En direct
Best of
Best of du 9 au 15 janvier
En direct
ça vient d'être publié
pépites > Politique
« Cher Tayyip »
Emmanuel Macron et Recep Tayyip Erdogan s'écrivent pour apaiser les tensions
il y a 1 semaine 2 jours
pépites > Justice
Révélations de Mediapart
Justice : enquête ouverte contre Nicolas Sarkozy pour « trafic d’influence » dans le cadre d’activités de conseil pour le groupe russe Reso-Garantia
il y a 1 semaine 3 jours
pépites > Politique
Jupiter
Nouvelle colère d'Emmanuel Macron, cette fois contre certains ministres
il y a 1 semaine 3 jours
décryptage > International
Démocratie américaine en danger

Assaut sur le Capitole : autopsie de trois jours de folies américaines

il y a 1 semaine 3 jours
pépite vidéo > Santé
Eviter la pénurie
Le PDG de Moderna, Stéphane Bancel, alerte sur la question de l'approvisionnement des vaccins pour l'hiver prochain
il y a 1 semaine 3 jours
décryptage > International
Université de Bogazici

Révolte étudiante à Istanbul ou les prémices d’un printemps turc

il y a 1 semaine 3 jours
pépites > Santé
Coronavirus
Bruno Le Maire et Gabriel Attal indiquent qu'un confinement est toujours possible
il y a 1 semaine 3 jours
décryptage > Santé
Espoir

Une étude démontre que les crises cardiaques pourraient être détectées des années à l’avance en surveillant le niveau de calcium dans les artères

il y a 1 semaine 3 jours
décryptage > Environnement
instrumentalisation judiciaire

Procès contre l’inaction de l’Etat : l’affaire du siècle est aussi la pire imaginable pour... le climat lui-même

il y a 1 semaine 3 jours
décryptage > Santé
Urgence sanitaire

Face à la Covid-19, finissons-en avec l’amateurisme public ! Le diagnostic implacable de fonctionnaires de la santé

il y a 1 semaine 3 jours
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand les billes précisent le moment et quand les disques détournent les heures : c’est l’actualité hivernale des montres
il y a 1 semaine 3 jours
pépites > Santé
Pénurie
Le maire de Neuilly-sur-Seine déplore que les quantités de vaccins annoncées ne soient pas au rendez-vous
il y a 1 semaine 3 jours
pépites > Santé
Coronavirus
La présence du virus dans les eaux usées de l'Ile-de-France en forte augmentation
il y a 1 semaine 3 jours
pépites > Santé
Bug
Après avoir été volontairement fermé hier le site Santé.fr de rendez-vous pour les vaccinations est ouvert en version simplifiée aujourd'hui
il y a 1 semaine 3 jours
décryptage > France
Couvre-feu à 18h

La fatigue de l’épidémie, cet élément historiquement documenté, qu’ignore superbement le gouvernement français

il y a 1 semaine 3 jours
décryptage > International
Guerre de l'information

A propos d’infox : la tentation de Joe Biden de suivre la politique des néoconservateurs

il y a 1 semaine 3 jours
décryptage > Santé
Mesures efficaces contre le virus

Covid-19 : les modèles d’efficacité sanitaire asiatiques, impossibles à reproduire en Europe ? 5 arguments pour démonter une imposture intellectuelle

il y a 1 semaine 3 jours
décryptage > Economie
Impact économique de la pandémie

Records à l’export : la Chine est-elle en train de gagner une bataille... ou la guerre des puissances commerciales ?

il y a 1 semaine 3 jours
décryptage > France
"Je ne livre pas les Juifs"

Il paraît qu'on ne peut pas accueillir toute la misère du monde. Mais qui est responsable de toute la misère du monde ?

il y a 1 semaine 3 jours
pépites > Politique
Voile
Aurore Bergé dépose un amendement interdisant le port du voile aux petites filles
il y a 1 semaine 3 jours
© BENOIT DOPPAGNE / BELGA / AFP
© BENOIT DOPPAGNE / BELGA / AFP
Budget record

Cet alignement des astres qui pourrait tout changer pour la recherche spatiale

Publié le 29 novembre 2019
Les 22 pays membres de l'Agence spatiale européenne (ESA) ont voté ce jeudi un budget de 14,4 milliards d'euros pour financer les nouveaux programmes. Cette somme va permettre à l'Europe de rester compétitive dans le secteur spatial.
Olivier Sanguy
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Olivier Sanguy est spécialiste de l’astronautique et rédacteur en chef du site d’actualités spatiales de la Cité de l’espace à Toulouse.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les 22 pays membres de l'Agence spatiale européenne (ESA) ont voté ce jeudi un budget de 14,4 milliards d'euros pour financer les nouveaux programmes. Cette somme va permettre à l'Europe de rester compétitive dans le secteur spatial.

Atlantico.fr : L'agence spatiale Européenne a augmenté jeudi son budget de 10% afin de coordonner deux missions à un an d'intervalle seulement et prévues courant 2030. La première consisterait à bâtir un télescope à rayons X géant et la seconde à envoyer trois satellites qui pourraient capter les ondes gravitationnelles.

Pouvez-vous nous expliquer ces deux projets à venir ? Pourquoi sont-ils aussi attendus ?

Olivier Sanguy : On parle ici d’Athena et de LISA. Athena, qui signifie aussi Advanced Telescope for High-ENergy Astrophysics, est un projet de télescope spatial dédié à l’observation des rayonnements X, autrement dit c’est l’astronomie des hautes énergies et d’objets comme les trous noirs. LISA, pour Laser Interferometer Space Antenna, consiste en 3 satellites dont chacun «vise» les deux autres avec un rayon laser. Ceci permettra de détecter les ondes gravitationnelles avec beaucoup plus de précision que ce qu’on fait sur Terre. Prévues par la théorie de la relativité d’Einstein, les ondes gravitationnelles sont en quelque sorte une nouvelle fenêtre d’observation sur notre Univers, particulièrement sur certains phénomènes liés aux trous noirs supermassifs tapis au centre des galaxies ou lorsque deux trous noirs fusionnent. Avec Athena et LISA, dont les lancements sont prévus dans la décennie 2030, l’Agence Spatiale Européenne s’engage à long terme afin de se doter des outils qui deviendront indispensables pour aller encore plus loin dans la connaissance du Cosmos et ainsi assurer l’avancement de la science. Et au passage garantit à l’Europe de jouer un rôle prépondérant dans ces domaines.

Ces projets - y compris le projet Copernicus - sont mis en avant par les pays de l'UE. Avons-nous un avantage sur les autres pays ? L'Europe peut-elle se démarquer des autres avec ce type d'innovations ?

Copernicus est en effet un autre bon exemple de ce que permet l’Europe spatiale. Je rappelle que Copernicus est un programme d’observation de notre planète initié par l’Union européenne et mis en œuvre pour son segment spatial par l’Agence Spatiale Européenne. Grâce à lui, l’Europe dispose en toute indépendance de satellites qui scrutent la Terre et récoltent de multiples données (état de la couverture végétale, température et niveau des océans, qualité de l’air, etc.) tout en autorisant un suivi inégalé du changement climatique. Les données de Copernicus sont d’ailleurs fournies gratuitement à la communauté scientifique, mais aussi aux entreprises qui en dérivent alors des services innovants. Outre créer des emplois par de nouvelles activités, Copernicus rend service quotidiennement aux citoyens européens par exemple en améliorant les relevés météo ou en détectant des sources de pollution. Le principe directeur est qu’on ne peut pas bien gérer ce qu’on connaît mal : Copernicus fournit donc les données nécessaires à la bonne gestion des territoires, que ce soit pour l’eau, la qualité des sols, la prévention des risques naturels, etc. En unissant ses capacités, l’Europe se dote ainsi d’outils spatiaux que les pays ne pourraient pas financer s’ils le faisaient chacun de leur côté. L’avantage d’un tel effort, c’est qu’il demande des innovations technologiques qui poussent à aller de l’avant. On peut le voir comme un moteur d’excellence qui aide l’industrie européenne à se démarquer dans un fort contexte de concurrence internationale.

La France est-elle en passe de devenir une figure de proue dans le domaine spatial ?  Sommes-nous en train de vivre un tournant majeur dans l'exploration de l'espace ?

La France est déjà un acteur important du spatial. N’oublions pas qu’en 1965, la France est devenue avec le satellite Astérix (qu’on peut voir en maquette taille réelle à la Cité de l’espace) le troisième pays capable de placer un objet sur orbite après l’Union soviétique et les États-Unis ! La France, avec son agence spatiale CNES, a non seulement ses propres programmes et ses propres compétences, mais elle est aussi un moteur incontestable de l’Europe spatiale et de l’Agence Spatiale Européenne. S’il est délicat de parler de tournant majeur, il semble en revanche évident que les décideurs politiques sont de plus en plus conscients du fait que le spatial n’est pas seulement une activité qui prépare le futur. C’est également un outil qui sert concrètement le présent et dont on ne peut plus se passer.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Le gorille
- 29/11/2019 - 18:17
Désastre...
Comparer soit les "pays", soit les hommes politiques, à des astres... il y a du désastre dans l'air !
Le gorille
- 29/11/2019 - 18:12
Alignement des astres ?
Un petit décryptage de la part d'Atlantico s'impose : pourquoi ce titre ?... Sinon, le culte de l'idée de l'acteur majeur, du plus fort, laissons-le aux Américains. Soyons un acteur sérieux, fiable, avec les bonnes idées... et cela suffira à tout le monde. Merci à O. Sanguy d'avoir redressé la barre. Et je suis heureux que l'article mette en avant le dynamisme de l'ESA, en lui espérant tout le succès qu'elle mérite dans sa quête de science et de données astronomiques.