En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

02.

Ramzan Kadyrov estime qu'Emmanuel Macron pousse les musulmans "vers le terrorisme"

03.

Et l'attaché parlementaire d'Aurélien Taché dénonça les "exhibisionistes"...

04.

Puisque nous sommes partis pour des reconfinements, que faire pour éviter une violente crise de santé mentale ?

05.

Alerte aux vampires : comment des cadavres en décomposition ont provoqué la première crise de panique collective en 1720

06.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

07.

Virginia Raggi, la maire de Rome, révèle être menacée par la mafia

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

04.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

05.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

06.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Vers un nouveau confinement ?
Covid-19 : Emmanuel Macron annoncera de nouvelles restrictions ce mercredi à 20 heures
il y a 10 heures 5 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La Chambre des dupes" de Camille Pascal : Louis XV et les soeurs Mailly-Nesle : amours, intrigues, courtisans... Un roman brillant et bien documenté

il y a 11 heures 10 min
pépites > Politique
Campagne sous tension
Virginia Raggi, la maire de Rome, révèle être menacée par la mafia
il y a 12 heures 6 min
pépites > France
Tchétchénie
Ramzan Kadyrov estime qu'Emmanuel Macron pousse les musulmans "vers le terrorisme"
il y a 13 heures 2 min
pépites > Justice
Décision
La justice administrative valide la fermeture temporaire de la mosquée de Pantin
il y a 14 heures 43 min
décryptage > Culture
Septième art

Les banalités subversives de Maïwenn

il y a 17 heures 18 min
pépites > Santé
Choix cornélien : épidémie ou économie
Coronavirus : le reconfinement n'est plus tabou, couvre-feu élargi, confinement général ou local ?
il y a 18 heures 2 min
pépites > Politique
Relations humaines
Tensions internes dans la cellule diplomatique de l'Elysée et rapports tendus avec le Quai d'Orsay
il y a 18 heures 39 min
décryptage > Société
Dangers des nouveaux outils

Les objets connectés, des armes redoutables aux mains des auteurs de violences familiales

il y a 19 heures 14 min
décryptage > Economie
Réindustrialisation

Et pendant ce temps là, sur le front de l’industrie, on continue à faire des âneries

il y a 20 heures 5 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les Gaulois réfractaires demandent des comptes au Nouveau Monde" de Philippe de Villiers : La Vendée se prend pour Bibracte. La révolte gronde. Les 2 Villiers sont à la manoeuvre

il y a 10 heures 59 min
light > Media
Bon rétablissement
Michel Drucker ne sera pas de retour sur France 2 avant 2021 après son opération
il y a 11 heures 44 min
Pollution
Réchauffement climatique : des gisements de méthane se décongèlent dans l'océan Arctique relâchant du gaz à effet de serre
il y a 12 heures 27 min
pépites > Education
Education Nationale
Rentrée du 2 novembre : un hommage à Samuel Paty sera organisé dans les écoles
il y a 13 heures 57 min
décryptage > Histoire
Identifier la menace

Guerre des civilisations ou guerre au sein de l’islam ?

il y a 17 heures 10 min
décryptage > France
Vocabulaire

Ensauvagement : une fois encore, Laurent Mucchielli parle trop vite…

il y a 17 heures 44 min
pépite vidéo > Europe
Paris - Ankara
L'Union européenne apporte son soutien à la France après l'appel au boycott des produits français
il y a 18 heures 6 min
décryptage > Histoire
Origines du mythe

Alerte aux vampires : comment des cadavres en décomposition ont provoqué la première crise de panique collective en 1720

il y a 19 heures 29 sec
décryptage > Santé
Hiver de la dépression

Puisque nous sommes partis pour des reconfinements, que faire pour éviter une violente crise de santé mentale ?

il y a 19 heures 43 min
décryptage > Politique
Sondage pour 2022

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

il y a 20 heures 31 min
© MATTHEW LLOYD / POOL / AFP
© MATTHEW LLOYD / POOL / AFP
Bonnes feuilles

La genèse de Huaweï : comment le génie et les idées de Ren Zhengfei ont révolutionné les télécoms et l'industrie en Chine

Publié le 14 décembre 2019
Vincent Ducrey publie "Un succès nommé Huaweï" (ed. Eyrolles). Après la Silicon Valley américaine, c'est désormais la Chine qui est pourvoyeuse des innovations les plus disruptives. Ce livre retrace le parcours unique de Huaweï qui est en passe de conquérir le monde. Extrait 1/2.
Vincent Ducrey
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Vincent Ducrey, président du Hub Institute. Auteur primé du Guide de l'influence et du Guide de la transformation digitale. Vincent Ducrey a été conseiller digital du gouvernement français et intervenant à HEC Business School. Il fédère au travers du...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Vincent Ducrey publie "Un succès nommé Huaweï" (ed. Eyrolles). Après la Silicon Valley américaine, c'est désormais la Chine qui est pourvoyeuse des innovations les plus disruptives. Ce livre retrace le parcours unique de Huaweï qui est en passe de conquérir le monde. Extrait 1/2.

Après de longues nuits d’insomnie, une solution se fait petit à petit jour dans l’esprit de Ren Zhengfei. Alors que la Chine est en pleine ouverture économique, il se décide à lancer son activité à 43 ans. C’est un âge déjà avancé pour imaginer une toute nouvelle carrière. Le statut d’entrepreneur reste encore assez marginal, mais il y croit. Fort de son expérience, il rejoint cette nouvelle génération qui émerge. Une génération qui, comme on le disait dans le pays à l’époque, « mange le crabe », c’est-à-dire ose l’aventure nouvelle et risquée de l’entreprise.

L’ancien militaire, toujours à court d’argent, doit d’abord convaincre cinq investisseurs pour réunir les 2 500 € nécessaires à l’enregistrement de sa société. Il la baptise Huawei (华为). Le premier caractère du nom de Huawei en chinois – 华 – est dérivé du mot chinois « fleur », mais fait maintenant souvent référence à « Chine » ou « Chinois ». Le deuxième caractère – 为 – signifie « réussite » ou « action ». Combinés, les deux termes signifient littéralement « réussite chinoise ». Un nom qui lui aurait été inspiré par un slogan patriotique lu un jour sur un mur : « La Chine change la donne. » 

À ses premières heures, son entreprise s’oriente vers l’import-export et sa perspective de gains rapides (il importera même des pilules amaigrissantes). Le marché chinois des télécoms n’en est qu’à ses balbutiements. Le taux d’équipement très faible de la population, de l’ordre de 0,5 %, au 120e rang mondial derrière l’Afrique et d’autres pays sous-développés, laisse augurer une forte demande en infrastructures. Avoir le téléphone constitue un luxe réservé aux classes dirigeantes. Même avec des moyens financiers – il faut compter environ 250 € pour avoir son installation –, les délais très longs peuvent aller de 3 mois à un an pour ouvrir une ligne téléphonique. Certains vont jusqu’à soudoyer les opérateurs en leur offrant des cadeaux pour hâter l’installation. 

Les opérateurs étrangers ont pressenti depuis plusieurs années le potentiel chinois, et dominent largement le marché. Ainsi huit acteurs historiques, pour la plupart centenaires, avancent sur cette terre à conquérir : les Japonais Fujitsu et Nec, le Français Alcatel, le suédois Ericsson, le Belge Bell, l’Allemand Siemens, le Finlandais Nokia et l’Américain AT&T.

En réaction au cartel télécom de l’époque, et attirées par les promesses de ce marché naissant, les entreprises chinoises fleurissent. Pas moins de 400 dans l’industrie des télécoms voient le jour au milieu des années 1980. Parmi elles, trois entreprises se détachent et réussissent à tenir tête aux acteurs internationaux des télécoms : Great Dragon, Datang et ZTE. 

Petit acteur noyé dans cet environnement en pleine ébullition, Huawei fait face dès sa création à une concurrence féroce. Ren Zhengfei se souvient : « J’ai créé Huawei parce que je n’avais pas d’autre choix. Les débuts n’avaient rien de romantiques ni d’extraordinaires. » Au contraire. Les revendeurs d’équipements télécoms comme Huawei sont aussi mal considérés que des vendeurs de porte-à-porte. Il en faut plus à Ren et ses associés pour se décourager. 

Huawei se lance dans la revente de PABX (Private Automatic Branch Exchange), des commutateurs téléphoniques dédiés aux entreprises et aux administrations publiques. Ren Zhengfei trouve un fournisseur-partenaire à Hong-Kong, la Hong-Kong Hongnian Company. Séduit par son projet et sa personnalité, celui-ci accepte de lui vendre son matériel à crédit. 

« Même si 200 autres entreprises proposent  des produits similaires sur le territoire,  ceux de Huawei tirent leur épingle du jeu ».

Entre les commutateurs produits localement et de piètre performance, et ceux plus chers des acteurs étrangers, ceux importés de Hong-Kong proposent un bon compromis. Et assurent une excellente marge à l’entreprise. Les premiers mois d’existence voient donc Huawei s’établir petit à petit auprès d’une clientèle d’hôtels, d’hôpitaux, d’exploitations minières et d’organismes de sécurité publique.

Octobre 1988 : premier pari sur la technologie

Quelques mois après les débuts de Huawei, l’entreprise passe déjà un cap. Les ventes fonctionnant bien, le fournisseur de Hong-Kong peine à honorer toutes les commandes entrantes. Chaque nouvelle livraison est accueillie avec enthousiasme et soulagement par toute l’équipe. Tous se ruent dans le petit entrepôt, Ren Zhengfei en tête, pour déballer les produits. 

Le jeune patron comprend rapidement qu’il ne peut pas continuer ainsi : il faut internaliser la production de PABX. C’est un vrai pari, les quelques ressources de l’entreprise – humaines et financières – sont toutes allouées à ce développement. Les composants sont achetés à des sociétés chinoises, et une petite équipe de six techniciens est recrutée pour mettre au point le premier PABX « Made by Huawei ». 

Dans ces premiers locaux franchement rudimentaires et sous la chaleur suffocante – seuls quelques ventilateurs brassent un peu d’air chaud –, chacun fait de son mieux pour arriver à produire rapidement ce nouveau produit. C’est à cette époque qu’apparaît la « culture du matelas » qui marquera profondément la culture de l’entreprise : tous les employés, et pas seulement le patron, vivent quasiment sur place (voir 8 Actions stratégiques, p. 136). Une anecdote raconte qu’un jour, un fournisseur venu vers midi livrer du matériel, très fatigué, n’a pas résisté à l’appel de l’un des matelas de l’entrepôt. Quand il s’est réveillé de longues minutes plus tard, il a trouvé allongé à quelques mètres de lui le patron de Huawei ! 

« Ce travail acharné et collectif soude  les employés, et Ren Zhengfei entretient  cette dynamique en préparant régulièrement  des soupes de queues de cochon qu’il partage  avec tous lorsque les soirées de travail s’éternisent ».

Les efforts payent, et Huawei sort son premier PABX en fin d’année 1988. Les fonctionnalités sont limitées, mais le BH01 SPC reste un commutateur simple et efficace, bien accueilli par le marché.

Extrait du livre de Vincent Ducrey, "Un succès nommé Huaweï", publié aux éditions Eyrolles. 

Lien vers la boutique Amazon : ICI 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires