En direct
Best of
Best of du 9 au 15 janvier
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
ça vient d'être publié
pépites > Politique
« Cher Tayyip »
Emmanuel Macron et Recep Tayyip Erdogan s'écrivent pour apaiser les tensions
il y a 1 semaine 2 jours
pépites > Justice
Révélations de Mediapart
Justice : enquête ouverte contre Nicolas Sarkozy pour « trafic d’influence » dans le cadre d’activités de conseil pour le groupe russe Reso-Garantia
il y a 1 semaine 2 jours
pépites > Politique
Jupiter
Nouvelle colère d'Emmanuel Macron, cette fois contre certains ministres
il y a 1 semaine 2 jours
décryptage > International
Démocratie américaine en danger

Assaut sur le Capitole : autopsie de trois jours de folies américaines

il y a 1 semaine 2 jours
pépite vidéo > Santé
Eviter la pénurie
Le PDG de Moderna, Stéphane Bancel, alerte sur la question de l'approvisionnement des vaccins pour l'hiver prochain
il y a 1 semaine 2 jours
décryptage > International
Université de Bogazici

Révolte étudiante à Istanbul ou les prémices d’un printemps turc

il y a 1 semaine 2 jours
pépites > Santé
Coronavirus
Bruno Le Maire et Gabriel Attal indiquent qu'un confinement est toujours possible
il y a 1 semaine 2 jours
décryptage > Santé
Espoir

Une étude démontre que les crises cardiaques pourraient être détectées des années à l’avance en surveillant le niveau de calcium dans les artères

il y a 1 semaine 2 jours
décryptage > Environnement
instrumentalisation judiciaire

Procès contre l’inaction de l’Etat : l’affaire du siècle est aussi la pire imaginable pour... le climat lui-même

il y a 1 semaine 2 jours
décryptage > Santé
Urgence sanitaire

Face à la Covid-19, finissons-en avec l’amateurisme public ! Le diagnostic implacable de fonctionnaires de la santé

il y a 1 semaine 2 jours
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand les billes précisent le moment et quand les disques détournent les heures : c’est l’actualité hivernale des montres
il y a 1 semaine 2 jours
pépites > Santé
Pénurie
Le maire de Neuilly-sur-Seine déplore que les quantités de vaccins annoncées ne soient pas au rendez-vous
il y a 1 semaine 2 jours
pépites > Santé
Coronavirus
La présence du virus dans les eaux usées de l'Ile-de-France en forte augmentation
il y a 1 semaine 2 jours
pépites > Santé
Bug
Après avoir été volontairement fermé hier le site Santé.fr de rendez-vous pour les vaccinations est ouvert en version simplifiée aujourd'hui
il y a 1 semaine 2 jours
décryptage > France
Couvre-feu à 18h

La fatigue de l’épidémie, cet élément historiquement documenté, qu’ignore superbement le gouvernement français

il y a 1 semaine 2 jours
décryptage > International
Guerre de l'information

A propos d’infox : la tentation de Joe Biden de suivre la politique des néoconservateurs

il y a 1 semaine 2 jours
décryptage > Santé
Mesures efficaces contre le virus

Covid-19 : les modèles d’efficacité sanitaire asiatiques, impossibles à reproduire en Europe ? 5 arguments pour démonter une imposture intellectuelle

il y a 1 semaine 2 jours
décryptage > Economie
Impact économique de la pandémie

Records à l’export : la Chine est-elle en train de gagner une bataille... ou la guerre des puissances commerciales ?

il y a 1 semaine 2 jours
décryptage > France
"Je ne livre pas les Juifs"

Il paraît qu'on ne peut pas accueillir toute la misère du monde. Mais qui est responsable de toute la misère du monde ?

il y a 1 semaine 2 jours
pépites > Politique
Voile
Aurore Bergé dépose un amendement interdisant le port du voile aux petites filles
il y a 1 semaine 2 jours
© Valerie GACHE / AFP
© Valerie GACHE / AFP
Défi

Pourquoi l’Union européenne a sérieusement besoin de se préparer à la prochaine vague d’arrivée de migrants

