En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

02.

Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus

03.

Haro sur le nucléaire et l'hydraulique: l’Europe frappée d’imbécillité énergétique ?

04.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

05.

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

06.

70.000 euros par mois en 2019, une Bentley, un bateau, des appartements et maisons, le ministre de la Justice dévoile son patrimoine

07.

À la veille du Black Friday, des employés d'Amazon Allemagne se mettent en grève

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

05.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

05.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

ça vient d'être publié
pépites > Religion
Vatican
Coronavirus : une crise qui révèle ce qu'il y a dans nos coeurs estime le pape dans une longue tribune publiée par le New York Times où il évoque en détail la grave maladie qui l'a touché dans sa jeunesse
il y a 13 min 37 sec
décryptage > Politique
Stratégie de lutte contre le virus

Pour protéger mamie du Covid, le gouvernement veut la pousser dans les orties

il y a 1 heure 23 min
pépites > Politique
Couac
Article 24 : le ministre des Relations avec le Parlement déclare que les députés auront le dernier mot
il y a 2 heures 2 min
décryptage > France
Appel aux autorités

Dans la peau d’un autiste

il y a 2 heures 27 min
pépites > Politique
Police
Emmanuel Macron aurait été choqué par la vidéo montrant un producteur de musique frappé, et aurait recadré Gérald Darmanin
il y a 3 heures 34 sec
décryptage > International
Opérations américaines en Afrique

Un Officier de la CIA mort au combat en Somalie

il y a 3 heures 26 min
rendez-vous > International
Géopolitico-scanner
Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?
il y a 3 heures 43 min
pépites > Société
Couac
A peine voté, l'article 24 de la loi sécurité globale va être réécrit par une commission indépendante : la majorité est énervée
il y a 4 heures 30 min
décryptage > France
Forces de l'ordre

Violences contre un producteur : ce problème d’encadrement de la police nationale auquel doit absolument s’attaquer le gouvernement

il y a 4 heures 57 min
décryptage > International
Attractivité

Shanghai remplace Londres comme ville la plus connectée au reste du monde : l’Asie a-t-elle définitivement supplanté l’Occident avec le Covid ?

il y a 5 heures 40 min
décryptage > High-tech
Usage d'Internet

Nos e-mails sont-ils vraiment une menace pour l'environnement ?

il y a 48 min 28 sec
pépite vidéo > Politique
"Images insoutenables"
Producteur tabassé : Agnès Pannier-Runacher estime que les policiers "ont franchi la ligne rouge"
il y a 1 heure 49 min
décryptage > Justice
Législation

Haine en ligne : à Bruxelles comme à Paris, une réponse législative pas à la hauteur du défi sociétal

il y a 2 heures 3 min
light > Culture
Star
Isabelle Huppert meilleure actrice du monde au XXIe siècle selon le New York Times
il y a 2 heures 35 min
décryptage > Terrorisme
Justice

Procès de l’attentat de Villepinte : l’Iran en ligne de mire

il y a 3 heures 11 min
pépites > International
Petit pas
Donald Trump a déclaré hier qu'il partirait de la Maison Blanche après l'intronisation de son rival mais il aura du mal car il y a eu une "fraude massive"
il y a 3 heures 31 min
décryptage > Europe
Wirecard, Volkswagen...

Peut-on encore avoir confiance dans le capitalisme allemand ? Une série de scandales laissent planer le doute

il y a 4 heures 6 min
décryptage > Economie
Solutions pour sauver les emplois

Voilà comment le Covid-19 a exacerbé la fracture entre travailleurs qualifiés et non qualifiés malgré les dispositifs de chômage partiel

il y a 4 heures 32 min
décryptage > Santé
Lutte contre la pandémie

Recul du Covid : ces (mauvais) chiffres qui relativisent le satisfecit que décerne Olivier Véran à la France

il y a 5 heures 15 min
light > Insolite
Aux décibels
Si le comptoir vous manque, vous pouvez toujours écouter le brouhaha des cafés en streaming
il y a 21 heures 22 min
© REUTERS/Benoit Tessier
© REUTERS/Benoit Tessier
Atlantico-Business

Retraites : les vraies raisons pour lesquelles les chefs syndicaux ne peuvent pas adhérer au projet de réforme en dépit de toutes les garanties apportées et l’oubli très politique des fonds de capitalisation

Publié le 12 décembre 2019
Il va falloir écouter tous ceux qui râlent contre les râleurs contre le projet parce que les chefs syndicaux continuent le combat en dépit d’un projet très ambitieux, mais accessible et prudent.
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Il va falloir écouter tous ceux qui râlent contre les râleurs contre le projet parce que les chefs syndicaux continuent le combat en dépit d’un projet très ambitieux, mais accessible et prudent.

L’erreur du Premier ministre a peut-être été de s’adresser à l’ensemble de l’opinion publique, à toutes les catégories professionnelles qui se sentaient menacées par un projet qui n’apportait pas, c’est vrai, les garanties d’équilibre ou de sécurité nécessaire. Édouard Philipe a déroulé un discours qui reprend tous les sujets porteurs d’incertitude et répondu à chaque catégorie professionnelle et sociale. Il a éclairé le fonctionnement de la retraite par points, la sanctuarisation de la valeur du point, le respect des partenaires sociaux en leur confiant la responsabilité de la gestion du nouveau système et des évaluations du point, la condition des femmes et des veuves, la situation particulière des enseignants. Édouard Philippe aurait pu dérouler un discours aussi accessible et prudent il y a deux ou trois mois, on aurait certes gagné du temps et peut-être un blocage de la société française. 

Ceci étant, le projet est très important, très sociétal puisqu’il propose un système qui refonde le modèle de solidarité entre les générations. C’est du même ordre que ce qu’avait fait le général de Gaulle à la Libération en refondant le modèle social. Le projet n’est ni libéral, ni étatique. Il s’inscrit dans la tradition d’équité et d’égalité sociale du gaullisme social. Dans cette logique idéologique, Édouard Philippe s’engage à confier aux partenaires sociaux la gestion du système comme ils le font très correctement à l'Agirc-Arcco. Ils gèrent les retraites complémentaires des cadres ( par points ) sans s’en plaindre. 

Le Premier ministre est très honnête, puisqu‘il ne cache pas la nécessité prochaine de faire évoluer la date de départ effective à la retraite jusqu'à 64 ans, ce que tout le monde sait. Mais après tout, ce sera la encore de la responsabilité des partenaires sociaux. C’est très honnête de sa part, mais ça ne peut-être pas très habile politiquement parce que c’est une ligne rouge dont les syndicats ne voulaient pas qu’elle soit franchie. 

L’autre habileté politique, c’est de ne pas avoir dit un seul mot sur la retraite par capitalisation qui aurait pu apporter un complément à la répartition. Mais l’annonce d’un âge d’équilibre à 64 ans constituait déjà un chiffon rouge, alors les fonds de pension à la française ne pouvaient pas apparaître au grand jour. C’est une faute technique que de laisser cette épargne sans mission, mais la convoquer dans la réforme aurait provoqué un cataclysme dans un pays où les fonds de pension sont pestiférés.  

Le projet est bardé de tellement de mécanismes de protection qu'on voit mal une majorité le rejeter. Les seules catégories sociales qui ressortent perdantes de cette nouvelle architecture sont les cadres supérieurs qui gagnent plus de 120 000 euros et qui seront mis à contribution pour assurer l’équilibre financier du régime universel. Il va donc falloir attendre la réaction des consommateurs, des clients, des salariés du privé et du public. 

Parce que, dès la fin du discours du Premier ministre, les chefs syndicaux ont réagi très négativement. Les critiques des uns se combinant à la colère des autres prônent une poursuite du blocage. 

Alors la question va être d’observer la réaction des usagers citoyens à l’ostracisme des chefs syndicaux et d’essayer de comprendre ce qui motive ces réactions. 

1ère raison. Les syndicats souffrent d’une très mauvaise représentativité. Ils ont donc intérêt à développer des positions très dures, voire radicales, et même de se déplacer sur le terrain politique pour exister. 

2e raison, la base de leurs adhérents est vent debout pour les mêmes raisons, c’est à dire pour se faire entendre. Le stress des dirigeants syndicaux est donc de ne pas se faire déborder. L’épisode des gilets jaunes les a tellement surpris et humiliés pendant dix-huit mois, parce que pour la CGT, FO ou Sud, le succès des gilets jaunes marquait leur impuissance. 

3e raison, les syndicats ont réussi à mobiliser leurs troupes, ils vont chercher à capitaliser un maximum pour les conserver et accroitre leur influence. Y compris en ignorant les avances et les prudences du projet qui tient compte de la majorité des critiques. 

4e raison, les syndicats, pas tous, ont sans doute un projet politique, celui de s’opposer au gouvernement, au président et à sa majorité. Ils tiennent lieu d’opposition au régime, ce qui leur vaut un certain soutien de l’opinion.

Maintenant, il faudra bien sortir des contradictions et des ambiguïtés, reconnaître que le système actuel ne fonctionne pas, reconnaître qu’il faudra reculer l’âge de la retraite, reconnaître que le système actuel est très inégalitaire, reconnaître que le projet ne dépossède pas les partenaires sociaux de leur responsabilité de gérants du modèle. Reconnaître ensuite que les régimes spéciaux le sont pour répondre à des particularités qu'il va falloir prendre en compte. 

Reconnaître enfin que, si les syndicats ont beaucoup de pouvoir actuellement, c’est parce qu’ils ont la possibilité de bloquer le fonctionnement des entreprises de transport public, Sncf et Ratp. Donc une infime minorité de salariés peut imposer une situation difficile à une grande majorité de salariés et de chefs d’entreprise qui ne font pas grève. 

C’est cette majorité silencieuse qu'il va falloir écouter parce qu’elle peut se faire entendre et se mette à râler contre ceux qui bloquent tout.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
De Clem
- 13/12/2019 - 21:58
Adhésion en vue
Monsieur SYLVESTRE peut prendre sa carte à LREM . Il y sera bienvenu, sûrement !
Après, qu'il vienne faire un tour dans les manifestations "en province", dans les petites ville "moyennes ",
dont les grands médias ne parlent jamais, même quand les mobilisations y sont très importantes !
Les salariés de la SNCF ne constitue pas la majorité des manifestants ( ceux de la RATP encore moins ! )

clo-ette
- 12/12/2019 - 21:21
Je viens de galèrer
tout l'après midi sans transports pour le retour pour cause de manifestations et de grèves, eh bien la majorité silencieuse ne râlait pas et était étonnamment patiente ,même dans le froid et la pluie .
spiritucorsu
- 12/12/2019 - 15:22
s'il n'en reste qu'un...
Sil n'en reste qu'un mr Sylvestre sera celui là après cette cette brillante charge contre les opposants(très majoritaires.) au projet de réforme confiscatoire sur les retraites,il a en effet bien mérité comme dernier soutien de la macronie et à ce titre peut-il même espérer une place dans le futur gouvernement du monarque président si l'actuel premier sinistre s'entête à vouloir infliger aux futurs retraités sa punition mortifère du;travailler plus longtemps pour avoir une retraite encore plus misérable.