En direct
Best of
Best of du 27 juin au 3 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Après avoir massivement accepté le télétravail, les Français commencent à en ressentir les perversions...

02.

Bombe à retardement ? La pandémie a fait chuter les transferts d'argent vers les pays d’origine des immigrés comme jamais auparavant

03.

Affaire Epstein : Ghislaine Maxwell détiendrait plusieurs vidéos d'actes pédophiles commis chez le milliardaire Jeffrey Epstein

04.

Les bonnes surprises (cachées) du déconfinement pourraient permettre une reprise plus rapide que prévue

05.

Horizon 2022 : le sondage qui (re)douche les espoirs de la droite LR

06.

Psychose collective : ces énormes progrès environnementaux que ne veulent pas voir les déprimés de la planète

07.

Des pirates informatiques anonymes alertent sur les risques de logiciels espions qui seraient présents dans TikTok

01.

Ophélie Winter médite à la Réunion; Brigitte Macron se promène lugubre en baskets, Edith Philippe souriante en tongs, Catherine Deneuve cheveux au vent et souliers vernis; Melania Trump abuse de l’auto-bronzant; Benjamin Biolay a une fille cachée

02.

Sauver la planète ? Le faux-nez de ces "écologistes" qui détestent l'Homme. Et la liberté

03.

Après avoir massivement accepté le télétravail, les Français commencent à en ressentir les perversions...

04.

Tesla à 200 milliards de dollars, c’est le casse du siècle digital ou la promesse du monde d’après...

05.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

06.

Plus fort qu’Ali Baba et les 40 voleurs : Anne Hidalgo et ses 37 adjoints !

01.

Jean Castex, une menace bien plus grande pour LR qu’Edouard Philippe ?

02.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

03.

Le président algérien réclame (encore) des excuses à la France. Quand sera-t-il rassasié ?

04.

Le parti EELV va alerter le CSA après les propos d'Eric Zemmour sur CNEWS dans "Face à l'Info" sur la vague verte et l'islam

05.

Nouvelle explosion des cas de Coronavirus : mais que se passe-t-il aux Etats-Unis ?

06.

Un nouveau Premier ministre pour rien ? Pourquoi la France a plus besoin d’une vision assumée que d’un En-Même-Temps au carré

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Un garçon sur le pas de la porte" de Anne Tyler : quand la petite vie pépère d’un quadragénaire se déglingue... un petit bijou intimiste et amusant

il y a 25 min 20 sec
pépite vidéo > Politique
Débuts difficiles
Eric Dupond-Moretti a été chahuté par les députés pour ses premiers pas à l’Assemblée nationale
il y a 1 heure 16 min
pépite vidéo > Politique
Cap pour la fin du quiquennat
Remaniement : retrouvez l'entretien du Premier ministre Jean Castex sur RMC - BFMTV
il y a 2 heures 1 min
décryptage > Politique
Intentions de vote

Horizon 2022 : le sondage qui (re)douche les espoirs de la droite LR

il y a 3 heures 49 min
décryptage > France
Moyen sûr de voyager

Le camping-car, star de l’été 2020

il y a 4 heures 57 min
décryptage > Europe
Vers une nouvelle crise politique ?

Irlande du Nord : l’IRA va-t-elle déterrer la hache de guerre ?

il y a 5 heures 48 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Les bonnes surprises (cachées) du déconfinement pourraient permettre une reprise plus rapide que prévue

il y a 7 heures 2 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Dé mem brer" de Joyce Carol Oates : un excellent recueil de 7 nouvelles cinglantes à propos de 7 femmes presque ordinaires

il y a 20 heures 39 min
pépites > International
Contaminations
Coronavirus au Brésil : le président Jair Bolsonaro a été testé positif
il y a 21 heures 25 min
light > Politique
Génération Covid
Emmanuel Macron a félicité les nouveaux bacheliers avec un message sur TikTok
il y a 22 heures 53 min
pépites > Economie
Mesure d'urgence
La région Ile-de-France cesse de payer la RATP et la SNCF, en l'absence d'aide de l'Etat
il y a 40 min 11 sec
pépites > Politique
Déclarations
HATVP : Pénélope Komitès, adjointe d'Anne Hidalgo, aurait oublié de déclarer 250.000 euros et évoque une "erreur"
il y a 1 heure 36 min
décryptage > Politique
Remaniement

Les gouvernements passent, la haute administration demeure (au pouvoir)

il y a 2 heures 38 min
décryptage > Politique
Adieu robe noire

Et le ministre (Dupond-Moretti) brûla ce que l'avocat (Dupond-Moretti) avait adoré !

il y a 4 heures 41 min
décryptage > Economie
Marchés financiers

Ces investisseurs de la Tech qui semblent revenus à l’euphorie pré-bulle de l’an 2000

il y a 5 heures 21 min
décryptage > Politique
Leçons du remaniement

Alerte enlèvement : mais à quoi sert le MoDem ?

