En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

02.

Nouvelle ruée vers l’or vers un lithium « vert » (et la France a des réserves)

03.

Les 5 plus grosses fortunes mondiales préfigurent ce que sera notre mode de vie sur la planète au cours du 21e siècle

04.

« Cherche professeur pour remplacer Samuel Paty »

05.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

06.

Coronavirus : hausse des ventes en ligne, des livreurs meurent de surmenage en Corée du Sud

07.

Regardez bien cette affiche : Auschwitz est de retour…

01.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

02.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

03.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

04.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

05.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

06.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

03.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

04.

Noël : Emmanuel Macron envisage des « mesures restrictives et dissuasives » pour les Français qui voudraient skier à l'étranger

05.

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

06.

Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus

ça vient d'être publié
pépites > France
Dissolution
BarakaCity dénonce le gel « illégal » de ses avoirs par l'Etat
il y a 29 min 49 sec
pépites > Santé
Covid-19
Coronavirus ; la commission d’enquête parlementaire évoque des manquements des pouvoirs publics avant et pendant la crise sanitaire
il y a 1 heure 50 min
light > Science
Santé
L'Intelligence Artificielle pourrait prédire quelles combinaisons de médicaments luttent le mieux contre tel ou tel cancer
il y a 2 heures 13 min
pépites > Santé
Coronavirus
MHRA, l'agence de santé britannique, autorise l'utilisation du vaccin Pfizer/BioNtech : les premières vaccinations pourraient commencer la semaine prochaine dans les maisons de retraite
il y a 2 heures 50 min
pépites > Finance
Scandale
Faillite Wirecard : l'APAS, le régulateur allemand des firmes d'audit estime qu'Ernst & Young (EY, géant de l'audit) savait que son audit de 2017 était inexact
il y a 3 heures 43 min
pépite vidéo > Politique
Premier ministre
Crise sanitaire, loi « sécurité globale », ski à l’étranger: retrouvez l’entretien de Jean Castex sur RMC et BFMTV
il y a 4 heures 14 min
pépites > Santé
Vacances
Isolement de 7 jours au retour pour les Français qui sont partis faire du ski en Suisse ou en Espagne
il y a 4 heures 58 min
décryptage > Politique
Occupation de temps de cerveau disponible

La démocratie, malade du syndrome Darmanin ?

il y a 5 heures 31 min
décryptage > Economie
Atantico Business

Les 5 plus grosses fortunes mondiales préfigurent ce que sera notre mode de vie sur la planète au cours du 21e siècle

il y a 6 heures 22 min
pépites > Media
Entretien avec le chef de l’Etat
Emmanuel Macron sera interviewé ce jeudi 3 décembre en direct sur Brut
il y a 19 heures 17 min
pépites > Economie
Pas de cadeau
Le gouvernement ne devrait pas revaloriser pas le Smic en plus de la hausse automatique selon Jean Castex
il y a 1 heure 5 min
décryptage > Société
Moyen de transport idéal pendant la crise du Covid ?

Les e-scooters et autres trottinettes électriques sont-ils une bonne affaire pour l’environnement (et pour les entreprises qui les louent ) ?

il y a 2 heures 4 min
décryptage > Consommation
Magie de Noël

Réveillons de fin d’année : petits conseils pour bien anticiper les plaisirs que vous pourrez vous autoriser sans vous ruiner la silhouette

il y a 2 heures 36 min
décryptage > Santé
Rempart pour endiguer l'épidémie

Covid-19 : Et si la première cible à convaincre de l’efficacité du vaccin étaient les médecins et soignants eux-mêmes ?

il y a 3 heures 14 min
décryptage > France
Nuit et Brouillard

Regardez bien cette affiche : Auschwitz est de retour…

il y a 3 heures 44 min
décryptage > Economie
Nouveau monde

Ce que le nouveau record atteint par le Bitcoin préfigure pour l’avenir du système bancaire

il y a 4 heures 52 min
décryptage > Politique
Fractures émotionnelles

La colère et la peur dominent les émotions des Français concernant l’état du pays. Mais ceux qui les ressentent ne sont pas du tout les mêmes

il y a 5 heures 22 min
décryptage > France
Débat public

Socle citoyen : l’Assemblée nationale vote pour l’exploration d’un revenu universel qui ne dit pas son nom mais demeure une très bonne idée

il y a 5 heures 44 min
pépites > Santé
Investigations
Covid-19 : l'OMS « fera tout » pour connaître l'origine du virus
il y a 18 heures 53 min
light > Media
Nouveaux projets
Jean-Pierre Pernaut va lancer un « Netflix des régions » le 18 décembre prochain
il y a 19 heures 44 min
© JOEL SAGET / AFP
© JOEL SAGET / AFP
Trop alarmistes ?

Et si les inégalités ne s’étaient pas autant creusées qu’on le répète...

Publié le 02 décembre 2019
Deux économistes américains ont remis en question les travaux de Thomas Piketty. David Splinter et Gerald Auten estiment que la hausse des inégalités ne s'est pas creusée mais a plutôt stagné depuis les années 1990.
Michel Ruimy
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michel Ruimy est professeur affilié à l’ESCP, où il enseigne les principes de l’économie monétaire et les caractéristiques fondamentales des marchés de capitaux.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Deux économistes américains ont remis en question les travaux de Thomas Piketty. David Splinter et Gerald Auten estiment que la hausse des inégalités ne s'est pas creusée mais a plutôt stagné depuis les années 1990.

Atlantico.fr : Deux économistes américains, Gerald Auten et David Splinter, ont remis en question les travaux de Thomas Piketty et sa fameuse théorie des 1%. Pour eux, la hausse des inégalités ne s’est pas creusée au fil des années mais a plutôt stagné depuis les années 1990. 

Que pensez-vous de ce constat ? Les inégalités ont-elles réellement augmenté dans la population active ?

Michel Ruimy : Tout est question de méthodologie ! Chaque groupe de chercheurs a sa propre réponse au problème étudié… même s’ils utilisent la même base de données comme c’est le cas ici : Thomas Piketty ainsi que Gerald Auten et David Splinter ont utilisé les mêmes données fiscales de l’IRS (Internal Revenue Service - Direction des impôts américaine). 

Auten et Splinter soutiennent que les évolutions des inégalités aux Etats-Unis sont liées notamment aux modifications apportées au droit fiscal sous la présidence de Ronald Reagan (1981-1989). Sans être trop technique, la part du revenu après impôt du centile ayant les plus hauts revenus est passée de 8,4% en 1979 à 10,1% en 2015, soit une augmentation de l’ordre de 20% alors que Thomas Piketty affirmait qu’elle avait doublé sur la même période. Cette différence s’explique par la redistribution des revenus. Malgré une baisse du taux d’imposition fédéral le plus élevé des particuliers (de 91 à 39,6%) entre 1960 et 2015, les réformes d’élargissement de la base et la diminution de l’utilisation des niches fiscales a fait passer les taux d’imposition effectifs du centile le plus élevé de 14 à 24%. En tenant compte de l’ensemble des impôts, les taux d’imposition effectifs du premier pour cent ont augmenté tandis que ceux des 90% ont chuté, ce qui implique une augmentation de la progressivité fiscale globale. C’est pourquoi, Auten et Splinter concluent que l’augmentation des revenus des plus riches a été beaucoup moins importante que ne le laisse supposer Piketty et qu’en réalité les inégalités sont pratiquement les mêmes que dans les années 1960. 

Pour leur part, Piketty, Saez et Zucman affirment que les données de Auten et de Splinter sont incomplètes et reposent sur une méthode irréaliste de traitement de l’impôt sur les sociétés. Ils insistent sur le fait que la conclusion selon laquelle l’inégalité a considérablement augmenté, est solide et tient même après avoir examiné ces questions.

La présente « querelle » montre à quel point il est difficile d’obtenir une image complète et précise des inégalités. Il n’en demeure pas moins que la littérature sur les inégalités de revenus croît rapidement et comporte de nombreuses implications politiques. Il est fort à parier que l’étude de Auten et Splinter sera vraisemblablement reprise par des politiciens conservateurs américains qui s’appuieront sur leurs conclusions pour affirmer que l’inégalité n’est finalement pas un problème si important. 

Thomas Piketty s’est surtout concentré sur les Etats-Unis pour parler des inégalités. Qu’en est-il en France et en Europe à l’heure actuelle ? Sommes-nous trop alarmistes quant aux inégalités ?

Alors que l’Europe est déjà minée par la montée des populismes et les divisions qui remettent en cause la construction européenne, le continent est loin d’être épargné par les disparités de revenus entre citoyens. Même si les modèles de protection sociale ont pu jouer un rôle d’amortisseur, des écarts considérables demeurent. Les inégalités se sont accrues et les politiques européennes d’intégration sont impuissantes à les atténuer. 

Les 1% d’Européens les plus prospères ont vu leurs revenus bondir deux fois plus vite que ceux des 50% les moins aisés sur les trois dernières décennies. Après avoir baissé au début des années 2000, période de relative prospérité au sein de l’Union européenne, le taux de pauvreté s’est stabilisé depuis la crise financière de 2008. Entre 21 et 22% des citoyens européens sont aujourd’hui en situation de pauvreté.

Comment est-on arrivé là ?

Tout d’abord, la concurrence fiscale agressive entre les Etats a poussé à la baisse les taux d’imposition des sociétés (passé de 50% au début des années 1980 à 25% aujourd’hui) et de l’impôt sur le revenu. De telles évolutions limitent la capacité des Etats à mettre à contribution des gagnants de la croissance et font de plus en plus reposer le financement des services publics sur les classes moyennes et populaires.

Ensuite, la diversité des modèles sociaux joue un rôle fondamental dans la genèse des différences nationales. Aux pays sans système efficace de redistribution, les taux de pauvreté les plus élevés (Balkans, Europe du Sud). A ceux qui disposent d’un Etat-Providence généreux (Europe de l’Ouest et du Nord), les taux de pauvreté les plus faibles. 

L’évolution est particulièrement nette dans les pays de l’Est qui ont connu la transition du socialisme. Cette région, la moins inégalitaire d’Europe en 1980 a, depuis, rejoint les niveaux d’inégalités de l’Europe de l’Ouest et du Sud. La redistribution des revenus y est plus faible et la « flat-tax » (impôt à taux unique) débouche le plus souvent sur un système moins protecteur. 

Mais le creusement des écarts entre Européens s’explique, pour l’essentiel, par l’évolution des inégalités à l’intérieur des pays, plus qu’à l’absence de convergence des revenus entre pays. Au sein des pays européens, les 1% les plus fortunés ont vu leurs revenus croître deux fois plus rapidement que la moyenne.

Malgré ces résultats, l’Europe reste bien plus égalitaire que les Etats-Unis. Plus que la révolution technologique et la globalisation, ce sont les choix en matière de politique fiscale et d’organisation du système public qui expliquent la hausse des inégalités.

De manière générale, il est difficile de nier le rôle des inégalités dans la montée des populismes. Les classes moyennes ont subi une période néfaste qui a créé un malaise économique. Leurs revenus ont stagné et il conviendrait de les revaloriser. 

Le 5 décembre, des syndicats ont appelé à une grève générale pour dénoncer les inégalités économiques et sociales dans la société française. Comment se fait-il qu’en théorie (et d’après ces deux économistes) les inégalités baissent ou stagnent, mais qu’en pratique, il y ait un ras-le-bol généralisé de la part d’une partie de la population ? Comment réunir théorie et pratique sur les questions liées aux inégalités ?

Tout d’abord, rappelons qu’Auten et Splinter ont ciblé leur étude sur les Etats-Unis et non sur la France. Ensuite, la réponse à votre question est vaste. 

En fait, la connaissance des inégalités évalue la distance entre les faits et les valeurs des sociétés démocratiques qui ont placé l’égalité fondamentale de tous les individus au fronton de leurs principes. Or, ces inégalités peuvent être saisies de mille manières en fonction des ressources et des biens inégalement répartis. Ainsi, peut-on mesurer les inégalités entre les groupes professionnels, les classes sociales, les sexes, les générations, les périodes historiques et les individus eux-mêmes… mais aussi entre les régions, entre les pays, les appartenances culturelles … sachant qu’il est possible de croiser toutes ces dimensions entre elles. Quant aux critères sur lesquels s’évaluent les inégalités, ils sont encore plus nombreux : revenus, patrimoines, conditions de vie, santé, éducation, pratiques culturelles… On voit donc que la mesure des inégalités sociales est donc une activité inépuisable. 

Concernant la réunion de la théorie et de la pratique, je pousserai un peu plus la réflexion en soulevant la question de l’utilité des sociologues, notamment ceux qui s’intéressent aux questions liées aux inégalités. Je rappellerai l’expérience de Dominique Schnapper, sociologue de renom, nommée au Conseil constitutionnel pour la qualité de ses travaux sur la République, la Nation et la citoyenneté. Au cours des séances de l’institution, elle a été frappée par le fait que le point de vue sociologique y était largement ignoré ! 

Par ailleurs, il conviendrait de trouver les moyens d’appliquer les recherches théoriques dans la réalité. C’est loin d’être chose aisée dans la mesure où le monde politique reste trop souvent sourd aux sciences sociales. Par exemple, au moment où les politiques de la ville sont imaginées et qu’une collaboration active entre sociologues et hommes politiques est attendue, il est bien difficile pour les sociologues de se faire entendre des politiques. Il apparaît même parfois un léger dédain manifesté par les hauts fonctionnaires. L’expérience sociologique ne parvient guère à convaincre au sein du monde politique : les hommes politiques font d’abord de la politique, par des sciences sociales appliquées. 

Alors, les sociologues sont-ils utiles ? Oui, à la condition qu’ils parviennent à imposer la voix des acteurs sociaux dans l’espace public, tant celle des nouveaux mouvements sociaux que celle d’individus qui se battent contre… les inégalités auxquelles ils sont confrontés.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
ajm
- 02/12/2019 - 19:57
le mythe de la disparition des classes moyennes aux USA
Tout le monde parle des inégalités aux USA et de la disparition des classes moyennes dans ce pays. Les dernières statistiques fiscales US disponibles ( chiffres 2018) indiquent pourtant que 30% des ménages US déclarent plus de USD 100k et 60% plus de 50k. Les chiffres correspondants ( revenus fiscaux de référence supérieurs aux revenus imposables) en France et en euros pour les revenus 2016 donnent seulement respectivement 2% et 10%. Même en tenant compte de la parite Euro sur USD à 1 12 actuellement, on voit que nos classes moyennes sont très en deçà en terme de revenus.
zelectron
- 02/12/2019 - 18:38
Piketti est un gland
Il croit penser pour les autres, décider pour les autres, discuter pour les autres : c'est un communiste de la pire espèce
salamander
- 02/12/2019 - 17:50
difficile à croire p les US
où le tx marginal d'imposition était de presque de 90% à la fin des années 70 !
Maintenant cela dépend comment on présente la chose: si le décile le plus "pauvre" gagnait 1 et le décile le plus "riche" 10 en 80 , le rapport était de 10. Right?
En 2015, on passe -disons -de 2 à 20 , et donc le rapport et tjrs le m^me , de 1 à 10.
En revanche, la propension à consommer gagne 10 ds un cas (les "riches"-qui en fait thésaurisent- et 1 dans l'autre et donc à la fin , cela fait donc une énorme différence.
A la fin, il est vrai que inégalité ne veut pas dire injustice et que si on se retrouve ds la situation du Venezuela c la cata. (espérons que Mélenchon ne passe jamais en France.)
D'un point de vue macro, il serait bon que les salaires des classes moyennes augmentent massivement (partout) et que le mvt soit initié aux US , sinon c mort.
Cela créerait de l'inflation et permettrait de casser l'épée de Damoclès que constituent les dettes ds le monde.
Mais cela n'arrivera pas. Rassurez- vous...