En direct
Best of
Best of du 27 juin au 3 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ophélie Winter médite à la Réunion; Brigitte Macron se promène lugubre en baskets, Edith Philippe souriante en tongs, Catherine Deneuve cheveux au vent et souliers vernis; Melania Trump abuse de l’auto-bronzant; Benjamin Biolay a une fille cachée

02.

Donald Trump pourra-t-il survivre à la perte de l’électorat blanc qui l’avait pourtant soutenu jusque là contre vents et marées ?

03.

Jean Castex, une menace bien plus grande pour LR qu’Edouard Philippe ?

04.

Tesla à 200 milliards de dollars, c’est le casse du siècle digital ou la promesse du monde d’après...

05.

Consommation de drogue : ces effets secondaires jamais vus auparavant provoqués par la crise du Coronavirus

06.

Le juppéisme, cette obsession gestionnaire des élites françaises tuée par Emmanuel Macron

07.

Sauver la planète ? Le faux-nez de ces "écologistes" qui détestent l'Homme. Et la liberté

01.

Les Vikings nous ont envahis et colonisés au IXe siècle ! Nous exigeons donc que le Danemark, la Norvège, la Suède et l’Islande se repentent

02.

Sauver la planète ? Le faux-nez de ces "écologistes" qui détestent l'Homme. Et la liberté

03.

Pas de démocratie sans droit à offenser : ce capitalisme qui prend le risque de précipiter la guerre civile à trop vouloir montrer patte progressiste

04.

L'éolien peut-il être une alternative verte crédible au nucléaire ?

05.

Pire que le coup d’Etat permanent, la campagne électorale permanente ? Emmanuel Macron, le président cynique

06.

Cet espoir dans la lutte contre la Covid-19 qui se cache dans des études soviétiques vieilles de plusieurs décennies

01.

Municipales : mais que cache donc l’étonnante schizophrénie des Français entre élections locales et nationales ?

02.

Arsène Lupin était noir ! La preuve : il va être joué par Omar Sy

03.

Le parti EELV va alerter le CSA après les propos d'Eric Zemmour sur CNEWS dans "Face à l'Info" sur la vague verte et l'islam

04.

Nouvelle explosion des cas de Coronavirus : mais que se passe-t-il aux Etats-Unis ?

05.

Affaire Fillon : François Fillon est condamné à 5 ans de prison, dont 3 avec sursis, et Penelope Fillon à 3 ans de prison avec sursis

06.

Les Vikings nous ont envahis et colonisés au IXe siècle ! Nous exigeons donc que le Danemark, la Norvège, la Suède et l’Islande se repentent

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les secrets de la Maison Blanche" de Nicole Bacharan et Dominique Simonnet : Lincoln, incroyable !

il y a 1 heure 10 min
light > Culture
Joie des touristes
Post-Covid-19 : le Musée du Louvre va réouvrir ce lundi 6 juillet
il y a 1 heure 58 min
pépite vidéo > Politique
Nouveau Premier ministre
Retour sur le parcours politique de Jean Castex
il y a 3 heures 7 min
light > High-tech
Game over
Le PDG d’Ubisoft, Yves Guillemot, annonce des sanctions après des accusations de harcèlement sexuel
il y a 6 heures 52 min
pépites > Politique
Fin du suspense
Michèle Rubirola est élue maire de Marseille
il y a 7 heures 45 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Le courage du personnel soignant face au Covid-19 : une médecine de guerre sans protection

il y a 10 heures 13 min
décryptage > Politique
Choix stratégique

Le juppéisme, cette obsession gestionnaire des élites françaises tuée par Emmanuel Macron

il y a 12 heures 41 min
décryptage > Politique
Campagne électorale

Donald Trump pourra-t-il survivre à la perte de l’électorat blanc qui l’avait pourtant soutenu jusque là contre vents et marées ?

il y a 13 heures 40 min
rendez-vous > Media
Revue de presse people
Ophélie Winter médite à la Réunion; Brigitte Macron se promène lugubre en baskets, Edith Philippe souriante en tongs, Catherine Deneuve cheveux au vent et souliers vernis; Melania Trump abuse de l’auto-bronzant; Benjamin Biolay a une fille cachée
il y a 14 heures 32 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les records de l'histoire" de Stéphane Bern : récréation idéale pour l'été, pour parcourir l'histoire en s'amusant

il y a 1 jour 51 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Peau d'homme" de Zanzim et Hubert : une fable "genrée"

il y a 1 heure 37 min
pépites > Santé
Négociations
Le Ségur de la santé a été prolongé en l’absence d’un accord
il y a 2 heures 30 min
pépites > Politique
Plus que quelques heures à patienter ?
Gouvernement de Jean Castex : "le remaniement est bouclé", selon un dirigeant de l'exécutif
il y a 4 heures 24 min
pépites > Politique
Première visite officielle
Le nouveau Premier ministre, Jean Castex, effectue son premier déplacement sur le site de production de X-Fab
il y a 7 heures 23 min
pépite vidéo > International
Campagne électorale
Donald Trump estime que l'Amérique doit être fière de son histoire
il y a 9 heures 1 min
décryptage > Santé
Trop, c’est trop