Publié le 01 décembre 2019
Entre janvier et novembre 2019, 44.000 migrants sont entrés sur le territoire européen via la Grèce. C'est plus que durant l'ensemble de 2018. Et du côté de l'Union européenne, il n'y a toujours pas l'ombre d'une politique migratoire coordonnée...
Laurent Chalard
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Laurent Chalard est géographe-consultant. Membre du think tank European Centre for International Affairs.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Entre janvier et novembre 2019, 44.000 migrants sont entrés sur le territoire européen via la Grèce. C'est plus que durant l'ensemble de 2018. Et du côté de l'Union européenne, il n'y a toujours pas l'ombre d'une politique migratoire coordonnée...

Atlantico : Un article de Foreign Policy souligne qu'entre janvier et novembre 2019, 44.000 migrants sont entrés sur le territoire européen via la Grèce. Un chiffre en augmentation par rapport à la totalité de l'année 2018 durant laquelle ils avaient été 32.500 à arriver en Europe par la Grèce. Si ces chiffres n'ont rien à voir avec ceux de 2015 ou 2016, cette augmentation d'environ 30% du nombre d'arrivées de réfugiés via la Grèce est-elle le signe d'une nouvelle crise migratoire à venir ?

Laurent Chalard : Il faut faire très attention lorsque l’on analyse des données statistiques sur les migrants à ne pas tirer de conclusions hâtives d’évolutions en pourcentage à court terme sans tenir compte des chiffres des années précédentes. En effet, le chiffre de 44 000 migrants entrés sur le territoire européen via la Grèce courant 2019 demeure très faible par rapport à ce qui a pu se constater les années précédentes, où les flux entrants ont atteint jusqu’au million de personnes. Nous avons donc plus affaire à des flux structurels, qui varient d’une année sur l’autre, que des flux conjoncturels liés à une crise d’ordre géopolitique comme en 2015/2016, avec l’arrivée massive de réfugiés syriens dans un contexte d’appel d’air déclenché par les propos d’ouverture des frontières de la chancelière allemande Angela Merkel. Dans un contexte à cette époque de guerre civile en Syrie (et aussi en Irak) s’éternisant sans qu’aucun camp belligérant ne semblasse l’emporter, de nombreux syriens (et irakiens) firent le choix de l’exil vers l’Europe, dans l’optique d’avoir une vie meilleure, auxquels se sont combinés des ressortissants d’autres pays d’Asie ou d’Afrique, qui ont profité de l’aubaine pour passer clandestinement en Europe. Or, aujourd’hui, la situation en Syrie s’est stabilisée, le régime de Bachar el Assad ayant repris le contrôle de la majorité du territoire. Il s’ensuit qu’il n’y a aucune raison de voir un nouvel afflux massif de migrants provenant de ce pays. Le seul élément qui pourrait éventuellement entraîner une brusque accentuation de l’immigration arrivant par la route des Balkans serait que le régime turc d’Erdogan expulse, plus ou moins de force, une partie des migrants syriens vers l’Europe pour « punir » les européens de leur manque de soutien. Cependant, il prendrait le risque géopolitique de se couper définitivement de l’occident et donc de l’OTAN, dont la puissante armée turque est totalement dépendante technologiquement.

Lors de la précédente grave crise migratoire de 2015, la majorité des migrants venaient en Europe car ils fuyaient les conflits syrien, irakiens... Aujourd'hui si les guerres ont globalement pris fin dans ces deux pays, quels conflits ou crises actuelles pourraient provoquer une nouvelle vague d'arrivées massives en Europe ? S'attend-ton à l'arrivée massive de réfugiés climatiques à court terme ?

A l’heure actuelle, à l’exception du Yémen, pays lointain et dont la population émigre traditionnellement préférentiellement vers les opulents émirats du Golfe voisins, qui ont besoin d’une main d’œuvre bon marché pour assurer le fonctionnement de leur économie, et de l’Afghanistan, qui alimente un flux structurel vers l’Europe de quelques dizaines de milliers de migrants bon an mal an, les crises actives se situent plutôt sur le continent africain qu’en Asie. Que ce soit en Libye, au Sud-Soudan et plus globalement dans la zone sahélienne, la situation géopolitique est particulièrement instable, d’où des flux structurels relativement importants. Cependant, il n’y a, à l’heure actuelle, aucune crise équivalente à celle syrienne, pouvant entraîner un afflux conjoncturel aussi massif. Seule la déstabilisation complète d’un pays relativement proche géographiquement de l’Europe est susceptible d’être à l’origine de flux de cette ampleur.

Concernant les soi-disant « réfugiés climatiques », qui ont toujours existé (à chaque grande sécheresse touchant les zones rurales dans les pays africains correspond un afflux massif de population dans les grandes villes), les flux massifs intercontinentaux relèvent, jusqu’ici, plus du fantasme que de la réalité. En effet, traditionnellement lorsque la situation climatique se détériore sur un territoire, la population migre vers d’autres régions proches où la situation est meilleure ainsi que vers les grandes villes. Ce sont donc essentiellement des migrations de proximité.

Si l'Union Européenne a l'expérience d'une première crise migratoire, elle ne semble pas être parvenue à implanter une politique commune face à l'immigration. Dans l'éventualité d'une nouvelle crise, serait-elle armée pour y répondre ? Comment -notamment parce que l'on sait que tôt ou tard se posera le problème des réfugiés climatiques-peut-elle s'y préparer ? 

Etant donné les dysfonctionnements permanents de l’Union Européenne, on peut être dubitatif sur les capacités de cette dernière à faire face à une nouvelle crise migratoire de l’ampleur de l’été 2015. Au contraire, une éventuelle nouvelle crise risquerait plutôt de constituer le chant du cygne de l’Europe, les mésententes internes sur l’accueil des migrants finissant par faire définitivement exploser l’institution, chaque pays jouant sa propre partition. Le Brexit a été un sérieux avertissement lancé aux élites européennes face à leur impéritie à contrôler leurs frontières et il est probable que les électeurs ne leur pardonneraient pas une nouvelle gestion catastrophiste, avec à la clé le risque qu’ils se tournent définitivement vers des candidats populistes autoritaires.

 Dans la situation actuelle, il n’est guère possible pour les dirigeants européens de se préparer face à quelque chose qu’une large partie d’entre eux ainsi que de leurs électeurs ne souhaitent pas. Il s’ensuit donc que la meilleure préparation serait tout simplement d’éviter l’émergence de nouvelles crises géopolitiques d’ampleur, provoquant des mouvements de populations massifs non souhaités. Cela relève donc plus de la politique internationale que de la politique migratoire. Dans ce cadre, il est nécessaire de désamorcer l’arc des crises qui s’étend du Maghreb à l’Asie Centrale et d’aider les Etats faillis, comme la Libye, à reprendre en main le contrôle de leur territoire et donc aussi des populations qui y transitent. Parallèlement, il convient d’amorcer une réflexion concernant la gestion du flux structurel.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
zelectron
- 02/12/2019 - 02:37
Il faut couper les vivres à Erdogan (les 3 milliards !)
et donner ces 3 milliards à la Grèce qui saura bien mieux garder cette frontière !
Merckel a ouvert la boîte de Pandore, elle a continué avec la Turquie et elle va payer !
hoche38
- 01/12/2019 - 19:55
On peut rêver!
Pourquoi voulez-vous que dans le domaine de l'immigration, une Europe de Bruxelles qui depuis toujours a montré sa totale impuissance fasse mieux demain matin?
Paulquiroulenamassepasmousse
- 01/12/2019 - 16:43
Macroléon 1er Empereur de
Macroléon 1er Empereur de FranceAfrique ne va quand me pas s'abaisser à compter tous ceux qui voudraient entrer dans notre beau pays dont la nouvelle devise serait: Sécu, Caf, Assedic ou plutôt "flouze. et couscous pour tous" !....... . Il a d'autres AMBITIONS..... , il veut tout seul "SAUVER LA PLANÈTE". C'est quand même d'un autre niveau que de s'attacher à sauver une culture qui n'existe pas, ou un peuple qui par la colonisation a commis tant de crimes contre l'humanité.....berk...berk...berk!