réformes institutionnelles de Tony Blair, le suffrage universel rend très différente la relation entre la Reine et son Premier ministre, comparée à ce que pouvaient être les relations entre la reine Victoria et Benjamin Disraeli dans les années 1870: l’homme de Downing Street n’est plus du tout le chef d’une faction aristocratique, il tire sa légitimité du peuple. Et c’est bien le peuple britannique qui a décidé, lors du référendum de 2016 comme lors des élections générales du 12 décembre, que la Grande-Bretagne devait sortir de l’Union Européenne. Mais il reste que les institutions britanniques rendent visibles comme aucun autre système politique moderne combien, selon la formule de Chesterton, la tradition est la participation des ancêtres défunts à la démocratie. 

La force des institutions de liberté 

On comprenait hier que l’Union Européenne ne s’est pas cassée les dents seulement sur l’indiscipline d’un parlement turbulent ou son incapacité à soumettre définitivement une bureaucratie nationale. La souveraineté britannique est une réalité complexe. Le Parlement est bien le lieu d'exercice de la souveraineté mais il n’est pas à lui seul cette souveraineté. Le parlement n’est rien sans la Reine et le Premier ministre tire une partie de son autorité du fait qu’il est « Premier ministre de sa Majesté », reste des luttes des siècles passées entre les rois et leurs barons. Aujourd’hui le système a marié la légitimité dynastique et la légitimité démocratique. Le Premier ministre et le parlement tirent leur autorité aussi du suffrage universel. Chacune des deux composantes est essentielle: la couronne maintient l’unité du royaume et de ses nations.  

L’incapacité de l’Union Européenne à faire échouer le Brexit témoigne de la vitalité mystérieuse des institutions britanniques, enracinées dans la liberté et l’état de droit. Par une ironie de l’histoire, l’actuel président français est originaire d’Amiens, la ville où Saint Louis rendit son arbitrage favorable au roi d’Angleterre. En 1264, le roi de France, le roi d’Angleterre et ses barons parlaient au moins une langue commune, celle de la chrétienté; même si les langues politiques respectives divergeaient évidemment. Aujourd’hui, le président français doit bien constater, par contraste, qu’il n’a jamais parlé de langue commune avec des Britanniques qu’il a toujours sous-estimés. Ce n’est pas seulement que le président français soit encore plus loin que le roi de France du XIIIè siècle de comprendre la langue du parlementarisme. C’est aussi qu’il n’a même pas eu le réalisme politique de se dire qu’il fallait ménager la puissance britannique au lieu d’appeler à sa punition. Mais tout se tient: la force inattendue de la Grande-Bretagne vient précisément de ce que ses institutions de liberté sont bien plus fortes, actuellement, que celle des nations du continent. Emmanuel Macron et le reste de l’Union Européenne ont pensé en termes de PIB cumulés et d’outils technocratiques. Or la Grande-Bretagne, certaine de son état de droit, adossée à l'immense puissance financière des Etats-Unis et partageant leur culture de la liberté politique, a fait mentir tous les pronostics. 

C’est cela aussi que signifiait la cérémonie d’ouverture d’un nouveau parlement, hier 18 décembre 2019.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
clo-ette
- 20/12/2019 - 19:33
les marrons
Bojo a tiré les marrons du feu, et Macron est un peu marron .
J'accuse
- 20/12/2019 - 16:50
Manoeuvres plus politiciennes que démocratiques
Certes le peuple a fini par être entendu, mais sans BoJo, le parlement aurait réussi à lui imposer la non-application de sa volonté de Brexit, avec le désir de l'annuler à terme, en plein accord avec les continentaux et Bruxelles.
Sans la dernière dissolution, le charisme et le savoir-faire de Johnson ajoutés à la nullité idéologique de Corbyn, le Brexit serait toujours un vœu pieu. N'oublions pas non plus que le référendum avait à l'origine été organisé par un PM opposé au Brexit, qui ne l'aurait jamais fait s'il avait pensé que le "leave" l'emporterait.
Les politiciens ont été pris à leur propre jeu et ont perdu la main; BoJo a sorti les marrons du feu.
On appellera ça la démocratie...