En direct
Best of
Best of du 9 au 15 janvier
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La fatigue de l’épidémie, cet élément historiquement documenté, qu’ignore superbement le gouvernement français

02.

Alerte aux nouveaux variants du Coronavirus : l’Occident peut-il encore échapper à un bilan humain tragique sans adopter les méthodes asiatiques face à l’épidémie ?

03.

Mais qui peut encore stopper les magistrats dans les dommages qu’ils infligent (inconsciemment) à la démocratie française ?

04.

Emmanuel Macron, victime d’impuissance ?

05.

Alerte au variant du Coronavirus : ce qu’on sait vraiment du risque de contamination en extérieur (et que le gouvernement devrait méditer avant d’envisager de restreindre la liberté de promenade)

06.

Il paraît qu'on ne peut pas accueillir toute la misère du monde. Mais qui est responsable de toute la misère du monde ?

01.

Affaire Olivier Duhamel : Alain Finkielkraut, ne sera plus chroniqueur de l’émission 24h Pujadas, diffusée sur LCI

02.

Ne dites plus "amen" mais "awomen"

03.

Éviction d’Alain Finkielkraut : les bienfaits de la condamnation des dérapages, les dangers de l’épuration

04.

Alerte aux nouveaux variants du Coronavirus : l’Occident peut-il encore échapper à un bilan humain tragique sans adopter les méthodes asiatiques face à l’épidémie ?

05.

Il paraît qu'on ne peut pas accueillir toute la misère du monde. Mais qui est responsable de toute la misère du monde ?

06.

Certificats de virginité : Marlène Schiappa accuse les "évangélistes" de propager cette détestable pratique

ça vient d'être publié
pépites > Politique
« Cher Tayyip »
Emmanuel Macron et Recep Tayyip Erdogan s'écrivent pour apaiser les tensions
il y a 4 jours 7 heures
pépites > Justice
Révélations de Mediapart
Justice : enquête ouverte contre Nicolas Sarkozy pour « trafic d’influence » dans le cadre d’activités de conseil pour le groupe russe Reso-Garantia
il y a 4 jours 12 heures
pépites > Politique
Jupiter
Nouvelle colère d'Emmanuel Macron, cette fois contre certains ministres
il y a 4 jours 13 heures
décryptage > International
Démocratie américaine en danger

Assaut sur le Capitole : autopsie de trois jours de folies américaines

il y a 4 jours 13 heures
pépite vidéo > Santé
Eviter la pénurie
Le PDG de Moderna, Stéphane Bancel, alerte sur la question de l'approvisionnement des vaccins pour l'hiver prochain
il y a 4 jours 14 heures
décryptage > International
Université de Bogazici

Révolte étudiante à Istanbul ou les prémices d’un printemps turc

il y a 4 jours 14 heures
pépites > Santé
Coronavirus
Bruno Le Maire et Gabriel Attal indiquent qu'un confinement est toujours possible
il y a 4 jours 15 heures
décryptage > Santé
Espoir

Une étude démontre que les crises cardiaques pourraient être détectées des années à l’avance en surveillant le niveau de calcium dans les artères

il y a 4 jours 16 heures
décryptage > Environnement
instrumentalisation judiciaire

Procès contre l’inaction de l’Etat : l’affaire du siècle est aussi la pire imaginable pour... le climat lui-même

il y a 4 jours 16 heures
décryptage > Santé
Urgence sanitaire

Face à la Covid-19, finissons-en avec l’amateurisme public ! Le diagnostic implacable de fonctionnaires de la santé

il y a 4 jours 16 heures
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand les billes précisent le moment et quand les disques détournent les heures : c’est l’actualité hivernale des montres
il y a 4 jours 10 heures
pépites > Santé
Pénurie
Le maire de Neuilly-sur-Seine déplore que les quantités de vaccins annoncées ne soient pas au rendez-vous
il y a 4 jours 12 heures
pépites > Santé
Coronavirus
La présence du virus dans les eaux usées de l'Ile-de-France en forte augmentation
il y a 4 jours 13 heures
pépites > Santé
Bug
Après avoir été volontairement fermé hier le site Santé.fr de rendez-vous pour les vaccinations est ouvert en version simplifiée aujourd'hui
il y a 4 jours 13 heures
décryptage > France
Couvre-feu à 18h

La fatigue de l’épidémie, cet élément historiquement documenté, qu’ignore superbement le gouvernement français

il y a 4 jours 14 heures
décryptage > International
Guerre de l'information

A propos d’infox : la tentation de Joe Biden de suivre la politique des néoconservateurs

il y a 4 jours 15 heures
décryptage > Santé
Mesures efficaces contre le virus

Covid-19 : les modèles d’efficacité sanitaire asiatiques, impossibles à reproduire en Europe ? 5 arguments pour démonter une imposture intellectuelle

il y a 4 jours 15 heures
décryptage > Economie
Impact économique de la pandémie

Records à l’export : la Chine est-elle en train de gagner une bataille... ou la guerre des puissances commerciales ?

il y a 4 jours 16 heures
décryptage > France
"Je ne livre pas les Juifs"

Il paraît qu'on ne peut pas accueillir toute la misère du monde. Mais qui est responsable de toute la misère du monde ?

il y a 4 jours 16 heures
pépites > Politique
Voile
Aurore Bergé dépose un amendement interdisant le port du voile aux petites filles
il y a 4 jours 16 heures
© Odd ANDERSEN / AFP
© Odd ANDERSEN / AFP
Une page se tourne ?

La fin de règne d’Angela Merkel se dessine dans le congrès du SPD

Publié le 06 décembre 2019
Le SPD se réunit en congrès. L'avenir de la coalition CDU-CSU-SPD sera abordé. Angela Merkel a annoncé l'an dernier qu'elle se retirerait de la vie politique à l'issue de son mandat, en 2021. Sa coalition gouvernementale, composée de son parti, la CDU, et des sociaux-démocrates du SPD, est en danger.
Jérôme Vaillant
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jérôme Vaillant est professeur émérite de civilisation allemande à l'Université de Lille et directeur de la revue Allemagne d'aujourdhui. Il a récemment publié avec Hans Stark "Les relations franco-allemandes: vers un nouveau traité de l'Elysée" dans le...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le SPD se réunit en congrès. L'avenir de la coalition CDU-CSU-SPD sera abordé. Angela Merkel a annoncé l'an dernier qu'elle se retirerait de la vie politique à l'issue de son mandat, en 2021. Sa coalition gouvernementale, composée de son parti, la CDU, et des sociaux-démocrates du SPD, est en danger.

Atlantico.fr : Le SPD se réunit en congrès à partir d’aujourd’hui, vendredi 6 décembre, jusqu’à dimanche 8 décembre. Doit être notamment discuté l’avenir de la grande coalition CDU-CSU-SPD derrière Angela Merkel. L’enjeu du week-end est-il la fin de cette coalition ?

Jérôme Vaillant : Je ne crois pas que ce soit l’enjeu. Compte tenu de mes connaissances de ce qui se passe au sein du SPD actuellement, je ne crois pas que le véritable enjeu soit déjà – et j’insiste sur ce déjà – l’avenir de la grande coalition. On a aujourd’hui affaire à un SPD profondément divisé. Il n’y a pas seulement au sein du SPD une nouvelle direction (encore faut-il qu’elle soit d’ailleurs confirmée par le congrès, ce qui devrait arriver), composée de Saskia Esken et de Norbert Walter-Borjans, il y a aussi une partie du SPD qui pense que quitter la grande coalition en claquant la porte ne rimerait pas à grand-chose, et que ce serait au contraire quelque chose qui pourrait précipiter le déclin du parti. Il ne faut pas perdre de vue le fait que ce duo n’est pas obligatoirement bien installé au sein du parti. Il ne le connaît pas dans toutes ses ramifications.

Les négociations qui ont été menées entre ce nouveau duo et le comité directeur du SPD a conduit à la mise en place d’une proposition qui sera soumise au Congrès à Berlin, proposition plutôt modérée, proposition de compromis entre les deux mouvements en présence au sein du parti. Cette proposition n’est pas l’expression des volontés des deux nouveaux dirigeants du parti. D’autant que ce duo est composé d’amateurs : Saskia Esken et Norbert Walter-Borjans ne sont pas des personnalités très connues en Allemagne et n’ont pas l’expérience du pouvoir fédéral.

Le compromis trouvé consiste en trois points : améliorer le pacte qui a été accepté par l’actuel gouvernement sur le climat, jugé insuffisant par une grande partie du SPD ; provoquer des investissements massifs dans les infrastructures ; augmenter le salaire minimum à 12€, alors qu’il est aujourd’hui en dessous de 10€. La tendance va donc plutôt à reconnaître la nécessité de réunir la grande coalition à mi-parcours, pour voir ce qui a été obtenu par le parti et ce qui pourrait être développé. Ces trois thèmes pourraient être l’objet de négociations avec la CDU et la CSU, qui pourraient être vigoureuses. Par conséquent, ce qui n’arrivera sans doute pas au Congrès de Berlin pourrait arriver par la suite.

 C’est aussi le sort d’un certain nombre de personnes qui va être réglé à Berlin, par exemple celui du ministre des Finances. Si Olaf Scholz décidait de démissionner de sa fonction, ce serait un geste qui pourrait davantage fragiliser la coalition actuellement.

Faut-il prévoir plutôt une rupture de cette coalition ou une réduction de la marge de manœuvre de la chancelière avant la fin de son mandat en 2021 ?

Je ne voudrais pas jouer au devin. L’objectif poursuivi par Angela Merkel et par les chrétiens démocrates, c’est de se maintenir au pouvoir au moins jusqu’en 2021. Si ce n’est pas au sein d’une coalition, ce serait, comme certains le suggèrent à la chancelière, avec un gouvernement minoritaire, ce que l’Allemagne n’a jamais connu véritablement au niveau fédéral.

On ne peut rien exclure, vu que le SPD n’est pas une garantie de stabilité. La faiblesse du parti est un élément de déstabilisation. Ce qui ne se produira pas dans les jours qui viennent, cela peut se produire à une autre occasion. C’est d’ailleurs redoutable pour la politique allemande, parce qu’on n’a pas le sentiment que le gouvernement soit capable de prendre de grandes décisions, mais plutôt qu’il est en train de louvoyer pour éviter les difficultés. Cela n’est pas une bonne chose.

Que ce soit au Royaume-Uni, en Italie ou en France, les gouvernements européens semblent ne plus avoir de majorité d’action pour mener à bien des politiques. Grâce aux coalitions, l’Allemagne a réussi à passer à travers les gouttes. Mais la nouvelle génération sociale-démocrate semble vouloir changer de cap. En cas de crise politique majeure, y aurait-il d’autres possibilités de coalition ? Vers quoi se dirigerait-on ?

Je fais partie de ceux qui ont regretté qu’après les élections fédérales de septembre 2017, l’expérience d’un gouvernement à trois, CDU-CSU, Verts et libéraux, n’ait pas abouti. Cela aurait été une expérience intéressante et utile qui aurait épargné à l’Allemagne cette nouvelle grande coalition pas très solide. Cela n’a pas marché à cause du retrait des libéraux. Je ne pense pas qu’on puisse imaginer, si jamais la grande coalition devait se défaire, que les libéraux souhaitent entrer dans une coalition du type de celle qu’ils ont refusée. On s’orientera sans doute vers des élections anticipées dans ce cas-là, élections lors desquelles les Verts auraient très certainement une carte à jouer. On peut imaginer une coalition après des élections anticipées qui serait faite de la CDU-CSU, de Verts, peut-être appuyée de libéraux.

Dans quelle mesure la faiblesse de la grande coalition fragilise Angela Merkel en Europe ?

La prédominance de l’Allemagne sur les sujets européens est déjà remise en cause depuis longtemps. C’est de toute façon une prédominance qui ne s’est manifestée que dans le domaine financier et économique. Sur le plan de la politique internationale et des opérations extérieures, ce qui a caractérisé les différents gouvernements Merkel, c’est plutôt la tendance à la prudence et au retrait, malgré quelques avancées par ci, par là. On sent que les chrétiens démocrates cherchent à aller plus loin que la chancelière Merkel sur l’Europe et sur la défense européenne. On oublie en France d’écouter ce qui se dit entre les lignes chez les chrétiens démocrates. Sans vouloir présager de l’avenir de l’actuelle ministre de la Défense et présidente de la CDU, Annegret Kramp-Karrenbauer, elle a une formule à laquelle on devrait s’intéresser : « Il faut rester transatlantique et devenir plus européen », a-t-elle expliqué.  Elle parlait de l’Europe de la Défense. Je pense qu’on n’a pas compris véritablement le positionnement de l’Allemagne et d’Angela Merkel sur l’Europe de la Défense et les relations transatlantiques.  Angela Merkel, dès l’arrivée de Trump au pouvoir, a dit qu’à l’évidence, on ne pouvait plus compter sur les amis d’hier comme on l’avait fait jusqu’alors. Le problème à mes yeux, c’est qu’elle semble avoir fait la bonne analyse mais qu’elle n’a pas suivi cette analyse de propositions concrètes, qui auraient pu aller au-devant des propositions de la France telles que formulées par Emmanuel Macron. Il y a là un déficit manifeste et il n’est pas sûr que l’actuel marasme politique favorise l’émergence de grands projets européens, à quelque niveau que ce soit, en Allemagne.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Thématiques :
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
evgueniesokolof
- 07/12/2019 - 21:58
Ce qui est assez étonnant
est que dans ce contexte de naufrage, l'électorat puisse encore donner une carte aux Verts pour accélérer la mort du Titanic! C'est bien l'Europe ( je parle du continent et s du cirque bruxellois) qui se suicide!