En direct
Best of
Best of du 27 juin au 3 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ophélie Winter médite à la Réunion; Brigitte Macron se promène lugubre en baskets, Edith Philippe souriante en tongs, Catherine Deneuve cheveux au vent et souliers vernis; Melania Trump abuse de l’auto-bronzant; Benjamin Biolay a une fille cachée

02.

Donald Trump pourra-t-il survivre à la perte de l’électorat blanc qui l’avait pourtant soutenu jusque là contre vents et marées ?

03.

Jean Castex, une menace bien plus grande pour LR qu’Edouard Philippe ?

04.

Tesla à 200 milliards de dollars, c’est le casse du siècle digital ou la promesse du monde d’après...

05.

Consommation de drogue : ces effets secondaires jamais vus auparavant provoqués par la crise du Coronavirus

06.

Le juppéisme, cette obsession gestionnaire des élites françaises tuée par Emmanuel Macron

07.

Sauver la planète ? Le faux-nez de ces "écologistes" qui détestent l'Homme. Et la liberté

01.

Les Vikings nous ont envahis et colonisés au IXe siècle ! Nous exigeons donc que le Danemark, la Norvège, la Suède et l’Islande se repentent

02.

Sauver la planète ? Le faux-nez de ces "écologistes" qui détestent l'Homme. Et la liberté

03.

Pas de démocratie sans droit à offenser : ce capitalisme qui prend le risque de précipiter la guerre civile à trop vouloir montrer patte progressiste

04.

L'éolien peut-il être une alternative verte crédible au nucléaire ?

05.

Pire que le coup d’Etat permanent, la campagne électorale permanente ? Emmanuel Macron, le président cynique

06.

Cet espoir dans la lutte contre la Covid-19 qui se cache dans des études soviétiques vieilles de plusieurs décennies

01.

Municipales : mais que cache donc l’étonnante schizophrénie des Français entre élections locales et nationales ?

02.

Arsène Lupin était noir ! La preuve : il va être joué par Omar Sy

03.

Le parti EELV va alerter le CSA après les propos d'Eric Zemmour sur CNEWS dans "Face à l'Info" sur la vague verte et l'islam

04.

Affaire Fillon : François Fillon est condamné à 5 ans de prison, dont 3 avec sursis, et Penelope Fillon à 3 ans de prison avec sursis

05.

Nouvelle explosion des cas de Coronavirus : mais que se passe-t-il aux Etats-Unis ?

06.

Sauver la planète ? Le faux-nez de ces "écologistes" qui détestent l'Homme. Et la liberté

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Peau d'homme" de Zanzim et Hubert : une fable "genrée"

il y a 5 min 10 sec
pépites > Santé
Négociations
Le Ségur de la santé a été prolongé en l’absence d’un accord
il y a 57 min 54 sec
pépites > Politique
Plus que quelques heures à patienter ?
Gouvernement de Jean Castex : "le remaniement est bouclé", selon un dirigeant de l'exécutif
il y a 2 heures 51 min
pépites > Politique
Première visite officielle
Le nouveau Premier ministre, Jean Castex, effectue son premier déplacement sur le site de production de X-Fab
il y a 5 heures 51 min
pépite vidéo > International
Campagne électorale
Donald Trump estime que l'Amérique doit être fière de son histoire
il y a 7 heures 28 min
décryptage > Santé
Trop, c’est trop

Si la pandémie vous a rendu maniaque de la propreté, voilà ce que vous devriez savoir pour tempérer vos ardeurs

il y a 9 heures 12 min
décryptage > Politique
Suite de "Passions"

Exclu Atlantico : Nicolas Sarkozy devrait publier le tome 2 de ses mémoires dès ce mois de juillet

il y a 11 heures 37 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Tesla à 200 milliards de dollars, c’est le casse du siècle digital ou la promesse du monde d’après...

il y a 12 heures 41 min
décryptage > Politique
Premier ministre

Jean Castex, une menace bien plus grande pour LR qu’Edouard Philippe ?

il y a 13 heures 17 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La sentence" de John Grisham : un thriller qui maintient sous pression

il y a 23 heures 33 min
light > Culture
Joie des touristes
Post-Covid-19 : le Musée du Louvre va réouvrir ce lundi 6 juillet
il y a 25 min 25 sec
pépite vidéo > Politique
Nouveau Premier ministre
Retour sur le parcours politique de Jean Castex
il y a 1 heure 34 min
light > High-tech
Game over
Le PDG d’Ubisoft, Yves Guillemot, annonce des sanctions après des accusations de harcèlement sexuel
il y a 5 heures 19 min
pépites > Politique
Fin du suspense
Michèle Rubirola est élue maire de Marseille
il y a 6 heures 13 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Le courage du personnel soignant face au Covid-19 : une médecine de guerre sans protection

il y a 8 heures 40 min
décryptage > Politique
Choix stratégique

Le juppéisme, cette obsession gestionnaire des élites françaises tuée par Emmanuel Macron

il y a 11 heures 8 min
décryptage > Politique
Campagne électorale

Donald Trump pourra-t-il survivre à la perte de l’électorat blanc qui l’avait pourtant soutenu jusque là contre vents et marées ?

il y a 12 heures 8 min
rendez-vous > Media
Revue de presse people
Ophélie Winter médite à la Réunion; Brigitte Macron se promène lugubre en baskets, Edith Philippe souriante en tongs, Catherine Deneuve cheveux au vent et souliers vernis; Melania Trump abuse de l’auto-bronzant; Benjamin Biolay a une fille cachée
il y a 12 heures 59 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les records de l'histoire" de Stéphane Bern : récréation idéale pour l'été, pour parcourir l'histoire en s'amusant

il y a 23 heures 18 min
pépite vidéo > Politique
Emotion à Matignon
Retrouvez l'intégralité de la passation de pouvoir entre Edouard Philippe et Jean Castex
il y a 1 jour 2 heures
© Reuters
© Reuters
Sommet des 70 ans

OTAN, l’alliance militaire qui (contrairement aux apparences) allait mieux que l’Occident

Publié le 03 décembre 2019
Le sommet de l'OTAN de Londres 2019 s'ouvre aujourd'hui, 3 décembre. Alors que l'OTAN fête son soixante-dixième anniversaire, l'Organisation semble ne jamais avoir été aussi bousculée.
Cyrille Bret
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Cyrille Bret, ancien élève de l'Ecole Normale Supérieure, de Sciences-Po Paris et de l'ENA, et anciennement auditeur à l'institut des hautes études de défense nationale (IHEDN) est haut fonctionnaire et universitaire. Après avoir enseigné...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le sommet de l'OTAN de Londres 2019 s'ouvre aujourd'hui, 3 décembre. Alors que l'OTAN fête son soixante-dixième anniversaire, l'Organisation semble ne jamais avoir été aussi bousculée.

Atlantico : Emmanuel Macron a évoqué début novembre la "mort cérébrale" de l'OTAN. Dans les faits cependant, est-ce que certains membres de l'OTAN semblent prêts à prendre le risque de la dissolution effective de l'OTAN ? Assiste-t-on à une crise de plus ou à un moment décisif qui pose la question de la survie de l'atlantisme ? 

Cyrille Bret : L’Organisation du Traité de l’Atlantique Nord (OTAN) est régulièrement annoncée comme moribonde depuis 1991. En effet, créée en 1949 par les Etats-Unis et les démocraties occidentales pour contrer l’expansion du communisme en Europe, l’OTAN a vécu une grave crise au moment de la disparition de l’URSS et de l’alliance militaire menée par celle-ci, le Pacte de Varsovie. Durant les années 1990, l’OTAN a réussi à survivre à la fin de son ennemi mais au prix d’une révision complète de sa vocation stratégique. Elle est intervenue en Bosnie en 1995 pour veiller sur les accords de Dayton. Et elle est intervenue au Kosovo contre le gouvernement serbe d’alors. Les années 2000 n’ont pas remédié à cette crise de vocation : l’OTAN s’est déployée en Afghanistan contre le terrorisme international en 2003, en 2008 au large de la Somalie contre la piraterie et en 2011 en Libye contre le régime Kadhafi. Ce n’est que depuis 2014 que l’Alliance a repris une vocation stratégique historique pour contrer la reconstruction des forces armées russes.

Aujourd’hui, l’OTAN est sous le feu roulant des critiques : dépassée et trop onéreuse pour le président américain, elle ne répond plus aux défis stratégiques actuels pour le président français. Pourtant, plusieurs facteurs concourent à la maintenir en vie. Le premier d’entre eux est l’attachement des anciennes démocraties populaires (Pologne, Roumanie) à l’Alliance : celle-ci constitue leur assurance-vie face à la Russie en Europe. Le deuxième facteur est la faiblesse militaire de l’Union européenne qui n’est pas encore dotée de capacités d’interventions aussi rassurantes pour ces Etats que l’OTAN. Enfin et surtout, les Etats-Unis ont beau souligner les limite de l’OTAN, ils y sont attachés car il s’agit d’un instrument de structuration essentiel pour leur action extérieure. La crise actuelle de l’OTAN est comme les précédentes : elle paraît menacer sa survie alors que l’Alliance est encore vigoureuse.

Si l'organisation n'existait plus, quelles seraient les conséquences pour la sécurité de ses membres, notamment européens, en l'absence d'Europe commune de la défense ? Comment se réorganiseraient, au regard de ce qui existe aujourd'hui, les puissances et les "leaderships" ?

La disparition de l’OTAN résulterait tout à la fois d’un retrait américain de l’Organisation et d’une désaffection des Européens pour elle. Comme tous les bouleversements géopolitiques, la fin de l’OTAN créerait des risques mais également des opportunités. Le système de sécurité collective de l’Europe occidentale serait déséquilibré car les Etats-Unis sont le premier contributeur au budget et aux effectifs de l’OTAN. Ils sont également essentiels à plusieurs capacités clés dans le domaine des drones, des satellites et des transports de troupe. A court terme, les Etats d’Europe occidentale seraient affaiblis par le retrait américain et la disparition des structures militaires permanentes. Cela pourrait ouvrir un espace pour la Russie qui chercherait assurément à peser davantage en Europe, en Méditerranée orientale et au Moyen-Orient. Toutefois, à plus long terme, la disparition de l’OTAN pourrait également constituer une opportunité pour les Européens. Laissés à eux-mêmes face aux risques géopolitiques des espaces baltiques, méditerranéens, centre-asiatiques, ils pourraient développer une conscience et des outils stratégiques bien plus développés qu’aujourd’hui. La disparition de l’OTAN pourrait révéler la nécessité d’une organisation militaire proprement européenne forte.

Toutefois, cette prise de conscience ne serait pas automatique et la fin de l’OTAN ne signifierait pas que les Européens prendraient nécessairement en main leur propre défense. D’une part, les Américains pourraient être tentés de renforcer leurs liens bilatéraux avec plusieurs pays clés, comme la Pologne, la Roumanie et les Etats baltes. Ceux-ci ne pourraient pas trouver intérêt au développement de la défense européenne. D’autre part, plusieurs pays européens pourraient être tentés de composer avec la Russie en l’absence d’OTAN. Ainsi, la Hongrie, la Bulgarie ou la Turquie, en l’absence d’OTAN pourraient s’engager dans une voie de compromis avec la Russie qui ne conduiraient pas à une Europe de la défense. Enfin, il conviendrait que les opinions publiques, les électeurs et les contribuables européens soient prêts à assumer le coût financier, politique et humain d’un renforcement de leurs capacités de défense. Aujourd’hui, l’OTAN n’a pas de remplaçant évident en Europe. Mais c’est la présence de l’OTAN qui, paradoxalement, restreint les chances de développer une puissance militaire européenne.

Qu'est-ce qui fait encore tenir l'OTAN ? Est-ce l'existence d'un destin occidental commun, le sentiment d'un devoir historique ou un simple calcul stratégique réaliste ?

Contrairement à ce qu’on entend à l’est et à l’ouest de l’Europe, nous ne vivons pas une « nouvelle guerre froide ». Les affrontements en Europe sont moins idéologiques que dans les années 1940-1991 où l’OTAN assumait sa vocation historique. Ce que je veux dire, c’est que l’OTAN n’est plus soudée par une communauté de valeurs opposées à celles du communisme. Les deux blocs ont disparu et, avec eux, les visions du monde qui les soudaient. Du point de vue des valeurs, l’OTAN d’aujourd’hui, à 29 membres, est bien plus hétérogènes. Elle comprend bien sûr les démocraties occidentales. Mais elle comprend également la Turquie, dont la trajectoire est aujourd’hui divergente de celle des pays d’Europe occidentale. De même, l’OTAN comprend le Canada qui n’a pas de communauté de destin avec l’Europe même s’il partage un héritage culturel avec elle. 

La résurgence apparente de la mission de l’OTAN en 2014 avec la manifestation de la puissance russe en Crimée et en 2015 en Syrie n’a pas remédié à la crise de vocation de l’OTAN. En l’absence d’ennemi clairement identifié, l’OTAN réunit ses membres sur des bases plus floues qu’un destin commun. Par exemple, l’OTAN n’est plus la meilleure enceinte pour l’influence américaine. L’administration Trump préfère largement le dialogue bilatéral pour construire un réseau en Europe : l’attachement des pouvoirs publics polonais à la relation bilatérale est plus profond encore que l’attachement à l’OTAN. 

Aujourd’hui comme depuis 1991, l’OTAN est dans une situation paradoxale : elle est en crise car la solidarité entre les 29 alliés n’a plus de socle idéologique indiscuté. Mais elle est vivace car aucune solution de remplacement n’est encore prête.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Monde2Bestfriend
- 04/12/2019 - 07:28
Le retour dans l'OTAN, ce n'est pas Sarkozy!
Parmi les nombreux bobards destinés à salir le seul président potable que l'on ait eu depuis 45 ans, il y a cette histoire du retour dans l'OTAN que Chirac lui n'aurait pas approuvé. C'est totalement mensonger. Le retour dans l'OTAN a été initié dès la fin des années 90 avec Chirac à l'Elysée et Jospin à Matignon. Le processus s'est poursuivi jusqu'à la fin de la présidence Chirac et lorsque NS est arrivée à l'Elysée, il n'a en effet rien fait contre. Mais NS a toujours été hostile à la Turquie, contrairement à Chirac, et c'est clair que si la Turquie n'est pas exclue de l'organisation, on peut se demander ce que l'on y fait encore!
Monde2Bestfriend
- 04/12/2019 - 07:28
Le retour dans l'OTAN, ce n'est pas Sarkozy!
Parmi les nombreux bobards destinés à salir le seul président potable que l'on ait eu depuis 45 ans, il y a cette histoire du retour dans l'OTAN que Chirac lui n'aurait pas approuvé. C'est totalement mensonger. Le retour dans l'OTAN a été initié dès la fin des années 90 avec Chirac à l'Elysée et Jospin à Matignon. Le processus s'est poursuivi jusqu'à la fin de la présidence Chirac et lorsque NS est arrivée à l'Elysée, il n'a en effet rien fait contre. Mais NS a toujours été hostile à la Turquie, contrairement à Chirac, et c'est clair que si la Turquie n'est pas exclue de l'organisation, on peut se demander ce que l'on y fait encore!
Paulquiroulenamassepasmousse
- 03/12/2019 - 17:18
L'OTAN à été créé pour s
L'OTAN à été créé pour s'opposer au au bloc de l'Est. Aujourd'hui ces ennemis n'existant plus L'OTAN doit redéfinir des objectifs, et accueillir la Russie mais surtout virer la Turquie qui comme tout bon pays musulman fout le bordel partout où il passe.