En direct
Best of
Best of du 24 au 30 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Laeticia Hallyday craque pour Jalil Lespert; Laetitia Casta attend son 4ème; Kim Kardashian fête ses 40 ans en string; Jennifer Lawrence invite ses copines dans le lit conjugal; la maitresse de Brad Pitt le plaque pour un vieux; Loana va mieux; Louane bof

02.

Grand remplacement : la double intimidation qui nous empêche de regarder la réalité en face

03.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

04.

Menace terroriste : "On affronte des masses qui veulent nous détruire", alertent les services de renseignement

05.

On est chez nous ? Non, ils sont chez nous !

06.

Caricatures : Justin Trudeau veut un débat sur des "exceptions" à la liberté d'expression

07.

Malika Sorel : "Emmanuel Macron commet une grave erreur dans sa stratégie face à l’islamisme"

01.

Laeticia Hallyday craque pour Jalil Lespert; Laetitia Casta attend son 4ème; Kim Kardashian fête ses 40 ans en string; Jennifer Lawrence invite ses copines dans le lit conjugal; la maitresse de Brad Pitt le plaque pour un vieux; Loana va mieux; Louane bof

02.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

03.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

04.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

05.

Malika Sorel : "Emmanuel Macron commet une grave erreur dans sa stratégie face à l’islamisme"

06.

Grand remplacement : la double intimidation qui nous empêche de regarder la réalité en face

01.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

02.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

03.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

04.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

05.

Reconfinement généralisé : les failles (masquées) de la détermination affichée par Emmanuel Macron

06.

Attaque à l'arme blanche à Nice, l'auteur a été interpellé

ça vient d'être publié
pépites > France
Attaque
Lyon : un prêtre orthodoxe blessé par balle ; l'assaillant en fuite
il y a 8 heures 29 min
pépite vidéo > Culture
Disparition
15 des meilleures scènes de Sean Connery en Bond, James Bond
il y a 12 heures 19 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Le Menhir d'or" : Du pur Goscinny et Uderzo, en images et en sons

il y a 14 heures 15 min
pépite vidéo > Religion
Religions
L'archevêque de Toulouse, Robert Le Gall, se dit contre le droit au blasphème
il y a 15 heures 15 min
pépites > Terrorisme
Débandade
Seuls 26% des Français font confiance au gouvernement pour lutter contre le terrorisme
il y a 16 heures 18 min
décryptage > France
Justice

Le fondement juridique des amendes liées aux violations bénignes du reconfinement est-il solide ?

il y a 17 heures 10 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

L’économique française a rebondi de 18 % au 3ème trimestre, preuve que le système de production peut tenir, à condition qu’on lui fiche la paix...

il y a 17 heures 40 min
décryptage > Justice
Bonnes feuilles

Pierre Gide : le quotidien difficile d’un avocat sous l’Occupation

il y a 17 heures 49 min
décryptage > International
J-4

Bidenomics : quel impact pour l’économie d’un (éventuel) président démocrate ?

il y a 17 heures 51 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Laeticia Hallyday craque pour Jalil Lespert; Laetitia Casta attend son 4ème; Kim Kardashian fête ses 40 ans en string; Jennifer Lawrence invite ses copines dans le lit conjugal; la maitresse de Brad Pitt le plaque pour un vieux; Loana va mieux; Louane bof
il y a 17 heures 52 min
pépites > France
On en a gros
Reconfinement : des maires refusent la fermeture des commerces non-alimentaires
il y a 10 heures 57 min
light > Culture
Disparition
L'acteur Sean Connery est décédé à l'âge de 90 ans
il y a 12 heures 44 min
pépites > Terrorisme
Danger
Menace terroriste : "On affronte des masses qui veulent nous détruire", alertent les services de renseignement
il y a 14 heures 55 min
pépites > International
Soumission
Caricatures : Justin Trudeau veut un débat sur des "exceptions" à la liberté d'expression
il y a 15 heures 36 min
décryptage > France
Pour nous sonne le glas

On est chez nous ? Non, ils sont chez nous !

il y a 17 heures 3 min
décryptage > Santé
Apéros vidéo

Comment gérer la consommation d’alcool pendant le confinement ?

il y a 17 heures 21 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

GIGN - RAID : aux origines de la création des unités d’élite

il y a 17 heures 49 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Savoir repérer les manipulateurs : comment dire non à une personne malveillante et manipulatrice ?

il y a 17 heures 50 min
décryptage > International
Exemple

Petites leçons venues des Etats-Unis pour les conservateurs français

il y a 17 heures 52 min
décryptage > Société
Changement de visage

Grand remplacement : la double intimidation qui nous empêche de regarder la réalité en face

il y a 17 heures 54 min
© PHILIPPE LOPEZ / AFP
© PHILIPPE LOPEZ / AFP
Mobilisation contre la réforme

Grève du 5 décembre : bloquer le pays est-il une stratégie payante ? Petit retour sur les conflits des 50 dernières années

Publié le 05 décembre 2019
Le mouvement social contre la réforme des retraites vient de débuter ce jeudi 5 décembre. A cette occasion, Atlantico revient sur les mouvements sociaux en France depuis 1968 et dresse le bilan économique et social des manifestations de l'histoire contemporaine française.
Frédéric Tristram
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Frédéric Tristram est historien et spécialiste de la politique fiscale en France.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le mouvement social contre la réforme des retraites vient de débuter ce jeudi 5 décembre. A cette occasion, Atlantico revient sur les mouvements sociaux en France depuis 1968 et dresse le bilan économique et social des manifestations de l'histoire contemporaine française.

Atlantico.fr : Alors que débute aujourd’hui un mouvement social que certains estiment pouvoir être massif, mouvement  contre la réforme des retraites et plus largement contre la politique du gouvernement, Atlantico revient sur les mouvements sociaux en France depuis 1968. Qu’ont-ils annoncé comme phase économique et social ? Quelles réformes ont-ils retardé ? Quel est, en somme, le bilan économique et social des manifestations de l’histoire contemporaine française ?

Quelles sont les grandes conséquences des grèves de 1968 sur l’économie ? Ont-elles amorcé un mouvement de libéralisation de l’économie et du marché du travail ?

Frédéric Tristram : Il faut distinguer les conséquences à court terme et à plus long terme. A court terme, dès 1968, il y a eu un choc de relance par la demande de type keynésien. Il y a eu par exemple des augmentations importantes du SMIG et des augmentations de salaires, augmentations qui étaient contenues dans le protocole des Accords de Grenelle. Il y a un certain nombre d’avantages qui ont été conférés au salariat, complétés dans les années qui ont suivi. Nous allons par exemple célébrer cette année le 50ème anniversaire du SMIC, créé au début de l’année 1970. Le choc de la demande peut expliquer en partie les très bonnes  performances de l’activité économique des années 1970. C’est aussi un élément d’explication des performances de la France en termes de croissance sous la présidence de Pompidou. La croissance n’a en effet jamais été aussi élevée qu’avant le choc pétrolier de 1973-1974. Il y a eu ensuite une rupture structurelle dans le rythme de la croissance.

Sur le long terme, mai 1968 a initié ou favorisé l’émergence d’une nouvelle phase de l’économie française. Le mouvement a en effet fragilisé les deux forces politiques qui, sur un plan différent, étaient assez favorables à une forme de l’intervention de l’Etat dans l’économie, c’est-à-dire d’une part le gaullisme, d’autre part le communisme, qui sont les deux grands perdants des évènements de 1968. L’interventionnisme public fragilisé, des modes de conception, de consommation et de perception de la société plus individualistes ont été de leur côté renforcés. Cela a pu par conséquent conduire à une forme de libéralisation de l’économie. A cet égard, 1968 a pu conduire à une libéralisation qui fut par ailleurs portée par d’autres courants, à partir de la fin des années 1960, notamment des courants qu’on qualifie un peu abusivement de néolibéraux, en tout cas d’un libéralisme renouvelé, dans la foulée de Milton Friedman et de Friedrich Hayek. Le changement de paradigme dans la perception de l’économie s’est donc fait aussi à cet égard à la faveur de 1968. Tout le soubassement culturel et politique de 1968 a amené au changement économique des années 1970.

Pourtant, à très court terme, les revendications de 1968 sont celles qui vont être entendues à nouveau pendant la grève autogestionnaire de l’usine Lip de Besançon en 1973, c’est-à-dire des revendications assez éloignées du libéralisme économique. Ces revendications ont-elles eu des effets sur l’économie et la société ?

1968 est un évènement complexe. Il y a d’une part des revendications classiques du monde ouvrier pour une augmentation des salaires. Et puis il y a des modes de contestation un peu plus originaux et des revendications plus originales, en effet en faveur de l’autogestion. On va les retrouver chez Lip en 1973. Elles vont à l’encontre des centrales syndicales les plus classiques comme la CGT. Ces nouvelles revendications sont en effet liées à l’émergence d’une nouvelle forme de syndicalisme : la CFDT a été créée, je le rappelle, en 1964. Ce syndicalisme va diffuser le terme d’autogestion alors que ni le parti communiste, ni la CGT, qui dominaient la gauche et les mouvements sociaux ne se reconnaissent dans ce terme.

Ce slogan est utilisé dans les années 1970 sur fond de poussée d’une gauche socialiste-CFDT. Mais il n’y a eu que peu de manifestations concrètes et d’applications de ce slogan. On peut en voir les conséquences dans ce qu’on appelle l’économie sociale et solidaire aujourd’hui mais ce tiers secteur n’a qu’un poids faible économiquement parlant : il reste un phénomène marginal.

Donc le phénomène Lip n’a eu que peu d’influence à court et à long terme sur l’économie. En revanche, il marque l’émergence d’un syndicalisme autogestionnaire, dominé par la CFDT, où l’influence d’un christianisme de gauche est encore très présente malgré la déconfessionnalisation de 1964. 

Quel autre mouvement social est significatif de ce qui se passe dans les années 1970 ? Sur quoi va-t-il déboucher ?

Le mouvement dans la sidérurgie en 1979 est emblématique de la désindustrialisation structurelle qui touche certains secteurs de l’économie française dans les années 1970. Il vient du déclin structurel de la sidérurgie, en particulier de la sidérurgie lorraine. Il y a une montée des ouvriers sur Paris, et à Paris, près de l’Opéra, des manifestations importantes en mars 1979. Pour la première fois sans doute lors d’une manifestation de ce type, on voit apparaître des phénomènes de casseurs, dont on ne sait pas très bien si ce sont des manifestants ou des éléments qui appartiennent à l’extrême-gauche et qui se seraient infiltrés, les syndicats dénonçant quant à eux des provocations. Des violences importantes ont été signalées, des voitures brûlées, des vitrines de banque brisées. On retrouve donc les images d’aujourd’hui. C’est un évènement symbolique de ce point de vue-là.

Le secteur de l’industrie sidérurgique est entré en crise structurellement à cause de coûts élevés, mais aussi à cause de mauvais choix industriels, en particulier le projet de Fos-sur-Mer. Le défaut d’investissement était aussi important et les investisseurs s’étaient déchargés sur l’Etat : il y a eu une quasi-nationalisation de la sidérurgie dans les années 1970. C’est la restructuration prévue par le gouvernement Barre qui a conduit aux violences que j’ai évoquées.

Le mouvement est donc représentatif d’un phénomène de désindustrialisation qui va toucher les vieilles industries (textile, métallurgie, sidérurgie, etc.) datant de la seconde, voire de la première, vague d’industrialisation.  Par ailleurs, il marque un renouvellement des formes de la manifestation, avec l’apparition de ce qu’on appelle des casseurs.

Comment les manifestations de décembre 1986, d’opposition à la loi Devaquet, et le mouvement cheminot par ailleurs, ont-elles influé sur l’économie ?

Dans les deux cas, il y a mobilisation d’une partie de la gauche contre un projet de libéralisation de l’économie pour le mouvement cheminot ou de réforme de l’université pour le mouvement étudiant.
Les conséquences pour l’université sont profondes. Cela a cristallisé une position des syndicats étudiants contre toute forme de sélection à l’université, position qui persiste aujourd’hui. Cela a identifié un mouvement étudiant contre un certain nombre de thèmes : refus donc de la sélection à l’entrée de l’université, antiracisme avec la mort de Malik Oussekine. Ce sont des thèmes récurrents des manifestations étudiantes depuis 30 ans. C’est un des éléments (mais il n’est pas le seul) qui a limité les possibilités de réformes de l’université, ce qui explique la situation actuelle de l’enseignement supérieur.

Quelles conséquences ont eu dans le même ordre d’idée les mouvements étudiants de 1994 (contre le Contrat d’Insertion Professionnelle) et le mouvement de 2006 (contre le Contrat de Première Embauche) ?

Ce sont à chaque fois des manifestations étudiantes contre des mesures qui vont dans le sens d’une flexibilisation du marché du travail pour les jeunes. Le CIP était une sorte de SMIC jeune. Il s’agissait d’essayer de fluidifier le marché du travail en jouant sur le niveau de salaire. Vu dans l’autre sens, le mouvement est symptomatique du début des revendications contre la précarité et les dérégulations du marché du travail. Le fond de ces deux mouvements, c’est le phénomène de changement de mode de production. Dans nos sociétés actuelles, le marché du travail devient plus fluide et cela crée des mécanismes de précarisation, dont on retrouve des formes dérivées dans l’uberisation. C’est pour cela que ces deux dates sont importantes.

Ces manifestations ont eu pour effet de maintenir des normes plus traditionnelles qu’ailleurs sur le marché du travail en France. Le marché du travail français reste plus régulé en France que dans d’autres pays.

Les grèves et les manifestations d’aujourd’hui rappellent celles de 1995. Qu’est-ce que ce vaste mouvement contre la réforme Juppé a provoqué ?

La mobilisation est double. D’une part, il y a eu la mobilisation contre la réforme des régimes spéciaux, qui a réussi. Il y a eu d’autre part une opposition à la réforme Juppé sur le plan du changement des modes de gouvernance de la sécurité sociale. Sur ce point-là, les manifestants n’ont pas obtenu gain de cause. Il y a eu une transformation profonde de cette gouvernance. A partir de 1995, on a renforcé le rôle de l’Etat dans la gestion des organismes sociaux. En 1996, on a la première loi de financement de la Sécurité Sociale, donc une apparition au premier plan (car son rôle en sous main était important) de l’Etat dans la gestion des organismes sociaux, au détriment des partenaires sociaux qui sont marginalisés. Cela va dans le sens, très probablement, d’une orientation nouvelle, de long terme, des mécanismes de protection sociale : une orientation assistancielle, avec un financement assuré plus par l’impôt que par les cotisations sociales.

La réforme des régimes spéciaux a été bloquée. Ce qui ne veut pas dire qu’il n’y a pas eu depuis les années 1990 (la première réforme date de 1993) des ajustements profonds du régime de retraite. Les réformes successives n’ont cependant pas été des réformes structurelles : on n’a pas changé les régimes de retraite. On a permis sa pérennisation par des changements paramétriques. Le cadre est resté inchangé.

En fait, si l’on reprend toutes ces manifestations des années 1990 et 2000, on voit qu’elles viennent de la remise en question du compromis social de 1945. Ce compromis est fragilisé par les transformations des modes de production, de l’environnement économique général (mondialisation, développement des échanges, disciplines budgétaires à l’échelle européenne, fin de la facilité que conféraient les mécanismes de dévaluation) et de la démographie. Elles ont donc retardé l’adaptation à un nouveau mode de production et à un nouveau mode de relations internationales dans le domaine économique.  

Il y a peut-être eu un effet sur la croissance. Dans le cas français, il y a eu un arbitrage : moins de réactivité à la croissance, plus de chômage, moins de travailleurs pauvres et d’inégalités. C’est le choix français depuis une trentaine d’années. Une des grandes caractéristiques de la France depuis 1980, c’est que les inégalités n’ont pas augmenté alors qu’elles se sont accrues dans d’autres pays.

Après 2008, le grand mouvement social, c’est celui des gilets jaunes. Quelles seront selon vous ses conséquences à long terme ?

Il y a deux types d’interprétations des gilets jaunes. L’interprétation d’une certaine gauche radicalisée, c’est que c’est une révolte contre le néolibéralisme. A mon avis, il ne s’agit pas de cela.

Les gilets jaunes, c’est une révolte de classe moyenne inférieure, c’est-à-dire des gens qui sont des actifs, aux revenus modestes ou moyens. L’origine de la contestation, c’est le poids des prélèvements obligatoires, en l’occurrence la taxe sur le carburant. Pour réguler les effets de la mondialisation et le changement des modes de production, l’Etat a forcément développé sa dépense sociale, de nature assistancielle, qui distingue fortement ceux qui payent, et ceux qui reçoivent. La dépense sociale est focalisée sur un certain nombre de catégories, mais ces gens ne faisaient pas partie des gilets jaunes. Au contraire, ce sont des gens qui sont juste au-dessus, et qui ne bénéficient pas la nouvelle orientation de l’Etat-Providence, mais qui en subissent les conséquences financières en termes de prélèvements. C’est donc une révolte contre les formes nouvelles de l’Etat-Providence, qui privilégient les mécanismes de redistribution verticale. La cause profonde des gilets jaunes, c’est une rupture du lien contributif.

Cela va avoir des conséquences à long terme. Les pouvoirs publics n’ont pas exactement compris ce qui se passait. Emmanuel Macron a immédiatement augmenté les prestations sociales plutôt que d’essayer d’agir sur des revenus salariaux.

Propos recueillis par Augustin Doutreluingne

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
ajm
- 06/12/2019 - 00:05
Agenda masqué
Je suis d'accord avec Tatouzou. Cette réforme des retraites de Macron, depuis le début je ne la sens pas. Si le sujet c'était de mettre en sommeil les régimes spéciaux qui coûtent de l'argent aux contribuables ( les autres ce n'est pas l'affaire de l'État) et aussi de faire converger progressivement les règles de la fonction publique ( hors domaines régaliens) vers des pratiques contractuelles normales, il n'était pas du tout nécessaire de détruire toutes les caisses complémentaires du privé ( salariés et indépendants) pour tout rassembler dans une méga caisse unique étatique. On a l'impression d'un agenda masqué: on pointe du doigt les régimes spéciaux ( qui en réalité bénéficieront une fois de plus d'un traitement politique privilégié pour sortir de la crise) pour en fait mettre au pas tous les tuyaux financiers des retraites dans les mains ( "expertes" et "compétentes " ) de Bercy et des politiques afin de préparer de futures tambouilles politicardes dans un cadre de rationnement budgétaire, de redistribution sociale démagogique, très éloignée de la logique assurantielle que , paradoxalement, on met en avant ( chaque euro cotisé donne la même pension pour tous).
zelectron
- 05/12/2019 - 16:12
Un grève maudite
Il n'y a que les gauchiards de toutes sortes qui peuvent s'offrir le luxe (?) de cette grève, les vrais pauvres n'en n'ont pas les moyens et n'ont pas les mêmes envies alors que la CGT (tout à fait par hasard) ose parler en leur nom
edac44
- 05/12/2019 - 14:51
et donc, Macron est-il un pervers narcissique ???
Les pervers narcissiques sont des manipulateurs qui s'attaquent aux autres, pour les mettre sous leur emprise, puis, pour exercer, sur eux, une destruction, tantôt lente, tantôt rapide, de leur psychisme, de leur personne toute entière.

Macron fait partie de ces pervers narcissiques.

Le problème, c'est qu'en plus d'être un pervers narcissique, Macron est aussi un roitelet pyromane.
Fait nouveau et intéressant, les manipulations du président français n'ont pas eu l'effet escompté sur les gilets jaunes.

Bien au contraire ....
la suite sur ==> http://bit.ly/3644fkt