En direct
Best of
Best of du 19 au 25 septembre
En direct
ça vient d'être publié
pépites > Société
Solidarité
Le congé du proche aidant indemnisé va entrer en vigueur ce jeudi
il y a 7 heures 21 min
light > Santé
Coronavirus
Covid-19 : Alexandre Benalla est sorti de l'hôpital après une semaine en réanimation
il y a 8 heures 18 min
pépites > Politique
Organigramme
LREM : Aurore Bergé est nommée "présidente déléguée" des députés marcheurs
il y a 10 heures 13 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le Nez" de Nikolaï Gogol : une farce nasale et masquée

il y a 11 heures 16 min
Faune
La ministre de l'Ecologie annonce la fin des animaux sauvages dans les cirques itinérants et dans les parcs aquatiques
il y a 13 heures 34 min
décryptage > Santé
Evolution de la pandémie

COVID-19 : mais pourquoi le gouvernement est-il incapable de communiquer sur le véritable indicateur de gravité de l’épidémie ?

il y a 14 heures 28 min
décryptage > Société
Distanciation sociale

Bulle sociale ou cérémonies restreintes : petits conseils pour bien choisir ses proches sans se fâcher

il y a 14 heures 48 min
pépite vidéo > Economie
Mesures contre le virus
Bruno Le Maire évoque son expérience du Covid-19 : "Une fois qu'on y est passé, on voit les choses différemment"
il y a 15 heures 6 min
pépites > Société
Sécurité
La délinquance de jeunes venus pour la plupart du Maghreb explose à Paris
il y a 15 heures 52 min
Poison
Cueillette de champignons : ne pas faire confiance aux applications de reconnaissance sur téléphone mobile
il y a 16 heures 25 min
pépites > Politique
Signatures
Pétitions citoyennes : l'Assemblée nationale lance officiellement sa plateforme
il y a 7 heures 51 min
pépites > France
Craintes pour les rémunérations
Covid-19 : des agents de la SNCF testés positifs auraient continué à travailler
il y a 9 heures 50 min
pépites > Terrorisme
Profil
Attaque devant les anciens locaux de Charlie Hebdo : l'assaillant a reconnu être âgé de 25 ans et non de 18
il y a 10 heures 51 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Nuit sombre et sacrée" de Michael Connelly : une enquête minutieuse au suspens garanti

il y a 11 heures 35 min
light > Science
Loin
Nouvelle découverte d'eau sur Mars : plusieurs lacs sur des milliers de km2
il y a 14 heures 2 min
pépites > Santé
Succès
Coronavirus : plus de 12 millions de téléchargements pour l'application britannique officielle de traçage
il y a 14 heures 35 min
décryptage > Economie
Compétitivité

Veut-on vraiment être compétitifs ?

il y a 14 heures 54 min
décryptage > Politique
Impact sur l'opinion

Des Français déboussolés et désemparés

il y a 15 heures 31 min
décryptage > Consommation
Craintes chez les consommateurs

Reconfinement non exclu : avec le recul, faut-il se jeter sur le papier toilettes au cas où ?

il y a 16 heures 2 min
décryptage > Politique
La France a-t-elle les moyens de ses ambitions (à lui)...?

Emmanuel Macron et les tentations dangereuses

il y a 16 heures 27 min
© ANNE-CHRISTINE POUJOULAT / AFP
© ANNE-CHRISTINE POUJOULAT / AFP
Bonnes feuilles

Les ravages de la politique de ghettoïsation sur les zones grises d’insécurité

Publié le 30 novembre 2019
Rachida Dati publie "La confiscation du pouvoir" aux éditions Plon. Rachida Dati évoque l'adversité mais aussi la bienveillance de ceux qui l'ont épaulée. Elle s'appuie sur son expérience pour nourrir une réflexion et ouvrir des horizons qui l'amènent à présenter sa candidature à la mairie de Paris. Extrait 1/2.
Rachida Dati
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Rachida Dati est une femme politique française.Porte-parole de Nicolas Sarkozy lors de la campagne de 2007, elle occupe la fonction de ministre de la Justice au sein des gouvernements François Fillon I et Fillon II jusqu'au 23 juin 2009.Elle est...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Rachida Dati publie "La confiscation du pouvoir" aux éditions Plon. Rachida Dati évoque l'adversité mais aussi la bienveillance de ceux qui l'ont épaulée. Elle s'appuie sur son expérience pour nourrir une réflexion et ouvrir des horizons qui l'amènent à présenter sa candidature à la mairie de Paris. Extrait 1/2.

On m’a vue comme une fille de banlieue, je suis avant tout une fille des cités ouvrières. Dans cette France qui n’était pas encore désindustrialisée, du patron à l’ouvrier, on partageait les mêmes valeurs. D’ailleurs, le comité d’entreprise envoyait les enfants de tous les salariés en journées neige ou découverte, ou en colonie de vacances. Cette sacralisation du mérite, cette appréciation du travail comme une aubaine, cette éthique de l’effort, je les ai connues par la gauche ouvrière et je les ai défendues par mon engagement à droite, quand la gauche s’est détournée de ses fondements. À l’époque des cités ouvrières, chaque étape de la vie était rythmée par des engagements et des activités collectives. Le centre de protection maternelle et infantile, le centre social, le centre de loisirs, l’école ouverte, les « colos », les cours de sports, le théâtre, le bibliobus, tout cela structurait la vie sociale de nos quartiers. Tout cela assurait l’intégration de ceux qui rejoignaient la France et la mixité à la fois entre les filles et les garçons, et entre les milieux sociaux. Tout cela s’est peu à peu dégradé. Ceux qui encadraient, et qui avaient un véritable savoir‑faire, ont été remplacés par des éducateurs dits « de rue », qui sont plus de rue qu’éducateurs, et par des « grands frères », eux‑mêmes en difficulté d’insertion.

Paris n’a pas échappé à la règle. Il n’y a pas eu de volonté d’accompagner la jeunesse à travers une grande politique d’offre sportive et culturelle. La capitale est dotée des plus grands équipements sportifs et des plus grands clubs, et pourtant ce n’est pas une ville qui fait une offre sportive pour tous. Et il est illusoire de croire que seuls les enfants défavorisés sont perdants. Les familles les plus favorisées se saignent et courent d’un arrondissement à l’autre pour trouver un cours de natation ou de piano. Par ailleurs, elles sentent bien que cet entre‑soi est préjudiciable à tous. Paris se fracture, Paris se replie, et tout le monde en souffre. J’ai vu la gauche abandonner Paris, comme je l’ai vue abandonner les travailleurs des cités ouvrières. Il ne suffit pas de prôner le vivre‑ensemble, il faut en créer les conditions. 

Car c’est bien d’abandon qu’il est question, de capitulation, d’éloignement et d’exclusion. Une des causes de cette exclusion a été la politique de logement menée depuis des années. En reléguant les plus pauvres aux mêmes endroits, en les circonscrivant, en les ghettoïsant par une politique inappropriée de logements sociaux, on a dessiné des zones grises d’insécurité endémique ; on a attisé la peur et l’incompréhension. Outre qu’il est inacceptable et dangereux d’humilier des êtres humains en les traitant comme des animaux, en les confinant dans des placards, des espaces minuscules, des cages révoltantes, il est ignoble de prétendre que « c’est mieux que rien ». Je ne me résous pas à voir des immeubles entiers concentrer toutes les difficultés d’intégration. Dans les HLM de mon enfance, il y avait une mixité sociale qui n’était pas subie mais au contraire vécue comme une source de richesse, d’échanges et de compréhension mutuelle. Nous étions entourés d’équipements publics, comme la poste, le centre social ou le centre de protection maternelle et infantile. Je suis une enfant de la PMI, mais en réalité elle était surtout utile aux femmes, qui y trouvaient la confiance et la confidence qu’elles ne pouvaient avoir nulle part ailleurs. Souvent, emmener les enfants à la PMI était un prétexte pour ces femmes, qui n’avaient pas d’autre endroit pour se retrouver entre elles et échanger des conseils. Avec les autres enfants du quartier, je pense que mes frères, mes sœurs et moi avons été parmi les bébés les plus pesés de France ! C’est avec ce souvenir en tête et pour cette raison que je me suis battue pour maintenir un centre de PMI dans le VIIe arrondissement dont la vocation va bien au‑delà de la pesée des enfants.

Je suis une enfant du logement social, on ne peut pas me reprocher d’être contre. Mais je me suis opposée à la politique menée par la Ville de Paris quand elle tombait dans deux écueils : penser punir les habitants des beaux quartiers en créant des confrontations de population, ou concentrer toutes les difficultés dans un même quartier. Il faut rappeler que certains logements sociaux sont refusés chaque année, en raison de leur état ou de la délinquance générée par cette accumulation de difficultés. Avant de se lancer dans une politique du chiffre, il faut déjà assurer des conditions de vie décentes dans les logements existants. Construire et attribuer à tout prix des logements sans s’assurer de la sécurité et des conditions de vie à l’intérieur de l’immeuble, ce n’est pas une politique sociale.

Lors des premières manifestations des Gilets jaunes, Paris comme la province ont découvert une France qui travaille dur et peine à survivre. Bien sûr, certains, par la violence, ont trahi le combat de cette majorité de Français qui a supporté pendant des années sans jamais rien dire. Mais la réalité est là : la France se fracture, Paris se fracture. Jouer sur ces frac‑ tures dans un objectif électoral serait suicidaire pour l’avenir du pays. J’ai la conviction qu’un élu local qui s’engage réduit les fractures et les inégalités. Si les fractures se creusent, c’est qu’il y a un désengagement du politique. Combien de fois ai‑je entendu des élus locaux dire à propos de quartiers difficiles et qui se dégradaient : « Moi, je n’investis pas ici, de toute façon, ils ne votent pas » ? Tout cela a conduit à des violences urbaines sans précédent et, en fin de compte, à déverser à l’aveugle sur ces quartiers des milliards sans efficacité. 

Une certaine gauche a pensé que faire du social, c’était dénigrer le travail. Une certaine droite a pensé que valoriser le travail, c’était caricaturer le social en assistanat. Je crois à la droite qui remet le travail au centre du système social, comme véhicule principal d’intégration, qui promeut la méritocratie, qui se concentre sur l’égalité des chances.

Extrait du livre de Rachida Dati, "La confiscation du pouvoir", publié aux éditions Plon

Lien vers la boutique Amazon : ICI

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires