En direct
Best of
Best of du 18 au 24 janvier
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La masse d’épargne accumulée par les Français trahit cette contradiction mortifère entre la vraie richesse de ce pays et le sentiment de pauvreté.

02.

Laéticia Hallyday, nue sur Instagram, au ski avec Kev Adams : Pascal s'inquiète ; Pamela épouse, une (très) vieille flamme, Jennifer Aniston en prend le chemin avec Brad (?), Rihanna se rapproche de DEUX ex ; Patrick Bruel fait une chute

03.

Mila menacée de mort et de viol pour avoir critiqué l’Islam : « elle l’a cherché, qu’elle assume » !

04.

« Les Français ignorent que la France possède une tradition intellectuelle libérale remarquable »

05.

Les ministres seraient deux fois plus riches sous le quinquennat d’Emmanuel Macron que sous François Hollande

06.

Le pantouflage : un sport de masse chez les anciens élèves de l’ENA

07.

Le nouveau mal français : la baisse du niveau de vie

01.

Michel Onfray : “Le bourrage de crâne est parvenu à un degré jamais atteint depuis qu’il y a des hommes”

02.

La masse d’épargne accumulée par les Français trahit cette contradiction mortifère entre la vraie richesse de ce pays et le sentiment de pauvreté.

03.

Quand les députés votent pour grignoter discrètement le droit de propriété en France

04.

Et si l’univers n’avait pas de fin (ni de début)

05.

CGT : Cancer Généralisé du Travail

06.

Retraites : le Trafalgar d’Emmanuel Macron

01.

La France, ni dictature, ni régime autoritaire mais néanmoins une démocratie affaiblie…

02.

Vu dans un manuel d'histoire : "les attentats du 11 septembre ont été orchestrés par la CIA" !

03.

CGT : Cancer Généralisé du Travail

04.

69% des Français pensent qu’Emmanuel Macron ne sera pas réélu. Mais quel scénario pourrait empêcher son match retour avec Marine Le Pen ?

05.

Greta Thunberg-Donald Trump, le match : avantage à...

06.

Un vol pour Kharkov ( Ukraine) et vous revenez avec un bébé d’appellation controlée

ça vient d'être publié
décryptage > Economie
Problème en vue ?

Grève un effet désastreux sur le long terme

il y a 1 heure 31 min
décryptage > Science
Atlantico Santé

Cette découverte sur l’immunothérapie qui pourrait aider à traiter TOUS les cancers

il y a 3 heures 52 min
décryptage > Histoire
Bonnes feuilles

Comment le communisme a révolutionné les rapports sociaux par la violence

il y a 5 heures 35 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

Comment le prolétariat s'est réfugié dans le vote contestataire et vers le Rassemblement national

il y a 5 heures 37 min
décryptage > Histoire
Bonnes feuilles

Le "génie" et le "mal" français selon Alexis de Tocqueville

il y a 5 heures 41 min
décryptage > Santé
Crise de la santé

« Il est urgent de sortir l’hôpital de l’impasse comptable dans laquelle on l’a enfermé depuis les ordonnances Juppé de 1995 »

il y a 5 heures 59 min
décryptage > Environnement
Atlantico Green

Pourquoi la reforestation de la planète lui fait parfois plus de mal que de bien

il y a 6 heures 32 min
décryptage > Politique
Vote par défaut

Succès passager ? Attention bulle politique en vue chez les Verts

il y a 6 heures 56 min
décryptage > Politique
Tocqueville, un théoricien pour notre époque

« Les Français ignorent que la France possède une tradition intellectuelle libérale remarquable »

il y a 7 heures 35 min
light > Science
Flashs cosmiques
La compréhension d'un des derniers phénomènes cosmologiques identifié se poursuit mais sera encore longue
il y a 22 heures 52 min
décryptage > Religion
Allah était-il au courant ?

