En direct
Best of
Best of du 27 juin au 3 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ophélie Winter médite à la Réunion; Brigitte Macron se promène lugubre en baskets, Edith Philippe souriante en tongs, Catherine Deneuve cheveux au vent et souliers vernis; Melania Trump abuse de l’auto-bronzant; Benjamin Biolay a une fille cachée

02.

Donald Trump pourra-t-il survivre à la perte de l’électorat blanc qui l’avait pourtant soutenu jusque là contre vents et marées ?

03.

Jean Castex, une menace bien plus grande pour LR qu’Edouard Philippe ?

04.

Tesla à 200 milliards de dollars, c’est le casse du siècle digital ou la promesse du monde d’après...

05.

Consommation de drogue : ces effets secondaires jamais vus auparavant provoqués par la crise du Coronavirus

06.

Le juppéisme, cette obsession gestionnaire des élites françaises tuée par Emmanuel Macron

07.

Sauver la planète ? Le faux-nez de ces "écologistes" qui détestent l'Homme. Et la liberté

01.

Les Vikings nous ont envahis et colonisés au IXe siècle ! Nous exigeons donc que le Danemark, la Norvège, la Suède et l’Islande se repentent

02.

Sauver la planète ? Le faux-nez de ces "écologistes" qui détestent l'Homme. Et la liberté

03.

Pas de démocratie sans droit à offenser : ce capitalisme qui prend le risque de précipiter la guerre civile à trop vouloir montrer patte progressiste

04.

L'éolien peut-il être une alternative verte crédible au nucléaire ?

05.

Pire que le coup d’Etat permanent, la campagne électorale permanente ? Emmanuel Macron, le président cynique

06.

Cet espoir dans la lutte contre la Covid-19 qui se cache dans des études soviétiques vieilles de plusieurs décennies

01.

Municipales : mais que cache donc l’étonnante schizophrénie des Français entre élections locales et nationales ?

02.

Arsène Lupin était noir ! La preuve : il va être joué par Omar Sy

03.

Le parti EELV va alerter le CSA après les propos d'Eric Zemmour sur CNEWS dans "Face à l'Info" sur la vague verte et l'islam

04.

Nouvelle explosion des cas de Coronavirus : mais que se passe-t-il aux Etats-Unis ?

05.

Affaire Fillon : François Fillon est condamné à 5 ans de prison, dont 3 avec sursis, et Penelope Fillon à 3 ans de prison avec sursis

06.

Sauver la planète ? Le faux-nez de ces "écologistes" qui détestent l'Homme. Et la liberté

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les secrets de la Maison Blanche" de Nicole Bacharan et Dominique Simonnet : Lincoln, incroyable !

il y a 35 min 29 sec
light > Culture
Joie des touristes
Post-Covid-19 : le Musée du Louvre va réouvrir ce lundi 6 juillet
il y a 1 heure 23 min
pépite vidéo > Politique
Nouveau Premier ministre
Retour sur le parcours politique de Jean Castex
il y a 2 heures 32 min
light > High-tech
Game over
Le PDG d’Ubisoft, Yves Guillemot, annonce des sanctions après des accusations de harcèlement sexuel
il y a 6 heures 17 min
pépites > Politique
Fin du suspense
Michèle Rubirola est élue maire de Marseille
il y a 7 heures 10 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Le courage du personnel soignant face au Covid-19 : une médecine de guerre sans protection

il y a 9 heures 38 min
décryptage > Politique
Choix stratégique

Le juppéisme, cette obsession gestionnaire des élites françaises tuée par Emmanuel Macron

il y a 12 heures 6 min
décryptage > Politique
Campagne électorale

Donald Trump pourra-t-il survivre à la perte de l’électorat blanc qui l’avait pourtant soutenu jusque là contre vents et marées ?

