En direct
Best of
Best of du 1er au 7 août
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La dégringolade de la France dans le top 10 des puissances économiques mondiales est-il purement mécanique (lié à notre démographie et au développement des pays sous-développés à forte population) ou le reflet d’un déclin ?

02.

Franck Dubosc signe le pire score d'audience en prime-time de l'histoire de TF1

03.

Le télétravail va-t-il provoquer la fin de l'invulnérabilité des cadres sur le marché mondial du travail ?

04.

Du glyphosate concentré utilisé comme arme chimique pour détruire une exploitation bio

05.

Pourquoi le Coronavirus ne repartira plus jamais

06.

Le Liban sous mandat français ? Peut-être, mais est-on sûr que Macron soit de taille ?

07.

Ce qui se passe pour notre corps quand on arrête l’alcool

01.

Arnold Schwarzenegger, le retour

01.

Pourquoi le Coronavirus ne repartira plus jamais

02.

Savez-vous pourquoi des centaines de "jeunes" se sont affrontés à Etampes ? Parce qu’ils étaient empêchés d’aller au bled

03.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

04.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

05.

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

06.

Ces répliques du Hezbollah et de l’Iran auxquelles s’expose Emmanuel Macron

01.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

02.

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

03.

Edwy Plenel est en très, très grande forme : il assimile la police d'aujourd'hui à celle de Vichy en 1942 !

04.

La morphologie des dingos, des chiens sauvages d’Australie, a fortement évolué au cours des 80 dernières années, les pesticides seraient en cause notamment

05.

Relocaliser l’alimentation : une vraie bonne idée ?

06.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

ça vient d'être publié
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

L'État, sauveur du jour, tueur du lendemain. Mr Darmanin est-ce l’image que vous voulez donner de votre mandat ?

il y a 1 min 21 sec
pépite vidéo > International
Liban
De nouveaux incidents à Beyrouth lors de manifestations, trois ministres ont démissionné
il y a 1 heure 11 min
décryptage > Economie
Baisse des prix

Le Covid-19 est déflationniste

il y a 3 heures 7 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Incognito, vraiment ? Pourquoi la navigation en mode privé ne correspond pas vraiment à ce que vous croyez
il y a 3 heures 49 min
décryptage > High-tech
Fake news

Vidéos trafiquées : les deepfakes deviennent de plus en plus faciles à produire et de plus en plus crédibles

il y a 4 heures 17 min
décryptage > Economie
Classement

La dégringolade de la France dans le top 10 des puissances économiques mondiales est-il purement mécanique (lié à notre démographie et au développement des pays sous-développés à forte population) ou le reflet d’un déclin ?

il y a 4 heures 38 min
light > Media
Accident industriel
Franck Dubosc signe le pire score d'audience en prime-time de l'histoire de TF1
il y a 19 heures 50 min
pépites > France
Mais que fait la police ?
En moyenne, un maire ou un adjoint est agressé chaque jour en France
il y a 21 heures 16 min
pépite vidéo > International
Catastrophe écologique
Ile Maurice : des images aériennes montrent l'étendue de la marée noire qui menace
il y a 21 heures 48 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
Une galaxie au premier stade de l'évolution débusquée grâce à l'IA ; Voici ce qu'il se passe quand un trou noir ne « fonctionne » pas
il y a 1 jour 25 min
pépites > Terrorisme
Investigations
Attaque au Niger : le parquet antiterroriste français ouvre une enquête pour "assassinats en relation avec une entreprise terroriste"
il y a 43 min 2 sec
décryptage > Santé
Anticipation

Coronavirus : ces mesures prises ailleurs dont la France aurait grand besoin pour maîtriser une rentrée à risques

il y a 2 heures 52 min
décryptage > Politique
Disraeli Scanner

Traité d’antidiplomatie

il y a 3 heures 29 min
décryptage > International
Retour vers le passé

Le Liban sous mandat français ? Peut-être, mais est-on sûr que Macron soit de taille ?

il y a 4 heures 11 min
décryptage > France
La ruée vers l'Ouest

Quel impact des canicules sur l’immobilier ?

il y a 4 heures 26 min
décryptage > Histoire
Atlantico Business

Les femmes qui ont changé le monde et le cours de l’Histoire. Aujourd’hui, Cléopâtre

il y a 4 heures 53 min
pépites > International
Drame
Niger : six touristes français et leurs deux guides tués par des hommes armés
il y a 20 heures 3 min
pépite vidéo > Environnement
Cassandre
Canicule : le bulletin météo de 2050 basé sur des prévisions climatiques est déjà devenu réalité
il y a 21 heures 32 min
pépite vidéo > Europe
Les "jeunes" à la plage
Belgique : émeutes sur des plages pour cause de "distanciation" non respectée
il y a 22 heures 25 min
pépites > International
Dernière dictature d'Europe
Belarus : journée d'élection présidentielle, sur fonds de fraudes et d'arrestations arbitraires
il y a 1 jour 43 min
© Eric BARADAT / AFP
© Eric BARADAT / AFP
Environnement

Semi échec de la COP25 : Greta Thunberg finira-t-elle de se convertir au principe de la (re) colonisation des récalcitrant?

Publié le 17 décembre 2019
Si l’hypothèse paraît évidemment absurde, la conclusion de la COP25 invalide le postulat de la jeune suédoise sur ce système patriarcal et colonialiste qui aggraverait le dérèglement climatique.
Éric Verhaeghe
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Éric Verhaeghe est l'ancien Président de l'APEC (l'Association pour l'emploi des cadres) et auteur de Faut-il quitter la France ? (Jacob-Duvernet, avril 2012). Son site : www.eric-verhaeghe.fr ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Si l’hypothèse paraît évidemment absurde, la conclusion de la COP25 invalide le postulat de la jeune suédoise sur ce système patriarcal et colonialiste qui aggraverait le dérèglement climatique.

Atlantico : Les pays d’Europe font partis des bons élèves en termes d’émission de carbone et de transition énergétique mais ce sont également les anciens colonisateurs. Cette double réalité ne vient-elle pas directement contredire les propos tenus il y a quelque temps par Greta Thunberg ?

 
Eric Verhaeghe : On ne dit pas assez que le véritable substrat idéologique de l'écologie superficielle telle qu'elle est prônée par Greta Thunberg repose sur la dénonciation de l'homme blanc. Celui-ci est jugé comme l'auteur de tous les méfaits de la planète, et comme la principale menace pour la diversité naturelle. Il existe plusieurs versions de cette théorie, mais la plus courante consiste à expliquer que l'homme blanc est celui qui a mis la planète en coupe réglée pour assouvir une volonté de puissance cachée derrière un rationalisme destructeur. De cette pelote, on peut tirer de nombreuses croyances, notamment celle selon laquelle la disparition de l'homme blanc, ou sa mise sous tutelle, sont des conditions essentielles pour protéger la diversité des espèces, y compris humaines. D'où l'idée que la décolonisation est une condition préalable à toute protection efficace de la nature. 
 
Vous avez raison de noter qu'il existe une contradiction majeure dans la position de Greta Thunberg. Car nulle part on ne voit émerger une écologie portée par des personnalités racialisées ou colonisées. L'écologie est une idéologie de blanc, défendue pour l'essentiel par des blancs. Greta Thunberg, avec son air de Jeanne d'Arc, avec ses yeux bleus et ses cheveux blonds, en est une caricature. On peut dès lors s'interroger sur le post-colonialisme qui consiste à attribuer à l'homme blanc tous les maux de la planète, comme si, renonçant à être le favori de la création, l'homme blanc se pensait désormais en favori de sa négation et déresponsabilisait tous les autres foyers de peuplement. 
 
On peut donc se demander dans quelle mesure l'obsession aujourd'hui portée sur l'idéologie patriarcale et colonisatrice ne dissimule pas une volonté de placer celle-ci au centre de l'histoire, et la volonté de graver dans le marbre la supériorité historique de l'homme blanc.
 
A contrario, les pays qui ont été colonisé, notamment en Afrique et en Asie du Sud-Est, font partis des pays les plus émetteurs et les plus polluants. En proposant d’agir vigoureusement,  et si l'on suit le raisonnement absurde de la jeune écologiste en le poussant à l'extrême, cela ne revient-il pas à dire qu'il faudrait – in fine- recoloniser ces pays ? Ou du moins instaurer un mouvement de colonisation verte ?
 
Eric Verhaeghe : Je suis bien d'accord, et je le répète. Il existe, dans l'anti-colonialisme affiché par les écologistes superficiels à la Greta Thunberg, une nostalgie non dite pour le colonialisme, qu'on pourrait presque qualifier de post-colonialisme. Le projet politique qui nous est proposé consiste effectivement à vouloir organiser la planète autour d'une idéologie de décroissance et de pénurie choisie essentiellement d'origine européenne ou anglo-saxonne. On peut analyser cette vision du monde à deux niveaux de compréhension.
 
Au premier niveau, il y a bien entendu l'idée que la pensée de l'homme blanc doit rester universelle, même lorsqu'elle prône le relativisme. Tout le monde sur cette terre doit vivre à l'heure de nos idées, qui sont forcément les meilleures. Alors que l'universalisme cartésien ou rousseauiste apparaît comme impossible aujourd'hui à porter compte tenu des "crimes" de la colonisation, l'idéologie de la diversité paraît mieux adaptée. Il faut déblanchir le monde pour le rendre plus vert, plus propre. Mais, dans le même temps, on constate que seuls les Blancs, avec sans doute les Chinois, sont les vecteurs de ce "green washing". Et ce sont les intellectuels occidentaux, rangés derrière Greta Thunberg, qui portent cette idée. 
 
Au second niveau, pour l'Occident, prendre la main sur la transition énergétique est la meilleure façon de la garder sur la division internationale du travail. Ce n'est pas un hasard si un capitaliste comme George Soros finance Extinction Rébellion, et si des proches de Bill Gates sont très investis dans ce sujet. L'économie de la transition est un enjeu colossal, probablement le marché captif de demain, et Greta Thunberg constitue une VRP de premier ordre pour porter ces intérêts en neutralisant les consciences. 
 
La parole de Greta semble de moins écologique et de plus en plus révolutionnaire. De quoi est-elle le nom selon vous ?
 
Eric Verhaeghe : Incontestablement d'une écologie superficielle dont l'objectif n'est pas vraiment de se rapprocher de la nature, mais de préserver un modèle de croissance qui serait simplement moins polluant que le modèle ancien. Il faudra un jour reprendre l'histoire de l'Occident depuis cent ou cent cinquante ans en interrogeant la notion de progrès et les conséquences qu'elle a eues. Dans la pratique, Greta Thunberg ne sort pas vraiment de ce modèle, en considérant que l'Occident doit simplement se mettre entre parenthèses pour laisser les pays pauvres vivre leur croissance économique. C'est ce que le philosophe norvégien Arne Ness appelait l'écologie superficielle, par opposition à l'écologie profonde qui vise à modifier la place de l'homme, et ses comportements dans la compréhension de la nature et du monde. Arne Ness a proposé un retour à la pensée platonicienne en promouvant l'idée d'un cosmos au sens grec, c'est-à-dire de la nature comme tout ordonné. Dans cette vision du monde, l'homme doit se recentrer sur l'esprit, sur la pensée, et consacrer beaucoup moins d'importance au matérialisme et à la consommation. 
 
Dans la vision de Ness, l'écologie n'est pas une affaire de politique, mais de comportement individuel. On pourrait que Ness porte une écologie conservatrice et libérale. A l'inverse, une Thunberg et son écologie superficielle pensent que la solution fondamentale est d'abord politique, collective. On prend quelques mesures dans un Parlement, et le problème est réglé. On est loin de l'idéologie de l'homme nouveau que, d'une façon ou d'une autre, l'écologie profonde porte en elle et qui emporte un autre rapport de l'homme à la nature. 
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (11)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Marie Esther
- 23/12/2019 - 15:21
vous ne pensez pas
que quand on n'est pas abonne, on ne peut pas lire tous les articles, et surtout qu'on ne peut pas commenter
salamander
- 18/12/2019 - 20:38
oui c étonnant
tjrs les mêmes commentaire dt votre serviteur et effectivement 40 au maximum.
cela veut-il dire que les millions de lecteurs présumés ne lisent que les titres? et donc non abonnés?
evgueniesokolof
- 18/12/2019 - 13:58
POUR REVENIR AU SUJET
Je regarde régulièrement Zemmour sur C News.Il est très inégal mais enfin, c'est un acte de résisance!
Cependant, lorsqu'il tombe sur un couillon évoquant "l'enjeu climatique" (pas seulement Boniface mais aussi les blaireaux de LR) il est extrèmement tétanisé! Etonnant de la part de quelqu'un qui passe son temps à dénoncer la dictature merdiatique ! Et démoralisant car cela veut dire que l'escroquerie climatique et la mise à sac des catégories populaires au nom de ce mantra n'est pas terminée!