il y a 6 heures 28 min
décryptage > Economie
Impact du coronavirus

Bombe à retardement ? La pandémie a fait chuter les transferts d'argent vers les pays d’origine des immigrés comme jamais auparavant

il y a 7 heures 17 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Contre les barbares" de Maurizio Bettini : un roman d’apprentissage bien sombre et trop prévisible malgré des personnages campés avec talent

il y a 20 heures 51 min
light > Justice
Bombes à retardement
Affaire Epstein : Ghislaine Maxwell détiendrait plusieurs vidéos d'actes pédophiles commis chez le milliardaire Jeffrey Epstein
il y a 21 heures 53 min
pépites > Politique
Confiance des citoyens ?
Remaniement : les Français approuvent le choix des ministres du gouvernement de Jean Castex mais ne se font pas d'illusion sur la politique qu'ils mèneront
il y a 23 heures 43 min
© PHILIPPE LOPEZ / AFP
© PHILIPPE LOPEZ / AFP
Atlantico Business

Après avoir essayé d’interdire le "Black Friday", les mêmes vont essayer massivement d’organiser le "Black Thursday". Comprenne qui pourra !

Publié le 02 décembre 2019
Les écologistes radicaux, les politiques de la France insoumise ou les adhérents de Attac qui ont essayé de bloquer la journée du Black Friday vont se joindre aux syndicats qui organisent un « jeudi noir ».
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les écologistes radicaux, les politiques de la France insoumise ou les adhérents de Attac qui ont essayé de bloquer la journée du Black Friday vont se joindre aux syndicats qui organisent un « jeudi noir ».

D’un côté, ils condamnent la « surconsommation »  et de l’autre, ils réclament plus d’efficacité dans la production. 

Vu de l’étranger, la France offre le triste spectacle d’une opinion publique qui ne sait vraiment plus où elle habite et qui risque de gaspiller ses richesses, ses forces et ses ressources à son détriment.

Si on considère que le système nous entraine vers une course folle à la consommation de biens matériels soi-disant inutiles, et que cette surconsommation entraine un épuisement des ressources naturelles de la planète, on sera forcément contre le Black Friday, contre la mondialisation et contre le capitalisme. Comme si le système avait été une pure invention idéologique ou un effet de la cupidité humaine. Les mouvements anti-consommation et  anti-croissance sont « drivés » par des organisations mondialisées, ce qui est logique et cohérent.

Ce qui est beaucoup moins cohérent, c’est que les mêmes manifestants rejoignent en France ceux qui, lors « d’un jeudi noir », vont manifester pour protéger le modèle social, et une redistribution des revenus généreuse soit par le pouvoir d’achat soit par des systèmes de retraites . Toutes ces manifestations ont pour objectif de protéger « la capacité de dépenser » donc les moyens de consommer, donc la capacité de produire et de croitre, puisque la consommation est un des trois moteurs de la croissance et du progrès. Les cortèges qui vont bloquer la France seront donc politiquement, éthiquement, culturellement assez hétéroclites et contradictoires.

La vie sociale française semble complètement incompréhensible. Des gilets jaunes au jeudi noir en passant par les casseurs et le Black Friday, l’opinion est traversée par des courants contradictoires, incapables de trouver des compromis qui permettraient de débloquer son fonctionnement et qui plongent dans les contradictions et parfois même la violence. Tout se passe comme si on se complaisait dans cette culture du conflit et l’ambiguïté. On ne sort de l’ambiguïté qu’à son détriment. C’est ce qui va se passer en Grande Bretagne où les Anglais hésitent finalement à sortir de l'Union européenne. La France, elle, risque fort de s’affaiblir pour longtemps en hésitant d’assumer les contraintes de la modernité parce que c’est bien, ce dont il s’agit. Une partie des Français refuse d’affronter les effets de la mondialisation, de la concurrence internationale, de la révolution digitale et de la transition écologique, tout en revendiquant la liberté de disposer des profits de la modernité, de la santé, de l’espérance de vie, les voyage low-cost, etc... Certains prônent même la décroissance programmée, mais ils tiennent à en débattre et à mobiliser leurs fans sur internet, les réseaux sociaux et les mobiles, c’est à dire avec les outils clefs de la modernité. Le comble, c’est quand ils font campagne dans la même journée contre la vaccination obligatoire pour la rougeole et pour une amélioration du système de soins afin de traiter les enfants qui auront contracté la maladie.  Le comble, c’est de s’attaquer aux sources de pollution mais de refuser le nucléaire ou de ne pas s’arrêter de fumer.

Mais le comble, cette semaine c’est évidemment d’encourager un jeudi noir après s’être opposé au Black Friday. Le jeudi noir a pour objectif d’arracher des facteurs de richesses et de confort, du pouvoir d’achat et une retraite paisible sur la base des richesses créées, bref de se protéger des facteurs anxiogènes de la mondialisation ou de la concurrence.  La guerre au Black Friday avait pour but de bloquer le moteur principal de la croissance et de la création de richesses, à savoir la consommation.

Vu d’ailleurs, cette situation est aussi inextricable que le Brexit en Grande Bretagne. D’autant plus que la vie économique recèle de potentialités considérables, en France notamment. D’ailleurs en dépit de tous les freins gilets jaunes, corporatistes, ou syndicaux, le moral des acteurs économiques occidentaux s’est nettement amélioré depuis le coup de tabac provoqué par la crise financière. Le moral des chefs d’entreprise n’est pas mauvais, les projets d’investissement se multiplient, les levées de fond également, le marché de l’emploi est très tendu dans beaucoup de professions et du côté des consommateurs, le moral est bon. Quoi qu’on en dise, les indicateurs chiffrés sont bien orientés.

La vraie question est évidemment de savoir pour quelle raison ne réussit-on pas à faire sauter les verrous qui bloquent encore l’évolution de la société française. On a bien réussi à commencer à réformer la fiscalité en abaissant l’impôt sur l’investissement (par la conversion de l’ISF en IFI). C’est-à-dire qu’on a fini par convenir qu’il valait mieux ne pas pénaliser l’investissement et l’avenir si on voulait qu’il soit meilleur. On a aussi convenu qu‘on avait un problème sérieux dans l’Education nationale. Cette immense machine était paralysée de l’intérieur et incapable de produire ce dont on avait besoin en expertise. On réussira à sauver le système de santé, sans doute grâce à l’introduction des logiques d’assurance dans les logiques de solidarité... Il nous faut équilibrer les relations intergénérationnelles en prenant conscience que la génération qui arrive à la retraite est décidément plus nombreuse que celle des actifs qui sont au travail. Si on considère que ceux qui travaillent sont les enfants de ceux qui partent à la retraite, il doit y avoir une solution pour organiser des vases communicants. Surtout quand ceux qui partent à la retraite ont capté les actifs et possèdent le patrimoine qui reviendra mécaniquement à leurs enfants. Les professionnels de la finance savent quand même transformer un patrimoine en revenus ou alors il faut qu’ils changent de métiers. Par ailleurs, on doit aussi savoir donner aux parents les moyens (fiscaux ou autres) d’aider leurs enfants.

Tous ces disfonctionnements vont alimenter le « jeudi noir » mais aucun de ces disfonctionnements n’est insoluble. Aucun ne justifie un conflit ou une violence que l’on nous annonce d’une rare ampleur.

Si la crise rend intelligent et si la science sait apporter des solutions aux problèmes techniques, il est évident qu on pourrait trouver des compromis.

C’est la raison pour laquelle les investisseurs ne sont pas inquiets. C’est la vraie raison pour laquelle les acteurs du système économique, les consommateurs d’un côté, les chefs d’entreprise de l’autre, ont retrouvés le moral qu’ils avaient avant 2008. Et cela, quelles que soient l’opinion et la confiance qu’ils ont envers les responsables politiques.

Il y a une déconnexion persistante (et même une décorrélation) entre la confiance accordée au système économique qui s’améliore et la confiance dans les dirigeants politiques qui continue de se détériorer.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
evgueniesokolof
- 02/12/2019 - 17:33
Mais....
On n'en est plus à une contradiction près: Les Verts ( les vrais)sont cohérents: ils veulent la décroissance car ils détestent l'espèce humaine et trouvent pas loin de 15% de crétins pour crier bravo. Les Rouges le sont aussi qui veulent changer l'homme et l'enferment jusqu'à ce qu'il accepte la servitude pour qu'il reconnaisse qu'il vit selon ses besoins ...par eux définis ( ils font de moins en moins recette)! En revanche , on ne peut être rouge et vert comme Melencornichon cad proposer l'augmentation du pouvoir d'achat avec des technologies vertes . Mais ....et c'est plus grave: si certains s'imaginent que l'on peut fermer les frontières sans remettre en cause les facteurs de destruction de l'économie ( écologie, peurs sanitaires et sécuritaires et féminisation des valeurs ) ils se plantent! Nous courrons au précipice!
clo-ette
- 02/12/2019 - 11:19
Mais pourquoi
dit-on Black- friday, mais Jeudi- noir? un jour noir où les rouges et les verts aiment défiler... en attendant le mois de Janvier mois du "Blanc" ...De toute façon, "peu importe que le chat soit gris ou noir, l'important est qu'il attrape les souris" ( Dieng Xiaoping)