En direct
Best of
Best of du 9 au 15 janvier
En direct
ça vient d'être publié
pépites > Politique
« Cher Tayyip »
Emmanuel Macron et Recep Tayyip Erdogan s'écrivent pour apaiser les tensions
il y a 1 semaine 2 jours
pépites > Justice
Révélations de Mediapart
Justice : enquête ouverte contre Nicolas Sarkozy pour « trafic d’influence » dans le cadre d’activités de conseil pour le groupe russe Reso-Garantia
il y a 1 semaine 3 jours
pépites > Politique
Jupiter
Nouvelle colère d'Emmanuel Macron, cette fois contre certains ministres
il y a 1 semaine 3 jours
décryptage > International
Démocratie américaine en danger

Assaut sur le Capitole : autopsie de trois jours de folies américaines

il y a 1 semaine 3 jours
pépite vidéo > Santé
Eviter la pénurie
Le PDG de Moderna, Stéphane Bancel, alerte sur la question de l'approvisionnement des vaccins pour l'hiver prochain
il y a 1 semaine 3 jours
décryptage > International
Université de Bogazici

Révolte étudiante à Istanbul ou les prémices d’un printemps turc

il y a 1 semaine 3 jours
pépites > Santé
Coronavirus
Bruno Le Maire et Gabriel Attal indiquent qu'un confinement est toujours possible
il y a 1 semaine 3 jours
décryptage > Santé
Espoir

Une étude démontre que les crises cardiaques pourraient être détectées des années à l’avance en surveillant le niveau de calcium dans les artères

il y a 1 semaine 3 jours
décryptage > Environnement
instrumentalisation judiciaire

Procès contre l’inaction de l’Etat : l’affaire du siècle est aussi la pire imaginable pour... le climat lui-même

il y a 1 semaine 3 jours
décryptage > Santé
Urgence sanitaire

Face à la Covid-19, finissons-en avec l’amateurisme public ! Le diagnostic implacable de fonctionnaires de la santé

il y a 1 semaine 3 jours
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand les billes précisent le moment et quand les disques détournent les heures : c’est l’actualité hivernale des montres
il y a 1 semaine 3 jours
pépites > Santé
Pénurie
Le maire de Neuilly-sur-Seine déplore que les quantités de vaccins annoncées ne soient pas au rendez-vous
il y a 1 semaine 3 jours
pépites > Santé
Coronavirus
La présence du virus dans les eaux usées de l'Ile-de-France en forte augmentation
il y a 1 semaine 3 jours
pépites > Santé
Bug
Après avoir été volontairement fermé hier le site Santé.fr de rendez-vous pour les vaccinations est ouvert en version simplifiée aujourd'hui
il y a 1 semaine 3 jours
décryptage > France
Couvre-feu à 18h

La fatigue de l’épidémie, cet élément historiquement documenté, qu’ignore superbement le gouvernement français

il y a 1 semaine 3 jours
décryptage > International
Guerre de l'information

A propos d’infox : la tentation de Joe Biden de suivre la politique des néoconservateurs

il y a 1 semaine 3 jours
décryptage > Santé
Mesures efficaces contre le virus

Covid-19 : les modèles d’efficacité sanitaire asiatiques, impossibles à reproduire en Europe ? 5 arguments pour démonter une imposture intellectuelle

il y a 1 semaine 3 jours
décryptage > Economie
Impact économique de la pandémie

Records à l’export : la Chine est-elle en train de gagner une bataille... ou la guerre des puissances commerciales ?

il y a 1 semaine 3 jours
décryptage > France
"Je ne livre pas les Juifs"

Il paraît qu'on ne peut pas accueillir toute la misère du monde. Mais qui est responsable de toute la misère du monde ?

il y a 1 semaine 3 jours
pépites > Politique
Voile
Aurore Bergé dépose un amendement interdisant le port du voile aux petites filles
il y a 1 semaine 3 jours
© LOIC VENANCE / AFP
© LOIC VENANCE / AFP
Filiation

GPA : la Cour de Cassation ouvre (encore) un peu plus la porte à une légalisation de facto en France

Publié le 20 décembre 2019
La Cour de Cassation a récemment entériné la retranscription intégrale à l'Etat Civil des actes de naissance de deux enfants issus d'une GPA à l'étranger. La Cour considère qu'"une GPA légalement faite à l'étranger ne fait pas, à elle seule, obstacle à la transcription de l'acte de naissance des enfants désignant le père biologique et le père d'intention".
Aude Mirkovic
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Aude Mirkovic est maître de conférences en droit privé, porte-parole de l'association Juristes pour l'enfance et auteur de PMA, GPA, quel respect pour les droits de l’enfant ?, ed. Téqui, 2016. Son dernier livre "En rouge et noir" est paru aux éditions...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La Cour de Cassation a récemment entériné la retranscription intégrale à l'Etat Civil des actes de naissance de deux enfants issus d'une GPA à l'étranger. La Cour considère qu'"une GPA légalement faite à l'étranger ne fait pas, à elle seule, obstacle à la transcription de l'acte de naissance des enfants désignant le père biologique et le père d'intention".

Atlantico.fr : La Cour de Cassation a récemment entériné la retranscription intégrale à l'Etat Civil des actes de naissance de deux enfants issus d'une GPA à l'étranger. La nouveauté réside dans la considération inédite de la cour qui considère qu':" une GPA légalement faite à l'étranger ne fait pas, à elle seule, obstacle à la transcription de l'acte de naissance des enfants désignant le père biologique et le père d'intention»"

Cela constitue-t-il une rupture fondamentale dans le droit de la filiation ? Et peut-on alors parler de reconnaissance de facto des GPA faites à l'étranger ? 

Aude Mirkovic : En effet : la Cour de cassation aborde l’affaire qui lui est soumise sans tenir compte de la GPA. Elle ne tire aucune conséquence du fait que ces deux hommes se sont servis d’une femme, qu’ils ont acheté à cette femme l’abandon d’un enfant qu’ils ont privé de mère pour réaliser leur propre désir. Si un étudiant avait traité ainsi le cas soumis, un professeur aurait pu écrire en rouge dans la marge : « et la GPA ? Relisez l’énoncé ! ». Cynisme suprême, c’est au nom de l’intérêt de l’enfant que la Cour prive d’efficacité la prohibition légale de la GPA, laquelle est là pour protéger les enfants contre ce contrat contraire à leur dignité et à leurs droits. 

Dans le cas précis, la Cour de cassation fait fi également du droit de la filiation : ce dernier est tout entier construit en référence à la réalité charnelle de la filiation, et une double filiation paternelle est incohérente au regard de cette réalité. Le moyen introduit par la loi Taubira de 2013 pour établir une double filiation paternelle ou maternelle est l’adoption : cela pose un grave problème car l’adoption vise à réparer la privation de père ou de mère par les aléas de la vie et non à fabriquer des enfants sans père ou sans mère pour les rendre adoptables. Mais, au moins, la filiation adoptive ne se présente pas comme la filiation d’origine de l’enfant mais comme une filiation de remplacement et la procédure d’adoption est sensée garantir que l’adoption est conforme à l’intérêt de l’enfant. Au contraire, ici, c’est l’acte de naissance d’origine de l’enfant qui indique les deux hommes comme parents : accepter la transcription de cet acte fragilise la filiation pour tous puisque l’intention, le contrat prévalent sur la réalité. La cour de cassation vise le père d’intention comme si c’était une réalité juridique, comme si l’intention d’un adulte pouvait lui donner des droits sur un enfant. Mais, si c’est l’intention qui fonde la filiation, au point de pouvoir évincer par le seul effet de la volonté la filiation charnelle (ici la mère), il faut en peser les conséquences : par exemple, comment imposer la paternité d’un enfant à un homme qui n’en veut pas sous prétexte qu’il l’a engendré ? Comment lui imposer une pension alimentaire alors qu’il n’a pas d’ « intention » d’être père ? Cela devient intenable quand l’intention est consacrée comme fondement de la filiation, que ce soit dans ces décisions ou dans le projet de loi de bioéthique en cours qui permet à deux femmes d’évincer la réalité charnelle de la filiation d’un enfant pour lui imposer leur intention. Ceci n’a rien de théorique, et la Cour de cassation a déjà été saisie trois fois d’une question prioritaire de constitutionalité présentée par des hommes se plaignant de cette action en recherche de paternité qui leur impose une paternité non voulue. Une décision comme celle que nous commentons leur donne raison. 

Le gouvernement avait annoncé son opposition de principe à la GPA qu'il dissociait de la PMA. Toutefois cette décision de la cour de cassation ne s'apparente t'elle pas à une porte ouverte vers la légalisation  de la GPA en France ? 

Le gouvernement tient un langage de façade, qui n’est suivi d’aucune volonté de lutter contre la GPA : il n’a pas fait appel lorsque la Cour européenne des droits de l’homme a condamné la France pour n’avoir pas transcrit les actes de naissance étrangers des enfants. L’ironie est que la Cour européenne s’est fondé sur l’importance du lien biologique existant entre le père et l’enfant pour condamner la France, alors que cela conduit à priver l’enfant de ce lien biologique dans l’autre branche, la branche maternelle qui est ici carrément rayée de la carte, effacée du passé de l’enfant. Notons que l’Italie, qui avait été condamnée elle aussi pour avoir retiré un enfant au couple l’ayant obtenu par GPA en Russie pour le confier à l’adoption, a fait appel et a obtenu gain de cause devant la grande chambre de la Cour européenne. Le gouvernement a préféré se laisser condamner à répétition, complice comme l’est ici la justice de ces commandes d’enfants par GPA : une intervention législative apparaît aujourd’hui comme le seul moyen de redonner quelque efficacité à la prohibition française de la GPA. 

Quelles pourraient être les conséquences juridiques et éthiques auxquelles nous devrions faire face, selon vous, si la GPA venait à être légalisée ?

Le contrat de GPA a pour objet l’utilisation d’une femme et la remise d’un enfant : la gestatrice ne touchera sa rémunération qu’avec la remise de l’enfant, car la « gestation » (quel mot plaisant pour désigner la grossesse d’une femme !) n’est pas l’objet ultime du contrat mais bien la remise de l’enfant. Par conséquent, aucun encadrement ne pourra changer ce qui est le principe même de la GPA : un acte de disposition d’un enfant. Les adultes conviennent entre eux, par contrat, qui aura l’enfant, moyennant quelles conditions et quel prix. La disposition, c’est la prérogative par excellence du propriétaire, et c’est pourquoi le corps humain est indisponible car personne n’est propriétaire d’autrui. Précisément, l’individu sur lequel s’exerce un des attributs du droit de propriété, c’est la définition de l’esclave donnée par le code pénal pour tenir compte des nouvelles formes de traite : pas plus qu’il ne peut exister d’esclavage éthique il ne peut y avoir de GPA éthique. Se procurer par contrat un être humain pour réaliser son désir, c’est une forme d’esclavage. Certes, ce n’est pas ici pour le faire travailler ou pour le sexe, au contraire c’est pour l’éduquer et lui donner de l’amour. Mais cela ne change pas la réalité de départ : commander et obtenir un être humain par contrat. La GPA n’a rien d’une pratique à encadrer, elle n’est une résurgence rétrograde à éradiquer. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
COUKOUCéMOI
- 21/12/2019 - 09:39
Enfin !
Nous y voilà ENFIN ! Je me sens moins seul. J'ai souvent exprimé, ici et ailleurs, que les principaux responsables du DELABREMENT SOCIETAL étaient, entre autres, le système judiciaire et leurs exécutants fonctionnaires, les magistrats, (ce que pourrait confirmer un syndicat de Police pour lequel c'est un angle d'approche clairement publié !). Ces quelques hommes et femmes sont totalement sortis de leur registre, et remplissent de PLUS en PLUS partialement la mission et la fonction qui leur est dévolue statutairement, quand elle n'est pas manipulée par le pouvoir politique, ou au service de celui-ci. Quand j'exprime que "le système" (dans son ensemble républicain) est vérolé ou pourri, et la "justice" en particulier, il devient difficile de démontrer le contraire. Il y aurait urgence à... "citoyennement" et "populairement", prendre les choses en mains ! La "justice divine" ayant fait ses preuves d'absurdité, la "justice pragmatique"... soyons clairs, n'est pas au point !
Hum ! Vu les caractéristiques génétiques de l'espèce humaine, c'est de l'ordre de "l'utopie ABSOLUE". Raison gardons ! Mais quand même, faudrait se bouger de ce côté-ci !
TPV
- 20/12/2019 - 18:14
Grande bourgeoisie Lgbt
Depuis le mariage pour tous on a compris qui dirige le sociétal. Si Macron a été entré pour remplacer Fillon, c'est en grande partie sur ce sujet fondamental pour la classe dirigeante progressiste (lire homo centrique).
ajm
- 20/12/2019 - 17:45
Officines de subversion du droit.
La Cour de Cassation comme le Conseil d'état sont en train de devenir des officines de subversion du droit et de la morale naturelle élémentaire au service d'une idéologie basée sur la négation du réel et des faits biologiques afin de satisfaire une petite minorité enragée dans un individualisme hédoniste sans limite et prête à tout pour satisfaire ses désirs.