En direct
Best of
Best of du 24 au 30 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Laeticia Hallyday craque pour Jalil Lespert; Laetitia Casta attend son 4ème; Kim Kardashian fête ses 40 ans en string; Jennifer Lawrence invite ses copines dans le lit conjugal; la maitresse de Brad Pitt le plaque pour un vieux; Loana va mieux; Louane bof

02.

Grand remplacement : la double intimidation qui nous empêche de regarder la réalité en face

03.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

04.

Menace terroriste : "On affronte des masses qui veulent nous détruire", alertent les services de renseignement

05.

On est chez nous ? Non, ils sont chez nous !

06.

Caricatures : Justin Trudeau veut un débat sur des "exceptions" à la liberté d'expression

07.

Malika Sorel : "Emmanuel Macron commet une grave erreur dans sa stratégie face à l’islamisme"

01.

Laeticia Hallyday craque pour Jalil Lespert; Laetitia Casta attend son 4ème; Kim Kardashian fête ses 40 ans en string; Jennifer Lawrence invite ses copines dans le lit conjugal; la maitresse de Brad Pitt le plaque pour un vieux; Loana va mieux; Louane bof

02.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

03.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

04.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

05.

Malika Sorel : "Emmanuel Macron commet une grave erreur dans sa stratégie face à l’islamisme"

06.

Grand remplacement : la double intimidation qui nous empêche de regarder la réalité en face

01.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

02.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

03.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

04.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

05.

Reconfinement généralisé : les failles (masquées) de la détermination affichée par Emmanuel Macron

06.

Attaque à l'arme blanche à Nice, l'auteur a été interpellé

ça vient d'être publié
pépites > France
Attaque
Lyon : un prêtre orthodoxe blessé par balle ; l'assaillant en fuite
il y a 7 heures 43 min
pépite vidéo > Culture
Disparition
15 des meilleures scènes de Sean Connery en Bond, James Bond
il y a 11 heures 33 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Le Menhir d'or" : Du pur Goscinny et Uderzo, en images et en sons

il y a 13 heures 28 min
pépite vidéo > Religion
Religions
L'archevêque de Toulouse, Robert Le Gall, se dit contre le droit au blasphème
il y a 14 heures 29 min
pépites > Terrorisme
Débandade
Seuls 26% des Français font confiance au gouvernement pour lutter contre le terrorisme
il y a 15 heures 32 min
décryptage > France
Justice

Le fondement juridique des amendes liées aux violations bénignes du reconfinement est-il solide ?

il y a 16 heures 23 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

L’économique française a rebondi de 18 % au 3ème trimestre, preuve que le système de production peut tenir, à condition qu’on lui fiche la paix...

il y a 16 heures 54 min
décryptage > Justice
Bonnes feuilles

Pierre Gide : le quotidien difficile d’un avocat sous l’Occupation

il y a 17 heures 3 min
décryptage > International
J-4

Bidenomics : quel impact pour l’économie d’un (éventuel) président démocrate ?

il y a 17 heures 5 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Laeticia Hallyday craque pour Jalil Lespert; Laetitia Casta attend son 4ème; Kim Kardashian fête ses 40 ans en string; Jennifer Lawrence invite ses copines dans le lit conjugal; la maitresse de Brad Pitt le plaque pour un vieux; Loana va mieux; Louane bof
il y a 17 heures 6 min
pépites > France
On en a gros
Reconfinement : des maires refusent la fermeture des commerces non-alimentaires
il y a 10 heures 10 min
light > Culture
Disparition
L'acteur Sean Connery est décédé à l'âge de 90 ans
il y a 11 heures 57 min
pépites > Terrorisme
Danger
Menace terroriste : "On affronte des masses qui veulent nous détruire", alertent les services de renseignement
il y a 14 heures 9 min
pépites > International
Soumission
Caricatures : Justin Trudeau veut un débat sur des "exceptions" à la liberté d'expression
il y a 14 heures 50 min
décryptage > France
Pour nous sonne le glas

On est chez nous ? Non, ils sont chez nous !

il y a 16 heures 17 min
décryptage > Santé
Apéros vidéo

Comment gérer la consommation d’alcool pendant le confinement ?

il y a 16 heures 34 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

GIGN - RAID : aux origines de la création des unités d’élite

il y a 17 heures 3 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Savoir repérer les manipulateurs : comment dire non à une personne malveillante et manipulatrice ?

il y a 17 heures 3 min
décryptage > International
Exemple

Petites leçons venues des Etats-Unis pour les conservateurs français

il y a 17 heures 5 min
décryptage > Société
Changement de visage

Grand remplacement : la double intimidation qui nous empêche de regarder la réalité en face

il y a 17 heures 7 min
© Thomas SAMSON / AFP
© Thomas SAMSON / AFP
Jeudi noir

5 décembre : la première bataille remportée, les syndicats peuvent-ils gagner la guerre ?

Publié le 06 décembre 2019
La journée du jeudi 5 décembre a été marquée par une forte mobilisation. Selon le ministère de l'Intérieur, 806.000 personnes ont manifesté lors de cette journée de protestation contre la réforme des retraites.
Sylvain Boulouque
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Sylvain Boulouque est historien, spécialiste du communisme, de l'anarchisme, du syndicalisme et de l'extrême gauche. Il est l'auteur de Mensonges en gilet jaune : Quand les réseaux sociaux et les bobards d'État font l'histoire (Serge Safran éditeur) ou...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La journée du jeudi 5 décembre a été marquée par une forte mobilisation. Selon le ministère de l'Intérieur, 806.000 personnes ont manifesté lors de cette journée de protestation contre la réforme des retraites.

Atlantico.fr : Selon le ministère de l'Intérieur, 806.000 personnes ont manifesté ce jeudi dans toute la France, la CGT fait quant à elle état de 1.5 millions de manifestants. Si l'on s'attendait à une mobilisation importante, ces chiffres ne dépassent-ils pas les prévisions ? Que penser d'une aussi forte mobilisation au premier jour du mouvement social ? 

Sylvain Boulouque : Effectivement, ce jeudi 5 décembre la mobilisation était très forte et dépassait les espérances des différentes centrales syndicales. On retiendra notamment la mobilisation très forte dans les villes de petite et de moyenne taille.A titre de comparaison, il y a avait hier trois fois plus de manifestants dans les rues qu'au plus fort du mouvement des Gilets jaunes. Ceci montre donc qu'il y a un mécontentement relativement fort dans l'ensemble de la population et un vrai soutien à la contestation syndicale alors même que le projet de réforme des retraites du gouvernement n'a pas été révélé dans sa version finale. On peut donc parler d'un réel succès.

Il est toujours difficile de se prononcer sur le début d'un mouvement et sur son évolution possible. Est-ce que c'est d’emblée la maximum qui est atteint ou est-ce que le mouvement peut gagner en ampleur ? Il est encore trop tôt pour trancher, cela dépendra du travail des organisations syndicales et du projet de loi et de l'attitude qu'adoptera le gouvernement. On ne sait pas encore ce qu'il adviendra, mais au premier jour c'est vraisemblablement un succès pour les syndicats.

Ce succès montre également qu'il y a une mobilisation qui s'est faite par les vecteurs syndicaux traditionnels et donc par les corps intermédiaires. On ne peut pas encore parler de victoire des corps intermédiaires mais les syndicats sont à nouveau mis-en-lumière. Dès lors, cela démontre que les syndicats ne sont pas condamnés tel qu'on pouvait le dire et le penser jusqu'alors au vu du désintérêt de la population pour les corps intermédiaires. C'est extrêmement important dans la mesure aussi où toutes les mouvances syndicales -la CFDT par exemple- n'appelaient pas à  la grève. Ainsi, si les négociations avec le gouvernement n’aboutissaient pas et dans la mesure où tous les syndicalistes ne se sont pas mobilisés, le mouvement pourrait donc prendre davantage d'ampleur. 

Comme lors des manifestations des Gilets jaunes, les black blocks et les émeutiers étaient présents au sein des cortèges ce vendredi, 87 arrestations ont été relevées à Paris. Le monument de la République a par exemple été tagué, que penser de ces débordements, sont-ils désormais le fait commun de toute manifestation ? Jean-Luc Mélenchon a aussi pointé du doigt la réponse des forces de l'ordre, note-t-on également ce jeudi des débordements du côté de la police ? 

La tradition émeutière avait quasiment disparue en France entre les années 1980 et 2000, avant de revenir en force avec la loi El Khomri (loi travail) et davantage encore avec le mouvement des Gilets jaunes. Il y a de fortes chances que cette tendance progresse dans les mois et années à venir. Il y a donc de fortes chances que ces émeutiers soient présents de manifestations en manifestations d'autant plus, que si l'on regarde les chiffres -3000 gardes à vue et 2000 condamnations- ils ne semblent pas avoir peur de la justice. Si les menaces judiciaires ne les arrêtent pas, il y a donc fort à parier que le mouvement émeutier enfle. Cette tendance doit également être mise en parallèle avec le fait que 20% de la population est favorable ou du moins n'est pas opposée à l'usage de la violence dans les mouvements sociaux. Ceci ne veut bien sûr pas dire que 20% de la population usera de la violence, simplement que ce soutien aux émeutiers est réel.

Parallèlement, il y a une tendance de plus en importante de la part des forces de l'ordre à se montrer violentes. Il y a des interventions policières qui sont de plus en plus violentes dans les manifestations. Il y a même certains cas -à Nantes ce jeudi par exemple alors que les manifestants ne faisaient que danser- dans lesquels la police intervient et charge sur les manifestants sans aucune raison apparente. Il y a donc aussi de la part de la police une tendance à être beaucoup plus répressive et violente dans ses réactions ce qui dans certains cas entraîne la réponse des manifestants. Dans ce cas précis, Mélenchon constate une réalité : toute personne qui regarde les manifestations peut observer une montée des "violences" policières. La dégradation des rapports sociaux -ici entre manifestants et police- entraînent des réactions violentes de part et d'autres. La police, par exemple, réagi de plus en plus rapidement au moindre débordement même le plus petit. 

Cette tactique policière et gouvernementale -puisque cette stratégie émane du ministère de l'Intérieur- n'est pas nouvelle. On peut dresser une comparaison avec tentation insurrectionnelle des années 1920 et la réponse assez similaire du gouvernement Clémenceau. Bien que les tactiques étaient différentes et le seuil de violence ait été bien supérieur à l'époque, la stratégie était quelque part la même : mater les tentations insurrectionnelles par une réponse forte des forces de l'ordre.

Ce qui est intéressant aujourd'hui, c'est que d'un côté la société est bien moins violente -on n'est pas dans le même rapport à la violence que dans les année 20, par exemple- et pourtant le rapport à la violence est plus important, de part et d'autre, qu'il ne l'était il y a une vingtaine d'années. Et ce phénomène n'est pas restreint à la France il se constate aux quatre coins du monde.

Si le parallèle a été dressé à plusieurs reprises, à la suite de la forte mobilisation de ce jeudi et notamment à la grève d'ores et déjà reconduite par la RATP, doit -on s'attendre à un mouvement aussi soutenu et durable qu'en 1995 ? 

Le départ du mouvement est plus important qu'en 1995, mais il faut également prendre en compte les 15 jours de préparation dont ont disposé les syndicats cette fois-ci. En effet, la grève a été annoncée 15 jours à l'avance et les médias en ont beaucoup parlé, or en 1995 il n'y avait pas eu ce laps de temps de préparation. Il faut également prendre en compte le fait qu'il n'y pas eu, depuis 1995, de victoires ou de résultats positifs pour les syndicats. Cela peut également traduire, dans le cas présent, une volonté d'aller jusqu'au bout. Pour l'heure on est dans une configuration similaire à  celle de 1995, l'opinion est plutôt favorable au mouvement mais on ne sait pas encore ce qui adviendra dans les jours qui viennent. 

C'est toujours difficile de savoir si le mouvement tiendra sur la durée. En 1995, le mouvement avait duré parce que le gouvernement avait tardé à répondre. Mais 1995 est un contre-modèle, aujourd'hui on ne sait pas quelle stratégie le pouvoir en place choisira d'adopter. Pour l'heure, on sait que jusqu'à lundi prochain la situation restera bloquée, mais il est impossible de se prononcer sur l'après lundi. 

Il est difficile de se prononcer sur la question, est-ce que le mouvement ira crescendo ou restera-t-il stable ? On ne sait pas. Ce que l'on peut dire, c'est que si le gouvernement cède face à la contestation il risque de perdre sa base qui retournera vers Les Républicains. A contrario, s'il ne cède pas on ne sait absolument pas quelle tournure le mouvement peut prendre.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires