En direct
Best of
Best of du 27 juin au 3 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ophélie Winter médite à la Réunion; Brigitte Macron se promène lugubre en baskets, Edith Philippe souriante en tongs, Catherine Deneuve cheveux au vent et souliers vernis; Melania Trump abuse de l’auto-bronzant; Benjamin Biolay a une fille cachée

02.

Donald Trump pourra-t-il survivre à la perte de l’électorat blanc qui l’avait pourtant soutenu jusque là contre vents et marées ?

03.

Jean Castex, une menace bien plus grande pour LR qu’Edouard Philippe ?

04.

Tesla à 200 milliards de dollars, c’est le casse du siècle digital ou la promesse du monde d’après...

05.

Consommation de drogue : ces effets secondaires jamais vus auparavant provoqués par la crise du Coronavirus

06.

Le juppéisme, cette obsession gestionnaire des élites françaises tuée par Emmanuel Macron

07.

Sauver la planète ? Le faux-nez de ces "écologistes" qui détestent l'Homme. Et la liberté

01.

Les Vikings nous ont envahis et colonisés au IXe siècle ! Nous exigeons donc que le Danemark, la Norvège, la Suède et l’Islande se repentent

02.

Sauver la planète ? Le faux-nez de ces "écologistes" qui détestent l'Homme. Et la liberté

03.

Pas de démocratie sans droit à offenser : ce capitalisme qui prend le risque de précipiter la guerre civile à trop vouloir montrer patte progressiste

04.

L'éolien peut-il être une alternative verte crédible au nucléaire ?

05.

Pire que le coup d’Etat permanent, la campagne électorale permanente ? Emmanuel Macron, le président cynique

06.

Cet espoir dans la lutte contre la Covid-19 qui se cache dans des études soviétiques vieilles de plusieurs décennies

01.

Municipales : mais que cache donc l’étonnante schizophrénie des Français entre élections locales et nationales ?

02.

Arsène Lupin était noir ! La preuve : il va être joué par Omar Sy

03.

Le parti EELV va alerter le CSA après les propos d'Eric Zemmour sur CNEWS dans "Face à l'Info" sur la vague verte et l'islam

04.

Nouvelle explosion des cas de Coronavirus : mais que se passe-t-il aux Etats-Unis ?

05.

Affaire Fillon : François Fillon est condamné à 5 ans de prison, dont 3 avec sursis, et Penelope Fillon à 3 ans de prison avec sursis

06.

L’Oréal a décidé de supprimer les mots "clair" et "blancheur" de ses produits cosmétiques !

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les secrets de la Maison Blanche" de Nicole Bacharan et Dominique Simonnet : Lincoln, incroyable !

il y a 55 min 19 sec
light > Culture
Joie des touristes
Post-Covid-19 : le Musée du Louvre va réouvrir ce lundi 6 juillet
il y a 1 heure 42 min
pépite vidéo > Politique
Nouveau Premier ministre
Retour sur le parcours politique de Jean Castex
il y a 2 heures 51 min
light > High-tech
Game over
Le PDG d’Ubisoft, Yves Guillemot, annonce des sanctions après des accusations de harcèlement sexuel
il y a 6 heures 36 min
pépites > Politique
Fin du suspense
Michèle Rubirola est élue maire de Marseille
il y a 7 heures 30 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Le courage du personnel soignant face au Covid-19 : une médecine de guerre sans protection

il y a 9 heures 57 min
décryptage > Politique
Choix stratégique

Le juppéisme, cette obsession gestionnaire des élites françaises tuée par Emmanuel Macron

il y a 12 heures 26 min
décryptage > Politique
Campagne électorale

Donald Trump pourra-t-il survivre à la perte de l’électorat blanc qui l’avait pourtant soutenu jusque là contre vents et marées ?

il y a 13 heures 25 min
rendez-vous > Media
Revue de presse people
Ophélie Winter médite à la Réunion; Brigitte Macron se promène lugubre en baskets, Edith Philippe souriante en tongs, Catherine Deneuve cheveux au vent et souliers vernis; Melania Trump abuse de l’auto-bronzant; Benjamin Biolay a une fille cachée
il y a 14 heures 16 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les records de l'histoire" de Stéphane Bern : récréation idéale pour l'été, pour parcourir l'histoire en s'amusant

il y a 1 jour 36 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Peau d'homme" de Zanzim et Hubert : une fable "genrée"

il y a 1 heure 22 min
pépites > Santé
Négociations
Le Ségur de la santé a été prolongé en l’absence d’un accord
il y a 2 heures 15 min
pépites > Politique
Plus que quelques heures à patienter ?
Gouvernement de Jean Castex : "le remaniement est bouclé", selon un dirigeant de l'exécutif
il y a 4 heures 9 min
pépites > Politique
Première visite officielle
Le nouveau Premier ministre, Jean Castex, effectue son premier déplacement sur le site de production de X-Fab
il y a 7 heures 8 min
pépite vidéo > International
Campagne électorale
Donald Trump estime que l'Amérique doit être fière de son histoire
il y a 8 heures 46 min
décryptage > Santé
Trop, c’est trop

Si la pandémie vous a rendu maniaque de la propreté, voilà ce que vous devriez savoir pour tempérer vos ardeurs

il y a 10 heures 29 min
décryptage > Politique
Suite de "Passions"

Exclu Atlantico : Nicolas Sarkozy devrait publier le tome 2 de ses mémoires dès ce mois de juillet

il y a 12 heures 54 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Tesla à 200 milliards de dollars, c’est le casse du siècle digital ou la promesse du monde d’après...

il y a 13 heures 58 min
décryptage > Politique
Premier ministre

Jean Castex, une menace bien plus grande pour LR qu’Edouard Philippe ?

il y a 14 heures 35 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La sentence" de John Grisham : un thriller qui maintient sous pression

il y a 1 jour 50 min
© Thomas SAMSON / AFP
© Thomas SAMSON / AFP
Equité générationnelle

Pourquoi la possibilité de baisser le point de retraite est en fait une mesure de justice sociale

Publié le 08 décembre 2019
Le débat autour du système par points tourne souvent autour de ce qu'il signifierait pour les retraités. L'intervention de François Fillon devant les membres de la Fondation Concorde en 2016 est beaucoup partagée ces derniers-jours : l'ancien candidat à la présidentielle évoque l'intérêt d'une réforme par points, qui consisterait à pouvoir ajuster facilement la valeur du point et donc à faire baisser les pensions.
Éric Verhaeghe
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Éric Verhaeghe est l'ancien Président de l'APEC (l'Association pour l'emploi des cadres) et auteur de Faut-il quitter la France ? (Jacob-Duvernet, avril 2012). Son site : www.eric-verhaeghe.fr ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le débat autour du système par points tourne souvent autour de ce qu'il signifierait pour les retraités. L'intervention de François Fillon devant les membres de la Fondation Concorde en 2016 est beaucoup partagée ces derniers-jours : l'ancien candidat à la présidentielle évoque l'intérêt d'une réforme par points, qui consisterait à pouvoir ajuster facilement la valeur du point et donc à faire baisser les pensions.

Atlantico : Dans quelle mesure cette facilité du système par points de moduler la valeur du point peut-il être aussi considéré comme juste pour les actifs, qui n'ont pas à subir les problèmes liés à la conjoncture économique ? 

Eric Verhaeghe : La baisse des pensions permet de stabiliser le coût global consacré à la retraite. Une étude de France Stratégie menée il y a quelques mois rappelait que la dépense en matière de retraites représentait environ 14% du PIB, ce qui fait de la France la championne des pays industrialisés sur ce chapitre. On n'a pas assez dit que cette étude préparatoire est au coeur de la réflexion sur la réforme systémique. Le projet d'Emmanuel Macron est de limiter la dépense en matière de retraites à 14% du PIB. Avec le système qu'il veut mettre en place, les retraites baisseront s'il le faut pour être contenues à ce seuil haut. L'argumentation qui le justifie ne manque pas de logique. Elle repose sur l'idée que la cotisation de retraite est du salaire différé dont la stabilité globale doit être maintenue dans le temps. En liant le montant des retraites au PIB, Emmanuel Macron garantit une forme d'équité intergénérationnelle, qui est surtout protectrice pour les futurs actifs. On sait de cette façon qu'à un moment donné, les retraités ne bénéficient pas d'une part de la richesse nationale supérieure à celle de leurs successeurs. On sait aussi, de cette façon, que la solidarité intergénérationnelle ne consiste pas à ponctionner toujours plus les actifs pour maintenir le niveau de vie des inactifs. 

Au passage, on notera que, par une bizarrerie de notre époque, cette idée selon laquelle il n'est pas juste que les retraités ne subissent pas les mêmes aléas économiques que les actifs ne coule pas de source... pour les retraités, qui trouvent tout à fait normal de préserver leur niveau de vie, dussent-ils saigner à blanc tous ceux qui financent leur retraite. On a vu combien il était délicat d'avancer cette explication à l'occasion de la hausse de la CSG, où les retraités considéraient qu'ils fournissaient suffisamment d'efforts pour ne pas être ponctionnés en plus. Du point de vue de la stricte équité, leur position était fort discutable, dans la mesure où la CSG sert essentiellement à financer l'assurance maladie. Et les retraités sont beaucoup plus dépensiers en matière de maladie que les autres catégories de la population. Malgré cette rationalité, rien n'y a fait et Macron s'est fait détester en augmentant la CSG des retraités. 

Plus globalement, le système par points ne permet-il pas de mettre en place une flexibilité, nécessaire puisque l'équilibre du système par répartition doit de toute façon être ajusté chaque année ? 

Tout le débat est bien là, et repose sur une grande illusion, à mon avis. Le système par points permet effectivement d'ajuster chaque année les dépenses de retraite. Vous m'aviez interrogé il n'y a pas longtemps sur l'utilisation que les Suédois ont pu faire de cette facilité. On remarquera que nous possédons à peu près la même en France avec l'AGIRC-ARRCO, qui est aussi un système de répartition par points. Facialement, la mécanique de pilotage permise par le système confie aux administrateurs du dispositif le soin d'équilibrer eux-mêmes le régime, par des décisions techniques qui ne supposent pas d'arbitrage politique. Dans le système proposé par Macron, c'est un conseil d'administration partagé avec les organisations syndicales qui remplira cette fonction. Le Président a l'impression de "tenir" les syndicats de cette façon, et de s'assurer de leur soutien à des mesures impopulaires. 

Le problème est que la réalité est beaucoup plus compliquée que cette vision en chambre. Avant le plan Juppé, la sécurité sociale française était administrée paritairement, et l'Etat n'y avait pas son mot à dire. Ce fut une catastrophe car les syndicats refusaient d'endosser la responsabilité des mesures impopulaires. Le plan Juppé a créé les lois de financement de la sécurité sociale, et a placé les régimes de sécurité sociale sous l'autorité directe de la direction de la sécurité sociale. Cette évolution n'a rien changé, si ce n'est que les mesures d'équilibre sont définies au Parlement, et non dans les régimes. Les syndicats s'entendent pour voter chaque année contre les mesures d'économie apportées par le gouvernement au sein des conseils d'administration.

Il n'y a aucune raison pour que le système futur échappe à cette fatalité. Soit la mission d'ajuster les retraites sera confiée aux partenaires sociaux, et on peut être sûrs qu'elle ne sera jamais menée à bien. Soit le gouvernement devra se substituer aux partenaires sociaux pour faire le sale boulot, et il les trouvera dressés devant lui. 

Pourquoi cet intérêt du système par points n'est-il pas plus défendu dans l'opinion, notamment par les actifs ? 

Une première raison pour laquelle les avantages du système futur ne sont pas défendus par ceux qui y ont le plus intérêt tient au manque de lisibilité de la réforme, et au manque d'explication du gouvernement. Rappelons que la CFDT a conditionné son soutien à la réforme dans des termes qui empêchent cette explication. Depuis plusieurs semaines, Laurent Berger explique que la mise en place d'un système par points ne doit pas servir de prétexte à des mesures d'économie. Dans le cas contraire, il a d'ores et déjà annoncé qu'il ne soutiendrait pas le projet et qu'il rejoindrait la contestation. Ce faisant, il a puissamment coupé l'herbe sous le pied d'Emmanuel Macron et d'Edouard Philippe. Les deux, pour éviter de se fâcher avec la CFDT, ont dû accepter de ne jamais parler de maîtrise des dépenses. Ils ont donc renoncé à un argument qui pourrait convaincre les cotisants. 

Dans la pratique, tout le monde sait que la réforme par points permet de faire des économies. Mais... par ce tabou qui s'explique d'abord par le comportement syndical irresponsable en France, le gouvernement refuse de le dire et de l'expliquer. Il en assume aujourd'hui les conséquences. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (12)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
lexxis
- 10/12/2019 - 09:22
DES CHIFFRES COMPLÈTEMENT BIAISÉS!
"Une étude de France Stratégie menée il y a quelques mois rappelait que la dépense en matière de retraites représentait environ 14% du PIB, ce qui fait de la France la championne des pays industrialisés sur ce chapitre". Sauf que et on ne le répètera jamais assez, les chiffres européens ne couvrent que le domaine des retraites obligatoires! Comme en France l'essentiel des retraites relève d'un régime obligatoire, ce qui n'est pas le cas dans d'autres pays, le chiffre français est évidemment au plus haut. C'est pénible tous ces chiffres que statisticiens diffusent sans précaution, en biaisant complètement les comparaisons que l'on peut en tirer et France Stratégie n'est pas à son coup d'essai! Croyez vous que si par extraordinaire un pays décidait de ne plus imposer aucun régime obligatoire, les dépenses de retraite cesseraient pour autant? Navrant qu'à ce niveau, de prétendus experts gouvernementaux puissent prendre les Français pour de parfaits crétins!
Gastoch
- 09/12/2019 - 07:58
Camp du bien
Sans surprise la gôôôôche exige la pleine responsabilité des bonnes nouvelles. Pas les mauvaises. C'est comme ça depuis 40 ans. Les Gilets Jaunes, la baisse des pensions? La gôôôôche n'est pas responsable. Elle décide de tout depuis 40 ans. Mais non. La gôôôôche est le camp du bien, point.
Forbane
- 08/12/2019 - 23:55
Avec les chances pour la France
qui seront en charge de maintenir le PIB pour que la valeur de notre point ne baisse pas (Dealers non cotisants, chômeurs et allocataires professionnels....), autant dire que ma future retraite sera ridicule....