Si la pandémie vous a rendu maniaque de la propreté, voilà ce que vous devriez savoir pour tempérer vos ardeurs

il y a 10 heures 44 min
décryptage > Politique
Suite de "Passions"

Exclu Atlantico : Nicolas Sarkozy devrait publier le tome 2 de ses mémoires dès ce mois de juillet

il y a 13 heures 9 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Tesla à 200 milliards de dollars, c’est le casse du siècle digital ou la promesse du monde d’après...

il y a 14 heures 13 min
décryptage > Politique
Premier ministre

Jean Castex, une menace bien plus grande pour LR qu’Edouard Philippe ?

il y a 14 heures 50 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La sentence" de John Grisham : un thriller qui maintient sous pression

il y a 1 jour 1 heure
© AFP
© AFP
Avertissement

Après les manifestations, l'Iran à l'heure du choix

Publié le 08 décembre 2019
En Iran, la répression comme la contestation après l'augmentation des prix du pétrole ont été les plus violentes de ces dernières années. Les deux montrent la fragilité du régime.
Ardavan Amir-Aslani
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ardavan Amir-Aslani est avocat et essayiste, spécialiste du Moyen-Orient. Il tient par ailleurs un blog www.amir-aslani.com, et alimente régulièrement son compte Twitter: @a_amir_aslani.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
En Iran, la répression comme la contestation après l'augmentation des prix du pétrole ont été les plus violentes de ces dernières années. Les deux montrent la fragilité du régime.

Le 15 novembre, sans annonce préalable, le gouvernement iranien décidait d'augmenter les prix du pétrole de près de 50%. La décision déclencha immédiatement une réaction à travers tout l'Iran, en particulier dans les petites villes et les quartiers pauvres. D'après les rapports officiels, 28 des 31 provinces de l'Iran et près de 100 villes se sont soulevées et ont manifesté leur colère contre le gouvernement. Pris de panique face à la menace populaire, le régime y répondit par un répression sans précédent, en coupant les accès Internet dans tout le pays de façon à empêcher les manifestants d'user des réseaux sociaux pour s'organiser, et en donnant carte blanche aux forces de sécurité pour « ramener l'ordre ».

Si, pour le ministère de l'Intérieur, les chiffres des dégradations observées sont très précis – 50 postes militaires, 731 banques, 140 espaces publics, 70 stations-services, 307 véhicules privés et 183 véhicules militaires auraient été brûlés ou attaqués – le nombre de pertes humaines est étrangement plus difficile à déterminer.

L'ONG Amnesty International a d'abord fait état de 143 morts, un chiffre contesté par les autorités iraniennes. Le comité parlementaire pour la sécurité nationale et la politique étrangère estimait quant à lui à 7000 le nombre d'arrestations. Mais dans le sud du pays, dans la seule ville à Mahshahr, dans la région du Khuzestan, entre 40 et 100 personnes auraient été massacrées par les Gardiens de la Révolution. Si ce cas n'est pas isolé, le bilan humain retenu serait alors bien en-dessous de la réalité.

Un fait reste incontestable : la répression comme la contestation ont été les plus violentes de ces dernières années. Depuis que les communications ont repris le 5 décembre, la réalité de la contre-attaque gouvernementale a été mise à jour, et les Iraniens ont largement témoigné de l'atmosphère de terreur et d'incertitude, mais aussi du profond sentiment d'humiliation, qu'ils ont ressenti.

Le régime a comme d'ordinaire expliqué l'origine des manifestations par l'ingérence « d'étrangers » et de contre-révolutionnaires, visant clairement l'opposition en exil, le Mouvement pour les Moudjahidines du Peuple ou encore les soutiens de la dynastie Pahlavi. C'est sous-estimer très fortement la puissance du ressentiment populaire face à une situation économique catastrophique. Ce que les manifestants ne comprennent et ne soutiennent plus, c'est une politique qui use de l'argent public pour servir ses intérêts à l'étranger, en Irak ou au Liban, au lieu d'améliorer le quotidien des Iraniens. Les politiques économiques du gouvernement ont entraîné la disparition de la classe moyenne. Désormais en Iran n'existent plus, pour reprendre les mots du sociologue Emad Afrough, « qu'une classe dirigeante minoritaire qui décide, et une classe populaire majoritaire qui n'a qu'à obéir. »

Hassan Rohani avait pourtant invoqué la justice sociale et la nécessité d'aider les Iraniens à faibles revenus pour justifier la hausse des prix du pétrole, ainsi que les impératifs environnementaux. La manne issue de cette hausse promettait d'être redistribuée chaque mois à près de 60 millions d'Iraniens. Mais la plupart des économistes ont critiqué ce plan, arguant que le régime aurait pu choisir de taxer davantage les plus hauts revenus, au lieu de faire peser le poids de la justice sociale sur ceux qui, précisément, sont censés en bénéficier. Même les économistes qui soutenaient la démarche de Rohani ont estimé que le dispositif aurait dû être progressif, avec une augmentation maximum du prix de l'essence de 20% par an. Bien que le gouvernement le nie, il est évident que cette décision visait à renflouer les caisses de l'Etat, rendues exsangues par près d'un an et demi de sanctions économiques et par la baisse dramatique des ventes de pétrole à l'étranger.

En outre, juristes et constitutionnalistes ont souligné que la décision d'augmenter les prix du pétrole a été prise par le Conseil suprême pour la coordination économique, un organe politique inexistant dans la Constitution iranienne et créé unilatéralement par le Guide Suprême, quelques semaines après le retrait américain de l'accord sur le nucléaire. La hausse a été décidée par trois entités – le Président Rohani, le Président de l'Assemblée nationale et le chef de la justice iranienne – alors qu'elle aurait dû nécessiter l'approbation du Parlement. Cela montre surtout son inquiétante faiblesse et l'absence de plus en plus criante de démocratie et de transparence dans le processus décisionnaire.

En réalité, le régime a clairement affiché sa vulnérabilité. Ses décisions malencontreuses et sa réaction violente face au mécontentement populaire le prouvent. Elles l'ont surtout encore un peu plus fragilisé tant sur la scène intérieure que sur la scène internationale, alors qu'il doit faire face à des enjeux colossaux.

Ainsi, à quelques mois des prochaines élections législatives, les récents évènements ont totalement détruit le peu de capital sympathie dont bénéficiait encore Rohani auprès de la classe populaire. Les conservateurs, qui n'en espéraient pas tant, se réjouissent de pouvoir exploiter une fois de plus les erreurs du Président et de critiquer la faiblesse et les mauvais choix politiques des réformateurs. Il est fort possible que cela leur profite dans les urnes en mars prochain.

En outre, cette décision a été prise au pire des moments, alors que le gouvernement poursuit son bras de fer contre les sanctions américaines. Du point de vue des Etats-Unis, l'éclatement des manifestations prouve que la « pression maximale » fonctionne et que le but officiel de leur manœuvre – pousser la population à évincer le gouvernement en place – pourrait in fine être atteint. Donald Trump n'aurait donc aucun intérêt à s'asseoir de nouveau à la table des négociations. Il n'a qu'à patienter, d'autant que les évènements ont également éloigné encore un peu plus les Européens de l'Iran.

Bien que le gouvernement iranien ait réprimé la contestation, le mécontentement n'a pas disparu pour autant et n'est certainement pas apaisé. Tout au plus est-il en sommeil, et prêt à se réveiller à tout moment. Le Gouvernement a promis que les prix des biens de première nécessité n'augmenteraient pas. Mais la réalité sur le terrain prouve déjà le contraire. La hausse des prix de l'essence entraîne mécaniquement une hausse des coûts de transports, qui se répercutent déjà sur les produits de grande consommation.

La sociologie des dernières manifestations est également très différente de celles qui avaient suivi les élections de 2009 – regroupant essentiellement la classe moyenne urbaine – : les manifestants de novembre 2019, comme ceux de décembre 2017, sont majoritairement issus des classes les plus pauvres. Ce sont aussi des jeunes sans emploi et sans aucune perspective d'avenir, qui n'ont donc rien à perdre. La seule faiblesse des manifestants réside dans un manque de leadership en leur sein et surtout, dans l'absence totale d'alternative crédible à offrir face à un système politique sans doute arrivé en bout de course, mais que nul pour l'heure ne sait comment remplacer. En outre, les souvenirs de la révolution de 1979 restent toujours aussi vifs dans la mémoire collective, même 40 ans après, et la crainte de la guerre civile retient encore beaucoup d'Iraniens, rendant la perpective d'un changement de régime à court terme bien incertaine.

Néanmoins, en l'absence d'un véritable plan de réformes économiques et politiques, l'Iran est vraisemblablement voué à connaître de nouveaux soulèvements. Et s'ils surviennent alors que Téhéran continue sa stratégie de désengagement de l'accord de Vienne, le pays risque grandement de voir sa stabilité et sa sécurité compromises. Si les relations de l'Iran avec les pays du Golfe Persique - qui avaient déjà entamé un rapprochement diplomatique depuis l'été - seront sans doute peu impactées par de nouvelles manifestations, celles-ci pourraient l'isoler encore davantage face aux Américains. Certes, la « pression maximale » ne menacera sans doute pas directement l'existence même de la République islamique, mais elle en ébranlera les fondations.

L'Iran est désormais face à un choix crucial pour son avenir : les manifestations du mois de novembre 2019, 40 ans après la Révolution, sont un premier avertissement invitant le régime à évoluer, sous peine d'un chaos grandissant. Sur le plan intérieur, cela l'obligerait à engager de véritables réformes. Sur le plan extérieur, à troquer les stratégies bellicistes pour une solution diplomatique et l'obtention d'une levée des sanctions. Reste à savoir si le régime est encore capable d'observer une telle mutation, ou s'il se trouve déjà en état de mort clinique.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires