En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

02.

Vers un reconfinement national : en quoi sera-t-il différent du précédent ?

03.

Et l'attaché parlementaire d'Aurélien Taché dénonça les "exhibisionistes"...

04.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

05.

Ramzan Kadyrov estime qu'Emmanuel Macron pousse les musulmans "vers le terrorisme"

06.

Le président turc n'apprécie pas du tout d'être caricaturé à la Une de Charlie Hebdo et il va riposter

07.

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

04.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

05.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

06.

Le gouvernement fait peser la totalité du poids de l’épidémie sur les soignants et sur les Français. Y a-t-il un moyen de le forcer à assumer enfin ses responsabilités ?

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

04.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

05.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

06.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

ça vient d'être publié
pépites > Economie
Impact de la crise
Celio va fermer 102 magasins en France, 383 emplois sont menacés
il y a 21 min 55 sec
light > Culture
Amoureux des mots
Mort d'Alain Rey à l'âge de 92 ans
il y a 2 heures 23 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"ADN" : Maïwenn en quête de ses racines algériennes dans une autofiction comique et volcanique...

il y a 3 heures 36 min
pépites > Consommation
Angoisse
Face aux rumeurs de reconfinement, les ventes de certains produits alimentaires ont déjà augmenté depuis quelques jours confirme Michel-Edouard Leclerc
il y a 5 heures 34 min
décryptage > International
Or noir

Israéliens et Arabes, unis même dans le pétrole

il y a 5 heures 58 min
light > Science
Gratte-ciel
Un récif plus haut que l'Empire State Building dans la Grande Barrière de corail en Australie
il y a 6 heures 30 min
pépites > Media
Contrarié
Le président turc n'apprécie pas du tout d'être caricaturé à la Une de Charlie Hebdo et il va riposter
il y a 7 heures 1 min
décryptage > France
Attentat de Conflans-Sainte-Honorine

Liberté, j’écris ton nom

il y a 7 heures 38 min
décryptage > Santé
Lieux ciblés

Parcs, plages et autres interdictions de promenade : ces mesures du premier confinement qu’aucune efficacité sanitaire ne justifie

il y a 8 heures 7 min
décryptage > International
Résistance face à la pandémie

Samfundssind : les Danois ont choisi leur mot de l’année 2020 et il est la clé de leur résilience face au Coronavirus

il y a 8 heures 15 min
light > France
Festivités annulées
Lyon : la Fête des Lumières 2020 n'aura pas lieu
il y a 1 heure 56 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Impossible" de Erri de Luca : huis-clos entre un accusé et son juge. Un roman puissant lu par deux comédiens talentueux

il y a 3 heures 15 min
pépites > France
Séparatisme
Gérald Darmanin annonce la dissolution de l'association BarakaCity
il y a 4 heures 37 min
décryptage > Politique
Menace contre notre modèle de vie

Islamisme : la France face au défi du siècle

il y a 5 heures 44 min
décryptage > Economie
Adaptation face à la pandémie

Economie Covid-19 : et le pays qui bénéficie le plus du télétravail est…

il y a 6 heures 11 min
pépite vidéo > Politique
"La vie doit continuer"
Renaud Muselier plaide pour un confinement aménagé et différent de la période de mars dernier
il y a 6 heures 50 min
décryptage > France
Combat contre le séparatisme

Islamisation de la France : déni, lâcheté ou compromission ?

il y a 7 heures 21 min
décryptage > France
Tout change

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

il y a 7 heures 58 min
pépites > Politique
Coronavirus
L'exécutif pris entre deux feux : médecins d'un côté, chefs d'entreprises de l'autre
il y a 8 heures 14 min
décryptage > Santé
Lutte contre la pandémie

Covid-19 hors de contrôle : les nouveaux tests feront-ils (enfin) la différence ?

il y a 9 heures 14 min
© CHARLES PLATIAU / POOL / AFP
© CHARLES PLATIAU / POOL / AFP
Les entrepreneurs parlent aux Français

Le capitalisme responsable. Est-ce vraiment le seul challenge ?

Publié le 02 décembre 2019
Denis Jacquet évoque cette semaine le sujet du capitalisme et la nécessité d'appliquer une vision. Le capitalisme peut redevenir responsable une fois doté d’une nouvelle responsabilité, d’une nouvelle mission.
Denis Jacquet
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Denis Jacquet est entrepreneur (Edufactory), investisseur (Entreprise et conquête) et président de Parrainer la croissance, une association d'aide aux PME pour rechercher la croissance, et cofondateur de l'observatoire de l'Uberisation. 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Denis Jacquet évoque cette semaine le sujet du capitalisme et la nécessité d'appliquer une vision. Le capitalisme peut redevenir responsable une fois doté d’une nouvelle responsabilité, d’une nouvelle mission.

Ce week-end, j’avais la chance, car c’est un privilège, d’être l’invité de Jean Dominique Sénard à l’Abbaye de Royaumont, dans laquelle d’illustres orateurs se réunissent pour des débats passionnants. Sans filtres, pour la plupart. Le thème ne manquait pas d’actualité puisqu’il posait la question d’un capitalisme responsable. Ce qui, entre les lignes, signifiait, est ce que nos entreprises peuvent devenir responsables ? La question, comme en math quand nous étions enfants, est nécessaire, indispensable, et nous la posons encore trop peu, mais pas suffisante. Les entrepreneurs et les entreprises vont devenir les hommes politiques les plus en vues, car les politiques sans vision, ni courage, sans idées, ni solutions, vont se défausser sur eux, leur laissant trop de pouvoir. Entre le trop peu, qui était la norme, et le trop, il faut redessiner la frontière, mais pour cela il faut être plusieurs. Explications.

La mer s’est retirée il y a longtemps. Je faisais remarquer, en lui posant la question, à Xavier Bertrand, qui était en face de moi, connaissance de longue date, que sans lui faire affront, le courage et la vision avait depuis longtemps quittés le camp politique. Il en a convenu sans réserve. Le politique a laissé la place vide, et personne n’a voulu la prendre. A part les extrêmes ou les dictateurs, armés d’une idéologie brutale, primaire ou dangereuse, mais au moins, armés de quelque chose à proposer. Et les peuples ont commencé à s’en saisir. 15% de dictatures en plus en 15 ans, des populistes pleuvant sans répit sur le monde entier, des mouvements de refus ou de désespoir fleurissant partout et une seule locution commune à tous : « NON ». Partout le NON a remplacé le OUI, que plus personne ne prononce.

Le politique, sans idée, mais jamais sans ressort, a désigné une victime, à offrir à la vindicte populaire, pour mieux s’exonérer de sa propre turpitude : L’entreprise. La grande, au moins, car elle emploie une large partie de la population, est une cible facile et identifiée, surtout quand elle est une banque ou une compagnie pétrolière, plus facile à faire détester par la population. Elle lui a assigné des obligations, mais sans les droits correspondants. RSE, formation, pollution, diversité, elle a reçu la panoplie complète du parfait citoyen, presque un rôle régalien, mais sans avoir son mot à dire, en contrepartie, sur ce que l’État, lui, devrait faire dans le même temps pour apporter sa contribution au changement. 

Aux USA, la situation est différente, mais le résultat est identique. On n’a jamais demandé à un Président américain d’avoir une idéologie au sens Européen du terme. On lui demande des résultats, une élévation sociale et une fierté maintenue dans son pays. La confiance que les USA resteront les leaders « du monde libre ». Dès lors, quand il recule, c’est simplement par ses investissements, pas par l’idéologie. Il recule sur l’espace, les infrastructures, la recherche ? Les entreprises, notamment et surtout, les entrepreneurs milliardaires, prennent le relai, armé d’une autorisation d’investissement massif dans les tourments de la société : La déduction fiscale. Plus de 400 milliards de dollars en 2018. C’est ainsi moins de 100 personnes, qui décident de l’avenir des USA ou de ses orientations principales, y compris en matière d’environnement, reléguant à un niveau secondaire, la signature ou l’accord ou le désaccord face aux accords de Paris. Le Président parle, les entreprises font ce qu’elles veulent.  Armées du pouvoir digital, du pouvoir d’orienter les élections, d’influencer le consommateur dans sa vie quotidienne, de récolter la data qui permettra les traitements médicaux, lui dispenser l’éducation et les idées, d’assurer sa sécurité, l’entreprise devient LE gouvernement.

Je suis entrepreneur. Je pourrais crier « victoire ». C’est une amère défaite. L’objectif est que nous nous reposions sur la diversité, sur l’équilibre des pouvoirs, des idées, définissions ensemble une vision commune, partagée, mais surtout renouvelée, et que nous l’exercions ensemble. Remplacer un défaillant par un impartial, apportera un changement, mais pas la solution.

Le capitalisme ne sera pas responsable. Il l’est déjà. Ou plutôt, il l’a longtemps été, quoi qu’en pensent les gauchistes dogmatiques. C’est le meilleur, ou le moins pire, des systèmes, et il était responsable, car il répondait à la mission que la société lui avait confiée. Créer de la richesse, des emplois, entretenir l’illusion plus ou moins forte d’une possible ascension sociale par le travail et l’éducation, participer à la société en la finançant par ses profits et ses obligations diverses, participer à l’équilibre entre les riches et les pauvres en permettant, par le travail et la progression hiérarchique et salariale, permettant au peuple de penser qu’il existe par sa consommation et sa position sociale. C’était sa mission. On lui a assigné cette mission. D’un « commun accord ». On ne peut rien lui reprocher. On ne pouvait lui reprocher quoi que ce soit, jusqu’à ce qu’il s’aperçoive de ses erreurs et de leurs conséquences. Mais à nouveau, il ne pouvait pas être seul, ni à décider, ni à payer. La mission devait être changée. L’ordre de mission, revu, corrigé, par l’ensemble de la société. Cela n’a pas été fait. Pas d’intellectuels pour prendre la plume. Pas de politique doté de vision. Le soldat entreprise restant sous pression de créer la richesse, seul, ne prenait que des initiatives limitées. Cosmétiques souvent. Et quand il faisait bien, personne ne voulait le lui reconnaitre. Il est coupable d’un manque de réaction face au désastre. Oui, comme les autres, mais au moins il essaie, de plus en plus chaque jour. Mais seul, il n’ira pas loin.

En conclusion, le capitalisme peut redevenir responsable une fois doté d’une nouvelle responsabilité, d’une nouvelle mission. La question était « de quoi » ? Pour qui ? Comment ? Il faut donc une nouvelle vision, un nouveau dessein, seul capable de fournir un nouveau destin. Et l’entreprise l’accomplira. Avec imperfection, comme l’État, mais dans les grandes lignes, elle le fera.  La responsabilité n’a pas de définition, elle est relative, dépendante d’un référentiel. Elle ne peut être mesurée qu’à cette aune. Nous avons TOUS la responsabilité de réécrire le futur, et les consignes à donner à la TOTALITE de la société, et pas seulement au « capitalisme ».  Nous pourrons alors poser la question d’un capitalisme responsable, car nous aurons à nouveau la possibilité d’en mesurer la réalisation.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
tatouzou
- 03/12/2019 - 11:01
Bla bla bla....
Le capitalisme est une méthode pour mobiliser les capitaux nécessaires à une entreprise importante en mutualisant les risques.
Ceux qui apportent les capitaux, actionnaires, associés ou banquiers, le font dans l'espoir d'un profit d'autant plus important si le risque est élevé.
Ça marche dans le monde entier depuis l'invention de la monnaie il y a environ 4000 ans.
On n'a rien trouvé d'aussi efficace depuis.

Il n'y a pas de rôle social des entreprises, en dehors des obligations que leur imposent les pouvoirs publics. Ceux-ci doivent par contre veiller à ne pas trop "charger la mule " s'ils veulent qu'elle continue à avancer.

C'était vrai au temps des pharaons, des empires romain ou chinois, des rois de France ou de la troisième république, tout comme aujourd'hui. Ce sera encore vrai demain.

Aujourd'hui, en occident, ce qui risque le plus de surcharger la mule, c'est la croyance écologiste à la mode, qui considère que l'homme est méchant et nuisible et que le capitalisme en est la manifestation la plus achevée.