En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
ça vient d'être publié
Dépenses et coups de coeur
Black Friday : les Français sont prêts à dépenser plus que l’an dernier
il y a 4 heures 58 min
pépites > Europe
Lutte contre la pandémie
Covid-19 : "L'issue est en vue", selon Boris Johnson
il y a 6 heures 36 min
pépites > Justice
Justice
Affaire des "écoutes" : le procès de Nicolas Sarkozy, jugé pour corruption, est suspendu jusqu'à jeudi
il y a 9 heures 23 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L’archipel des Solovki" de Zakhar Prilepine : plaisir de relire - Les camps des Solovki, antérieurs aux goulags. « J’ai voulu écrire moins sur les camps que sur les Russes » a dit l’auteur, l’un des plus grands romanciers russes contemporains

il y a 10 heures 24 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement
il y a 11 heures 31 min
pépites > Santé
Ecrans
L'Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) s'inquiète du temps passé par les jeunes devant leurs écrans, sans activité physique, aggravé par le confinement
il y a 12 heures 35 min
décryptage > High-tech
Réseaux sociaux

Et si la Chine était en train de doubler la créativité d'une Silicon Valley en panne d'idées ?

il y a 13 heures 28 min
pépite vidéo > Economie
Engagements face à la crise
Michel-Edouard Leclerc annonce qu'un "quart du profit réalisé dans les centres Leclerc sera réaffecté au personnel"
il y a 13 heures 52 min
décryptage > Politique
Disraeli Scanner

A la fin, est-ce le capitalo-marxisme qui l’emportera?

il y a 14 heures 32 min
pépites > Santé
Coronavirus
Macron parle demain soir : pas de déconfinement, mais "un allègement progressif des contraintes"
il y a 14 heures 56 min
pépites > International
Avenir des Etats-Unis
Joe Biden a dévoilé les noms des premiers membres de son gouvernement
il y a 5 heures 29 min
light > Politique
Succès fou
Barack Obama a vendu 890.000 exemplaires de ses mémoires en seulement 24h en Amérique du Nord
il y a 7 heures 22 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Un coupable presque parfait La construction du bouc émissaire blanc" de Pascal Bruckner : un plaidoyer solide, un essai brillant, au secours d’une civilisation crépusculaire ébranlée par les diktats des minorités

il y a 10 heures 3 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

Ma lettre au père Noël. Chômage. Récession. Dépression. Un peu de champagne ?

il y a 11 heures 10 min
pépites > International
Diplomatie
Le Premier ministre israélien aurait rencontré secrètement le prince héritier d'Arabie Saoudite
il y a 11 heures 46 min
pépites > High-tech
Gaffe
Un journaliste débarque dans une réunion Zoom secrète des 27 ministres européens de la Défense qui a du être annulée
il y a 13 heures 15 min
pépites > International
Environnement
Un ancien bureaucrate a inspiré le discours du président chinois Xi Jinping changeant l'histoire du réchauffement climatique
il y a 13 heures 42 min
pépites > Finance
Economie
Danone annonce 1.500 à 2.000 suppressions de postes dont près de 400 en France
il y a 14 heures 26 min
décryptage > Media
Sur le divan

"L’élection de Joe Biden est bonne pour l’équilibre mental des Français". Et c’est la psy attitrée de France Info qui vous le dit

il y a 14 heures 49 min
décryptage > Société
La germination des mots

Existerait-il des complotistes sans comploteurs ?

il y a 14 heures 57 min
© JOEL SAGET / AFP
© JOEL SAGET / AFP
Bonnes feuilles

Les enjeux du combat pour Paris : réenchanter la ville de toutes les promesses et de tous les espoirs qui est malheureusement devenue celle de tous les problèmes et de toutes les déceptions

Publié le 01 décembre 2019
Rachida Dati publie "La confiscation du pouvoir" (ed. Plon). Rachida Dati s'appuie sur son expérience pour nourrir une réflexion et ouvrir des horizons qui l'amènent à présenter sa candidature à la mairie de Paris. Extrait 2/2.
Rachida Dati
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Rachida Dati est une femme politique française.Porte-parole de Nicolas Sarkozy lors de la campagne de 2007, elle occupe la fonction de ministre de la Justice au sein des gouvernements François Fillon I et Fillon II jusqu'au 23 juin 2009.Elle est...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Rachida Dati publie "La confiscation du pouvoir" (ed. Plon). Rachida Dati s'appuie sur son expérience pour nourrir une réflexion et ouvrir des horizons qui l'amènent à présenter sa candidature à la mairie de Paris. Extrait 2/2.

J’ai choisi Paris parce que mon combat est là. Le combat sera difficile, rien n’est gagné d’avance. Pour personne. Quand j’ai dit que j’allais renoncer au mandat de parlementaire européen pour choisir mon mandat de maire du VIIe arrondissement, certains ne m’ont pas crue, d’autres ont été surpris par mon choix. L’Europe leur semblait un choix bien plus confortable et sécurisé pour moi. C’est mal me connaître, c’est mal connaître le moteur de ma vie politique. Aujourd’hui, je vis comme une urgence d’agir pour Paris. 

Je suis arrivée à Paris en 1987. J’ai pris un poste de comptable chez Elf‑Aquitaine, tout en poursuivant des études à Assas. Le jour où j’ai découvert Paris, j’ai eu le sentiment que,  désormais, pour moi aussi, tout était possible. Depuis des siècles, Paris a représenté un rêve et une promesse pour tous ceux qui venaient y vivre. La promesse de l’accomplissement personnel. La promesse de la liberté. La promesse de l’enracinement. Paris a tenu pour moi sa promesse. Cette ville m’a permis de construire mon destin, en toute liberté.

Paris, qui était la ville de toutes les promesses et de tous les espoirs, est devenue celle de tous les problèmes et de toutes les déceptions. Moi qui aime tant Paris, moi qui ai tant reçu de Paris, comment accepter que tout se dégrade ? Que ce soit dans le centre historique ou dans les arrondissements périphériques, je constate amèrement que les Parisiens se sentent dépossédés de leur ville. Les piétons ne peuvent plus marcher. Les personnes âgées, les familles, les personnes à mobilité réduite peinent à se déplacer. Certains quartiers sont devenus des zones de non‑droit, laissant place à la saleté, aux violences et aux trafics en tout genre. Les arrondissements perdent leur âme et leur identité, alors qu’on laisse nos rues se dévitaliser et s’uniformiser. Cette ville, qui n’était que passerelles et ponts, rencontres et brassage, cède peu à peu elle aussi au repli. 

De plus en plus de Parisiennes et de Parisiens, qui aiment pourtant profondément leur ville, partent. Ils partent parce que, quand ils font le compte, la vie parisienne porte plus d’inconvénients que d’avantages. Ils partent parce que Paris est devenu une ville de contraintes, de pression, de stress. Je veux que tous ceux qui aiment Paris, qui s’y sont enracinés, aient l’envie et les moyens d’y rester. On ne peut pas être libre, sans s’enraciner. La vie de mes parents, mon histoire personnelle ne me l’ont que trop bien appris. Et on ne peut pas s’enraciner quand on se sent sans cesse en sursis.

Pour toutes ces raisons, je suis déterminée à m’engager pour Paris. Sinon, perdureront la même politique, les mêmes mesures qui ne marchent pas et qui ont conduit à l’impasse, la stagnation et les fractures. Quelles que soient les étiquettes, ce seront les mêmes proclamations, le même dogmatisme, les mêmes visages, agrémentés de quelques ralliements hétéroclites. Et, au bout du compte, le même gâchis, le même attentisme. Ça, je ne l’accepte pas. Ne pas l’accepter, ce n’est pas de la brutalité, comme certains le disent. Mais comment ne pas être écœuré lorsque, au mépris des Parisiens, certains ne songent qu’à marchander des postes et à survivre à tout prix ? Cette vision dévoyée de la politique est aussi ce qui a conduit à la situation de grande fragilité de notre pays. 

Nous allons changer les choses, tracer des routes viables sur lesquelles chacun puisse avancer moyennant des efforts, mettre fin à cette manie de la ghettoïsation, lutter contre les violences, l’abandon, l’éloignement, l’isolement, réduire les distances d’un point à un autre, d’un citoyen à un autre, d’un mauvais départ à une belle arrivée, remettre d’accord sans pour autant les confondre ou les superposer les Parisiens de Barbès et ceux de l’avenue Bosquet. Le combat est difficile, mais exaltant et vital. Voilà ce à quoi je me prépare.

Extrait du livre de Rachida Dati, "La confiscation du pouvoir", publié aux éditions Plon

Lien vers la boutique Amazon : ICI

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires