En direct
Best of
Best of du 18 au 24 janvier
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La masse d’épargne accumulée par les Français trahit cette contradiction mortifère entre la vraie richesse de ce pays et le sentiment de pauvreté.

02.

Mila menacée de mort et de viol pour avoir critiqué l’Islam : « elle l’a cherché, qu’elle assume » !

03.

Laéticia Hallyday, nue sur Instagram, au ski avec Kev Adams : Pascal s'inquiète ; Pamela épouse, une (très) vieille flamme, Jennifer Aniston en prend le chemin avec Brad (?), Rihanna se rapproche de DEUX ex ; Patrick Bruel fait une chute

04.

Nicolas Baverez : « Les Français ignorent que la France possède une tradition intellectuelle libérale remarquable »

05.

Les ministres seraient deux fois plus riches sous le quinquennat d’Emmanuel Macron que sous François Hollande

06.

Le pantouflage : un sport de masse chez les anciens élèves de l’ENA

07.

Le nouveau mal français : la baisse du niveau de vie

01.

Michel Onfray : “Le bourrage de crâne est parvenu à un degré jamais atteint depuis qu’il y a des hommes”

02.

La masse d’épargne accumulée par les Français trahit cette contradiction mortifère entre la vraie richesse de ce pays et le sentiment de pauvreté.

03.

Quand les députés votent pour grignoter discrètement le droit de propriété en France

04.

Et si l’univers n’avait pas de fin (ni de début)

05.

CGT : Cancer Généralisé du Travail

06.

Retraites : le Trafalgar d’Emmanuel Macron

01.

La France, ni dictature, ni régime autoritaire mais néanmoins une démocratie affaiblie…

02.

Vu dans un manuel d'histoire : "les attentats du 11 septembre ont été orchestrés par la CIA" !

03.

CGT : Cancer Généralisé du Travail

04.

69% des Français pensent qu’Emmanuel Macron ne sera pas réélu. Mais quel scénario pourrait empêcher son match retour avec Marine Le Pen ?

05.

Greta Thunberg-Donald Trump, le match : avantage à...

06.

Petit cynisme entre amis: Davos attend plus de Greta Thunberg que de Donald Trump pour protéger le système libéral capitaliste

ça vient d'être publié
décryptage > Economie
Problème en vue ?

Grève un effet désastreux sur le long terme

il y a 2 heures 9 min
décryptage > Science
Atlantico Santé

Cette découverte sur l’immunothérapie qui pourrait aider à traiter TOUS les cancers

il y a 4 heures 30 min
décryptage > Histoire
Bonnes feuilles

Comment le communisme a révolutionné les rapports sociaux par la violence

il y a 6 heures 13 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

Comment le prolétariat s'est réfugié dans le vote contestataire et vers le Rassemblement national

il y a 6 heures 15 min
décryptage > Histoire
Bonnes feuilles

Le "génie" et le "mal" français selon Alexis de Tocqueville

il y a 6 heures 18 min
décryptage > Santé
Crise de la santé

« Il est urgent de sortir l’hôpital de l’impasse comptable dans laquelle on l’a enfermé depuis les ordonnances Juppé de 1995 »

il y a 6 heures 36 min
décryptage > Environnement
Atlantico Green

Pourquoi la reforestation de la planète lui fait parfois plus de mal que de bien

il y a 7 heures 9 min
décryptage > Politique
Vote par défaut

Succès passager ? Attention bulle politique en vue chez les Verts

il y a 7 heures 33 min
décryptage > Politique
Tocqueville, un théoricien pour notre époque

Nicolas Baverez : « Les Français ignorent que la France possède une tradition intellectuelle libérale remarquable »

il y a 8 heures 13 min
light > Science
Flashs cosmiques
La compréhension d'un des derniers phénomènes cosmologiques identifié se poursuit mais sera encore longue
il y a 23 heures 30 min
décryptage > Religion
Allah était-il au courant ?

Mila menacée de mort et de viol pour avoir critiqué l’Islam : « elle l’a cherché, qu’elle assume » !

il y a 3 heures 56 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Donald Trump : le porte-parole des sans-voix

il y a 6 heures 12 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Les ministres seraient deux fois plus riches sous le quinquennat d’Emmanuel Macron que sous François Hollande

il y a 6 heures 13 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Comment la gaullôlatrie a accéléré la disparition du gaullisme

il y a 6 heures 17 min
décryptage > International
Sanction Iraniennes

Le poids des sanctions économiques écrase le peuple iranien sans parvenir à le libérer

il y a 6 heures 23 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Le cœur dans le rétroviseur

il y a 6 heures 56 min
décryptage > International
Primaire démocrate

Pourquoi la stratégie de Michael Bloomberg pourrait vraiment payer (et lui coûter très cher)

il y a 7 heures 24 min
décryptage > Social
Données personnelles

70 ans de la mort d’Orwell : pourquoi l’auteur de 1984 aurait été horrifié de nous voir nous inscrire sur des sites de rencontre (sans parler du reste de notre vie en ligne…)

il y a 7 heures 52 min
pépites > Politique
La saga Huawei
Le Royaume-Uni est soumis à la pression accrue de son allié américain pour l'interdiction de la controversée Huawei
il y a 22 heures 7 min
pépite vidéo > Faits divers
Catastrophe climatique
L'est de l'Espagne sous le choc de la tempête Gloria
il y a 1 jour 2 heures
© UPI / AFP
© UPI / AFP
Atlantico Litterati

De Gaulle chef de guerre, ou la panoplie du visionnaire

Publié le 08 décembre 2019
Michel Winock nous offre avec « De Gaulle, un rebelle habité par l’histoire » (Gallimard), via la figure mythique du Général, un bréviaire du pouvoir extrêmement futé. Eclairage.
Annick Geille est une femme de lettres et journaliste française, prix du premier roman 1981 pour Portrait d'un amour coupable et prix Alfred-Née de l'Académie française 1984 pour Une femme amoureuse. Elle est également la cofondatrice, avec...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Annick Geille
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Annick Geille est une femme de lettres et journaliste française, prix du premier roman 1981 pour Portrait d'un amour coupable et prix Alfred-Née de l'Académie française 1984 pour Une femme amoureuse. Elle est également la cofondatrice, avec...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michel Winock nous offre avec « De Gaulle, un rebelle habité par l’histoire » (Gallimard), via la figure mythique du Général, un bréviaire du pouvoir extrêmement futé. Eclairage.

Dans son essai biographique « Charles de Gaulle un rebelle habité par l’histoire », Michel Winock prouve avec beaucoup de panache et de subtilité ce que le côté rebelle, voire désobéissant, de Charles de Gaulle doit à son non-conformisme ontologique. De Gaulle, Incarnation personnelle du pouvoir -le plus illustre des Français- est un personnage de roman. Michel Winock le prouve assez avec cette biographie fidèle aux faits mais considérablement enrichie par un imaginaire de romancier. Nous sommes tout à coup dans la peau de Charles de Gaulle. Nous avons accès à ses pensées, à ses doutes, à son esthétique = toute sa psyché. Après ces maîtres de la mythologie gaullienne que furent- entre autres grands auteurs-Malraux et Mauriac, ce « Rebelle habité par l’histoire » apporte une pièce maîtresse à l’édifice d’une légende aussi finement comprise par Michel Winock que subtilement transmise.

Pour l’auteur, le non-conformisme dont Charles de Gaulle fit preuve est l’apanage des (très rares et fortes) personnalités. Cependant, l’on ne peut désobéir sans maîtriser les règles. Faute de cette science, l’amateur échoue : il désobéit, « but so what » ? ; sa résistance ne laissera pas de traces. Quant au « sachant » timoré, il vient trop tard, perdant le rythme. Vu par Michel Winock, Charles de Gaulle, « homo politicus », militaire littéraire donc grand lecteur (« Le plus beau métier du monde, c'est d'être bibliothécaire(..) Une bibliothèque municipale dans une petite ville de Bretagne, Pontivy »), était surtout grand clerc dans « l’art de la guerre « ; il sut à deux reprises désobéir à point nommé. Chaque fois, il réinventa la France. Coup (s) de poker géniaux, ou science politique à son apogée ? Les deux, mon Général. Le Rassembleur du 18 juin et le législateur inspiré de 1958 avait dans le sang un non-conformisme extrêmement savant. Une science sublime de la décision.

La France qui, par ses contradictions et déchirements (sociaux, religieux, culturels etc.) incarne si souvent ce « consensus conflictuel » cher à Ricoeur, cherche parfois en son inconscient collectif « l’homme providentiel » (ce sera peut-être un jour une femme ?). Cette France-là aimait chez de Gaulle son côté « rebelle » échappant aux règles qu’il maîtrisait parfaitement, les réécrivant parfois. Pour de Gaulle le grand stratège est d’abord un prince qui sait désobéir, ce qui exige une intelligence parfaite du calcul des probabilités.

Chez de Gaulle, le rebelle sera donc forcément le Patron. Artistes, dirigeants, chefs de tous poils : tous les grands sont ainsi. Le culot et la chance. « Il faut (…) aveugler l’ennemi sur vos projets. Feindre des craintes sur quelque dessein qui ne vous donne aucune inquiétude, et dissimuler vos craintes véritables ; par là, l’ennemi, croyant avoir pénétré votre pensée, se portera à quelque mouvement que vous déjouerez aisément et vous permettra de l’écraser », conseille Nicolas Machiavel (« L’art de la guerre » /Œuvres complètes/ Bibliothèque de la Pléiade/ Gallimard).C’est à l’aune de cette praxéologie -le bon sens mis en calcul - que se mesurent et l’habileté du stratège militaire et celle du joueur. Charles de Gaulle fut ces deux experts à deux reprises, à vingt ans d’intervalle.

De Gaulle tel que vu par Winock ? Le champion mondial de la « distribution des probabilités ». Churchill en sera bluffé. L’action de Charles de Gaulle, par deux fois en moins de vingt ans a été décisive sur le sort du pays, explique l’auteur. « La première fois, l’arrachant à la soumission, bravant le régime de collaboration avec l’envahisseur, de Gaulle a redonné à son pays la fierté d’un peuple résistant, tout en empêchant la guerre civile. En 1958, de Gaulle sut saisir l’occasion pour instaurer un nouveau régime politique qui s’est révélé le plus solide depuis 1789. Le chef de guerre avait passé le relais au législateur. » Le de Gaulle de Michel Winock sait parfaitement quand et comment il sied de « résister », CAD quand et comment le chef doit prendre le risque de la décision. « Issu d’une famille catholique pratiquante de tendance monarchiste et foncièrement de droite, de Gaulle a été et est resté un républicain de raison (..) Contrairement à Barrès, nul antisémitisme chez lui. Contrairement à Maurras, une vision de l’histoire qui intègre la grandeur militaire de la révolution, qui exalte Carnot et les jeunes généraux dont Hoche est un modèle. »

 Les qualités du chef ? Décision, savoir, énergie, caractère. « Certaines de ces qualités peuvent se développer par l’habitude et l’étude, comme la décision, le savoir. (…) Mais il n’y a ni habitudes ni études ni exercices qui trempent un caractère. (…) Chaque chef pour s’en développer un doit se contraindre moralement. C’est dans son cœur que le caractère s’élabore », note encore Winock, citant le Général et ses « Carnets » (voir extrait ci-dessous ndlr).

Parfois, les biographes sont animés des meilleures intentions, mais ne comprennent pas leur sujet. Les secrets du personnage leur échappent totalement (sa psychè, son caractère).Pourquoi Picasso peint-il Guernica ? Comment Baudelaire écrit-il Les Fleurs du Mal ? Qui est vraiment Sartre ? Les biographes étant rarement écrivains, ils restent à l’extérieur des choses, donc à côté de la plaque. Nous avons droit au nombre de sucres dans le café, nous savons le total des verres de vodka dans la journée, mais l’édifice de papier construit pour nous donner les clefs du personnage qu’ils ont choisi nous laisse sur notre faim. Certains biographes -et non des moindres-, sortes de journalistes « people » consciencieux et appliqués, nous offrent de longs articles de presse bourrés d’anecdotes, de descriptions, avec tous les costumes et coutumes de la maison, mais l’imaginaire de l’artiste leur faisant défaut, il manque au livre l’essentiel : l’âme des choses, le sel de la vie, le pourquoi et le comment de l’accomplissement dans l’art ou la politique. (« Where is the beef ??? », disent les anglo-saxons) Leur héros est une énigme qu’il faut sans doute appréhender autrement que par l’amas des informations ? L’imaginaire du poète, du romancier et de l’artiste en général étant absent des dossiers de presse et autres compilations sur Internet, la plupart des biographes « classiques » ont beau tout nous dire, ils sont assez ennuyeux.

Au contraire de tous ces laborieux, Michel Winock est un écrivain. Il chérit la complexité, l’énigme des être est son affaire. De sorte que Michel Winock a cette chance d’être une sorte de romancier de la biographie. Cela ne veut pas dire que seul le roman sait appréhender les êtres d’exception, mais sans littérature, point de salut. Le Gaulle de Winock parvient à nous informer sur deux périodes -clefs de l’aventure gaullienne (qui obligèrent la France à se réinventer via « la distribution des probabilités » telle que pensée par de Gaulle), tout en nous offrant, mine de rien, la vision complexe, parfaite et nuancée de l’intériorité de CDG à ces deux moments de son aventure personnelle. Surgit alors, comme passée au scanner, l’intériorité d’un monstre sacré du politique. Doté d’un caractère et d’une intuition extraordinaires (ce que CdeG appelle son « instinct » dans ce livre de jeune homme qu’est « Le Fil de l’épée »), le personnage de Michel Winock a la faculté d’appréhender la suite sans la science des faits. Rebelle, alors, en effet toute sa vie et sauvage jusqu’à la fin, nous apparaît celui qui se retira en sa maison de la Boisserie à Colombey-les-Deux-Eglises pour rédiger « Mémoires de Guerre ».

«Passons, car c’est la loi ; nul ne peut s’y soustraire (…) Oh ! Quel farouche bruit font dans le crépuscule les chênes qu’on abat pour le bûcher d’Hercule, « soupire Victor Hugo dans « Tombeau de Théophile Gautier » (1872)

Dans « Les chênes qu’on abat » d’André Malraux, Charles de Gaulle évoque - comme s’il les avait anticipées- les difficultés de l’Europe d’aujourd’hui : « Il ne s’agit plus de savoir si la France fera l’Europe. Il s’agit de comprendre qu’elle est menacée de mort par la mort de l’Europe ».

Le silence du chef

Extrait des Carnets du Général, ce texte  (cité et commenté par Michel Winock), trouve une résonnance particulière dans la France d’aujourd’hui.

« Bien avant la publication du Fil de l’épée, son deuxième livre, paru en 1932, de Gaulle a réfléchi sur l’art du commandement et sur sa vertu principale : le caractère. Dans ses carnets qu’il entreprend de rédiger en 1916, l’année où, blessé, il est fait prisonnier par les Allemands, il note :

« Il faut être un homme de caractère.

Le meilleur procédé pour réussir dans l’action est de savoir perpétuellement se dominer soi-même, ou mieux c’est une condition indispensable.

Mais se dominer soi-même doit être devenu une sorte d’habitude, de réflexe moral obtenu par une gymnastique constante de sa volonté, notamment dans les petites choses : tenue, conversation, conduite de la pensée, méthode recherchée et appliquée en toutes choses, notamment dans le travail.

Il faut parler peu, il le faut absolument. L’avantage d’être un causeur brillant ne vaut pas au centième celui d’être replié sur soi-même, même au point de vue de l’influence générale. Chez l’homme de valeur, la réflexion doit être concentrée. Autrui ne s’y trompe pas.

Et dans l’action, il ne faut rien dire. Le chef est celui qui ne parle pas.

Extrait  de « Charles de Gaulle, un rebelle habité par l’histoire » de Michel Winock, aux éditions Gallimard

Pour acheter ce livre sur Amazon, cliquez ici

 

Lire aussi

Le fil de l’épée / Charles de Gaulle(Poche)

Mémoires de Guerre (tomes 1/2/3) / Mémoires d’Espoir/ Charles de Gaulle/(Poche)

Ces chênes qu’on abat/ André Malraux/Gallimard/Folio

De Gaulle par François Mauriac / (Prix Nobel de Littérature 1952)/ Cahiers rouges/Grasset

De Gaulle (Etude monumentale en 3 volumes/ Seuil) par Jean Lacouture (Seuil)

Roland Barthes/de Gaulle/ Les Français et la littérature /(France-Observateur/12 novembre 1959)

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La masse d’épargne accumulée par les Français trahit cette contradiction mortifère entre la vraie richesse de ce pays et le sentiment de pauvreté.

02.

Mila menacée de mort et de viol pour avoir critiqué l’Islam : « elle l’a cherché, qu’elle assume » !

03.

Laéticia Hallyday, nue sur Instagram, au ski avec Kev Adams : Pascal s'inquiète ; Pamela épouse, une (très) vieille flamme, Jennifer Aniston en prend le chemin avec Brad (?), Rihanna se rapproche de DEUX ex ; Patrick Bruel fait une chute

04.

Nicolas Baverez : « Les Français ignorent que la France possède une tradition intellectuelle libérale remarquable »

05.

Les ministres seraient deux fois plus riches sous le quinquennat d’Emmanuel Macron que sous François Hollande

06.

Le pantouflage : un sport de masse chez les anciens élèves de l’ENA

07.

Le nouveau mal français : la baisse du niveau de vie

01.

Michel Onfray : “Le bourrage de crâne est parvenu à un degré jamais atteint depuis qu’il y a des hommes”

02.

La masse d’épargne accumulée par les Français trahit cette contradiction mortifère entre la vraie richesse de ce pays et le sentiment de pauvreté.

03.

Quand les députés votent pour grignoter discrètement le droit de propriété en France

04.

Et si l’univers n’avait pas de fin (ni de début)

05.

CGT : Cancer Généralisé du Travail

06.

Retraites : le Trafalgar d’Emmanuel Macron

01.

La France, ni dictature, ni régime autoritaire mais néanmoins une démocratie affaiblie…

02.

Vu dans un manuel d'histoire : "les attentats du 11 septembre ont été orchestrés par la CIA" !

03.

CGT : Cancer Généralisé du Travail

04.

69% des Français pensent qu’Emmanuel Macron ne sera pas réélu. Mais quel scénario pourrait empêcher son match retour avec Marine Le Pen ?

05.

Greta Thunberg-Donald Trump, le match : avantage à...

06.

Petit cynisme entre amis: Davos attend plus de Greta Thunberg que de Donald Trump pour protéger le système libéral capitaliste

Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires