En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'inspirer

02.

Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus

03.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

04.

70.000 euros par mois en 2019, une Bentley, un bateau, des appartements et maisons, le ministre de la Justice dévoile son patrimoine

05.

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

06.

À la veille du Black Friday, des employés d'Amazon Allemagne se mettent en grève

07.

Et le navire de la gauche vint se briser sur l’écueil de l’Islam…

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

05.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

04.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

05.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

ça vient d'être publié
light > Insolite
Aux décibels
Si le comptoir vous manque, vous pouvez toujours écouter le brouhaha des cafés en streaming
il y a 9 heures 27 min
pépites > Justice
Bavure
Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus
il y a 10 heures 35 min
pépites > France
Justice
Quatre adolescents placés en garde à vue dans le cadre de l'enquête de l'assassinat de Samuel Paty
il y a 11 heures 34 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Macron : tout faire pour éviter une contamination de la grogne sociale et surtout une résurgence poujadiste.

il y a 14 heures 6 min
décryptage > France
Derrière les annonces

Ce qui se cache vraiment derrière "l'inégal sens des responsabilités" évoqué par Emmanuel Macron à propos des failles françaises face au Covid

il y a 14 heures 46 min
pépites > Style de vie
Cash
70.000 euros par mois en 2019, une Bentley, un bateau, des appartements et maisons, le ministre de la Justice dévoile son patrimoine
il y a 15 heures 55 min
décryptage > Religion
Enfin Allah devient sélectif

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

il y a 16 heures 15 min
pépites > Politique
Communication
Voici ce qu'il faut retenir du discours de Jean Castex sur l'allègement du confinement
il y a 16 heures 34 min
décryptage > Environnement
Coeur de l'atome

Haro sur le nucléaire et l'hydraulique: l’Europe frappée d’imbécillité énergétique ?

il y a 16 heures 40 min
décryptage > France
Première vague

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

il y a 17 heures 10 sec
pépites > Politique
Bien installé
Selon un sondage, Laurent Wauquiez remporterait largement les régionales en Auvergne-Rhône-Alpes
il y a 10 heures 15 min
pépites > International
Problème Européen
À la veille du Black Friday, des employés d'Amazon Allemagne se mettent en grève
il y a 11 heures 14 min
rendez-vous > Politique
Revue de presse des hebdos
L’actualité grise Macron dans « sa vision romanesque de la vie »; Le PS clarifie sa ligne sur la laïcité, EELV s’embrouille sur la sienne; Hidalgo s’inquiète de l’impact du gauchisme des Verts (sur son image); Mélenchon peu présidentiable aux yeux des Fra
il y a 11 heures 54 min
décryptage > Environnement
Ecologie

Ecocide : entre impensés, mal-pensé et arrières pensées, un nouveau délit à l’application piégée

il y a 14 heures 18 min
pépite vidéo > Sport
R.I.P
Maradona s'en va, les Argentins célèbrent leur héros national
il y a 15 heures 33 min
décryptage > International
Les yeux ouverts

Le grand défi d’Aliyev

il y a 16 heures 6 min
décryptage > Politique
Fluctuat et mergitur

Et le navire de la gauche vint se briser sur l’écueil de l’Islam…

il y a 16 heures 23 min
décryptage > Sport
Dieu du football

Maradona, l’immortalité haut le pied

il y a 16 heures 35 min
décryptage > France
Aimons nous les uns les autres

Après la résilience, la bienveillance : peut-on gouverner efficacement un pays avec des objectifs de développement personnel ?

il y a 16 heures 50 min
décryptage > France
Génie

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'inspirer

il y a 17 heures 11 min
© John MACDOUGALL / AFP
© John MACDOUGALL / AFP
Bras de fer

Ce raid des Chinois sur le capital de Daimler qui ébranle les certitudes allemandes

Publié le 18 décembre 2019
La Chine a menacé l’Allemagne de représailles si Huawei était retiré du marché du déploiement de la 5G sur son sol. La Chine est le plus gros marché mondial pour certaines entreprises allemandes, dont Daimler. L’Allemagne prend-elle conscience qu’elle n’évolue plus dans un monde où sa production est irremplaçable ?
Bruno Alomar
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bruno Alomar, économiste, auteur de La Réforme ou l’insignifiance : 10 ans pour sauver l’Union européenne (Ed.Ecole de Guerre – 2018)  
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La Chine a menacé l’Allemagne de représailles si Huawei était retiré du marché du déploiement de la 5G sur son sol. La Chine est le plus gros marché mondial pour certaines entreprises allemandes, dont Daimler. L’Allemagne prend-elle conscience qu’elle n’évolue plus dans un monde où sa production est irremplaçable ?

Atlantico.fr : La Chine a récemment menacé l’Allemagne de représailles si Huawei était retiré du marché du déploiement de la 5G sur son sol. Or la Chine est le plus gros marché mondial pour plusieurs motoristes allemands, dont Daimler. Une démarche bien plus politique qu’économique quand on mesure le poids de l’industrie automobile dans l’économie allemande [et mondiale].

L’Allemagne prend-elle conscience qu’elle n’évolue plus dans un monde où sa production est irremplaçable ? En un mot qu’elle a perdu sa prépondérance, sur plusieurs marchés, face à la Chine dont la technologie a bondi en quelques années ?

Bruno Alomar : L’Allemagne, confrontée à la chute du Mur de Berlin a eu un choix, dont elle n’était pas nécessairement consciente. Soit se refermer compte tenu de la concurrence liée à l’entrée de plusieurs milliards d’individus sur le marché, option qu’elle a rejetée, compte tenu des implications politiques que le protectionnisme a pour parti engendré au siècle passé. Soit demeurer ouverte, mais alors d’une part monter en gamme industrielle, d’autre part accepter que les allemands les moins formés en souffrent. C’est ce second choix qu’elle a fait.

L’Allemagne, comme le reste du monde, s’est considérablement trompée sur la Chine. De deux manières. D’abord, l’Allemagne, et les pays qui ont poussé à l’entrée à l’OMC de la Chine avec un statut d’économie en développement, ont cru que le « doux commerce » (Montesquieu), qui est l’ADN de l’Union européenne, permettrait progressivement à la Chine de se démocratiser : c’est le contraire qui s’est passé, avec un Etat chinois plus puissant et plus intrusif que jamais. Ensuite, l’Allemagne et l’Occident, oublieux de l’Histoire, ont perdu de vue que la Chine a été jusqu’au 16em siècle, quand l’Europe de la Renaissance a pris le relais, le lieu de l’innovation technologique. Marco Polo décrit bien dans le Livre des Merveilles (en français) la réalité d’une Chine capable d’inventer la poudre, le boulier, le papier monnaie, l’exploitation du charbon, la diplomatie etc.

Aujourd’hui, l’Occident et l’Allemagne sont confrontés à un pays, la Chine, qui souhaite s’assurer la domination du monde, et qui s’en donne les moyens, notamment économiques. L’étonnant est que les dirigeants nationaux et européens qui nous ont placé dans cette impasse soient encore là…

La Chine demande à l’Allemagne de choisir entre la sécurité de ses réseaux ou bien celle de ses marchés extérieurs stratégiques. Peut-on parler d’une déclaration de guerre économique ?

Ce n’est pas une déclaration de guerre. C’est plutôt l’explicitation – un peu brutale – d’une réalité : l’Allemagne, et, c’est plus grave, l’UE, sont dans une terrible situation de fragilité à l’égard de la Chine. L’Allemagne, entre 1975 et 2015, avait la France pour premier partenaire commercial. Depuis 2016, c’est la Chine. Cette dernière, en protégeant Huawei, ne fait qu’exercer le pouvoir que les européens et les allemands, par leurs renoncements, lui ont accordé. La servitude est, selon le mot de La Boétie, toujours volontaire. C’est, au fond, la même chose dans le domaine énergétique. Par idéologie, l’Allemagne a décidé d’une sortie brutale du nucléaire après Fukushima, dont l’une des conséquences majeures et une dépendance accrue à l’égard du gaz russe (lequel représente plus de 40% de la consommation allemande). L’une des conséquences est d’ailleurs de rendre impossible tout progrès vers une politique énergétique européenne un peu plus intégrée, et d’accentuer encore la dépendance énergétique de l’Europe à l’égard du reste du monde. On pourrait continuer. 

