En direct
Best of
Best of du 11 au 17 janvier
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Mais pourquoi les pêcheurs chinois découvrent-ils autant de petits sous-marins espions dans leurs filets ?

02.

Quand les députés votent pour grignoter discrètement le droit de propriété en France

03.

Les taux d’intérêt vont rester durablement très bas ... mais au profit de qui ?

04.

L’arme à 3 coups qui pourrait porter Ségolène Royal vers 2022

05.

Betelgeuse superstar : voilà pourquoi nous pourrions bientôt voir apparaître une supernova dans notre ciel

06.

Macron prépare un plan contre l'islamisme! Et il sera prêt - pure coïncidence? - avant les municipales

07.

Baisse des ventes mondiales d’automobiles : comment Renault est parvenu à limiter la casse même sans Carlos Ghosn

01.

Succès du lait d’amande : les abeilles ne disent pas merci aux bobos bio

02.

Quand certains médicaments changent drastiquement nos personnalités dans l’indifférence totale de l’industrie pharmaceutique et des autorités sanitaires

03.

L’arme à 3 coups qui pourrait porter Ségolène Royal vers 2022

04.

Mais pourquoi les pêcheurs chinois découvrent-ils autant de petits sous-marins espions dans leurs filets ?

05.

Chine : un virus mystérieux inquiète les autorités chinoises. Et désormais l'OMS

06.

La bombe démographique européenne : à partir de 2021, la population diminuera

01.

Ce boulevard qui devrait s’ouvrir au RN… mais ne s’ouvre pas tant que ça

02.

Ce duel nationaux/mondialistes auquel s’accrochent Marine Le Pen et Emmanuel Macron alors qu’il n’intéresse pas vraiment les Français

03.

Jeanne Balibar (« Les Misérables ») veut qu'on enseigne les mathématiques en arabe !

04.

L’arme à 3 coups qui pourrait porter Ségolène Royal vers 2022

05.

Quand certains médicaments changent drastiquement nos personnalités dans l’indifférence totale de l’industrie pharmaceutique et des autorités sanitaires

06.

Attention danger ? Ce risque de violence qui émerge lorsque l’alternance dans une démocratie paraît bloquée

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlantic-culture

"Où bat le cœur du monde" de Philippe Hayat: Quand le jazz fait parler les muets, un roman intense, rythmé, syncopé...

il y a 19 min 27 sec
pépites > Social
Enfants en danger
Les nouvelles failles de l'Aide sociale à l'enfance
il y a 1 heure 28 min
pépites > Environnement
Total à la porte du campus
L'implantation de Total sur le campus de Polytechnique contestée au nom de l'environnement
il y a 2 heures 37 min
décryptage > Santé
La vérité (et le problème) sont ailleurs

Pourquoi les hôpitaux ont moins de problèmes de moyens qu’on le croit

il y a 7 heures 13 min
décryptage > Economie
Erreur de calcul ?

Age pivot, travail des séniors…et si l'essentiel pour l’équilibre des retraitées était ailleurs ?

il y a 7 heures 28 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Petit guide des multiples moyens employés par Facebook pour vous traquer en ligne
il y a 11 heures 42 min
décryptage > Science
Evolution stellaire

Betelgeuse superstar : voilà pourquoi nous pourrions bientôt voir apparaître une supernova dans notre ciel

il y a 12 heures 24 min
décryptage > Economie
Âge d'or

Voilà pourquoi l’âge d’or qu’ont représenté les années 2010 pour les riches ne devrait pas se poursuivre dans la décennie qui vient de s’ouvrir

il y a 12 heures 37 min
pépites > Politique
A torts ou à raison ?
Violences policières : Sibeth Ndiaye défend les forces de l'ordre
il y a 1 jour 11 min
pépites > Politique
"10, 9, 8... boum"
Donald Trump raconte l'élimination du général Qassem Soleimani par les forces américaines
il y a 1 jour 2 heures
pépite vidéo > People
L'adieu du Prince
Harry l'affirme: il n'avait "pas le choix" que de partir
il y a 58 min 36 sec
décryptage > Economie
LES ENTREPRENEURS PARLENT AUX FRANÇAIS

« Plus c’est jeune, moins cela veut travailler, plus c’est vieux plus cela veut toucher » !! Analyse d’une France non entrepreneuriale, celle de la rente

il y a 1 heure 57 min
décryptage > Politique
Cachoteries parlementaires

Quand les députés votent pour grignoter discrètement le droit de propriété en France

il y a 6 heures 53 min
décryptage > Religion
Les imams comme les curés?

Macron prépare un plan contre l'islamisme! Et il sera prêt - pure coïncidence? - avant les municipales

il y a 7 heures 24 min
décryptage > Economie
Bismarko Scanner

La France devrait-elle négocier avec l’Allemagne comme les Etats-Unis viennent de le faire avec la Chine?

il y a 7 heures 33 min
décryptage > Santé
Sans (aucun) risque ?

Retrait de médicaments : pourquoi la France ne devrait pas avoir peur de vivre une épidémie d'addiction aux opioïdes à l’américaine

il y a 11 heures 56 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico-Business

Les taux d’intérêt vont rester durablement très bas ... mais au profit de qui ?

il y a 12 heures 32 min
décryptage > Société
Multi-facettes

Politique, sociale ou purement criminelle, la violence s’impose partout en France. Est-il encore possible d’échapper à la spirale infernale ?

il y a 12 heures 54 min
light > Politique
Une nouvelle vie
Royaume-Uni : le prince Harry et son épouse Meghan Markle renoncent à leur titre d'altesse royale
il y a 1 jour 1 heure
pépites > Politique
Numéro 1
Municipales 2020, Paris : Anne Hidalgo prend la première place
il y a 1 jour 5 heures
© ANNE-CHRISTINE POUJOULAT / AFP
© ANNE-CHRISTINE POUJOULAT / AFP
Avancées médicales

Un nouveau traitement capable de prévenir la moitié des cancers du sein produit des effets même longtemps après avoir été pris

Publié le 14 décembre 2019
Des chercheurs britanniques auraient trouvé un médicament, l'anastrozole, capable de réduire le cancer du sein de 50 %.
Stéphane Gayet est médecin des hôpitaux au CHU (Hôpitaux universitaires) de Strasbourg, chargé d'enseignement à l'Université de Strasbourg et conférencier. 
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Stéphane Gayet
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Stéphane Gayet est médecin des hôpitaux au CHU (Hôpitaux universitaires) de Strasbourg, chargé d'enseignement à l'Université de Strasbourg et conférencier. 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Des chercheurs britanniques auraient trouvé un médicament, l'anastrozole, capable de réduire le cancer du sein de 50 %.

Atlantico.fr : Un groupe de chercheurs de l'université de Queen Mary (Londres), en partenariat avec l'association Cancer Research UK, a expliqué avoir trouvé un médicament, l'anastrozole, capable de réduire le cancer du sein de 50 %.

Pouvez-vous nous expliquer en quoi consiste l'anastrozole ? Quelle est sa particularité ?

Stéphane Gayet : L'anastrozole n'est en réalité pas un médicament de découverte très récente. On le connaît et l'utilise déjà depuis plusieurs années. Pour bien comprendre ce qu'il est et comment il fonctionne, il est nécessaire d'envisager quelques notions sur les hormones stéroïdes et leur rôle majeur dans le corps humain des adolescents et des adultes.

Les hormones stéroïdes et leur rôle majeur dans le corps humain

Les hormones stéroïdes (stéroïdes hormonaux) sont dérivées des stérols, qui sont de grosses molécules d'alcool sous forme solide et qui comportent plusieurs « cycles » dans leur formule chimique. Le cholestérol est un stérol, mais non hormonal.

Les stéroïdes hormonaux sont classés en trois groupes : les œstrogènes naturels (des phénol-stéroïdes) ; les androgènes (ils sont dérivés de l'androstane) ; le groupe du cortisol (gluco-corticoïdes), de l'aldostérone (minéralo-corticoïdes) ainsi que de la progestérone (les stéroïdes de ce troisième groupe étant dérivés du prégnane).

Il est bien connu que l'œstradiol (œstrogène) est l'hormone sexuelle femelle et que la testostérone (androgène) est celle des mâles. Il est moins connu que le corps de l'homme produit un peu d'œstrogènes et que celui de la femme produit un peu de testostérone.

À la puberté, les œstrogènes (œstradiol et autres) et les androgènes (testostérone et autres) sont les effecteurs hormonaux de la transformation du corps et notamment des organes génitaux, ainsi que des seins et de la prostate et ses annexes. Les seins et la prostate sont des glandes hormono-dépendantes et leurs tumeurs respectives le sont également, qu'il s'agisse de formes bénignes ou de tumeurs malignes (cancers du sein et de la prostate).

L'aromatase et les anti-aromatases

On sait que les noms de molécule se terminant par le suffixe « ase » désignent des enzymes, donc des protéines dont le rôle est de permettre certaines réactions biochimiques.

L'aromatase est une enzyme -plutôt un complexe enzymatique- indispensable à la synthèse des œstrogènes. L'origine de ce mot aromatase vient du fait que la réaction de synthèse s'appelle une aromatisation : elle crée un « cycle aromatique » qui, comme les substances aromatiques en général, porte une fonction phénol ou encore phénolique. En effet, les œstrogènes sont les hormones qui déclenchent l'ovulation ou « œstrus » : et parce qu'elles ont une propriété aromatique, ces hormones œstrogènes ont un effet d'attraction pour les mâles, pouvoir attractif dont la puissance varie selon les espèces.

Cela peut paraître curieux, mais les œstrogènes sont fabriqués à partir des androgènes. Ceux-ci sont donc aromatisés en œstrogènes grâce à l'aromatase ou plutôt au complexe enzymatique aromatase. On comprend mieux pourquoi la femme produit un peu d'androgènes et l'homme un peu d'œstrogènes. On sait aujourd'hui que cette enzyme clef appelée de façon commode aromatase est, non seulement présente dans les ovaires, les testicules et le placenta, mais aussi dans les glandes surrénales et même le tissu adipeux, le tissu osseux et de surcroît le cerveau. Qui l'eût cru ?

Pour revenir au sujet qui nous occupe, l'aromatase est également produite à l'intérieur ou bien en périphérie des tumeurs, et en particulier dans 60 à 70 % des cancers du sein. En ce qui concerne les tumeurs non mammaires, la production locale d'œstrogènes peut avoir différents effets plus ou moins importants. Mais s'agissant des cancers du sein, c'est d'une grande importance, car les tumeurs du sein étant hormono-dépendantes et tout particulièrement œstrogéno-dépendantes, cela implique que 60 à 70 % des cancers du sein sont doués d'auto-stimulation : plus la tumeur grossit, plus elle peut produire des œstrogènes en grande quantité et plus elle est stimulée.

Or, l'anastrozole (ARIMIDEX) est un inhibiteur non stéroïdien de l'aromatase, comme le létrozole (FEMARA) ; tandis que l'exemestane (AROMASINE) en est un inhibiteur stéroïdien ; quant au tamoxifène (TAMOFENE), son action est différente : cette molécule inhibe l'action de l'œstradiol au niveau de ses récepteurs.

Les chercheurs disent qu'il est plus efficace chez les femmes ménopausées. À quoi cela est dû ? Peut-il s'étendre à toutes ?

Chez les femmes ménopausées, les ovaires sont pour ainsi dire au repos, en fait pas tout à fait. Ils continuent à produire une faible quantité d'œstrogènes, et donc d'androgènes qui sont leurs précurseurs. Les glandes surrénales, dans leur partie cortico-surrénalienne, produisent également des androgènes et des œstrogènes.

Nous avons vu que 60 à 70 % des cancers du sein produisent de l'aromatase : chez la femme en période d'activité génitale, les œstrogènes sont essentiellement produits par les ovaires et la production d'œstrogènes par un cancer du sein est très inférieure à celle produite par les ovaires ; tandis que chez la femme ménopausée, la production d'œstrogènes par le cancer a toutes chances de devenir très largement prédominante. De ce fait, l’administration d’un anti-aromatase comme l’anastrozole ne sera pas consommée par une production intense d’œstrogènes ovariens (puisque ce n’est pas le cas) et va dès lors avoir un effet déterminant sur la production locale d’œstrogènes par la tumeur, production relativement intense.

On peut donc comprendre que le fait de bloquer l'aromatase est beaucoup plus efficace chez la femme ménopausée vis-à-vis de l’inhibition du développement de la tumeur maligne. C'est une particularité qui est propre au cancer du sein ; elle pourrait théoriquement concerner aussi d'autres cancers œstrogéno-dépendants comme ceux de l'utérus, mais d'une part, ils sont nettement moins sensibles aux œstrogènes que les cancers du sein, d'autre part, ils ne sont pas connus pour produire autant d'aromatase que ceux-ci.

Cette découverte peut-elle déboucher sur d'autres avancées ? Quels sont aujourd'hui les moyens dont nous disposons pour lutter efficacement contre le cancer du sein ? Qu'en est-il en France ?

L'hormono-dépendance des cancers et les enzymes clefs de la synthèse des hormones stéroïdes nous réservent sûrement encore quelques surprises. Nous n'avons certainement pas fini de les étudier sur les plans biochimique et hormonal.

Actuellement en France, 75 % des traitements du cancer du sein sont conservateurs : soit une tumorectomie (on n'enlève que la tumeur), soit une mastectomie (le sein) partielle ou segmentectomie (car le sein comprend plusieurs segments), soit encore une « zonectomie » (la lésion cancéreuse est retirée avec une marge de sécurité).

La chimiothérapie est indiquée pour les cancers proliférants et les grosses tumeurs.

L’hormonothérapie est indiquée dans les cancers qui ont des récepteurs hormonaux, et cela après les traitements « loco-régionaux » : le tamoxifène pour les femmes non ménopausées et une anti-aromatase (létrozole, exemestane, anastrozole) pour les femmes ménopausées ou non. La durée de prescription va de 5 à 10 ans, en fonction du type de cancer et de l’âge des patientes.

Avant une prescription de tamoxifène, une échographie pelvienne est réalisée pour apprécier l'état de l'utérus et celui des ovaires, en raison d’un risque utérin ou d’une augmentation de volume d’un kyste ovarien. La patiente doit recevoir une contraception efficace par stérilet au cuivre (car le tamoxifène est inducteur de l’ovulation). De plus, cette molécule est contre indiquée en cas de risque thrombo-embolique.

Des examens glucido-lipidiques et une densitométrie osseuse (en raison d'un risque ostéopénique et ostéoporotique) sont nécessaires avant un traitement par une anti-aromatase.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Mais pourquoi les pêcheurs chinois découvrent-ils autant de petits sous-marins espions dans leurs filets ?

02.

Quand les députés votent pour grignoter discrètement le droit de propriété en France

03.

Les taux d’intérêt vont rester durablement très bas ... mais au profit de qui ?

04.

L’arme à 3 coups qui pourrait porter Ségolène Royal vers 2022

05.

Betelgeuse superstar : voilà pourquoi nous pourrions bientôt voir apparaître une supernova dans notre ciel

06.

Macron prépare un plan contre l'islamisme! Et il sera prêt - pure coïncidence? - avant les municipales

07.

Baisse des ventes mondiales d’automobiles : comment Renault est parvenu à limiter la casse même sans Carlos Ghosn

01.

Succès du lait d’amande : les abeilles ne disent pas merci aux bobos bio

02.

Quand certains médicaments changent drastiquement nos personnalités dans l’indifférence totale de l’industrie pharmaceutique et des autorités sanitaires

03.

L’arme à 3 coups qui pourrait porter Ségolène Royal vers 2022

04.

Mais pourquoi les pêcheurs chinois découvrent-ils autant de petits sous-marins espions dans leurs filets ?

05.

Chine : un virus mystérieux inquiète les autorités chinoises. Et désormais l'OMS

06.

La bombe démographique européenne : à partir de 2021, la population diminuera

01.

Ce boulevard qui devrait s’ouvrir au RN… mais ne s’ouvre pas tant que ça

02.

Ce duel nationaux/mondialistes auquel s’accrochent Marine Le Pen et Emmanuel Macron alors qu’il n’intéresse pas vraiment les Français

03.

Jeanne Balibar (« Les Misérables ») veut qu'on enseigne les mathématiques en arabe !

04.

L’arme à 3 coups qui pourrait porter Ségolène Royal vers 2022

05.

Quand certains médicaments changent drastiquement nos personnalités dans l’indifférence totale de l’industrie pharmaceutique et des autorités sanitaires

06.

Attention danger ? Ce risque de violence qui émerge lorsque l’alternance dans une démocratie paraît bloquée

Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires