En direct
Best of
Best of du 27 juin au 3 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ophélie Winter médite à la Réunion; Brigitte Macron se promène lugubre en baskets, Edith Philippe souriante en tongs, Catherine Deneuve cheveux au vent et souliers vernis; Melania Trump abuse de l’auto-bronzant; Benjamin Biolay a une fille cachée

02.

Donald Trump pourra-t-il survivre à la perte de l’électorat blanc qui l’avait pourtant soutenu jusque là contre vents et marées ?

03.

Jean Castex, une menace bien plus grande pour LR qu’Edouard Philippe ?

04.

Tesla à 200 milliards de dollars, c’est le casse du siècle digital ou la promesse du monde d’après...

05.

Consommation de drogue : ces effets secondaires jamais vus auparavant provoqués par la crise du Coronavirus

06.

Le juppéisme, cette obsession gestionnaire des élites françaises tuée par Emmanuel Macron

07.

Sauver la planète ? Le faux-nez de ces "écologistes" qui détestent l'Homme. Et la liberté

01.

Les Vikings nous ont envahis et colonisés au IXe siècle ! Nous exigeons donc que le Danemark, la Norvège, la Suède et l’Islande se repentent

02.

Sauver la planète ? Le faux-nez de ces "écologistes" qui détestent l'Homme. Et la liberté

03.

Pas de démocratie sans droit à offenser : ce capitalisme qui prend le risque de précipiter la guerre civile à trop vouloir montrer patte progressiste

04.

L'éolien peut-il être une alternative verte crédible au nucléaire ?

05.

Pire que le coup d’Etat permanent, la campagne électorale permanente ? Emmanuel Macron, le président cynique

06.

Cet espoir dans la lutte contre la Covid-19 qui se cache dans des études soviétiques vieilles de plusieurs décennies

01.

Municipales : mais que cache donc l’étonnante schizophrénie des Français entre élections locales et nationales ?

02.

Arsène Lupin était noir ! La preuve : il va être joué par Omar Sy

03.

Le parti EELV va alerter le CSA après les propos d'Eric Zemmour sur CNEWS dans "Face à l'Info" sur la vague verte et l'islam

04.

Nouvelle explosion des cas de Coronavirus : mais que se passe-t-il aux Etats-Unis ?

05.

Affaire Fillon : François Fillon est condamné à 5 ans de prison, dont 3 avec sursis, et Penelope Fillon à 3 ans de prison avec sursis

06.

L’Oréal a décidé de supprimer les mots "clair" et "blancheur" de ses produits cosmétiques !

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les secrets de la Maison Blanche" de Nicole Bacharan et Dominique Simonnet : Lincoln, incroyable !

il y a 1 heure 9 min
light > Culture
Joie des touristes
Post-Covid-19 : le Musée du Louvre va réouvrir ce lundi 6 juillet
il y a 1 heure 57 min
pépite vidéo > Politique
Nouveau Premier ministre
Retour sur le parcours politique de Jean Castex
il y a 3 heures 6 min
light > High-tech
Game over
Le PDG d’Ubisoft, Yves Guillemot, annonce des sanctions après des accusations de harcèlement sexuel
il y a 6 heures 51 min
pépites > Politique
Fin du suspense
Michèle Rubirola est élue maire de Marseille
il y a 7 heures 44 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Le courage du personnel soignant face au Covid-19 : une médecine de guerre sans protection

il y a 10 heures 12 min
décryptage > Politique
Choix stratégique

Le juppéisme, cette obsession gestionnaire des élites françaises tuée par Emmanuel Macron

il y a 12 heures 40 min
décryptage > Politique
Campagne électorale

Donald Trump pourra-t-il survivre à la perte de l’électorat blanc qui l’avait pourtant soutenu jusque là contre vents et marées ?

il y a 13 heures 40 min
rendez-vous > Media
Revue de presse people
Ophélie Winter médite à la Réunion; Brigitte Macron se promène lugubre en baskets, Edith Philippe souriante en tongs, Catherine Deneuve cheveux au vent et souliers vernis; Melania Trump abuse de l’auto-bronzant; Benjamin Biolay a une fille cachée
il y a 14 heures 31 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les records de l'histoire" de Stéphane Bern : récréation idéale pour l'été, pour parcourir l'histoire en s'amusant

il y a 1 jour 50 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Peau d'homme" de Zanzim et Hubert : une fable "genrée"

il y a 1 heure 37 min
pépites > Santé
Négociations
Le Ségur de la santé a été prolongé en l’absence d’un accord
il y a 2 heures 29 min
pépites > Politique
Plus que quelques heures à patienter ?
Gouvernement de Jean Castex : "le remaniement est bouclé", selon un dirigeant de l'exécutif
il y a 4 heures 23 min
pépites > Politique
Première visite officielle
Le nouveau Premier ministre, Jean Castex, effectue son premier déplacement sur le site de production de X-Fab
il y a 7 heures 22 min
pépite vidéo > International
Campagne électorale
Donald Trump estime que l'Amérique doit être fière de son histoire
il y a 9 heures 24 sec
décryptage > Santé
Trop, c’est trop

Si la pandémie vous a rendu maniaque de la propreté, voilà ce que vous devriez savoir pour tempérer vos ardeurs

il y a 10 heures 43 min
décryptage > Politique
Suite de "Passions"

Exclu Atlantico : Nicolas Sarkozy devrait publier le tome 2 de ses mémoires dès ce mois de juillet

il y a 13 heures 8 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Tesla à 200 milliards de dollars, c’est le casse du siècle digital ou la promesse du monde d’après...

il y a 14 heures 13 min
décryptage > Politique
Premier ministre

Jean Castex, une menace bien plus grande pour LR qu’Edouard Philippe ?

il y a 14 heures 49 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La sentence" de John Grisham : un thriller qui maintient sous pression

il y a 1 jour 1 heure
© Reuters
© Reuters
Joué d'avance ?

PISA : l’école primaire, cette machine à fabriquer de l’échec

Publié le 04 décembre 2019
L'enquête Pisa 2018, enquête d'évaluation des systèmes scolaires menée par l'OCDE auprès d'étudiants de 15 ans, a été publiée hier. Elle dresse approximativement le même portrait que les autres enquêtes pour le cas français.
Anne-Marie Gaignard
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Anne-Marie Gaignard est une pédagogue. En 2009, elle a mis sur pieds sa propre méthode d'apprentissage de l'orthographe pour les adultes. Elle a publié la Revanche des nuls en orthographe aux ed. Calmann-Levy en 2012.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'enquête Pisa 2018, enquête d'évaluation des systèmes scolaires menée par l'OCDE auprès d'étudiants de 15 ans, a été publiée hier. Elle dresse approximativement le même portrait que les autres enquêtes pour le cas français.

Atlantico : En matière de compréhension de l'écrit, la France se classe entre le 20ème et le 26ème rang du classement général. Qu'est-ce qui empêche la France d'être à un meilleur niveau sur ce point selon vous ? Quel rôle joue en particulier l'éducation primaire dans ce résultat ?

Anne-Marie Gaignard : On ne peut pas rejeter la faute sur les élèves. Le niveau qu'ils obtiennent, c'est le niveau qu'ils essayent d'obtenir avec ce qu'on leur a donné. C'est au primaire que tout se passe. On a beau dédoubler des classes, pour en mettre moins en CP, l'enseignement de la langue, lecture et écriture, on est très mauvais. Ça vient premièrement de la formation des enseignants du premier degré, qui demande à être revue de fond en comble et d'urgence. La deuxième chose c'est que l'enseignant de primaire débarque après une licence pour devenir professeur des écoles, il est balancé dans une classe avec une formation de base qui est plutôt générale, même s'il a fait des stages; mais en fait le plus important c'est de savoir que dans une classe de 30 ou plus, ce n'est pas parce qu'ils sont 30 qu'on ne va pas leur apprendre à lire ou à écrire, c'est ce qu'on  va leur mettre sous les yeux. 

Moi je ne connais pas un enfant qui n'ait pas envie d'apprendre à lire. Aujourd'hui, l'enfant qui est en difficulté en lecture et en écriture est systématiquement médicalisé. Un enfant qui annone en CM2, ce n'est pas parce qu'il est nul, c'est parce qu'il a loupé son apprentissage. Là où ça se passe, c'est CP, CE1, CE2. La méthode d'apprentissage qu'on va mettre sous les yeux d'un enfant, c'est comme s'ils jouaient au casino : ils vont parier sur les rouges, zut c'est les noirs qui vont sortir. En fait lui il va peut-être avoir besoin d'une méthode où il va utiliser ses trois types de mémorisation : j'entends, je vois, je fais. Aujourd'hui, les méthodes d'apprentissage les plus vendues, ce sont des méthodes qu'on appelle "mixtes" : un peu de syllabique et rapidement texte/image. On va beaucoup trop vite : l'apprentissage de la lecture pour un enfant, c'est 9 mois, c'est le temps d'un bébé, en ne faisant que ça. On est très très loin du compte.

En fait la méthode mixte va marcher pour un certain nombre d'enfants, mais aujourd'hui on approche des 40% des enfants qui savent mal lire, pas écrire, et pourtant ils passent jusQU4EN cm2. Et ils arrivent en 6ème et là c'est le prof de Français qui tire l'alerte. 

En mathématiques, les résultats des élèves français sont légèrement au-dessus de la moyenne de l'OCDE. La compréhension des mathématiques est-elle liée à la capacité à lire et à écrire ? Est-ce donc par le progrès sur ces deux capacités qu'il faut travailler en premier lieu ? 

Il n'y a pas que ça, mais évidemment qu'un enfant qui est en difficulté de lecture va mettre trois fois plus de temps à comprendre ce qu'on lui demande, donc déjà il y a une notion de temps qui s'écoule, comme le sablier. Je me suis amusée récapituler ce qu'on apprend en mathématiques de la 6èmeà la3ème, franchement ce n'est pas insurmontable, c'est une boite à outils. Là encore, apprendre par cœur les tables de multiplications…. Je vois bien que les enfants que je vois passer ne les connaissent pas. Il y a pas d'histoire de dyscalculie, dont le "dys" est extrêmement dangereux parce que ça médicalise le fait de ne pas savoir compter ou de ne pas savoir calculer, or il n'y a pas de zone du cerveau qui dysfonctionne quand on compte.  Si ça ne marche pas, c'est qu'il ne trouve pas quelle opération il faut faire et dans ces cas-là, ça s'appelle l'innumérisme : une incapacité à compter parce qu'on a supprimé le fait de calculer sur ses doigts, on a remplacé la table de multiplication par la machine à calculer, on n'utilise pas le boulier pour les dizaines, les centaines, les milliers… 

Donc oui, en mathématiques, quand on ne comprend pas l'énoncé, on est forcément mauvais. Tant qu'on restera au général "écoute ce que je te dis, et redonne-moi ça pour demain", on est foutus en France. Les élèves ne savent pas travailler à titre personnel. Tout va trop vite, on met un crayon dans la main d'un enfant beaucoup trop tôt. Et ce n'est pas parce qu'on sait lire que l'on sait écrire. Il faut apprendre à lire dans toutes les écritures : majuscule, italique…  Quand on n'apprend pas avec une bonne méthode adaptée à sa mémoire, c'est raté pour la vie. 

Quand un enfant n'arrive pas à lire, c'est le monde qui lui tombe dessus. Donc il va aller vers l'image. Et ce sera écrit "bicyclette" mais il lira en mettant son petit doigt dessous "vélo".  Ça c'est une preuve d'intelligence. Donc on est en train de planter les enfants du primaire avec une mauvaise acquisition de la langue, qui demain fabrique des enfants en difficultés scolaires. Même avec un handicap on peut apprendre à lire et à écrire : j'ai  appris à lire et à écrire à des enfants trisomiques 21, et aujourd'hui ils remplissent leurs chèques tous seuls, donc il faut arrêter de nous raconter des salades !

En termes d'égalité, la France a un mauvais résultat : le lien entre statut social et performance est le plus fort des tous les pays de l'OCDE. Quels sont les éléments les plus importants qui expliquent ce résultat ? 

En France, on a le choix de mettre ses enfants dans le privé ou dans le public. Dans le public on peut y aller par choix, il y a de très bons établissements publics qui ont d'excellents résultats aux examens. Après ça peut être un choix malheureusement financier.

C'est dégueulasse de dire ça parce qu'on stigmatise des gosses qui vont être dans le public : parce qu'ils sont dans en Zone d'Education Prioritaire ils sont forcés d'aller là. Quand on est nombreux à la maison et qu'on n'a pas son joli petit bureau, c'est plus compliqué de travailler. Après, jusqu'à preuve du contraire, le ministre Blanquer a dit que les devoirs c'est à l'école et pas à la maison, donc il faut des bénévoles, mais on ne les trouve pas. Et aujourd'hui on dit que c'est le statut social qui fait la différence. A la fois c'est vrai mais c'est dégueulasse, parce que peut-être que les enseignants manquent de temps ou de moyens, mais ce n'est pas parce que les enfants sont fils d'ouvriers, franchement ! La loi sur les devoirs à l'école et pas à la maison est passée pour ces enfants-là. Où est-ce que le bât blesse ? Peut-être qu'il y a trop de devoirs en primaire. Quand on a moins de moyens, on ne peut pas avoir de cours particuliers, mais ce qui n'est pas normal, c'est d'avoir besoin de cours particuliers. 

On est mauvais pour apprendre notre langue maternelle, on est mauvais pour apprendre les langues étrangères… Je me dit qu'il y a un truc qui peut nous sauver, c'est le numérique. Mais ce n'est pas normal de mettre des pansements, ce n'est pas normal de louper le CP, CE1, CE2. Il faudrait trois ans tranquilles pour bien apprendre à lire, bien apprendre à écrire, bien apprendre à compter, et pourquoi pas entre les cours, faire un peu d'Histoire, un peu de Géographie.

Au total, est-ce en priorité la manière dont les professeurs sont accompagnés qui est une des causes principales des difficultés de notre système scolaire ? 

Les professeurs ne sont accompagnés par personnes ! Le professeur des écoles est tout seul dans sa classe; il a une vraie liberté de pédagogie. Mais il a un inspecteur qui déboulera tous les cinq ans, voilà son accompagnement. Donc si tu n'as pas une bonne collègue pour te donner un coup de main dans l'école où tu démarres, tu es dans la merde. Quant au collège c'est la même chose: le professeur passe dans la salle des profs, il prend ses copies et il s'en va. 

Les professeurs sont libres de faire ce qu'ils veulent, ils sont embauchés sur le papier, pas sur l'efficacité. Le chef d'établissement n'embauche pas ses profs, c'est le rectorat qui fait ça, donc il se retrouve à gérer des équipes qu'il n'a pas forcement choisies. Ça non plus ça ne va pas. Et trouvez-moi aujourd'hui un professeur des écoles qui veut bien prendre la direction d'un primaire? Personne. Trop de responsabilités. Donc l'école va mal, et quand l'école va mal le pays va mal. Si on ne se réveille pas, on va le manger cher. Parce que les gamins des cités qui sont là depuis deux ou trois générations, si on ne leur vient pas en aide, quel avenir on leur propose ?  D'être livreur chez Easy ? 

Les enseignants vont mal car ils se découragent. Leur catalogue de formations ne bouge pas. Ils ont bouffé pendant des années des intelligences multiples, comme s'ils avaient besoin de ça pour voir que dans leur classe toutes les têtes ne marchent pas de la même façon. Ce qu'ils veulent, c'est du pratico-pratique, réparer les enfants qui arrivent dans leur classe. Ce n'est pas normal de laisser passer un gosse qui arrive du CP jusqu'en 6ème et d'attendre que le couperet tombe au collège. Ce n'est pas au prof de 6ème de réparer ça. 

Je trouve dommage qu'on ne redore pas le balcon de nos enseignants du premier degré. Ils ont demandé à ne plus être instituteurs, ni maitre, aujourd'hui on les appelle "professeurs des écoles". Si vous regardez le calendrier, la débandade est partie de là. C'est-à-dire qu'ils ont perdu ce statut de mètre. Aujourd'hui, les parents d'élèves considèrent le maître comme un fournisseur, et eux ce sont les clients.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (11)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
JG
- 05/12/2019 - 22:53
Les enseignants font partie des troupes de gôche socialiste
Il faut toujours revenir à Bossuet : "Dieu se moque de ceux qui déplorent les conséquences dont ils chérissent les causes"
La "gôche table rase" à La Bourdieu, Foucault et autre salopards de Sartre, Merieux, etc....ont voulu "déconstruire l'école bourgeoise reproductrice des élites"...Moralité, ils ont TOUT détruit et l'ont très bien fait : plus aucun gamin n'apprend quoique ce soit dans les écoles publiques ou privées sous contrat depuis le début des années 80 (40 ans tout de même, 2 générations d'illetrés, pauvre France). Quant à reconstruire, ah, mince, c'est plus difficile que de détruire ? Et oui, ils avaient un beau jouet, magnifiquement efficace, l'Ecole Républicaine, issue de dizaines d'années d'effort et de construction et qui a fait de la France des années 50 la 5ème puissance mondiale....Ils ont cassé ce beau jouet, par vanité et irresponsabilité "gôchiste". Il faudrait UN SIECLE pour la reconstruire et la France, en attendant, s'enfoncera dans les poubelles de l'histoire, entraînée au fond par cette illusion "gôchiste" sur l'Education (et sur l'immigration, 2ème boulet qui nous y amènera plus vite... au fond du trou)
Monde2Bestfriend
- 05/12/2019 - 21:56
Qui osera évoquer l'impact catastrophique de l'immigration?
Mes enfants font leur parcours dans l'Education Nationale, mais beaucoup des nos amis ont mis les leurs dans le privé. Des gens de gauche, qui en off finissent pas avouer qu'il y a trop d'enfants issus de l'immigration africaine dans les classes du public. Je pense qu'il n'est pas bon que nos enfants soient coupés des réalités, et grandissent dans un bunker; mais comment accepter que le désastre causé non pas par l'immigration africaine, mais précisément par les enfants de familles nombreuses, avec des pères souvent absents car parfois polygames, des mères totalement dépassées. Alors que certains petits sont admirables, il faut bien dire que d'autres ont le monopole des cas difficiles; 1 seul pouvant faire prendre un retard considérable à toute une classe, et nécessitant à lui seul un AVS à temps complet. Bonjour l'argent dépensé et manquant pour les élèves méritants quelque soit leur origine.
vieux croco
- 05/12/2019 - 13:10
professeur des écoles
En voilà un beau titre mais ils n'ont plus d'autorité sur des enfants "envoutés" par des informations annexes provenant d'écrans
en veux tu- en voilà et une éducation familiale à "la carte" en fonction des cultures . Ce n'est pas de cours d'éducation civique dont ils
ont besoin dans les 3 premières années de l'école mais de cours d'ordre dans tous les domaines . A l'arrivée en classe , 1 heure de cours
d'ordre" pratique et mental" avant de commencer l'apprentissage qui par miracle se fera dans le calme et l'attention . C'est cet ordre
qui fait le succès des asiatiques dans le classement Pisa ,mais chez nous on glorifie le "désordre créatif" .