En direct
Best of
Best of du 27 juin au 3 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ophélie Winter médite à la Réunion; Brigitte Macron se promène lugubre en baskets, Edith Philippe souriante en tongs, Catherine Deneuve cheveux au vent et souliers vernis; Melania Trump abuse de l’auto-bronzant; Benjamin Biolay a une fille cachée

02.

Donald Trump pourra-t-il survivre à la perte de l’électorat blanc qui l’avait pourtant soutenu jusque là contre vents et marées ?

03.

Jean Castex, une menace bien plus grande pour LR qu’Edouard Philippe ?

04.

Tesla à 200 milliards de dollars, c’est le casse du siècle digital ou la promesse du monde d’après...

05.

Consommation de drogue : ces effets secondaires jamais vus auparavant provoqués par la crise du Coronavirus

06.

Le juppéisme, cette obsession gestionnaire des élites françaises tuée par Emmanuel Macron

07.

Sauver la planète ? Le faux-nez de ces "écologistes" qui détestent l'Homme. Et la liberté

01.

Les Vikings nous ont envahis et colonisés au IXe siècle ! Nous exigeons donc que le Danemark, la Norvège, la Suède et l’Islande se repentent

02.

Sauver la planète ? Le faux-nez de ces "écologistes" qui détestent l'Homme. Et la liberté

03.

Pas de démocratie sans droit à offenser : ce capitalisme qui prend le risque de précipiter la guerre civile à trop vouloir montrer patte progressiste

04.

L'éolien peut-il être une alternative verte crédible au nucléaire ?

05.

Pire que le coup d’Etat permanent, la campagne électorale permanente ? Emmanuel Macron, le président cynique

06.

Cet espoir dans la lutte contre la Covid-19 qui se cache dans des études soviétiques vieilles de plusieurs décennies

01.

Municipales : mais que cache donc l’étonnante schizophrénie des Français entre élections locales et nationales ?

02.

Arsène Lupin était noir ! La preuve : il va être joué par Omar Sy

03.

Le parti EELV va alerter le CSA après les propos d'Eric Zemmour sur CNEWS dans "Face à l'Info" sur la vague verte et l'islam

04.

Nouvelle explosion des cas de Coronavirus : mais que se passe-t-il aux Etats-Unis ?

05.

Affaire Fillon : François Fillon est condamné à 5 ans de prison, dont 3 avec sursis, et Penelope Fillon à 3 ans de prison avec sursis

06.

Sauver la planète ? Le faux-nez de ces "écologistes" qui détestent l'Homme. Et la liberté

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les secrets de la Maison Blanche" de Nicole Bacharan et Dominique Simonnet : Lincoln, incroyable !

il y a 1 heure 4 min
light > Culture
Joie des touristes
Post-Covid-19 : le Musée du Louvre va réouvrir ce lundi 6 juillet
il y a 1 heure 51 min
pépite vidéo > Politique
Nouveau Premier ministre
Retour sur le parcours politique de Jean Castex
il y a 3 heures 52 sec
light > High-tech
Game over
Le PDG d’Ubisoft, Yves Guillemot, annonce des sanctions après des accusations de harcèlement sexuel
il y a 6 heures 45 min
pépites > Politique
Fin du suspense
Michèle Rubirola est élue maire de Marseille
il y a 7 heures 39 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Le courage du personnel soignant face au Covid-19 : une médecine de guerre sans protection

il y a 10 heures 6 min
décryptage > Politique
Choix stratégique

Le juppéisme, cette obsession gestionnaire des élites françaises tuée par Emmanuel Macron

il y a 12 heures 35 min
décryptage > Politique
Campagne électorale

Donald Trump pourra-t-il survivre à la perte de l’électorat blanc qui l’avait pourtant soutenu jusque là contre vents et marées ?

il y a 13 heures 34 min
rendez-vous > Media
Revue de presse people
Ophélie Winter médite à la Réunion; Brigitte Macron se promène lugubre en baskets, Edith Philippe souriante en tongs, Catherine Deneuve cheveux au vent et souliers vernis; Melania Trump abuse de l’auto-bronzant; Benjamin Biolay a une fille cachée
il y a 14 heures 25 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les records de l'histoire" de Stéphane Bern : récréation idéale pour l'été, pour parcourir l'histoire en s'amusant

il y a 1 jour 44 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Peau d'homme" de Zanzim et Hubert : une fable "genrée"

il y a 1 heure 31 min
pépites > Santé
Négociations
Le Ségur de la santé a été prolongé en l’absence d’un accord
il y a 2 heures 24 min
pépites > Politique
Plus que quelques heures à patienter ?
Gouvernement de Jean Castex : "le remaniement est bouclé", selon un dirigeant de l'exécutif
il y a 4 heures 18 min
pépites > Politique
Première visite officielle
Le nouveau Premier ministre, Jean Castex, effectue son premier déplacement sur le site de production de X-Fab
il y a 7 heures 17 min
pépite vidéo > International
Campagne électorale
Donald Trump estime que l'Amérique doit être fière de son histoire
il y a 8 heures 54 min
décryptage > Santé
Trop, c’est trop