Mila menacée de mort et de viol pour avoir critiqué l’Islam : « elle l’a cherché, qu’elle assume » !

il y a 3 heures 18 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Donald Trump : le porte-parole des sans-voix

il y a 5 heures 34 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Les ministres seraient deux fois plus riches sous le quinquennat d’Emmanuel Macron que sous François Hollande

il y a 5 heures 36 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Comment la gaullôlatrie a accéléré la disparition du gaullisme

il y a 5 heures 39 min
décryptage > International
Sanction Iraniennes

Le poids des sanctions économiques écrase le peuple iranien sans parvenir à le libérer

il y a 5 heures 46 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Le cœur dans le rétroviseur

il y a 6 heures 18 min
décryptage > International
Primaire démocrate

Pourquoi la stratégie de Michael Bloomberg pourrait vraiment payer (et lui coûter très cher)

il y a 6 heures 47 min
décryptage > Social
Données personnelles

70 ans de la mort d’Orwell : pourquoi l’auteur de 1984 aurait été horrifié de nous voir nous inscrire sur des sites de rencontre (sans parler du reste de notre vie en ligne…)

il y a 7 heures 14 min
pépites > Politique
La saga Huawei
Le Royaume-Uni est soumis à la pression accrue de son allié américain pour l'interdiction de la controversée Huawei
il y a 21 heures 30 min
pépite vidéo > Faits divers
Catastrophe climatique
L'est de l'Espagne sous le choc de la tempête Gloria
il y a 1 jour 1 heure
© Ben STANSALL / AFP
© Ben STANSALL / AFP
Brexit

Il est possible de sortir de l’affrontement stérile entre "élitisme" et "populisme". La preuve par Boris Johnson

Publié le 13 décembre 2019
Le parti conservateur britannique a obtenu la majorité absolue lors des élections législative de jeudi. Le Premier ministre Boris Johnson va être en mesure de mettre en oeuvre le Brexit d'ici au 31 janvier 2020.
Universitaire, Edouard Husson a dirigé ESCP Europe Business School de 2012 à 2014 puis a été vice-président de l’Université Paris Sciences & Lettres (PSL). Il est actuellement professeur à l’Institut Franco-Allemand d’Etudes Européennes (à l’Université...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Edouard Husson
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Universitaire, Edouard Husson a dirigé ESCP Europe Business School de 2012 à 2014 puis a été vice-président de l’Université Paris Sciences & Lettres (PSL). Il est actuellement professeur à l’Institut Franco-Allemand d’Etudes Européennes (à l’Université...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le parti conservateur britannique a obtenu la majorité absolue lors des élections législative de jeudi. Le Premier ministre Boris Johnson va être en mesure de mettre en oeuvre le Brexit d'ici au 31 janvier 2020.

Jubilatoire ! Il est rare qu’une élection donne une telle satisfaction intellectuelle et politique. Tant d’éléments convergeaient pour faire anticiper la victoire de Boris Johnson. Mais rien n’est sûr tant que les bureaux de vote ne sont pas fermés et les bulletins dépouillés. Ce matin, nous avons la confirmation de l’immense victoire de Boris Johnson et des conservateurs. Et toutes les analyses électorales d’anticipation sont confirmées: le nord de l’Angleterre a basculé en faveur des Tories. La défaite du Labour de Jeremy Corbyn signifie la fin du blairisme, ce curieux croisement de la tradition travailliste avec le néolibéralisme. Mais il y a aussi Jo Swinson, présidente des LibDems, qui est défaite par un candidat nationaliste écossais. Il y a la défaite de Dominic Grieve et de tous les Remainers du parti conservateur qui avaient déclaré la guerre à Johnson et voulaient se faire réélire comme « indépendants ». 

Jubilatoire, parce que les journalistes de la plupart des chaînes de télévision britanniques, hier soir, avaient du mal à camoufler leur déception ou leur stupéfaction. La politique est un art simple et tout d’exécution, pourrait-on dire à propos de Boris Johnson, en détournant la célèbre formule de Napoléon sur la guerre. Les chansonniers, et même ses amis politiques, se sont moqués, dans la dernière semaine de la campagne, de la manière dont le Premier Ministre martelait sans se lasser les trois mêmes mots: « Get Brexit Done ! ». Passait-il plus de cinq minutes sans les prononcer? Eh bien, la campagne de 2019 restera comme un modèle du genre dans les écoles de sciences politiques et, espérons-le, dans les partis politiques. Ce n’est pas seulement la célèbre « Oneness of mind », la capacité britannique à se concentrer sur un objectif simple et pratique, qui est ici illustrée. C’est aussi le fait qu’il est possible de sortir de la crise de la démocratie sans être populiste. Boris Johnson a répondu, si l’on ose dire, à l’anticipation et au souhait de David Goodhart dans son livre The Road to Somewhere. Il a forgé un pacte, un compromis entre une partie des élites et les classes moyennes en déclassement ainsi que les classes populaires. 

Jubilatoire mais aussi réconfortant pour l’avenir de l’Europe. Boris Johnson montre qu’il est possible de sortir de l’affrontement entre « élitisme » et « populisme ». C’est un homme qui appartient aux élites européennes, qui a fait Eton et Oxford, qui a été le maire de l’une des métropoles les plus mondialisées du monde, Londres, qui vient de faire respecter le vote de 2016 sur le Brexit, c’est-à-dire de faire respecter la voix de tous les « enracinés », les « déplorables », les plus fragiles, qui avaient voté Brexit et assistaient, impuissants, à la tentative de hold up d’une partie des parlementaires, des hauts fonctionnaires britanniques et des technocrates bruxellois sur le résultat. Il s’agit d’un immense résultat électoral; aussi important que la césure de 1979, qui avait lancé le déclin du socialisme dans le monde. Il ne faudra pas oublier l’assurance, l’arrogance même, avec laquelle à Paris, à Berlin ou à Bruxelles, on nous assurait que les Britanniques ne savaient pas ce qu’ils faisaient, qu’on allait les ramener dans le droit chemin. Une absence, un moment de folie? On aura eu droit, finalement, pendant trois ans à un immense déni de réalité des élites européennes. 

Il y a quelques jours, Boris Johnson en campagne était aux commandes d’un tracteur-pelleteuse repeint aux couleurs de l’Union Jack, où l’on lisait « Get Brexit Done! »; et il s’est fait filmer en train de renverser un mur avec son solide engin. C’est bien un mur que Johnson a renversé, celui de tous les conformismes bâtis par une élite dirigeante qui avait fait sortir le libéralisme de Margaret Thatcher de son cadre national (modérateur) pour un faire une immense machine à financiariser et désindustrialiser les économies. Les Britanniques ont saisi l’occasion du Brexit, voici trois ans et demi, pour réclamer un changement de politique. Malgré trois ans et demi d’immobilisme d’une partie du monde dirigeant, ce souhait sera finalement respecté. 

Nous avions appris dans nos manuels d’histoire qu’on ne s’oppose pas à la volonté d’un peuple, que les nations sont des réalités. Encore faut-il qu’il y ait une personnalité politique capable de porter les aspirations profondes d’une société, les expliciter, les rendre efficaces politiquement. La Grande-Bretagne a la chance d’avoir Boris Johnson. Elle a la chance, aussi, d’avoir, au sein du parti conservateur, un certain nombre de personnalités qui allient le courage à l’intelligence. De telles personnalités existent aussi chez les travaillistes mais elles ont été écartées par Jeremy Corbyn. Au bout du compte, c’est à la fois un nouveau conservatisme qui a fait élire Boris Johnson (les Tories tournent la page du néolibéralisme) et, en fait, un retour aux sources du parti de Benjamin Disraeli: One-Nation Conservatism, démocratie Tory, Toryisme rouge ou radical: Johnson a emprunté à ces courants qui sans doute n’en font qu’un puisqu’ils ont pour but de réaliser le mot d’ordre disraelien depuis les années 1840, rassembler, réconcilier, ressouder les « deux nations », l’Angleterre des métropoles et l’Angleterre périphérique.  

Et l’Ecosse, dira-t-on, qui a voté massivement pour le parti nationaliste SNP? N’est-ce pas là un nouvel antagonisme de « deux nations », qui vient se substituer à l’affrontement social de ces dernières années?  Je suis prêt à prendre le pari qu’il y aura, une fois de plus dans l’histoire britannique, un compromis. D’abord parce qu’à Londres et à Edimbourg on parle désormais le même idiome, celui de l’identité; ensuite parce que le rapport de forces est disproportionné. En position de force, Boris Johnson va négocier un accord très favorables aux intérêts britanniques. Et il n’oubliera pas l’Ecosse dans ses revendications. 

En fait, on pourrait sous-estimer la portée de ce qui vient de se passer. Non seulement la Grande-Bretagne impose sa volonté à l’Union Européenne; mais le prestige de Londres va désormais remonter à grande vitesse dans les affaires du monde. Le conservatisme johnsonien va faire école dans un monde confronté, partout, à la montée des inégalités et à la tentation des élites de confisquer la démocratie. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La masse d’épargne accumulée par les Français trahit cette contradiction mortifère entre la vraie richesse de ce pays et le sentiment de pauvreté.

02.

Laéticia Hallyday, nue sur Instagram, au ski avec Kev Adams : Pascal s'inquiète ; Pamela épouse, une (très) vieille flamme, Jennifer Aniston en prend le chemin avec Brad (?), Rihanna se rapproche de DEUX ex ; Patrick Bruel fait une chute

03.

Mila menacée de mort et de viol pour avoir critiqué l’Islam : « elle l’a cherché, qu’elle assume » !

04.

« Les Français ignorent que la France possède une tradition intellectuelle libérale remarquable »

05.

Les ministres seraient deux fois plus riches sous le quinquennat d’Emmanuel Macron que sous François Hollande

06.

Le pantouflage : un sport de masse chez les anciens élèves de l’ENA

07.

Le nouveau mal français : la baisse du niveau de vie

01.

Michel Onfray : “Le bourrage de crâne est parvenu à un degré jamais atteint depuis qu’il y a des hommes”

02.

La masse d’épargne accumulée par les Français trahit cette contradiction mortifère entre la vraie richesse de ce pays et le sentiment de pauvreté.

03.

Quand les députés votent pour grignoter discrètement le droit de propriété en France

04.

Et si l’univers n’avait pas de fin (ni de début)

05.

CGT : Cancer Généralisé du Travail

06.

Retraites : le Trafalgar d’Emmanuel Macron

01.

La France, ni dictature, ni régime autoritaire mais néanmoins une démocratie affaiblie…

02.

Vu dans un manuel d'histoire : "les attentats du 11 septembre ont été orchestrés par la CIA" !

03.

CGT : Cancer Généralisé du Travail

04.

69% des Français pensent qu’Emmanuel Macron ne sera pas réélu. Mais quel scénario pourrait empêcher son match retour avec Marine Le Pen ?

05.

Greta Thunberg-Donald Trump, le match : avantage à...

06.

Un vol pour Kharkov ( Ukraine) et vous revenez avec un bébé d’appellation controlée

Commentaires (14)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Le gorille
- 14/12/2019 - 05:05
Et l'anglais ?
Eh bé ! Quelle langue va-t-on parler en Europe maintenant ? J'vous dis pas l'incohérence de l'Europe ! Sûr qu'ils vont parler anglais, ces gonzes ! Et l'Angleterre n'y est plus. Ah! quelle double victoire pour l'Angleterre ! Elle va maîtriser l'Europe sans y être... Dire que l'on parle aujourd'hui de zone marchande spécifique, alors que c'était évident depuis le début ! Quels idiots ces technocrates de Bruxelles. Pauvre MB ! il va devenir le fusible de l'échec ! Je le plains sincèrement.
Le gorille
- 14/12/2019 - 05:00
Merci le Brexit !
Un bol d'air ! C'est le signal contre l'Europe telle qu'elle nous est servie. Reprenons chacun notre souveraineté, et créons des Nations Unies d'Europe, avec un Secrétaire aux ordres des Chefs d'Etat, et non plus un "président". Et Bruxelles, réduisons-la à peau de chagrin, avec une émanation des parlementaires de chaque pays, siégeant en de rares sessions (une par an ?), et surtout pas des parlementaires élus spécifiquement : dans l'ambiance, ils oublient leur pays. Éliminons la cour de Justice Européenne. Le Droit ne doit pas être supra-national. Il a fallu 1000 ans pour réunir la France, laissons le temps agir pour réunir l'Europe multilinguiste. Et au final, merci M Husson.
evgueniesokolof
- 13/12/2019 - 17:32
Bon cela étant
Je lis, je ne sais plus où que dès ce matin aurait été annoncé que la priorité du gouvernement sera......la lute contre le réchauffement climatique! Ca jette....un froid!
L'escroquerie climatique est l'arme favorite des partisans de la mondialisation, ceux qui plaident pour la fin de la démocratie au nom de la survie de Gaia!
Si on veut bien entendre par ailleurs que la nécessaire réindustrialisation (le ru est encore plus mal en point que la France ) ce qui ne veut pas dire ressusciter le textile mais avoir l'avantage dans les nouvelles technologies- avait été annoncée par Theresa May , on voit ml comment elle est compatible avec les diktats écologiques qui dénoncent comme dangereuse toute recherche qui ne soit pas décroissante!!!! ( j'entends toute technologie qui augmente la productivité).... Oui gueule de bois en perspective! mais enfin, le personnage est un peu "trumpien"...