En direct
Best of
Best of du 19 au 25 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

COVID-19 : mais où en est la Chine ?

02.

La coupe est pleine. Insurrection ? Désobéissance ? Révolte ? Les PME et TPE ont-elles encore le choix ?

03.

La délinquance de jeunes venus pour la plupart du Maghreb explose à Paris

04.

Les écologistes ont oublié qu'il faut du vent pour faire tourner les éoliennes

05.

COVID-19 : mais pourquoi le gouvernement est-il incapable de communiquer sur le véritable indicateur de gravité de l’épidémie ?

06.

Le risque d’une généralisation de l’épidémie à toute la France est pris très au sérieux par les chefs d’entreprise, mais pas par les Français. Alors pourquoi ?

07.

Malaise au poignet ? Le nouvel bracelet connecté de santé d'Amazon analyse votre voix et vos émotions

01.

Selon que vous serez puissant ou misérable… vous irez tous en prison

01.

Un rapport officiel allemand souligne que l’agriculture biologique n’est absolument pas plus durable que l’agriculture conventionnelle

02.

Yannick Noah se fait plaquer; Julien Doré réfléchit à l'adoption d'un enfant avec Francis Cabrel, Jean Dujardin & Nathalie Péchalat en attendent un 2éme: Kanye West pense être le Moïse du peuple noir, Carla Bruni que Nicolas S. écrit comme Balzac

03.

Un militant communiste assassiné à Saint-Ouen *

04.

Santé mentale : ces millions de Français que la pandémie fait chanceler ou s’écrouler en silence

05.

Alerte aux grandes oreilles chinoises : voilà pourquoi vous devriez tourner 7 fois votre pouce avant de poster quelque chose sur les réseaux sociaux...

06.

Emmanuel Macron s’est souvenu qu’il avait une mère et un père

01.

Eric Zemmour condamné pour injure et provocation à la haine

02.

Édouard Philippe ou le vrai-faux espoir de la droite : radioscopie d’un malentendu idéologique

03.

Louis Hausalter : "L'histoire de Marion Maréchal éclaire l’état de décomposition et de recomposition du paysage politique"

04.

Nouvelles mesures face au Covid-19 : Gribouille gouvernemental à la barre

05.

Plongée dans les coulisses de l’organisation de la Convention de la droite : l'engagement de Marion Maréchal et Eric Zemmour en faveur de l’union des droites

06.

J’aime les sapins de Noël : je suis un facho

ça vient d'être publié
pépites > Société
Solidarité
Le congé du proche aidant indemnisé va entrer en vigueur ce jeudi
il y a 13 heures 47 min
light > Santé
Coronavirus
Covid-19 : Alexandre Benalla est sorti de l'hôpital après une semaine en réanimation
il y a 14 heures 45 min
pépites > Politique
Organigramme
LREM : Aurore Bergé est nommée "présidente déléguée" des députés marcheurs
il y a 16 heures 39 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le Nez" de Nikolaï Gogol : une farce nasale et masquée

il y a 17 heures 42 min
Faune
La ministre de l'Ecologie annonce la fin des animaux sauvages dans les cirques itinérants et dans les parcs aquatiques
il y a 20 heures 1 min
décryptage > Santé
Evolution de la pandémie

COVID-19 : mais pourquoi le gouvernement est-il incapable de communiquer sur le véritable indicateur de gravité de l’épidémie ?

il y a 20 heures 54 min
décryptage > Société
Distanciation sociale

Bulle sociale ou cérémonies restreintes : petits conseils pour bien choisir ses proches sans se fâcher

il y a 21 heures 14 min
pépite vidéo > Economie
Mesures contre le virus
Bruno Le Maire évoque son expérience du Covid-19 : "Une fois qu'on y est passé, on voit les choses différemment"
il y a 21 heures 32 min
pépites > Société
Sécurité
La délinquance de jeunes venus pour la plupart du Maghreb explose à Paris
il y a 22 heures 18 min
Poison
Cueillette de champignons : ne pas faire confiance aux applications de reconnaissance sur téléphone mobile
il y a 22 heures 52 min
pépites > Politique
Signatures
Pétitions citoyennes : l'Assemblée nationale lance officiellement sa plateforme
il y a 14 heures 17 min
pépites > France
Craintes pour les rémunérations
Covid-19 : des agents de la SNCF testés positifs auraient continué à travailler
il y a 16 heures 16 min
pépites > Terrorisme
Profil
Attaque devant les anciens locaux de Charlie Hebdo : l'assaillant a reconnu être âgé de 25 ans et non de 18
il y a 17 heures 17 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Nuit sombre et sacrée" de Michael Connelly : une enquête minutieuse au suspens garanti

il y a 18 heures 2 min
light > Science
Loin
Nouvelle découverte d'eau sur Mars : plusieurs lacs sur des milliers de km2
il y a 20 heures 29 min
pépites > Santé
Succès
Coronavirus : plus de 12 millions de téléchargements pour l'application britannique officielle de traçage
il y a 21 heures 1 min
décryptage > Economie
Compétitivité

Veut-on vraiment être compétitifs ?

il y a 21 heures 21 min
décryptage > Politique
Impact sur l'opinion

Des Français déboussolés et désemparés

il y a 21 heures 58 min
décryptage > Consommation
Craintes chez les consommateurs

Reconfinement non exclu : avec le recul, faut-il se jeter sur le papier toilettes au cas où ?

il y a 22 heures 29 min
décryptage > Politique
La France a-t-elle les moyens de ses ambitions (à lui)...?

Emmanuel Macron et les tentations dangereuses

il y a 22 heures 54 min
© BENOIT DOPPAGNE / BELGA / AFP
© BENOIT DOPPAGNE / BELGA / AFP
Budget record

Cet alignement des astres qui pourrait tout changer pour la recherche spatiale

Publié le 29 novembre 2019
Les 22 pays membres de l'Agence spatiale européenne (ESA) ont voté ce jeudi un budget de 14,4 milliards d'euros pour financer les nouveaux programmes. Cette somme va permettre à l'Europe de rester compétitive dans le secteur spatial.
Olivier Sanguy
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Olivier Sanguy est spécialiste de l’astronautique et rédacteur en chef du site d’actualités spatiales de la Cité de l’espace à Toulouse.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les 22 pays membres de l'Agence spatiale européenne (ESA) ont voté ce jeudi un budget de 14,4 milliards d'euros pour financer les nouveaux programmes. Cette somme va permettre à l'Europe de rester compétitive dans le secteur spatial.

Atlantico.fr : L'agence spatiale Européenne a augmenté jeudi son budget de 10% afin de coordonner deux missions à un an d'intervalle seulement et prévues courant 2030. La première consisterait à bâtir un télescope à rayons X géant et la seconde à envoyer trois satellites qui pourraient capter les ondes gravitationnelles.

Pouvez-vous nous expliquer ces deux projets à venir ? Pourquoi sont-ils aussi attendus ?

Olivier Sanguy : On parle ici d’Athena et de LISA. Athena, qui signifie aussi Advanced Telescope for High-ENergy Astrophysics, est un projet de télescope spatial dédié à l’observation des rayonnements X, autrement dit c’est l’astronomie des hautes énergies et d’objets comme les trous noirs. LISA, pour Laser Interferometer Space Antenna, consiste en 3 satellites dont chacun «vise» les deux autres avec un rayon laser. Ceci permettra de détecter les ondes gravitationnelles avec beaucoup plus de précision que ce qu’on fait sur Terre. Prévues par la théorie de la relativité d’Einstein, les ondes gravitationnelles sont en quelque sorte une nouvelle fenêtre d’observation sur notre Univers, particulièrement sur certains phénomènes liés aux trous noirs supermassifs tapis au centre des galaxies ou lorsque deux trous noirs fusionnent. Avec Athena et LISA, dont les lancements sont prévus dans la décennie 2030, l’Agence Spatiale Européenne s’engage à long terme afin de se doter des outils qui deviendront indispensables pour aller encore plus loin dans la connaissance du Cosmos et ainsi assurer l’avancement de la science. Et au passage garantit à l’Europe de jouer un rôle prépondérant dans ces domaines.

Ces projets - y compris le projet Copernicus - sont mis en avant par les pays de l'UE. Avons-nous un avantage sur les autres pays ? L'Europe peut-elle se démarquer des autres avec ce type d'innovations ?

Copernicus est en effet un autre bon exemple de ce que permet l’Europe spatiale. Je rappelle que Copernicus est un programme d’observation de notre planète initié par l’Union européenne et mis en œuvre pour son segment spatial par l’Agence Spatiale Européenne. Grâce à lui, l’Europe dispose en toute indépendance de satellites qui scrutent la Terre et récoltent de multiples données (état de la couverture végétale, température et niveau des océans, qualité de l’air, etc.) tout en autorisant un suivi inégalé du changement climatique. Les données de Copernicus sont d’ailleurs fournies gratuitement à la communauté scientifique, mais aussi aux entreprises qui en dérivent alors des services innovants. Outre créer des emplois par de nouvelles activités, Copernicus rend service quotidiennement aux citoyens européens par exemple en améliorant les relevés météo ou en détectant des sources de pollution. Le principe directeur est qu’on ne peut pas bien gérer ce qu’on connaît mal : Copernicus fournit donc les données nécessaires à la bonne gestion des territoires, que ce soit pour l’eau, la qualité des sols, la prévention des risques naturels, etc. En unissant ses capacités, l’Europe se dote ainsi d’outils spatiaux que les pays ne pourraient pas financer s’ils le faisaient chacun de leur côté. L’avantage d’un tel effort, c’est qu’il demande des innovations technologiques qui poussent à aller de l’avant. On peut le voir comme un moteur d’excellence qui aide l’industrie européenne à se démarquer dans un fort contexte de concurrence internationale.

La France est-elle en passe de devenir une figure de proue dans le domaine spatial ?  Sommes-nous en train de vivre un tournant majeur dans l'exploration de l'espace ?

La France est déjà un acteur important du spatial. N’oublions pas qu’en 1965, la France est devenue avec le satellite Astérix (qu’on peut voir en maquette taille réelle à la Cité de l’espace) le troisième pays capable de placer un objet sur orbite après l’Union soviétique et les États-Unis ! La France, avec son agence spatiale CNES, a non seulement ses propres programmes et ses propres compétences, mais elle est aussi un moteur incontestable de l’Europe spatiale et de l’Agence Spatiale Européenne. S’il est délicat de parler de tournant majeur, il semble en revanche évident que les décideurs politiques sont de plus en plus conscients du fait que le spatial n’est pas seulement une activité qui prépare le futur. C’est également un outil qui sert concrètement le présent et dont on ne peut plus se passer.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Le gorille
- 29/11/2019 - 18:17
Désastre...
Comparer soit les "pays", soit les hommes politiques, à des astres... il y a du désastre dans l'air !
Le gorille
- 29/11/2019 - 18:12
Alignement des astres ?
Un petit décryptage de la part d'Atlantico s'impose : pourquoi ce titre ?... Sinon, le culte de l'idée de l'acteur majeur, du plus fort, laissons-le aux Américains. Soyons un acteur sérieux, fiable, avec les bonnes idées... et cela suffira à tout le monde. Merci à O. Sanguy d'avoir redressé la barre. Et je suis heureux que l'article mette en avant le dynamisme de l'ESA, en lui espérant tout le succès qu'elle mérite dans sa quête de science et de données astronomiques.