Si la pandémie vous a rendu maniaque de la propreté, voilà ce que vous devriez savoir pour tempérer vos ardeurs

il y a 10 heures 38 min
décryptage > Politique
Suite de "Passions"

Exclu Atlantico : Nicolas Sarkozy devrait publier le tome 2 de ses mémoires dès ce mois de juillet

il y a 13 heures 3 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Tesla à 200 milliards de dollars, c’est le casse du siècle digital ou la promesse du monde d’après...

il y a 14 heures 7 min
décryptage > Politique
Premier ministre

Jean Castex, une menace bien plus grande pour LR qu’Edouard Philippe ?

il y a 14 heures 44 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La sentence" de John Grisham : un thriller qui maintient sous pression

il y a 1 jour 59 min
© Paul J. RICHARDS / AFP
© Paul J. RICHARDS / AFP
Bonnes feuilles

Le plan de Joe Biden face à Donald Trump dans le cadre d'une élection qui ne ressemblera à aucune autre dans l'histoire des Etats-Unis

Publié le 08 décembre 2019
Jean-Eric Branaa publie "Joe Biden : le 3e mandat de Barack Obama" (VA Editions). Les nombreuses facettes des réalisations communes de Joe Biden et Barack Obama sont exposées et remises en contexte, afin de comprendre ce que Joe Biden compte proposer au peuple américain en 2020. Extrait 2/2.
Jean-Eric Branaa
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Eric Branaa est spécialiste des Etats-Unis et maître de conférences à l’université Assas-Paris II. Il est chercheur au centre Thucydide et chercheur associé à l’institut l'IRIS. Il est notamment l'auteur de Hillary, une présidente des Etats-Unis ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Eric Branaa publie "Joe Biden : le 3e mandat de Barack Obama" (VA Editions). Les nombreuses facettes des réalisations communes de Joe Biden et Barack Obama sont exposées et remises en contexte, afin de comprendre ce que Joe Biden compte proposer au peuple américain en 2020. Extrait 2/2.

L’ancien vice-président Joe Biden cherche donc une voie solide qu’il pourrait emprunter pour contrer le président sortant. Son premier mouvement a été de marteler que Donald Trump n’a rien fait : « Il a reçu en héritage le bon bilan économique du gouvernement auquel j’ai appartenu ; d’ailleurs il n’a jamais rien fait par lui-même et a toujours tout reçu en héritage ».  

On va beaucoup l’entendre répéter ce slogan pendant les mois de la campagne, car il a l’avantage d’attaquer son vis-à-vis et de glorifier en même temps le bilan de Barack Obama. Lorsque le premier président noir a accédé à la fonction suprême, personne n’avait eu le temps de voir arriver la crise : emporté par une campagne totalement folle, au cours de laquelle les cris répétés de « Yes, We can » donnaient à chacun l’illusion que tous les problèmes collectifs et individuels allaient être dépassés, l’atterrissage avait été brutal. À peine élu, Barack Obama n’avait pas encore pris ses fonctions43, que la crise s’imposait à tous : on annonçait une vague sans précédent de faillites et de la mise au chômage de millions de gens. Après le « chaud bouillant » de la campagne, c’est un froid glacial qui enveloppait le pays : rapidement, un tiers des Américains ont été pris à la gorge par des prêts hypothécaires, alors que les difficultés de leur entreprise ou la perte d’un emploi les mettaient dans l’impossibilité de rembourser. Le spectre de 1929 est revenu dans les esprits et la grande peur a été que plus personne ne puisse rembourser et que le système bancaire ne s’écroule. Le tandem Obama-Biden a mis toute son énergie pour sortir le pays de cette crise majeure. Aucune autre question ne pouvait être prise en considération. C’est par un plan de relance très ambitieux, de 800 milliards de dollars, que le nouvel exécutif a tenté son va-tout. Le chômage avait déjà bondi à 7,6 % au moment de l’investiture. L’avenir s’annonçait bien sombre alors que la liste des entreprises annonçant des suppressions d’emplois ne cessait de s’allonger : Caterpillar, Home Depot, Microsoft, Sprint Nextel, United Airlines… Obama a ajouté des suppressions d’impôts à son plan : une déduction fiscale de 1000 dollars pour chaque famille gagnant moins de 200 000 dollars par an, soit 95 % des Américains.  

La partie a été rude au Congrès, mais avec l’aide efficace de Nancy Pelosi, qui était déjà Speaker de la Chambre des représentants, Obama a fait adopter son plan en six semaines. Malheureusement, si une chute est généralement rude et rapide, les effets de la reprise sont loin d’être aussi immédiats. Des milliers d’Américains ont continué à perdre leur emploi ou ont vu soudainement chuter la valeur de leur maison de 50 %, voire de 100 %. L’administration Obama, et tous les démocrates avec eux, ont alors travaillé pour reconstruire le secteur bancaire, grâce à la loi Dodd-Franck, largement soutenue d’ailleurs par Elizabeth Warren, aujourd’hui en campagne. 