La Chine elle, n’a pas ces pudeurs, qui conquiert méticuleusement les infrastructures énergétiques européennes, qui a pris des dispositions pour « nettoyer » les administrations publiques de composants électroniques étrangers etc.

L’Allemagne a-t-elle de quoi réagir ? Fait-elle face à son déficit de poids politique sur la scène internationale en se faisant enfermer dans ce genre de dilemmes ?

Que l’Allemagne ait peu de poids politique sur la scène internationale est non seulement un fait : c’est une nécessité. N’avons-nous pas assez appris des erreurs commises par l’Allemagne depuis qu’unifiée au 19em siècle, elle a prétendu s’intéresser aux affaires du monde ? Il est sage pour l’Allemagne de ne pas se mêler de « grande politique » et, effectivement, de se cantonner à un rôle de puissance économique, de puissance civile. C’est d’ailleurs une opinion largement répandue en Allemagne, et pas seulement chez les Verts. Beaucoup d’autres pays européens, eux, devraient s’inspirer de la rigueur de l’Allemagne dans de nombreux domaines du champ économique.

En revanche, il est tout à fait dommageable que, ce faisant, elle entraîne avec elle toute l’Union européenne. Car, tout à sa crainte de voir en particulier son automobile attaquée par les chinois ou les américains, l’Allemagne, qui tient la plupart des leviers européens et notamment la Direction générale du commerce (dont la Directrice générale, Sabine Weyand est allemande), exporte en quelque sorte sa faiblesse. La France, il faut le dire, a eu raison de s’opposer à la conclusion au cours des derniers mois d’un accord commercial « à la va-vite » sous pression américaine. Mais c’est de toute façon reculer pour mieux sauter. Car, fondamentalement, l’Union européenne est trop divisée pour pouvoir mettre rapidement en place ce qui est inéluctable : un puissant protectionnisme européen. N’est pas la Chine ou les Etats-Unis qui veut…

Au total, malgré l’onde de choc provoquée par l’achat de Kuka par l’entreprise d’électroménager Midea, l’Allemagne semble incapable de mettre en œuvre une protection de ses pépites technologiques, se résolvant, de fait, au dépeçage annoncé. Pour s’être crus meilleurs que les Français ou les Italiens, sans manifester de solidarité avec eux, les Allemands, si rien n’est changé rapidement et profondément, sont condamnés à subir, hélas, le même sort : devenir un laboratoire d’incubation pour les technologies que se disputeront les géants américains et chinois…

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
ajm
- 19/12/2019 - 09:44
Autodestruction.
A vrai dire, l'industrie automobile Allemande, fleuron emblématique de l'industrie de ce pays, est moins menacée actuellement par la Chine que par la folie idéologique écologique qui précipite la belle voiture " haut de gamme" avec de puissants moteurs dans un précipice fatal afin de respecter des plafonds d'émission de CO2 absurdes. L'arrivée imposée de la voiture électrique dont un tiers de la valeur ajoutée consiste en une batterie fabriquée et conçue en Chine ou en Corée en rajoute une grande couche sur le cercueil.
hoche38
- 19/12/2019 - 09:37
Aveuglement!
Et dire que nous avions compté sur Bruxelles pour nous protéger de cette "terrible situation de fragilité à l’égard de la Chine".
salamander
- 18/12/2019 - 21:47
je n'ai pas bien saisi
où se situe la menace chinoise sur le capital de Daimler?

Fallait-il accepter la Chine ds l'OMC en 2002 ?