il y a 13 heures 6 min
rendez-vous > Media
Revue de presse people
Ophélie Winter médite à la Réunion; Brigitte Macron se promène lugubre en baskets, Edith Philippe souriante en tongs, Catherine Deneuve cheveux au vent et souliers vernis; Melania Trump abuse de l’auto-bronzant; Benjamin Biolay a une fille cachée
il y a 13 heures 57 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les records de l'histoire" de Stéphane Bern : récréation idéale pour l'été, pour parcourir l'histoire en s'amusant

il y a 1 jour 16 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Peau d'homme" de Zanzim et Hubert : une fable "genrée"

il y a 1 heure 2 min
pépites > Santé
Négociations
Le Ségur de la santé a été prolongé en l’absence d’un accord
il y a 1 heure 55 min
pépites > Politique
Plus que quelques heures à patienter ?
Gouvernement de Jean Castex : "le remaniement est bouclé", selon un dirigeant de l'exécutif
il y a 3 heures 49 min
pépites > Politique
Première visite officielle
Le nouveau Premier ministre, Jean Castex, effectue son premier déplacement sur le site de production de X-Fab
il y a 6 heures 48 min
pépite vidéo > International
Campagne électorale
Donald Trump estime que l'Amérique doit être fière de son histoire
il y a 8 heures 26 min
décryptage > Santé
Trop, c’est trop

Si la pandémie vous a rendu maniaque de la propreté, voilà ce que vous devriez savoir pour tempérer vos ardeurs

il y a 10 heures 9 min
décryptage > Politique
Suite de "Passions"

Exclu Atlantico : Nicolas Sarkozy devrait publier le tome 2 de ses mémoires dès ce mois de juillet

il y a 12 heures 34 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Tesla à 200 milliards de dollars, c’est le casse du siècle digital ou la promesse du monde d’après...

il y a 13 heures 39 min
décryptage > Politique
Premier ministre

Jean Castex, une menace bien plus grande pour LR qu’Edouard Philippe ?

il y a 14 heures 15 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La sentence" de John Grisham : un thriller qui maintient sous pression

il y a 1 jour 30 min
© WILLIAM WEST / AFP
© WILLIAM WEST / AFP
Pouvoir du marketing

C’est établi, l’idéologie biaise nos perceptions de ce qui est sain ou pas en matière d’alimentation

Publié le 08 décembre 2019
Une étude publiée sur Social Science & Medicine, et menée par un chercheur français, revient sur les liens entre idéologie et consommation. Selon cette étude, il y a un lien entre appartenance politique et perception du risque alimentaire en fonction des messages marketing.
Catherine Grangeard
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Catherine Grangeard est psychanalyste. Elle est l'auteur du livre Comprendre l'obésité chez Albin Michel, et de Obésité, le poids des mots, les maux du poids chez Calmann-Lévy.Elle est membre du Think Tank ObésitéS, premier groupe de réflexion...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Une étude publiée sur Social Science & Medicine, et menée par un chercheur français, revient sur les liens entre idéologie et consommation. Selon cette étude, il y a un lien entre appartenance politique et perception du risque alimentaire en fonction des messages marketing.

Atlantico : Selon une étude publiée sur Social Science & Medicine (à lire ici), il y a un lien entre appartenance politique et perception du risque alimentaire en fonction des messages marketing. Par ailleurs d'autres études ont déjà montré que les choix d'alimentation sont fortement liés aux questions d'appartenance politique. Comment l'appartenance politique influence-t-elle la perception du risque alimentaire selon cette étude ?

Catherine Grangeard : Une appartenance politique repose sur des valeurs, et jamais une analyse de la réalité environnante n’est réalisée sans son interprétation. Or, toute interprétation est subjective !

Il est tout à fait compréhensible que dans le domaine de la perception d’un risque, par exemple alimentaire, l’idéologie politique ait des effets.

Le rapport à l’alimentation est donc imprégné de ce qui fait que le cœur penche à gauche, à droite, soit vert ou jaune…

Si vous êtes alerté politiquement à certains risques, par exemples, les perturbateurs endocriniens, il y a fort à parier que vous êtes moins dans l’économie ultra libérale que d’autres.

Les liens entre l’appartenance politique et la vision du monde n’auraient strictement aucun fondement s’ils ne se manifestaient pas ensuite concrètement !

Plus généralement, y a-t-il un biais politique dans nos comportements alimentaires ?

C’est donc clair que des biais sont introduits dans les actes, y compris nos comportements alimentaires. Vous le constatez, je réintroduis en permanence, ce rapport à l’alimentaire parmi d’autres comportements et perceptions. Parce que ce rapport à l’aliment fait partie d’un des domaines de l’existence, il n’existe pas hors-sol. Aussi, la perception comme les comportements reposent sur un rapport au monde, si vous voulez. C’est aussi par la façon dont on se situe politiquement que l’on agit et comprend les choses. Or les comportements sont une traduction dans le réel de la façon dont on a interprété des données, par exemple la présence des perturbateurs endocriniens dans l’exemple de la question précédente. Conclusion : OUI évidemment le biais politique se manifeste partout, dans nos divers comportements, dont les comportements alimentaires.

Quelles sont les causes psychologiques de ce type de biais ?

On a compris qu’une perception n’est jamais totalement extérieure à ce qu’est et ce que pense une personne. Une même perception sera interprétée différemment selon qui on est, pour de multiples raisons.

De très nombreuses causes psychologiques interviennent toujours et quels que soient les domaines de nos existences. C’est même une des bases de notre façon de nous situer dans la société. Souvent, on parle d’un héritage symbolique de notre milieu, familial et social. La reproduction, en quelque sorte…

Le biais politique n’est surprenant que lors d’une réflexion superficielle. Dès que l’on s’attarde un tant soit peu, c’est tout à fait logique car un positionnement (y compris politique) repose autant sur des critères subjectifs qu’objectifs.

Par ailleurs, la dissonance cognitive explique que lorsqu’une personne ressent une ambivalence interne, elle va s’arranger pour la résoudre, sinon c’est intenable. Le plus souvent, c’est par une sorte de « je sais bien mais quand même… ». C’est à dire ? La raison n’aura pas le dernier mot.

Les psychanalystes avancent que l’inconscient prend les commandes.

Il y a une attention de plus en plus importante dans la société aux risques sanitaires liées à l'alimentation. L'étude de Benjamin Boeuf accentue l'idée qu'il y a une détermination politique de la perception de ce risque. La perception du risque sanitaire est-elle dénuée d'objectivité ?

Dénuée ? pas tout à fait ; que toute perception soit accentuée ou diminuée selon un certain nombre de préalables, n’ayant absolument rien à voir avec le sujet, ça c’est sûr !

Comme les réponses aux questions précédentes l’ont abordé l’objectivité complète est illusoire. Ce que l’on nomme « réalité » est soumis à interprétation, donc se pare d’une dose de subjectivité. Même une étude scientifique sera introduite dans un contexte, humain. Dès lors, l’objectivité est mêlée à de la subjectivité.

Les choix et priorités sont subjectifs.

Les risques sanitaires et écologiques sont réels mais leur prise en compte est politique, subjective donc.

Ainsi, hiérarchiser les risques est une attitude individuelle et collective, permanente.

Dans toute prévention, nous avons à faire avec des messages qui pour être compréhensibles par une grande masse de personnes sont ainsi présentés. Ils s’adaptent, ils sont donc extrêmement subjectifs.

Qui choisit les priorités, en fonction de quels intérêts, voilà de nouvelles questions politiques à se poser !

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Thématiques :
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
evgueniesokolof
- 09/12/2019 - 11:26
hehe
Ex abrupto- 08/12/2019 - 16:24
Signaler un abus
QUI...
l'eut cru??
....... se trouva cuit ?
evgueniesokolof
- 09/12/2019 - 11:25
Encore une psychanalyste
qui vend sa soupe alors que René Pommier a déjà écrit que "Freud c'est de la merde" ( pour paraphraser Coffe) - lire Sigmund est fou et Freud a tout faux
Ce n'est pas l'inconscient mais l'idéologie qui dicte les goûts et interdits
J'étais l'autre jour chez le médecin et dans la salle d'attente, l'ordre moral s'affiche: en voila une de Santé Publique" le KGB de l'ordre sanitaire expliquant ce qu'il faut manger et pas manger. Outre les habituels oukazes contre l'alcool et la viande rouge: deux mentions: manger "fait maison" plutôt qu'acheté: ah bon! même si le plat a trois jours et que le diktat du non gaspillage alimentaire rend les bactéries assimilables mais aussi " manger bio"....ils ont zappé les concombres allemands bio responsables d'une intoxication après que l'on ait accusé à tort les " concombres juifs" espagnols!!! ( pas peur Benoit ! la référence aux juifs c'est juste pour rappeler l'Histoire!)
Madame Grandjeard! ne faites pas l'oie...surtout aux alentours de Noel car le père Freud ne sera pas la pour vous sauver de la broche!
tatouzou
- 08/12/2019 - 16:41
Et, comme pour la religion, c'est mieux si c'est mystérieux
Par exemple il est probable que 90% de nos concitoyens ignorent ce qu'est un perturbateur endocrinien.
En utilisant un vocabulaire obscur et pédant, il est donc plus facile aux apôtres du bio de diaboliser les aliments contenant des traces de ces produits.