Biden peut donc prétendre qu’il porte une partie de ce bon bilan en économie et contredire Donald Trump qui assure être le seul à avoir obtenu cet excellent résultat. Mais ce n’est pas la meilleure des stratégies, car elle donne l’impression d’être un mauvais perdant en ne reconnaissant pas ce qui a été accompli depuis qu’il n’est plus aux affaires. L’ancien vice-président a donc opté pour une autre voie, en insistant sur ce risque de récession dont tout le monde parle depuis l’élection de Donald Trump et qui n’arrive toujours pas. L’économie est cyclique et une récession, mais si elle n’est pas forte, est inévitablement attendue pour un jour ou l’autre. Le pari est donc que le retournement se produise avant l’élection et crédibilise ainsi la défiance qui a été affichée dès le départ. Joe Biden y ajoute un aspect moral, pour pouvoir inscrire cette question dans un débat plus large, et pouvoir changer de conversation si rien ne se produit : « l’économie et l’âme de ce pays s’effondrent à cause des politiques du président Donald Trump », a-t-il déclaré à de nombreuses reprises. Les propos de Joe Biden s’inscrivent ainsi à la fois dans le cadre de la défense de l’héritage de l’ancien président Barack Obama, que de la perspective plus générale du danger moral que représente ce président à ses yeux. « Le Président Trump a tout chamboulé sur le plan économique. Les gens souffrent beaucoup. Il n’y a pas de réponse, » a poursuivi le candidat démocrate. 

Mais, en réalité, ni lui ni Donald Trump n’ont fait de cette question la pierre angulaire de leur campagne. L’enjeu est ailleurs ; ce qui fera voter les Américains sera encore une fois une question de mur, de frontière et d’immigration. Car la question de l’identité américaine sera une nouvelle fois posée, comme en 2016. 

À la croisée des chemins 

Le scrutin de 2020 ne ressemblera à aucun autre dans l’Histoire des États-Unis : deux facteurs en seront la cause, la colère du camp démocrate et la transformation profonde de la structure de la société. 

La victoire de Trump en 2016 a été le plus souvent analysée comme étant une réponse apportée par la société blanche, qui se sentait étouffée depuis 50 ans par une révolution qu’elle avait perdue dans les années soixante. En 1968, la commission Kerner prédisait pour le futur une société divisée entre les blancs et les noirs. L’Amérique a hérité, en réalité, d’une situation un tout petit peu plus complexe, car la division d’aujourd’hui est d’une autre nature. 

Une société qui change 

Un long chemin a été parcouru depuis ces années soixante, celui-là même qui a tant déstabilisé celles et ceux qui sont devenus la base électorale solide de Donald Trump. Le mandat du 45e président n’a pourtant rien pu changer à cette évolution, qui s’est poursuivie et s’est même renforcée. La place de la femme dans la société, en premier lieu, ne cesse de progresser et va continuer d’évoluer, d’autant qu’elles sont de plus en plus nombreuses ; les projections annoncent qu’il y aura 7,5 millions de femmes de plus que d’hommes aux États-Unis en 2050.  

Pour autant, bien au-delà de cet avantage quantitatif, le rôle, la place et l’importance des femmes au sein de la société étatsunienne ne peuvent plus régresser désormais : les mouvements tels que « Me Too » ou « Time’s Up » se sont multipliés sous le mandat de Donald Trump et on les a aussi vus peser de plus en plus dans le débat public, portant la demande des féministes qui veulent faire évoluer le corpus législatif pour atteindre l’égalité entre les genres. En 1960, les mères étaient le principal soutien de famille, quand elles n’en étaient pas le seul, et les lois tendaient à figer cette situation. Or, au cours des cinquante dernières années, le taux d’activité des femmes américaines a augmenté régulièrement. Cela ne pouvait qu’apporter une aspiration nouvelle et un changement qui s’inscrit aussi dans les lois du pays, d’où cette fracture qui est nette aujourd’hui et qui génère une inquiétude profonde auprès d’une partie de la population. 

Extrait du livre de Jean-Eric Branaa, "Joe Biden : le 3e mandat de Barack Obama", publié chez VA Editions. 

Lien vers la boutique : ICI

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Hiris
- 08/12/2019 - 21:00
"L économie et l âme de ce pays s effondrent à cause
du président Trump " c est à mourir de rire ,la technique est vieille comme le monde ,accuser les autres d avoir fait ce qu' on a fait ! L économie américaine s est écroulée à cause de la mauvaise gestion du gouvernement Obama et surtout du manque de confiance des milieux financiers envers ce gouvernement d allumés. En deux mandats il n a pas été foutu de redresser la barre et maintenant il s attribuerait les résultats de Trump ? Non seulement ils ont été catastrophiques pour leur pays et tous leur alliés mais maintenant ils se drapent encore comme les défenseurs de la morale !!!!A vomir cette bande de mafieux minables .