En direct
Best of
Best of du 15 au 21 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

02.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

03.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

04.

Voyeurisme, une addiction contemporaine : il y a ceux qui filment...et ceux qui regardent

05.

La réaction de la femme de Griveaux

06.

Elections législatives en Iran : une abstention record et un avenir inquiétant

07.

"Mâles et blancs". Vous avez aimé la saison 1 ? Vous adorerez la saison 2 !

01.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

02.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

03.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

04.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

05.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

06.

Les gros salaires de plus en plus gros... Mais qu'est ce qui peut justifier de telles extravagances ?

01.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

02.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

03.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

04.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

05.

La réaction de la femme de Griveaux

06.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

ça vient d'être publié
pépites > France
Drame
Suicide des agriculteurs : un député LREM chargé de faire un état des lieux
il y a 3 heures 47 min
décryptage > Economie
Négociations

Brexit : vers une bataille de poissonniers

il y a 10 heures 8 min
décryptage > Media
En route vers les César de la connerie

"Mâles et blancs". Vous avez aimé la saison 1 ? Vous adorerez la saison 2 !

il y a 10 heures 38 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Pourquoi la pollution automobile aurait quand même baissé (et peut-être même plus) sans la politique anti-voitures d’Anne Hidalgo
il y a 11 heures 4 min
décryptage > International
Bonnes feuilles

La colère du peuple algérien face au règne d'Abdelaziz Bouteflika

il y a 11 heures 12 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

La philosophie : ce sentiment premier de l’existence

il y a 11 heures 12 min
décryptage > International
Un homme averti n’en vaut toujours pas deux

Nouvelles ingérences électorales (de Russie ou d'ailleurs) en vue : les démocraties occidentales toujours pas vaccinées

il y a 11 heures 30 min
décryptage > Société
M'as-tu vu

Voyeurisme, une addiction contemporaine : il y a ceux qui filment...et ceux qui regardent

il y a 11 heures 56 min
pépites > Société
Profilage
Le PDG de Rynair fait polémique en expliquant que les terroristes sont souvent des hommes seuls musulmans, pas des familles
il y a 1 jour 4 heures
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Le Serpent et la Lance Acte 1" : Un thriller Aztèque comme vous n'en avez jamais vu !

il y a 1 jour 7 heures
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
L'Agence spatiale européenne vous propose de passer des mois dans un lit en apesanteur ; Seti met en ligne deux pétaoctets de données pour la recherche extraterrestre
il y a 9 heures 14 min
décryptage > France
Kafkaïen

Ces fautes de l’administration française

il y a 10 heures 25 min
décryptage > International
Désaveu

Elections législatives en Iran : une abstention record et un avenir inquiétant

il y a 10 heures 47 min
décryptage > Europe
Bonnes feuilles

L’Europe face aux défis migratoires

il y a 11 heures 12 min
décryptage > Environnement
Bonnes feuilles

Agriculture : l’élevage, l’allié de la planète

il y a 11 heures 12 min
décryptage > Education
Mal adaptés

Pourquoi les plus introvertis sont injustement traités par le système scolaire

il y a 11 heures 13 min
décryptage > High-tech
Menace

Ransomware : radioscopie d'un méga risque économique sous estimé en France

il y a 11 heures 43 min
light > People
Reconversion
L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)
il y a 1 jour 3 heures
pépites > International
Enquête
L’association L’Arche révèle des abus sexuels qu'aurait commis Jean Vanier, son fondateur
il y a 1 jour 5 heures
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Une histoire d’amour" : Intensité discutable

il y a 1 jour 7 heures
© LIONEL BONAVENTURE / AFP
© LIONEL BONAVENTURE / AFP
Vraie mère de toutes les réformes

Cette réforme monétaire sans laquelle aucune réforme d’ampleur ne pourra vraiment être réussie en France

Publié le 14 décembre 2019
La réforme des retraites serait la mère de toutes les réformes selon le gouvernement. Face à la complexité du système des retraites en France, quelle pourrait être la véritable mère de toutes les réformes ?
Jean-Paul Betbeze est président de Betbeze Conseil SAS. Il a également  été Chef économiste et directeur des études économiques de Crédit Agricole SA jusqu'en 2012.Il a notamment publié Crise une chance pour la France ; Crise : par ici la sortie ;...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Paul Betbeze
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Paul Betbeze est président de Betbeze Conseil SAS. Il a également  été Chef économiste et directeur des études économiques de Crédit Agricole SA jusqu'en 2012.Il a notamment publié Crise une chance pour la France ; Crise : par ici la sortie ;...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La réforme des retraites serait la mère de toutes les réformes selon le gouvernement. Face à la complexité du système des retraites en France, quelle pourrait être la véritable mère de toutes les réformes ?

L’expression « mère des réformes », ou pire : « mère des batailles », se veut virile, propre à mobiliser les énergies pour mener un combat qui doit aboutir à la victoire décisive, pour changer notre système de retraite. On voit le résultat de l’approche ! Le malheur est, en effet, que cette transplantation bravache du concept militaire dans le domaine social, économique et finalement politique est aussi fausse que dangereuse, même si (ou car), elle serait employée à l’Elysée ou à Matignon. 

« Mère des réformes » ou « mère des batailles » : elle libèrera le pays, les initiatives, la croissance, l’emploi… réduisant les freins, les corsets, les forces multiples qui s’opposent précisément aux réformes. Ainsi, dire qu’une réforme est « mère des autres » suppose qu’elle est la plus importante de toutes, cristallise les enjeux et les affrontements. C’est à la fois un jugement de valeur sur la « hiérarchie des réformes à faire», puis un programme pour faire naître une vision majoritaire dans le corps économique et social et enfin l’idée que « le succès » permettra d’accoucher d’autres réformes. « Mère des batailles » : une logique simplificatrice, mécaniste, nataliste. Or rien de tout cela n’est sûr. Pire l’échec de « la » réforme conduirait à tout arrêter. 

Complexe notre système de retraite : c’est le premier mot qui vient à l’esprit. On peut toujours dire qu’il est injuste, inefficace, perclus de dettes garanties (explicites ou non) par l’état, autrement dit par tous, il est surtout complexe. Cette complexité est le fruit des tensions et arrangements, des reports à plus tard et des armistices qui ont fait l’économie et la société française après la deuxième guerre, avec l’accord-partage entre gaullistes et communistes. Aux uns la liberté d’entreprendre et la liberté tout court, aux autres la SNCF, l’EDF, les Charbonnages, les ports, les syndicats du livre et de la presse, plus l’enseignement public. Depuis, une guerre lente s’est mise en place, complexifiant le jeu mais, au total, réduisant le domaine public. Elle fait donc monter ses problèmes financiers en déformant sa pyramide des âges et en restreignant ses revenus. C’est bien ce qui se passe, soixante-dix ans après, avec les systèmes spéciaux, tous en déficit avec bien moins de salariés que de pensionnés, donc structurellement dépendants du privé. 

Multidimensionnel, est alors le deuxième mot pour le décrire. Tout système de retraite repose en effet sur la croissance et sur la solidarité intergénérationnelle, deux composantes complexes et interdépendantes, que le système de retraite soit par répartition ou par capitalisation. Sans croissance et solidarité en effet, il n’y a pas « société ». Certes, la répartition a évidemment une  composante plus sociale et la capitalisation plus individuelle, mais au lieu de les opposer, mieux vaut les combiner, sachant que le monde actuel (révolution technologique, globalisation) rend les  carrières moins linéaires et assurées, les « valeurs » moins stables entre personnes, groupes, familles et catégories sociales. Tout change.

Equité pour répondre à ces changements permanents : tel aurait dû être le seul mot d’ordre de la réforme. Pas équité et « en même temps » équilibre des comptes : c’est l’équité seule qui permettra l’équilibre à terme, grâce à un système à points. Un euro cotisé donne partout les mêmes droits à pensions : c’est l’essentiel. Bien sûr, ce principe peut recevoir des aménagements, pour les femmes et les travaux pénibles surtout, mais pas pour les « régimes spéciaux » qui dérogent au principe d’équité. Pour eux, il s’agit de gérer des transitions. Il ne s’agit donc pas d’être pollué par deux autres soucis : l’équilibre du système et l’unification des 42 régimes à partir de 2025. 

Ceci permet de gérer un niveau déjà élevé de complexité, mais en réduisant les antagonismes par des cas à part et des transitions longues, et d’éviter des complexités inutiles, donc antagoniques avec les régimes des avocats ou autres. Le système actuel est injuste (écart entre versements et pensions) et inefficace (déficits), mais les dirigeants actuels ont tort de vouloir tout traiter ensemble : réduire l’iniquité suffit, d’autant que cet objectif rencontre un appui largement majoritaire. Pourquoi tout mélanger, inquiéter tout le monde en agrégeant les particularismes et en menaçant la majorité des « pro-réformes » ? Toute complexité n’est pas mauvaise en soi. Des systèmes de retraite autonomes, dès lors qu’ils sont acceptés par leurs membres, financièrement soutenables, surveillés et qu’il est clair qu’il n’y aura pas de sauvetage public en cas de crise : il n’y a pas de raison de les faire disparaître. Inutile de mettre tous les œufs dans un même panier s’ils sont bons ! Il s’agit de traiter les douteux, ce qui n’est déjà pas facile !

« Mère des réformes ou des batailles » : l’expression passe à côté de l’essentiel. D’abord, rien n’est mécanique d’une réforme à une autre. Cette formule trahit la vision, ou l’espoir, que le succès de l’opération libèrera les énergies en faisant sauter les blocages accumulés par notre société, mais rien n’est moins sûr. Surtout, l’essentiel est ailleurs : dans une société et une économie qui acceptent un taux de chômage élevé (8,3%), notamment des jeunes et des « vieux de plus de cinquante ans», des déficits extérieur et public permanents, donc une montée inexorable des dettes publiques et privées : il y a à faire ! Pour pouvoir produire plus, employer plus, payer plus, travailler plus et plus longtemps et réduire les « problèmes » d’une économie en sous-emploi et en sur-dette, il y a quand même quelques réformes à faire, notamment former plus et mieux et intéresser bien davantage les salariés aux résultats de leur entreprise. Et, là encore, l’équité est la voie d’entrée, à savoir la possibilité de plus en plus offerte à chacun d’exprimer ses potentialités, bref, sa liberté. L’équilibre des comptes et le Pib suivront.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

02.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

03.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

04.

Voyeurisme, une addiction contemporaine : il y a ceux qui filment...et ceux qui regardent

05.

La réaction de la femme de Griveaux

06.

Elections législatives en Iran : une abstention record et un avenir inquiétant

07.

"Mâles et blancs". Vous avez aimé la saison 1 ? Vous adorerez la saison 2 !

01.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

02.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

03.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

04.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

05.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

06.

Les gros salaires de plus en plus gros... Mais qu'est ce qui peut justifier de telles extravagances ?

01.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

02.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

03.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

04.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

05.

La réaction de la femme de Griveaux

06.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
patafanari
- 15/12/2019 - 18:39
Tatouzou.
Vous avez raison.Le Rédacteur en chef n'a pas bien compris le titre de l'article qui était: "Vraie mort de toutes les raies fermes".
tatouzou
- 14/12/2019 - 15:05
Le titre est trompeur
Il parle de réforme monétaire, mais le texte est absolument muet sur ce sujet.
clo-ette
- 14/12/2019 - 14:27
Il nous faudrait davantage d'articles
sur des possibles réformes monétaires .