En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

02.

Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus

03.

Haro sur le nucléaire et l'hydraulique: l’Europe frappée d’imbécillité énergétique ?

04.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

05.

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

06.

70.000 euros par mois en 2019, une Bentley, un bateau, des appartements et maisons, le ministre de la Justice dévoile son patrimoine

07.

À la veille du Black Friday, des employés d'Amazon Allemagne se mettent en grève

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

05.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

01.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

02.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

05.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

ça vient d'être publié
pépites > Religion
Vatican
Coronavirus : une crise qui révèle ce qu'il y a dans nos coeurs estime le pape dans une longue tribune publiée par le New York Times où il évoque en détail la grave maladie qui l'a touché dans sa jeunesse
il y a 11 min 9 sec
décryptage > Politique
Stratégie de lutte contre le virus

Pour protéger mamie du Covid, le gouvernement veut la pousser dans les orties

il y a 1 heure 21 min
pépites > Politique
Couac
Article 24 : le ministre des Relations avec le Parlement déclare que les députés auront le dernier mot
il y a 2 heures 3 sec
décryptage > France
Appel aux autorités

Dans la peau d’un autiste

il y a 2 heures 25 min
pépites > Politique
Police
Emmanuel Macron aurait été choqué par la vidéo montrant un producteur de musique frappé, et aurait recadré Gérald Darmanin
il y a 2 heures 58 min
décryptage > International
Opérations américaines en Afrique

Un Officier de la CIA mort au combat en Somalie

il y a 3 heures 24 min
rendez-vous > International
Géopolitico-scanner
Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?
il y a 3 heures 40 min
pépites > Société
Couac
A peine voté, l'article 24 de la loi sécurité globale va être réécrit par une commission indépendante : la majorité est énervée
il y a 4 heures 27 min
décryptage > France
Forces de l'ordre

Violences contre un producteur : ce problème d’encadrement de la police nationale auquel doit absolument s’attaquer le gouvernement

il y a 4 heures 55 min
décryptage > International
Attractivité

Shanghai remplace Londres comme ville la plus connectée au reste du monde : l’Asie a-t-elle définitivement supplanté l’Occident avec le Covid ?

il y a 5 heures 37 min
décryptage > High-tech
Usage d'Internet

Nos e-mails sont-ils vraiment une menace pour l'environnement ?

il y a 46 min
pépite vidéo > Politique
"Images insoutenables"
Producteur tabassé : Agnès Pannier-Runacher estime que les policiers "ont franchi la ligne rouge"
il y a 1 heure 46 min
décryptage > Justice
Législation

Haine en ligne : à Bruxelles comme à Paris, une réponse législative pas à la hauteur du défi sociétal

il y a 2 heures 1 min
light > Culture
Star
Isabelle Huppert meilleure actrice du monde au XXIe siècle selon le New York Times
il y a 2 heures 33 min
décryptage > Terrorisme
Justice

Procès de l’attentat de Villepinte : l’Iran en ligne de mire

il y a 3 heures 8 min
pépites > International
Petit pas
Donald Trump a déclaré hier qu'il partirait de la Maison Blanche après l'intronisation de son rival mais il aura du mal car il y a eu une "fraude massive"
il y a 3 heures 29 min
décryptage > Europe
Wirecard, Volkswagen...

Peut-on encore avoir confiance dans le capitalisme allemand ? Une série de scandales laissent planer le doute

il y a 4 heures 3 min
décryptage > Economie
Solutions pour sauver les emplois

Voilà comment le Covid-19 a exacerbé la fracture entre travailleurs qualifiés et non qualifiés malgré les dispositifs de chômage partiel

il y a 4 heures 29 min
décryptage > Santé
Lutte contre la pandémie

Recul du Covid : ces (mauvais) chiffres qui relativisent le satisfecit que décerne Olivier Véran à la France

il y a 5 heures 13 min
light > Insolite
Aux décibels
Si le comptoir vous manque, vous pouvez toujours écouter le brouhaha des cafés en streaming
il y a 21 heures 20 min
© ANNE-CHRISTINE POUJOULAT / AFP
© ANNE-CHRISTINE POUJOULAT / AFP
Avancées médicales

Un nouveau traitement capable de prévenir la moitié des cancers du sein produit des effets même longtemps après avoir été pris

Publié le 14 décembre 2019
Des chercheurs britanniques auraient trouvé un médicament, l'anastrozole, capable de réduire le cancer du sein de 50 %.
Stéphane Gayet
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Stéphane Gayet est médecin des hôpitaux au CHU (Hôpitaux universitaires) de Strasbourg, chargé d'enseignement à l'Université de Strasbourg et conférencier. 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Des chercheurs britanniques auraient trouvé un médicament, l'anastrozole, capable de réduire le cancer du sein de 50 %.

Atlantico.fr : Un groupe de chercheurs de l'université de Queen Mary (Londres), en partenariat avec l'association Cancer Research UK, a expliqué avoir trouvé un médicament, l'anastrozole, capable de réduire le cancer du sein de 50 %.

Pouvez-vous nous expliquer en quoi consiste l'anastrozole ? Quelle est sa particularité ?

Stéphane Gayet : L'anastrozole n'est en réalité pas un médicament de découverte très récente. On le connaît et l'utilise déjà depuis plusieurs années. Pour bien comprendre ce qu'il est et comment il fonctionne, il est nécessaire d'envisager quelques notions sur les hormones stéroïdes et leur rôle majeur dans le corps humain des adolescents et des adultes.

Les hormones stéroïdes et leur rôle majeur dans le corps humain

Les hormones stéroïdes (stéroïdes hormonaux) sont dérivées des stérols, qui sont de grosses molécules d'alcool sous forme solide et qui comportent plusieurs « cycles » dans leur formule chimique. Le cholestérol est un stérol, mais non hormonal.

Les stéroïdes hormonaux sont classés en trois groupes : les œstrogènes naturels (des phénol-stéroïdes) ; les androgènes (ils sont dérivés de l'androstane) ; le groupe du cortisol (gluco-corticoïdes), de l'aldostérone (minéralo-corticoïdes) ainsi que de la progestérone (les stéroïdes de ce troisième groupe étant dérivés du prégnane).

Il est bien connu que l'œstradiol (œstrogène) est l'hormone sexuelle femelle et que la testostérone (androgène) est celle des mâles. Il est moins connu que le corps de l'homme produit un peu d'œstrogènes et que celui de la femme produit un peu de testostérone.

À la puberté, les œstrogènes (œstradiol et autres) et les androgènes (testostérone et autres) sont les effecteurs hormonaux de la transformation du corps et notamment des organes génitaux, ainsi que des seins et de la prostate et ses annexes. Les seins et la prostate sont des glandes hormono-dépendantes et leurs tumeurs respectives le sont également, qu'il s'agisse de formes bénignes ou de tumeurs malignes (cancers du sein et de la prostate).

L'aromatase et les anti-aromatases

On sait que les noms de molécule se terminant par le suffixe « ase » désignent des enzymes, donc des protéines dont le rôle est de permettre certaines réactions biochimiques.

L'aromatase est une enzyme -plutôt un complexe enzymatique- indispensable à la synthèse des œstrogènes. L'origine de ce mot aromatase vient du fait que la réaction de synthèse s'appelle une aromatisation : elle crée un « cycle aromatique » qui, comme les substances aromatiques en général, porte une fonction phénol ou encore phénolique. En effet, les œstrogènes sont les hormones qui déclenchent l'ovulation ou « œstrus » : et parce qu'elles ont une propriété aromatique, ces hormones œstrogènes ont un effet d'attraction pour les mâles, pouvoir attractif dont la puissance varie selon les espèces.

Cela peut paraître curieux, mais les œstrogènes sont fabriqués à partir des androgènes. Ceux-ci sont donc aromatisés en œstrogènes grâce à l'aromatase ou plutôt au complexe enzymatique aromatase. On comprend mieux pourquoi la femme produit un peu d'androgènes et l'homme un peu d'œstrogènes. On sait aujourd'hui que cette enzyme clef appelée de façon commode aromatase est, non seulement présente dans les ovaires, les testicules et le placenta, mais aussi dans les glandes surrénales et même le tissu adipeux, le tissu osseux et de surcroît le cerveau. Qui l'eût cru ?

Pour revenir au sujet qui nous occupe, l'aromatase est également produite à l'intérieur ou bien en périphérie des tumeurs, et en particulier dans 60 à 70 % des cancers du sein. En ce qui concerne les tumeurs non mammaires, la production locale d'œstrogènes peut avoir différents effets plus ou moins importants. Mais s'agissant des cancers du sein, c'est d'une grande importance, car les tumeurs du sein étant hormono-dépendantes et tout particulièrement œstrogéno-dépendantes, cela implique que 60 à 70 % des cancers du sein sont doués d'auto-stimulation : plus la tumeur grossit, plus elle peut produire des œstrogènes en grande quantité et plus elle est stimulée.

Or, l'anastrozole (ARIMIDEX) est un inhibiteur non stéroïdien de l'aromatase, comme le létrozole (FEMARA) ; tandis que l'exemestane (AROMASINE) en est un inhibiteur stéroïdien ; quant au tamoxifène (TAMOFENE), son action est différente : cette molécule inhibe l'action de l'œstradiol au niveau de ses récepteurs.

Les chercheurs disent qu'il est plus efficace chez les femmes ménopausées. À quoi cela est dû ? Peut-il s'étendre à toutes ?

Chez les femmes ménopausées, les ovaires sont pour ainsi dire au repos, en fait pas tout à fait. Ils continuent à produire une faible quantité d'œstrogènes, et donc d'androgènes qui sont leurs précurseurs. Les glandes surrénales, dans leur partie cortico-surrénalienne, produisent également des androgènes et des œstrogènes.

Nous avons vu que 60 à 70 % des cancers du sein produisent de l'aromatase : chez la femme en période d'activité génitale, les œstrogènes sont essentiellement produits par les ovaires et la production d'œstrogènes par un cancer du sein est très inférieure à celle produite par les ovaires ; tandis que chez la femme ménopausée, la production d'œstrogènes par le cancer a toutes chances de devenir très largement prédominante. De ce fait, l’administration d’un anti-aromatase comme l’anastrozole ne sera pas consommée par une production intense d’œstrogènes ovariens (puisque ce n’est pas le cas) et va dès lors avoir un effet déterminant sur la production locale d’œstrogènes par la tumeur, production relativement intense.

On peut donc comprendre que le fait de bloquer l'aromatase est beaucoup plus efficace chez la femme ménopausée vis-à-vis de l’inhibition du développement de la tumeur maligne. C'est une particularité qui est propre au cancer du sein ; elle pourrait théoriquement concerner aussi d'autres cancers œstrogéno-dépendants comme ceux de l'utérus, mais d'une part, ils sont nettement moins sensibles aux œstrogènes que les cancers du sein, d'autre part, ils ne sont pas connus pour produire autant d'aromatase que ceux-ci.

Cette découverte peut-elle déboucher sur d'autres avancées ? Quels sont aujourd'hui les moyens dont nous disposons pour lutter efficacement contre le cancer du sein ? Qu'en est-il en France ?

L'hormono-dépendance des cancers et les enzymes clefs de la synthèse des hormones stéroïdes nous réservent sûrement encore quelques surprises. Nous n'avons certainement pas fini de les étudier sur les plans biochimique et hormonal.

Actuellement en France, 75 % des traitements du cancer du sein sont conservateurs : soit une tumorectomie (on n'enlève que la tumeur), soit une mastectomie (le sein) partielle ou segmentectomie (car le sein comprend plusieurs segments), soit encore une « zonectomie » (la lésion cancéreuse est retirée avec une marge de sécurité).

La chimiothérapie est indiquée pour les cancers proliférants et les grosses tumeurs.

L’hormonothérapie est indiquée dans les cancers qui ont des récepteurs hormonaux, et cela après les traitements « loco-régionaux » : le tamoxifène pour les femmes non ménopausées et une anti-aromatase (létrozole, exemestane, anastrozole) pour les femmes ménopausées ou non. La durée de prescription va de 5 à 10 ans, en fonction du type de cancer et de l’âge des patientes.

Avant une prescription de tamoxifène, une échographie pelvienne est réalisée pour apprécier l'état de l'utérus et celui des ovaires, en raison d’un risque utérin ou d’une augmentation de volume d’un kyste ovarien. La patiente doit recevoir une contraception efficace par stérilet au cuivre (car le tamoxifène est inducteur de l’ovulation). De plus, cette molécule est contre indiquée en cas de risque thrombo-embolique.

Des examens glucido-lipidiques et une densitométrie osseuse (en raison d'un risque ostéopénique et ostéoporotique) sont nécessaires avant un traitement par une anti-aromatase.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires